Qu’est-ce que le BONHEUR ? Art. 190

– Article 190 – 

-:-:-

Qu’est-ce que le Bonheur ?

     Voilà des siècles pour ne pas dire des millénaires que les philosophes en particulier, que les hommes en général, s’interrogent sur la nature du Bonheur au même titre que : la Liberté, l’Égalité, la Fraternité, etc. et maintenant, la Laïcité ! Et, à ce jour, nulle réponse satisfaisante ne s’est présentée à leur conscience. Ils s’interrogent toujours et, ne trouvant pas de réponse satisfaisante, ils persécutent à ces sujets les Jeunes qui passent des examens… de philosophie, de littérature et autres matières.

En supposant que j’affirme avoir, à ces questions fondamentales, les réponses tout à fait objectives pour ne pas dire définitives (!), vous remarquerez ce phénomène assez extraordinaire qui veut que la conscience humaine ne se satisfasse jamais d’une réponse quasi définitive et que cette conscience préfère entretenir la subjectivité du doute, celle des non-réponses. On remarque cela au sujet notamment de la Bible avec la Création du monde qui se produit en Sept jours (!) – aberration quant à l’interprétation de ces textes – ainsi que les prétendus miracles de Jésus qui n’en sont absolument pas dès lors qu’on les analyse, qu’on les décortique par explication de leur signification métaphysique, ésotérique. On s’aperçoit alors que les Croyants sont comme déçus par ces explications et préfèrent encore entretenir le Mystère à leur sujet, puisque, bon nombre d’entre eux ont grandi (!) avec ces Mystères

L’homme n’a, à ce jour et à ma connaissance, jamais résolu l’énigme de l’origine comme de la nature du Bonheur. Pourquoi cela ? Tout simplement – si je puis dire ! – parce qu’il a délibérément (?) voulu (?) ignorer l’État de cette origine dont il est le produit vivant. Qu’est-ce à dire ?

L’espèce Homme est un produit de la Nature ; certes, il en a été chassé, il l’a quittée, mais les composants qui le constituent ne sont pas moins naturels.

Une fois chassé de la Nature, l’Homme a construit un nouveau milieu – le Milieu Culturel – dans lequel s’est élaboré son Langage verbal, lequel est constitué de bon nombre d’interrogations dont celle-ci : qu’est-ce que le Bonheur ? Et les humains, pour répondre à ce genre de questions de fond, n’ont pas idée de s’interroger sur Mère Nature qui les a conçus. Je vais donc combler ici ce manque et vous allez voir que la réponse à ces questions va apparaître très clairement, très simplement même.

La définition de la Nature (qui contient la base de la résolution de toutes les énigmes mentales de l’Homme) peut être présentée telle une Équation :

La Nature = ÊTRE + AVOIR (fusionnés)

C’est après avoir fait cette découverte que j’ai pu établir les « équations » de l’homme et de la femme. A sa naissance :

l’homme = Être + avoir (avec une carence en Avoir)

la femme = Avoir + être (avec une carence en Être).

Vous l’aurez compris, c’est à partir de leur carence individuelle que les humains ont établi leurs relations amoureuses et élaboré leur Milieu Culturel

De surcroît, j’affirme que cette Équation de la Nature est aussi LA définition de l’Amour (avec un grand A), cet Amour que les humains recherchent en vain dans leurs démarches amoureuses. Chacun recherche son complément manquant. Autrement dit, une fois chassés de la Nature, les humains se sont systématiquement retrouvés en CARENCE d’Amour. Ceci, un enfant de 10 ans peut le comprendre … mais peu d’adultes !

Ainsi, dans leur Milieu Culturel les humains ont créé les Mots pour leur vocabulaire qui, TOUS, ont pour origine cette douleur d’avoir été chassés de l’Amour. Tous les Mots de tous les vocabulaires de toutes les langues de la Terre sont les produits de cette carence d’Amour. On peut donc dire et affirmer, sans crainte de se tromper, que dans la Nature, l’Homme était Heureux, il vivait ce Bonheur MAIS, comme les Animaux, il ne pouvait en avoir conscience. Il ne (le) savait pas.

C’est une fois sorti de la Nature que se sont développés en l’Homme les mécanismes psychiques de prise de conscience « double » et, avec eux, l’émergence de tous les SAVOIRS.

L’homme s’est donc mis à s’interroger sur tout ce qu’il avait perduà son insu ! – en quittant ce Jardin d’Éden, ce Paradis perdu, qui est synonyme de Bonheur (comme synonyme de Liberté, d’Égalité, de Fraternité, etc.) et s’est mis en quête de Le chercher. Il ne Le trouvera évidemment jamais dans son Milieu Culturel , ces valeurs y sont devenues ces carottes qui sont positionnées sous le nez des peuples pour les faire progresseret la question reste posée et continue encore et toujours à le tarauder. En conséquence, il fait souffrir quantité de Jeunes penchés sur leurs feuilles blanches d’examens qu’ils doivent noircir par des propos inadéquats en quête d’une inaccessible réponse. En toute logique, avec cette réponse que je donne, les choses devraient changer…. Au cours de ce 3ème Millénaire ou encore plus tard  ?

le 20 mai 2016

Par Jean S. Dallière 

gnostique-Auteur – psychanalyste fondamental

Tags: ,

Comments are closed.