Posts Tagged ‘André CHOURAQUI’

Au sujet de : cet homme appelé Jésus (art.41)

vendredi, juillet 10th, 2009

– Article 041 –

Au sujet de cet homme appelé Jésus

-:-:-:-

       Voilà un peu plus de 2000 ans que Jésus est né.

    Voilà un peu plus de 2000 ans que des milliers de théologiens, gens de religions, tentent de percer les secrets du personnage. En vain. Conséquemment, voilà plus de 2000 ans que des millions d’individus – ça fait en réalité des milliards ! – s’entretuent au nom de Jésus (au nom du Christianisme) alors que pas un seul de ces milliers de théologiens, exégètes, n’a en vérité compris Jésus. C’est pathétique !

Ces quelques mots, comme les écrits précédents de mon Blog à part, tentent de « prouver » (la Vérité ne se prouve pas; c’est la non-vérité qui se prouve… par les savoirs ! La vérité, Elle, est affaire de Connaissance et il n’y a pas de preuve dans la Connaissance puisque c’est toujours « en connaissance de cause que, etc…Or, si la « cause » est inconnue alors oui, il faut une « preuve » car alors on a affaire aux savoirs… ) que depuis 2000 ans personne n’a compris Jésus hormis….hormis moi ! Et pour cause : je Marche sur ses Pas.

C’est terrible d’oser écrire des choses pareilles. Quoi ? Des milliers de « cerveaux »  plus doués les uns que les autres se seraient trompés dans leur compréhension de Jésus et moi, l’illettré (au sens universitaire), face à tous j’ose (leur) dire : « vous vous êtes tous trompés « . ! ? ! ? Il y a de l’indécence à tenir de tels propos. Mais….mais si c’était vrai, pourquoi n’oserais-je pas l’affirmer ? Au nom de quoi devrais-je le taire ? Jésus lui-même n’a-t-il pas dit : « qui adhère à moi fera lui aussi les œuvres que j’ai faites,  il en fera de plus grandes encore car moi je m’en retourne au Père  » .

Il y a une manière facile et radicale à démontrer cela : il est connu et reconnu  par beaucoup de spécialistes de la Religion que Jésus était un gnostique, un adepte de la Gnose. L’ennui – le seul ennui de poids !- c’est que ces spécialistes ont une vue totalement erronée quant à la Gnose puisqu’ils en sont extérieurs. On pourrait me rétorquer : « oui, mais vous, vous faites non seulement et les questions et les réponses concernant la Gnose et/ou  vous proposez une définition telle de la Gnose que vous vous trouvez quasiment SEUL à vous y trouver inclus « . Vous dites :  »  Voici LA définition de la Gnose, je vous la donne, si vous vous prétendez gnostique et que vous ne vous y reconnaissez pas c’est que vous n’êtes pas gnostique « .

J’entends bien de telles remarques. Mais, tout cela est pathétique, une fois encore.

Si je prends tous les ouvrages qui traitent actuellement « de » la Gnose, je ne vois qu’une accumulation d’erreurs plus ou moins graves dans des textes souvent assez bien écrits. La Forme est bonne et trompeuse mais le Fond est faux. Quant à ceux qui écrivent sur la Gnose, c’est normal qu’ils soient dans l’erreur car ces écrivains ne sont pas gnostiques sinon ils écriraient « de » la Gnose.

Ma démarche n’est pas d’entrer dans des conflits stériles, la plupart de ces écrivains étant morts ! Mon travail est de réactualiser la Gnose, de redonner LE Référentiel d’Amour absolu qu’elle représente pour que le lecteur intéressé par le sujet réajuste de lui-même ses vues par rapport à ce Référentiel tout en pouvant alors corriger les affirmations erronées relevées dans ses lectures. Je prends un exemple simple.

Supposons que vous ayez entendu parler de la Gnose, de ses mérites et vertus, de sa portée métaphysique extraordinaire, etc…etc… et que tout culturellement vous vouliez en savoir (…) plus sur le sujet. Vous vous rendez chez votre libraire préféré, vous lui exposez l’objet de votre démarche et, comme en réponse, il vous tend l’ouvrage (en deux volumes) ayant pour titre : « En quête de la Gnose » de Henry-Charles PUECH. Vous rentrez chez vous, vous vous plongez dans sa lecture et, au bout de quelques jours vous vous dites : « ça y est, la Gnose, je sais ce que c’est; j’ai compris« .  Supposez alors qu’un individu comme moi, totalement inconnu, pas Universitaire pour deux sous, arrive derrière et vous dise : « l’idée que vous vous faites de la Gnose est systématiquement erronées; H.C.PUECH prétendant écrire « de » la Gnose a en fait écrit « sur » la Gnose et, de ce fait justement,  se trompe ». Quel crédit accorder à mes propos en supposant qu’ils soient vrais ? AUCUN. Ainsi va le monde des Idées…

Dans l’article précédent de mon Blog à part j’ai traité de l’Illumination. Bien avant j’ai, à moult reprises, traité de la Gnose, de la Vérité, de l’Absolu, de l’Amour, etc..et ce, avec l’exemple symbolique de l’Arbre dont le Tronc symbolise, seul, la Nature soit la Gnose et où les branches représentent le monde Culturel dans lequel sévit obligatoirement l’erreur.

Jésus (comme Laotseu, comme Bouddha et combien d’autres moins connus) a parlé à Tous à partir du Tronc (qu’il nommait généralement « le Royaume ») comme je le fais maintenant. Bien évidemment je ne suis pas Jésus, je ne suis pas Laotseu ni Bouddha mais comme ceux là : « je suis », c’est-à-dire adepte du Présent qui caractérise le Tronc, adepte de la Gnose d’où je vous parle, comme eux vous ont parlé, en leurs Temps. Maintenant, que vous voyiez des différences entre tous nos propos ne provient pas du Fond des propos eux-mêmes mais des interprétations « de surface » que vous vous faites, vous, de ces idées fondamentales. A votre décharge il faut bien reconnaitre que les propos tenus par ces « Maîtres » disparus depuis si longtemps ont été maintes fois traduits et donc interprétés de telle sorte que, maintenant, les propos Originaux se sont parés de fioritures (de gloses) qui leur sont initialement étrangères et qui déforment leur portée originelle.

Exemple type. J’ai un temps échangé bon nombre de courriers avec Émile GILLABERT auteur de plusieurs ouvrages qui traitent de la Gnose dont « Jésus et la Gnose » (chez Dervy Livres). Cet homme, aujourd’hui décédé, s’est cru gnostique et me considérait « son frère en gnose ». C’est ainsi qu’il signait les courriers qu’il m’adressait. Un jour, alors que ses propos, évoquant la Gnose, utilisaient l’expression bien connue « Ici et Maintenant » je lui fis  remarquer que pour le véritable gnostique  il n’est pas de conjonction « et » (parfois, et à tort, dans mes écrits nommée « préposition »; le Lettré aura corrigé de lui-même…) entre « Ici et Maintenant ». Le gnostique dit « Ici-Maintenant », Espace-Temps (on ne dit pas Espace et Temps, on ne dit pas Yin et Yang même si on dit Avoir et Être qui sont comme Yin et Yang !). Il comprit et accepta mon explication en me remerciant (ce détail est de très haute importance !). Or, son ouvrage a une préface signée de Paule SALVAN qui fut une proche de Émile G. et j’ai du mal à imaginer que Émile G. n’ait pas aussitôt informé ses proches collaborateurs de cette correction à faire… impérativement dans tout écrit se voulant gnostique !

Dernièrement, j’ouvre le site LES DEUX OCÉANS et tombe, tout à fait par hasard, sur le titre « Rencontres avec un éveillé contestataire » et lis les quelques lignes consacrées à cet homme….qui sont écrites par… Paule SALVAN ! (je me dis alors que le monde est petit). Et je lis vers la fin de cet article : « …ce que toute gnose authentique leur recommande c’est ici et maintenant, c’est l’action spontanée, etc..etc.. ».

Or, je suis presque convaincu que cette personne – Paule SALVAN – estime avoir de la Gnose une approche certaine, plus que sérieuse. Et bien non, les erreurs que contiennent ses écrits « prouvent » le contraire. Elle n’a pas « saisi » le Fond de la Gnose; et je me dis alors : « à quoi bon mon explication faite à Émile G. au sujet de cette expression typiquement gnostique : Ici-Maintenant « . A quoi bon !?!? Que celui (ou celle) qui veut comprendre pourquoi cette conjonction mise entre Ici et Maintenant trahit une fausse adhésion à la Gnose m’interroge, je me ferai un plaisir de me répéter….

En réalité, il n’existe aucune différence fondamentale entre les témoignages de Laotseu, Bouddha et Jésus, tous trois ont témoigné de la même finalité existentielle. Par le TAO avec son (trop) fameux YIN-YANG pour Laotseu et que symbolisent deux Droites Parallèles (parfois reliées entre elles par une barre transversale). Avec son État pour Bouddha (L‘État de Bouddha) qui représente la Fin de l’Escalier (de l’Élévation du niveau des Consciences) ou encore les deux droites de Laotseu qui se rejoignent à l’Infini (notion de Perspective existentielle) et Jésus qui, témoignant de la Voie (je suis le Chemin, la Voie, etc…) a, tout à la fois, évoqué ces deux droites parallèles (la Voie, le Chemin) en se présentant lui-même comme étant la Fin du Chemin (soit l’État de Bouddha) en se proclamant « Roi des Juifs »; ce qui ne peut se comprendre qu’à la compréhension de la signification de l’Étoile de David. (je l’ai révélée en d’autres pages de mon Blog à part par l’article :  » A propos du Judaïsme : qui connait l’origine de l’Étoile de David ? »).

C’est pourquoi je suis heureux (…) de réactualiser ce Tronc Gnose, de le dépouiller de ces fioritures qui lui sont étrangères et nocives car déviantes. Un seul exemple pour illustrer ce type de fioriture nocive; c’est de croire que Jésus et Dieu étaient « liés » par des liens métaphysiques, ou autres. Tout cela est faux. Jésus serait là, il vous dirait à peu près ceci :  » jetez au feu tous ces écrits qui évoquent la moindre notion de Dieu… comme toutes les Bibles que vous avez et qui l’évoquent« .  Jésus ne croyait pas en Dieu; il ne pouvait pas y croire pour au moins DEUX raisons majeures : la première est que ce concept de Dieu date d’un temps qui est de plusieurs siècles postérieur à Jésus  (un peu comme si je vous affirmais qu’au Moyen-Âge les Français utilisaient des réfrigérateurs; vous savez très bien que le réfrigérateur n’existait pas à cette époque.

Et bien, c’est la même chose pour Dieu;  il n’existait pas du temps de Jésus, ni le concept ni le Nom. Et, deuxièmement, le concept (pathologique, parce que Paranoïaque) de Dieu est le produit d’une « Branche » de l’Arbre non de son Tronc, Tronc qui est ce « Royaume » dont parle Jésus. (quand on évoque la Gnose avec ses gnostiques il est de bon ton de parler au Temps « Présent » et donc de ne pas employer le Temps ni Passé ni Futur. Ex: demain je suis avec toi, comme hier. Et non « j’étais » et/ou  « je serai »). Mon lecteur corrigera de lui même pour les cas où, par mauvaise habitude culturelle (pléonasme!), je me trompe moi même…

Pour Jésus (pur produit d’une secte gnostique qui révéla le potentiel contenu en chacun des Êtres humains; ce que veut signifier le prénom Emmanuel qui n’est surtout pas à traduire par « Dieu avec nous » ou « Dieu en nous » ! Dieu n’a rien à voir ici. Confère la Bible traduite par André CHOURAQUI, Matthieu 1/23 : ils appelleront son nom : ‘Imanou El, El avec nous.  Où je précise que « El » n’est pas à traduire par « Dieu ») vous pouvez tout logiquement me dire qu’il a fait de nombreux miracles sensés « prouver » son appartenance au divin  et que le dernier de ces miracles est sa résurrection après sa crucifixion ! Ce à quoi je vous réponds en vous donnant la clé de ces prétendus « miracles » :  relisez-les et pensez à un sens propre et à un sens figuré; voyez là où vous ne comprenez pas, le sens « figuré » et non le sens « propre »; car évidemment, si vous en restez au sens « propre » vous allez être obligé de croire aux miracles (!) (je peux – tous et chacun – vous les expliquer en détail) quant à sa résurrection, elle implique d’abord que Jésus soit MORT sur la croix !

Évidemment non, il n’est pas mort sur la croix; il faut relire la traduction du Nouveau Testament de André CHOURAQUI en ayant en tête cette hypothèse qu’il y eut un scénario pré-écrit et dont Jésus a été l’acteur principal…. La « mise en scène » est évidente dés lors que l’on connait certaines autres données (comme l’éclipse du soleil très peu de temps après sa mise en croix; ou qu’il fallait entre 42 à 72 heures pour mourir quand on était crucifié, ou que le tombeau dans lequel il a été mis était « truqué », il comportait deux issues, etc..etc.. ! Combien de milliards d’Individus ont été bernés depuis 2000 ans !

Pour cette mort en croix de Jésus, si vous y croyez, je vous répondrai par des propos d’actualité : vous croyez sûrement à la mort de Saddam HUSSEIN suite à se pendaison. Et bien vous avez tort; vous avez été, là aussi, berné, dupé. Saddam HUSSEIN n’est pas mort lors de cette pendaison « bidon ». Même les rares photos qui ont été données à voir montrent bien que c’est Saddam HUSSEIN à qui on met la corde au cou – ça, oui –  mais ce n’est pas lui que l’on montre mort couché à terre; ce n’est pas le même visage qui, de surcroît a reçu des coups (traces de sang).

En ce qui concerne la vie de Jésus j’ai rédigé – entre autres – un manuscrit de 200 pages environ (en février 1993) ayant pour titre : « JÉSUS, l’Acteur du premier scénario de l’Histoire » dans lequel je révèle la majorité des mystères de sa vie. Cet écrit ferait un merveilleux scénario pour un film (encore un ! Oui, mais sur la Vraie vie du vrai Jésus !). Cet écrit ne pourra pas un jour ne pas être publié…au même titre que  mon dernier manuscrit en quête d’éditeur courageux (…) rassemblant toutes ces Idées et intitulé : « l’ÉCRIT-PRIMAL : LA GNOSE »  sous titré :  « l’Issue de Secours pour l’Homme ».

Ces propos ne suffisent pas, mes écrits, mes œuvres ne suffisent-elles donc pas à prouver qui je suis ?

Je suis désolé pour vous qui doutez de mes propos. Vos doutes sont directement proportionnels à vos Résistances intérieures (elles sont Subconscientes) qui vous empêchent d’accéder au Bien-Être. Il ne faut pas avoir peur de se libérer de ses dogmes qui sont autant de barreaux à votre « prison ». Vous aspirez à être Libre ? Ce n’est pas ce qui émane, ce que dit, votre Personnalité.

Celui qui, de lui, dit : « Je suis ».

le 10 juillet 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogpart.freehostia.com

Pourquoi peut-on affirmer qu’il n’y a pas un seul Juif en Israël ? (art.26)

samedi, mai 30th, 2009

– Article 026 –

Pourquoi peut-on affirmer

qu’il n’y a pas un seul Juif en Israël ?

-:-:-:-

          Par cette interrogation, l’affirmation semblera choquante pour bon nombre de mes lecteurs !  Qui penserait aujourd’hui poser une telle question ?  Sa démonstration est à la limite du soutenable, voire même dangereuse pour son auteur puisque… c’est la vérité !

Pour arriver à une telle conclusion il m’aura fallu plus de trente années d’étude de la Bible (de nombreuses Bibles) passée au peigne fin de la psychanalyse élevée à l’échelle des Peuples (ce que S.FREUD aurait  bien aimé entreprendre mais la non remise en question totale de ses Origines le lui a interdit). Il convient donc d’oser se poser la question puisqu’elle reste sans véritable réponse depuis  plus de 2000 ans.  Qu’est-ce qu’être Juif ?

Pour tenter une réponse compréhensible par le plus grand nombre, je vais prendre une image; un dessin géométrique en l’occurrence, un losange. Dessinons donc un losange pointe en bas; autrement dit, la  diagonale la plus grande est comme une verticale sur notre dessin. Imaginons que l’Évolution de l’Humanité débute par le point bas et que le curseur Temps parcourt ledit losange de bas en haut. La première partie – le Premier Temps – de cette évolution verra la divergence des branches du losange et après être arrivé au maximum de divergence, notre curseur Temps va parcourir la convergence des bras  – le Second Temps – pour arriver au point haut qui est comme le point bas.

Entrons dans le vif du sujet. Le point bas de Commencement est cette position où l’Homme sera dit  » juif « . Il est ce stade où l’Homme vivait encore dans le Tronc Gnose (où, par définition Être et Avoir ne font que UN). Sortant du Tronc Gnose, l’Homme en émargea par les deux Branches maintenant bien connues par Adam (Branche Être) et Ève (branche Avoir). les hommes cessèrent de Marcher sur la Voie (diagonale centrale du dessin) pour parcourir des voies, les chemins divergents et multiples, ceux de l’Erreur.  Est alors né le Judaïsme.

Cette divergence étant à finalité catastrophique, une secte (en l’occurrence Essénienne; mais peu importe ici) créa le personnage nommé Jésus, adepte de la Gnose soit de la Voie (la diagonale verticale de notre losange. C’est le TAO chinois…) dont la mission fut de s’adresser à ces ex-juifs, donc aux adeptes du judaïsme, pour leur dire  » Faites Retour »  (Matthieu 3 verset 2; traduction André CHOURAQUI) autrement dit : « opérez la convergence de vos chemins pour réintégrer la Gnose, là où JE SUIS ». C’est pourquoi Jésus, tout en montrant le Chemin, fut situé au sommet de cette convergence et fut appelé « roi des juifs ». Pour certains lecteurs je signale au passage que ce point « haut » est également celui où se tient Bouddha….

Ces adeptes du Judaïsme n’entendirent pas (= ne comprirent pas) Jésus et seront appelés « les Chrétiens » ceux des hommes qui l’entendirent et crurent (…) en lui. Autrement dit, la partie basse du losange (celle divergente) est sensée « parler » des chemins parcourus par les anciens juifs et la partie haute du losange (celle convergente) est sensée « parler » des chemins empruntés par les chrétiens. Malheureusement, les chrétiens – pas plus que les anciens juifs –  n’ont compris le Sens du Message de Jésus et eux aussi parcourent des chemins divergents.  Encore et toujours !

En résumé, le point haut du losange étant comme le point bas (l’alpha étant comme l’oméga…) nous somme tous nés « juif » (le nouveau-né, à l’instant de sa venue au monde, possède un cerveau dans lequel Être et Avoir ne font que UN; c’est cela être Juif). Ensuite, il est baptisé; sa route diverge par adhésion à une religion. Mais, la Finalité existentielle est le point Haut dont Jésus est venu nous parler et dont, à mon tour, je viens vous parler. La Finalité existentielle de chacun est de (re)devenir « Juif », de réintégrer la Gnose.  Et quand on est gnostique autrement dit quand on est véritablement juif…on ne se dit pas propriétaire ni d’une terre ni d’un Pays; on ne possède rien ici bas. D’où le sens de mon entête qui paraîtra provoquant.

Le 1er février 2004, dans un courrier adressé à André CHOURAQUI,  je développais cette idée majeure et lui faisais remarquer les erreurs qu’il commettait …lui aussi !  Je cite le passage de mon courrier :

« L’emploi de YHWH-Elohim » pour désigner la Complexité du Grand Corps Universel dont nous sommes des « goutes d’Amour à son Image » est Juste; mais attention! Il y a erreur quand certains esprits dits savants « décomplexisent » YHWH-Elohim pour n’employer – à l’image de leur propre condition d’humains, soit de mortels, Être ou Avoir, c’est-à-dire en opérant un mortel Clivage  (=  Schizophrénie fondamentale) de cette Unité YHWH seul et/ou Elohim seul. Et cette erreur, vous la commettez souvent dans vos écrits !

Page 203, par exemple, vous écrivez : « le saint est celui qui reflète le plus totalement la lumière d’Elohim » et… »Dans le récit de la genèse, Elohim est le père de la lumière, son créateur Être un fils d’Elohim signifie pour moi refléter totalement la lumière, mentionnée cinq fois dans les premiers versets de la Bible ».

En fait, la « lumière » que vous semblez sous-entendre devrait être écrite avec un L majuscule. Elle est la complexité YHWH-Elohim soit association intime de Être-Avoir, en aucun cas Elohim tout seul qui, isolé (soit détaché de YHWH) parle uniquement de la lumière physique.

Elohim, qui est un pluriel, est synonyme de Avoirs et n’implique QUE l’aspect Matériel, l’aspect Physique de la Création. En aucun cas Elohim implique « Être ». L’aspect spirituel de la Création est rendu par l’ineffable YHWH.

Ainsi faisant, ceux-là abaissent ce Grand-Corps-Complexe-Universel à l’ échelle de leur propre petitesse (c.à.d. « clivée ») en laquelle s’affrontent Dieu et Diable (Être coupé de Avoir, Avoir coupé de Être générant ainsi Être et Avoir).

Cependant, si vous admettez que YHWH puisse être isolé de Elohim (ce qui, encore une fois, n’est pas concevable) alors vous devez reconnaitre que c’est YHWH qui désigna à Moïse la Terre Promise à conquérir et non Elohim ! De ce fait, voilà qui implique que cette Terre à « conquérir » n’est QUE Être soit QUE….SPIRITUELLE, aucunement Matérielle.

Si cette Terre avait à être Matérielle, c’est Elohim qui se serait adressé à Moïse. Si Elle avait à être et Spirituelle et matérielle, c’est YWHW-Elohim qui se serait adressé à Moïse.

Ceci constitue une dérive grave de conséquence, vous en conviendrez car, poussant le raisonnement plus loin, on est alors obligé de réaliser l’Erreur gigantesque des Juifs attachés – Aujourd’hui plus encore – à une terre Matérielle, soit « Avoir » (d’où découle le dramatique conflit avec les Palestiniens).

Il faut que les Juifs redécouvrent la véritable et originelle définition de leur Identité qui est « Individu n’étant attaché à rien de Matériel ici Bas et dont la Terre est dans les Ciels« . D’où l’appellation logique de Juif errant.

Dés lors qu’un Juif cesse d’être « errant » il n’est plus « Juif ». C’est ce qui m’a fait écrire, il y a plus de 20 ans qu’il n’est aucun véritable Juif en Israël. Et je connais que cela est la vérité. C’est pourquoi le Juif ne peut adhérer à Jésus qui, officiellement, fut le premier à lui faire des reproches quant à sa conduite. Jésus pourrait être considéré comme étant le premier « antisémite » de l’Histoire tant que le Juif n’aura pas rectifié son Chemin en venant vers lui, soit vers la Gnose dont je suis, Aujourd’hui, un trop rare Représentant. »

Quelques lignes plus loi…

« Aussi suis-je surpris que après un travail si remarquable (votre traduction de la Bible et du N.T.) vous employiez si souvent ce terme de Dieu qui est une trahison vis-à-vis de l’Objectivité, soit vis-à-vis de YHWH-Elohim. Ce concept de Dieu, dans l’esprit des hommes qui (y) croient (ils sont dans une dérive autodestructrice) est semblable à un Plafond – pour ne pas dire à une Chape de Plomb – qui impose à leur Marche de baisser la tête, de courber l’échine (Marche paranoïaque). Non, il n’y a pas de Plafond. Il n’y a pas de Dieu. Il y a pas de Paranoïa ni Collective ni Individuelle. En vérité, il n’y  a pas de  khata. » (le « Khata » étant  traduit par Péché Originel).

Je terminais ma lettre de quatre pages par cette phrase tirée des écrits de A. CHOURAQUI lui-même

J’espère que vous saurez dissiper en vous les ombres qui vous empêchent (peut-être encore?) de voir la Lumière dont vous avez le désir passionné (p.204 de votre livre).

André CHOURAQUI répondit (d’Israël) à ma lettre le 10 février suivant par ces mots :

« Pour ce qui est de votre position, assez curieuse, vis-à-vis de l’État d’Israël, vous pourriez lire parmi beaucoup d’autres mon livre : « Théodore Hertzl, inventeur de l’État d’Israël » ou mes trois « Que sais-je » : L’État d’Israêl, Histoire du judaïsme et la pensée juive. En complément je vous recommande quelques ouvrages de base sur le judaïsme qui vous permettront de mieux cerner le rapport existant au sein de la philosophie juive entre réalité matérielle et réalité spirituelle. Lisez pour commencer Martin Buber, Bahya Ibn Paquda et le Talmud dans la traduction du rabbin Ady Steinsalz. Je vous recommande également de prendre contact avec des cercles de discussion inter religieux dans lesquels vous pourrez découvrir des points de vue variés sur la nature de la réalité, et travailler à percevoir l’unité. »

Assurément, cet homme maintenant décédé, n’avait rien compris à mes propos, ni à ma position de gnostique, moi qui témoignais dans ma lettre de l’UNité que lui même ne voyait pas et, ne la voyant pas, incriminait autrui de ne point la voir. C’est cela le véritable réflexe paranoïaque.

Assurément, dans cette région du monde, la Paix n’est pas pour Demain !

Heureux qui pénètre ces écrits.

le 30 mai 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

  • Nota : André CHOURAQUI qui a bien connu mon oncle (adoptif) Louis DALLIÈRE (qui fut pasteur de l’Église Réformée à Charmes sur Rhône) l’évoque souvent dans ses ouvrages notamment une trentaine de fois dans son livre  « L’amour fort comme la mort » (éd. Pocket). C’est la raison pour laquelle il a daigné apporter une réponse à mes courriers.
  • La possibilité de faire des commentaires sur cet article a été retirée. Me contacter par e-mail.

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com

Distinguo entre : Prier et Méditer (art.19)

vendredi, mai 15th, 2009

– Article 019 –

Distinguo entre : Prier et Méditer

-:-:-:-

     Ce qui m’amène à évoquer ce thème c’est l’incessante confusion que font bon nombre d’individus entre ces deux verbes – Prier et Méditer – qui ne parlent pas du tout de la même démarche.

– PRIER est ce verbe qui évoque une démarche typiquement spirituelle par laquelle le Croyant essaie de faire communiquer, entre eux, deux « Êtres » de longueurs d’ondes différentes : son propre Être Intérieur avec celui d’un Être estimé Extérieur (à lui) qu’il nomme généralement Dieu.  Cet Être Extérieur (hautement pathologique puisque nous sommes ici en pleine Paranoïa) est considéré telle une Puissance Supérieure pour les Chrétiens, les Juifs, les Musulmans, etc… Les prières sont ces instants de recueillement et de monologue entre l’humain et cet Être Supérieur, estimé Absolu, auquel le priant exprime ses sollicitations, ses espérances, ses souhaits, ses reconnaissances et remerciements divers, ses désespoirs aussi selon le cours de son existence, un peu à l’image (bien connue) du Patient dans le cabinet de son Analyste. A la différence que dans ce dernier cas, l’Analyste-Dieu peut souvent répondre de manière intelligible.

– MÉDITER évoque une démarche très différente. En termes un peu techniques je dirai que cette démarche consiste à essayer de mettre en phase l’Ego (soit, les caractéristiques qui font l’Individu « homme ») avec celui Universel qui est tant Extérieur à Soi qu’Intérieur. Et cet exercice de méditation est parfaitement réussi quand ce que j’appelle les paramètres de l’Ego ne sont plus et que l’Être de l’Individu entre en résonance avec l’Universel. A ce moment là, uniquement à ce stade de  parfaite connexion, un silence cosmique s’établit pour laisser « parler » l’Universel. Vous entendez en vous une Voix qui parle votre langue comme celle qui actuellement me dicte ce que je vous écris. Mon ego est alors inexistant; et s’il devait revenir en ce moment là de méditation, c’est alors un brouillage plus ou moins important de cette Voix qui disparait totalement si l’ego reprend sa place de chef (!). Renaît simultanément le sentiment plus ou moins prononcé de solitude, avec l’ennui, la notion de choix (le choix est totalement étranger au gnostique), l’impétueux besoin d’agir pour ne pas ressentir les affres de l’humain. L’ennui n’existe pas chez l’Animal et évidemment pas chez le gnostique. Il prend naissance à la source des Deux Branches Maîtresses culturelles par lesquelles Adam et Ève sont sortis (ont été chassés) du Tronc-Gnose.

– En résumé –  De manière simple et imagée disons que le gnostique, comme tout Habitant du Tronc-gnose, n’éprouve pas le besoin de Méditer (encore moins de prier!). Tout Être qui sort du Tronc-gnose par une « Branche » (les premiers furent Adam et Ève) éprouvera le besoin de méditer pour essayer de maintenir le lien avec l’âme du Tronc qu’il a perdue en évoluant « en branches ». Le gnostique qui « sort » un temps du Tronc pour raison « x » (à l’image de Jésus qui avait un message à faire passer; ou comme moi pour vous parler en ces pages) médite pour « entretenir le lien » avec le Tronc.  L’Homme ayant poussé loin en branches, donc si éloigné du Tronc, que sa Mémoire n’en contient plus la trace consciente; il pensera cette Force – initialement Interne-Externe – comme exclusivement extérieure à lui (caractéristique majeure de la Paranoïa) et se mettra alors à prier et ce, jusqu’au jour où, poussant plus encore, il ne croira plus à aucune Force extérieure qui sera remplacée par celles politiques (Polices, Armées, etc…). C’est alors la fin Athée »de la pousse, sa Matérialisation.

Concernant Jeanne d’Arc qui, dit-on, « entendait des voix« , il s’agit d’un tout autre Mécanisme psychique – dans l’hypothèse où Jeanne d’Arc était bien une femme (?) – propre à la Schizophrénie et dont nous reparlerons quand nous aborderons les dysfonctionnements psychiques de l’Être.

Je signale au passage, car cela me semble important à préciser (trop peu de personnes le savent), que tous les Animaux de la Terre (en fait, tout le « Tronc » Gnose) sont sans cesse en phase, en résonance, avec l’Universel et cette Voix Intérieure qui les guide, tous et chacun, passe par un « récepteur » que l’homme appelle l Inné (lequel entre en conflit, chez l’Homme, avec l’Acquis dont le « centre de gravité » est  l’ego (il construit le monde Culturel) ce dernier coupant toujours plus l’Homme de la Nature.

Pour ceux des Chrétiens que le sujet interpelle, je me dois de préciser que Jésus ne pouvait pas croire en Dieu – et donc pas (Le) prier – pour la simple raison que ce terme de « Dieu », ce concept, n’existait pas de son Temps. Il fut créé des siècles plus tard. Il faut oublier, voire même brûler, toutes ces traductions bibliques qui emploient ce terme de Dieu, elles sont toutes fausses et conduisent depuis des siècles les humains dans des Impasses de Guerres en tous genres. Je ne saurais trop conseiller de se tourner vers la traduction courageuse (avec néanmoins quelques erreurs  dés la Genèse où est employé un Temps autre que Présent; ce qui n’est pas cohérent)  d’André CHOURAQUI où le terme de Dieu est justement remplacé par sa Complexité ÊTRE-AVOIR soit « IHVH » ou encore « YHWH » (pour ÊTRE, le domaine du Souffle) et « Elohim » (pour AVOIR, le domaine perceptible, Matériel, toujours pluriel). Je n’entrerai pas ici dans une « Sur-traduction-correction » de la Bible de CHOURAQUI qui,  n’étant pas gnostique, a produit de ce fait une traduction parsemée d’idées à corriger. Ce sera l’objet d’un autre article un peu plus ardu que celui-ci…

En tant que gnostique, Jésus ne pouvait pas s’adonner non plus à la « prière » (ce que traduisaient ceux qui étaient extérieurs à la Gnose – exotérisme -, comme ses disciples qu’il tentait d’initier à la Gnose justement; ésotérisme) mais uniquement à la méditation. Dire « qu’il se retirait pour prier » est tout simplement inexact. Évidemment, pour celui qui est extérieur à la Gnose, un homme qui se recueille est davantage perçu comme priant que comme méditant. Cette notion de méditation n’est pas de culture Occidentale, d’où la confusion. La prière implique la transcendance pour l’homme et la sublimation pour la Femme qui n’a pas le pouvoir de transcender.

Rien de tout cela dans la méditation que l’on peut résumer comme étant une volonté de faire le vide en soi (se vider de l’ego) pour se remplir d’Universel. Cet exercice (…) peut tout à fait être enseigné mais il est très délicat d’initier quelqu’un à la méditation car il faut commencer par un travail que connait bien la Psychanalyse : la régression. Tout le monde n’est pas apte à plonger dans les Profondeurs du subconscient pour tendre vers l’Inconscient (l’ego disparait dans la plongée…) en gardant toujours présent à l’esprit qu’il faut bien Remonter à un certain moment tout en sachant que chaque Remontée est une métamorphose, même si l’ego veut reprendre le dessus.  Celui qui Plonge se voit plus ou moins métamorphosé à chacune des Remontées.

A bientôt pour une autre petite Plongée en eau trouble car bien humaine !

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact et/ou commentaire : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french websire  http://blogapart.freehostia.com

Le Couple-de-Forces : Religion-Politiques (art.16)

samedi, mai 9th, 2009

– Article 016 –

Le Couple-de-Forces : Religion-Politiques

-:-:-:-

      Les sujets que nous allons aborder ici peuvent être qualifiés de « sensibles » à plus d’un titre mais surtout pour la raison suivante : je ne prétends pas être le premier dans l’Histoire de l’Homme à avoir découvert cette relation intime dite de Cause à Effets qui existe, depuis la Nuit des Temps, entre les pôles Positif et Négatif. Les Chinois ont évoqué cette bi-polarité il y a bien longtemps par la puissante symbolique du Tao avec le Yin-Yang (qui sont comme Moins-Plus pour faire simple; mais je ne suis pas sûr qu’ils soient allés jusqu’à prétendre que Avoir dépendait de ÊTRE ?). Là où je ne vois personne l’avoir exposé, c’est quand je montre que Positif-Négatif forme un Couple-de-Forces Universel, de Forces Universelles, qui s’avère être traduit dans toutes les Langues, langages, dialectes, etc…de la Terre par ÊTRE-AVOIR. Sur toutes planètes habitées du Cosmos il en est ainsi parce que ça ne peut être autrement.

Là où je ne vois vraiment personne (?) l’avoir exprimé avant moi (dans les années 80 et officialisé par ma Théorie Universelle de la Complexité évoquée précédemment, éditée en 85)  c’est quand je montre et démontre que non seulement Plus-Moins sont comme ÊTRE-AVOIR de toutes les Langues mais plus encore, ils sont comme RELIGION-POLITIQUES (où Politiques est  comme « AVOIR »  soit, implique toujours un pluriel). Et je devine que c’est là où le bât blesse pour toute Conscience humaine politique, soit responsable, quand je souligne le caractère « PSYCHO-Somatique »  soit ESPRIT-Corps qui unit, à l’Origine, l’un à l’autre.

Cette discipline scientifique appelée Psychosomatique est connue pour concerner l’Individu. Elle ne l’est pas du tout, connue, quand elle est élevée – comme je l’ai fait – à l’échelle des Peuples et de l’Homme dans sa globalité. Dans un article précédent j’ai fait remarquer que S.FREUD s’y était essayé par l’étude de la Religion qu’il a « timidement » qualifiée de Névrose Collective (ce qui est inexact puisque c’est une Psychose : la Paranoïa Collective), mais cette relation causale que j’énonce vis-à-vis de la Politique, si elle a existé par quelqu’un d’autre, ne m’est pas parvenue aux oreilles. A mon avis, elle n’a jamais été développée. D’ailleurs, je ne vois pas des Universitaires développer un tel sujet parfaitement censurable !

Si on prend pour exemple une tribu primitive, le pôle spirituel ÊTRE est tenu par un seul homme (le sorcier, le chaman, l’homme médecine, etc..) et c’est autour de cet homme SEUL, de ce centre spirituel que se font toutes les activités de la tribu. Ce « chef » du Groupe c’est lui, et lui seul donc, qui est en relation privilégiée avec ce que j’appelle le Tuteur-Vertical qui relie les humains au divin (…) soit à ce  » La Haut »  ressenti comme étant cette Force Supérieure vis-à-vis de laquelle il faut montrer humiliation, soumission, etc…pour rester en relation constante, en Intelligence-AVEC, afin de n’avoir à subir aucune de ses « foudres ». Ceci semble très puéril comme exemple pour bon nombre de civilisés…qui ont bien tort de voir cela de haut.  Car, selon l’adage bien connu : « Tout est dans Tout et réciproquement » je fais remarquer la chose suivante…

Tout le monde entend, partout, parler de Cancer. Qu’est-ce que ce Mal si redoutable ?  En deux mots on peut le résumer comme étant un agglomérat de cellules de notre Corps QUI NE VIVENT PAS en intelligence-AVEC le « Tout »,  notre Corps. Supposez un instant que ce Corps, ce Tout, ce soit l’Univers, le Cosmos…et supposez maintenant que la Maladie soit précisément, et par excellence, l’expression de notre Manque d’Intelligence-AVEC  l’Universel, avec le Grand-Corps via LA NATURE… Simpliste ? Je mets au défit quiconque de me démontrer que mon raisonnement Vertical est faux. Je dirai même plus encore : le Cancer ne peut pas apparaître chez l’Espèce qui vit Verticalement. C’est impossible. Toutes les Espèces qui composent la Nature vivent verticalement et constituent le Tronc-gnose.  Comprend qui peut.

Notre tribu primitive évolue; elle devient un Peuple. L’homme sorcier n’est plus « seul ». Pour des tas de raisons propres à chacun de ces Peuples, les Us et Coutumes se sont métamorphosés en Dogmes religieux avec ses « serviteurs » (les prêtres, etc…). Le Peuple, lui, est encore fidèlement agglutiné autour de cette Puissance Religieuse qui constitue le « Noyau ». Il n’a pas le choix ou alors…ce sont des exécutions sommaires. Nous dirons ici que les sphères de AVOIR tournent autour de celle de ÊTRE car la dimension politique n’a pas encore germé de AVOIR trop attaché, encore trop proche de ÊTRE. Mais le Temps jouant son rôle, la scission « nucléaire » ne peut pas ne pas se produire. Par son nombre croissant, AVOIR fait émerger des Différences…c’est dame DIALECTIQUE qui fait ses premiers Pas dans le Groupe l’invitant (…) à se scinder et à créer ce qui deviendra la fonction Politique par l’orchestration de tout ce qui ne semblera plus attaché exclusivement à ÊTRE, se dispersant dangereusement (les Brebis égarées !).

Image analogique. On peut se représenter cette évolution par deux petits aimants (comme ceux qui sont vendus, par exemple, avec les thermomètres de jardin équipés de deux colonnes de mercure ou d’alcool). Vous prenez une fine aiguille à tricoter que vous plantez devant vous et vous positionnez ces deux petits aimants de part et d’autre de l’aiguille en sa partie basse. Le Temps est cet impératif qui vous oblige à glisser le long de l’aiguille en montant et, EN MÊME TEMPS, à tout progressivement écarter les aimants l’un de l’autre. Au début de l’action vous exercez une légère traction pour séparer les aimants, force qui s’en va diminuant alors que vous montez. Jusqu’au moment où, parce que ces aimants sont trop éloignés l’un de l’autre la force attractive (magnétique) ne joue plus. Selon ma Théorie Universelle de la Complexité, l’aimant de votre main gauche (il symbolise ÊTRE) alors « arrêté », correspondant à ce stade où les aimants ne s’attirent plus (n’ont plus de relation entre eux)  ce qui CONDAMNE l’aimant de votre main droite (AVOIR) à TOMBER, contrairement à l’aimant ÊTRE qui, lui, ne peut pas Tomber (tout ce qui évolue suivant le principe de la Néguentropie croissante – comme le Spirituel –  ne peut pas faire marche arrière. Seule la Matière, AVOIR, peut rebrousser chemin, tomber. Pensez toujours à cette notion de Complémentarité;  si Avoir se déroule c’est que Être s’enroule, si Avoir peut tomber c’est que Être ne le peut pas, etc…).

Tout ce laïus pour en arriver à ce stade social où se trouve Aujourd’hui la France qui est un bon exemple puisqu’ Elle a établi  la Laïcité… décision politique de haut niveau qui n’a pas fait que des heureux et qui est encore aujourd’hui discutable. Justement, parlons-en.

LA LAÏCITE 
Une bonne Idée (…) aux Effets pervers

     Ma modestie naturelle (étrangère à celle Culturelle) me pousse à penser que les Politiciens de l’époque où cette décision grave a été prise n’étaient pas ignorants de la Complexité des Mécanismes développés dans ma Théorie (relation de Cause à Effets entre Religion et Politiques) mais que ces Mécanismes ne pouvaient en aucun cas être révélés et compréhensibles par le Peuple. Ils devaient être réservés aux privilégiés (…), aux initiés, qui allaient accéder au Pouvoir (l’E.N.A. enseigne cela ?). Et puis, de quelle manière énoncer au Peuple les Mécanismes de cette Complexité sans craindre une guerre civile religieuse entre ceux qui comprennent et ceux qui ne veulent pas comprendre ?

Mais là où je suis conduit à penser que les dirigeants politiques de l’époque étaient ignorants de la Complexité d’un tel Mécanisme  (sinon, on pourrait les qualifier de Criminels à l’égard de l’Humanité; ce que vous allez comprendre…) c’est qu’en se coupant des Forces de l’Église, soit en se déclarant Indépendants, pour ne pas dire « Majeurs », libres de leurs Actes, ils n’aient pas alors profité de l’occasion pour inverser le sens de l’Évolution de la Pousse sociale acculée jusqu’alors à la Divergence, pour son Malheur (à Cause de l’Église), pour orchestrer dorénavant une salutaire CONVERGENCE. Non. Continuer dans le sens de l’AVOIR a participé à les enrichir individuellement soit à conduire à cette situation où se trouve actuellement la France et tous les Pays environnants : DANS LE MUR.

La CRISE ? ou plutôt : « DANS LE MUR » ?

La Crise ? Elle a bon dos la Crise (que l’on « voit » encore malgré la grippe « A » sensée la camoufler en faisant diversion…) qui s’avère être une petite vague dans la monstrueuse Vague dont  l’Europe craint le déferlement…. Le « problème » est beaucoup plus simple donc beaucoup plus grave que cela car il est « Complexe ».

  • Nota : Ce sont les situations qui ne sont pas « Complexes » qui font compliquées en étant  exclusivement « Avoir », matérielles. C’est pourquoi mes propos seront sévèrement critiqués, voire systématiquement contestés, par des « officiels » qui s’abritent tous derrière la pernicieuse Dialectique tout juste utile à faire briller leur intelligence et ce, au détriment des gens « simples ». Voilà  2000 ans que la fameuse Parole  de Jésus a été prononcée :  » Allégresse des hommes au souffle de pauvres, oui, le royaume des ciels est à eux » (le royaume des ciels, c’est la Gnose) et non comprise (Cf. Nouveau Testament, traduction André CHOURAQUI où le concept de « Dieu » n’existe pas. Jésus, comme tout gnostique, ne croyait pas en Dieu; et pour cause…. Nous en reparlerons ).

Revenons un court instant en arrière au moment de l’établissement des Dogmes religieux soit, à ce stade où cesse toute progression de la Religion (ce qui provoquera le largage de Avoir, tout ce qui a trait à la Politique). Ces Dogmes pour la Religion en question, sont comme un « Plafond de Béton » au dessus des têtes croyantes. Un Plafond indépassable qui impose la Transcendance. Ce Plafond Horizontal est d’essence « ÊTRE »  (on va commencer à le savoir !). Or, ma Théorie dit et oblige que le « Complément » de ce Plafond se situe en secteur Avoir, là où évoluent les sphères de la Politique. C’est quoi le « Complément » de l’Idée de Plafond ? C’est un MUR. En termes clairs et rapides, ma Théorie affirme que quand la Religion cesse toute Progression, elle condamne Avoir à aller de plus en plus vite (Entropie croissante de Avoir oblige) dans le MUR.

Que se passe-t-il quand un Clan, une Tribu, un Peuple
est acculé à s’écraser contre le MUR ?

     C’est assez simple à comprendre. DEUX possibilités (pas une de plus) se présentent. Soit il rebondit vers le Bas,  il tombe et disparait. Ce qui est arrivé des milliers de fois dans le monde depuis que l’Homme existe (disparition de Groupes, Clans, Tribus)…soit, il rebondit vers le Haut. Rebondir vers le Haut signifie : OBLIGATION DE FAIRE LA GUERRE  pour aller prendre Ailleurs (généralement dans un Groupe plus Vertical, Plus « Vert ») du Sang nouveau, des énergies nouvelles  (tuer les hommes, violer les femmes; toujours le même schéma directeur) qui sont plus verticales (et donc, sensées pouvoir « verticaliser » l’assaillant)  que celles qui constituent le Groupe qui est dans le Mur. En ces lignes a été révélée la raison première de toute Action de guerre.

Face à ce dilemme vieux comme le monde, qu’a fait La France après la Seconde Guerre mondiale pour ne pas retomber dans les rouages de ce Mécanisme de « rebondissement » qui impose la Guerre et épuise les Nations?  C’est alors que naquit l’Idée de la Constitution de l’EUROPE; unir les Pays pour faire reculer le plus possible les frontières de potentiels ennemis. Ne plus avoir à faire la Guerre PHYSIQUE. Ce qui est louable d’un certain sens.

Mais qu’est devenue cette pulsion guerrière neutralisée (!) tandis que se répandait l’Idée d’Union des Nations, pulsion  imposée à tout Groupe d’Êtres qui abandonnent le Tronc-gnose pour Pousser en Branches (notion de « punition ») ?  Souvenez-vous du Plafond religieux. Qu’est-ce qu’il y a au dessus du Plafond ? Pour les Croyants, il y a Dieu. Comme il y a Dieu au delà du Plafond voilà  qui implique qu’en Avoir, il y ait Diable en de-ça du MUR.  Le Nom de Diable c’est ARGENT.

La Guerre à éviter avec un ou des Pays voisins a donc muté en GUERRE ÉCONOMIQUE (ça fait quand même plus classe que « guerre d’Argent ». Pourquoi pas Guerre d’Or…comme Veau d’Or ?) dans laquelle sont maintenant tous les Pays Européens, les États-Unis d’Amérique (où elle aurait commencé… N’importe quoi ! Elle a commencé bien avant que les U.S.A. n’existent) et, par voie de conséquence…tout le monde, puisque tous les Pays du monde commercent ensemble. Alors, les médias, les politiques, parlent de sortie de crise…  où tout le monde croit comprendre par « sortie », la même chose que l’entrée mais dans l’autre sens; un peu à l’image d’un tunnel.

Ce ne sera pas ça du tout. Tous les Pays vont dégringoler plus ou moins ensemble, tous les niveaux de vie vont considérablement plonger de telle sorte que les braves politiques pourront  dire à tous : « mais regardez chez nos voisins, c’est pire ». Et vous ne pourrez rien rétorquer. Idem pour le chômage, la délinquance, la violence, soit : les Maux et Fléaux sociaux. Et ce, jusqu’au Jour où tous ces Dirigeants seront acculés à reconsidérer ce dont je (vous) parle depuis longtemps : la Gnose ! Il faut s’en réjouir mais je crains que les divers  pouvoirs politiques qui gouvernent le monde (en fait, les Financiers) ne soient pas d’accord du tout avec la SEULE issue de secours qui existe pour l’Homme.

L’ISSUE DE SECOURS POUR L’HUMANITÉ

    Cette ISSUE DE SECOURS pour l’Homme,  j’en témoigne depuis des lustres auprès d’éditeurs, médias, auprès de politiques, des Présidents de la République successifs, mais personne ne veut l’entendre (François MITTERRAND l’a eue sur son bureau; il me l’a écrit). Cette Issue de Secours correspond à une prise de conscience collective, mondiale,  de ce Référentiel Tuteur appelé la Gnose et vers lequel il faut au plus vite faire CONVERGER les Pousses sociales, soit inverser le sens des évolutions des Pays du monde qui vivent tous cette autodestructrice et suicidaire Divergence. On ressent actuellement, timidement certes, ces tendances qui invitent à cette Convergence salutaire dont personne n’explique le caractère impératif. Mais il faut, hélas, que les Pays s’enfoncent encore plus dans la Crise pour comprendre l’aspect salutaire de cette inversion, ce renversement de la Vapeur.

Ce n’est pas faire « marche arrière » que penser cela. Pas du tout. C’est toujours ALLER DE L’AVANT mais en faisant un changement de Cap pour tendre « vers le Nord » alors que la majorité des Pays fait Cap à l’Est vers le déclin. Les branches, chemin faisant, deviennent toujours plus lourdes et horizontales, chargées de leurs « fruits » (les produits issus de l’intelligence de l’Homme, tous nocifs c’est-à-dire se retournant CONTRE les intérêts vitaux de l’HOMME) nécessitant un étayage toujours plus important ce qui correspond à un toujours plus d’Argent ruinant. La Ruine sociale !

Cette Inversion Cap au Nord, vers le Tuteur-Vertical (la Gnose), de la part des Politiques, aura pour le côté Religieux – initialement causal – l’effet inverse. Le Judéo-Christianisme se verra acculé cette fois à remettre en question ses Dogmes (s’il veut survivre…) soit à se débloquer, un peu à l’image d’un ressort d’horloger serré à bloc et qu’il faut relâcher. Le Judaïsme doit donc revoir sa copie (sous la pression d’un anti-sémitisme qui a, hélas, ses  « raisons d’être ») quant à ses interprétations erronées de la  Bible (Ancien Testament), ce qui peut être initié par le Christianisme qui doit revoir ses interprétations erronées du Nouveau Testament et des Paroles de Jésus (l’anti-Christianisme est encore plus justifiable…).

Ce travail gigantesque de théologie, tant pour l’une que pour l’autre de ces Religions monothéistes, je l’ai rédigé; ce qui me demanda plus de 50 années d’étude des diverses traductions bibliques pour m’apercevoir qu’une seule d’entre toutes (celle de André CHOURAQUI) n’est pas à jeter. Je dis bien : toutes les autres sont à mettre au feu du fait d’employer ce concept pathologique de Dieu qui empêche l’Homme de Sortir de ses ornières dialectiques , suicidaires.

Ces sujets délicats feront donc l’objet de rédactions que je ferai pour Vous, plus tard.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Théorie Universelle de la Complexité (Entracte !) (art.10)

samedi, mai 2nd, 2009

– Article 010 –

Théorie Universelle de la Complexité (Entracte !)

-:-:-:-

      L’article précédent fut consacré à la définition objective du Tronc de cet Arbre dont la symbolique évoque pour certains, en réalité, depuis la Nuit des Temps, l’Évolution du monde Vivant sur cette Terre. Comme déjà précisé, je comprends le recul instinctif, intellectuel aussi, que peut provoquer cette lecture par son côté aride, rébarbatif, qui  tente d’expliciter cette Théorie Universelle de la Complexité.

D’où ce petit Entracte « digestif » que je propose ce jour avant de s’attaquer au gros morceau que représente le foisonnement dispersant des Branches savantes

Mais je me dois d’être le plus clair possible au sujet de cette Théorie :

le fait que nos Sociétés Occidentales – avec celles de même type – s’enfoncent de plus en plus dans la Crise actuelle (d’autres diront qu’elles sont « dans le Mur »; expression qui, comme nous le verrons, est plus juste) provient, en dernière analyse, de l’ ignorance de cette Théorie de la part des responsables, dirigeants, de ces pays. En dernière analyse…

De très nombreuses fois, par des courriers multiples (toujours envoyés en Recommandé avec A.R.) souvent accompagnés de schémas explicites et parlants, j’ai contacté des responsables de tous bords :

–  religieux, dont le Pape, l’Église Réformée de France, André CHOURAQUI à Jérusalem,  etc.,

– les Présidents de la République tels :  F.MITTERRAND, Jacques CHIRAC,  Nicolas SARKOZY notamment par un dossier intitulé  « les informations exposées dans ce dossier – indispensables au Redressement de tout Pays dont la France – sont inconnues des politiques et des scientifiques traditionnels » dossier (du 17 octobre 2007) resté, comme les autres,  sans réponse…

–  les Ministres tels : Michel ROCARD (22 juillet 1992), Edouard BALLADUR, Lionel JOSPIN (alors Premier Ministre, dossier daté du 1er mai 2002) approché de près dans l’Ile de Ré et à qui je remettais en mains propres – par l’intermédiaire de sa femme Sylviane AGACINSKI (le dimanche 21 août 2005 vers midi au marché d’Ars…) –  le dossier également important ayant pour titre  « de la Justice naturelle à l’Ajustice culturelle« . Pas de réponse, etc..

Nota : au sujet de ce dossier j’ai même contacté La Cour de Justice des Communautés Européennes du Luxembourg (le 12 octobre 2004) puis, la COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME qui me répondit le 1er mars 2005, réponse qui me plaçait « hors jeu »…avec un tas de formulaires à remplir pour être (éventuellement) pris en considération…

–  Responsables de l’Opposition, tels  Francois BAYROU (deux courriers avec AR sans réponse),  etc. 

–  scientifiques comme Nicolas HULOT, etc..

–  médias...TOUS, en nombre incalculable de fois. Sans réponse aucune.

–  maisons d’éditions …pour mon dernier manuscrit « L’Ecrit-Primal : la Gnose » sous titré l’Issue mondiale, manuscrit qui s’avère représenter le SEUL type d’écrit qu’une maison d’édition s’interdit de publier…

et tout cela, dans le but d’ informer.  Rares furent les réponses à ces courriers par lesquels j’ai crié dans le Désert social.

Jamais le moindre entretien,  sollicité pour exposer mes vues,  ne me fut accordé hormis à l’Elysée, le Chef de Cabinet de F. MITTERRAND, Jean GLAVANY (en 1983 et 1985) et Aimé CÉSAIRE, (en son bureau de Mairie à Fort-de-France, le vendredi 02 septembre 1988), qui furent les heureuses exceptions sur 30 années d’Appels, mais ces entretiens d’exception pour moi ne débouchèrent sur rien de concret pour mes idées.  Le monde des Idées est impitoyable. Pierre  BEREGOVOY paya même de sa vie le fait d’avoir voulu quitter une position sociale proche de la Verticale (la Base sociale) pour pénétrer celle la plus Horizontale,  la Finance-Politique, à laquelle il se frotta et se brûla tout logiquement (…) les ailes.

Ceux qui obtiennent le Pouvoir se mettent quasi systématiquement à manquer d’Idées dés lors qu’ils L’obtiennent et ils se nourrissent alors aux sources mêmes de ceux qui voudraient L’avoir et qui émettent des idées, souvent à cette seule fin. On retrouve ce schéma directeur dans le monde de l’Édition où les Comités de lecteurs – qui ont à juger de la valeur (…) d’un manuscrit et donc de sa possible publication –  sont souvent eux-mêmes des écrivains qui, par ce poste privilégier de lecteurs , ont la possibilité de « piquer » des idées développées dans les manuscrits qu’ils vont donc refuser pour s’en s’approprier la paternité. C’est simple. D’où la prolifération de publications « à compte d’auteur » et les arnaques, les désillusions, qui les accompagnent.

On retrouve d’ailleurs la trace d’un tel mécanisme chez les écrivains eux-mêmes qui, en règle générale, sont de grands lecteurs. Des idées d’auteurs « étrangers », et multiples, sont ainsi mémorisées puis synthétisées pour faire croire à des créations nouvelles. Ce n’est pas étonnant que chemin faisant, et selon ce principe présent dans de nombreuses disciplines, les Sociétés dites Ouvertes soient en si mauvaise santé…On peut très bien – et j’en suis la preuve encore vivante, également dérangeante il est vrai ! – être allergique depuis toujours à la lecture des écrits des Autres et avoir sur l’Humanité et son Environnement des idées  salutaires par leur originalité mais surtout par leur source fondamentale.

L’exemple, pour illustrer cela, je l’emprunte ici à la Tour de Pise qui, comme chacun le sait, ne demande qu’à accroître son fruit (…) : tout écrivain – universitaire ou non – qui se voit « intégré » dans la Société par la publication de ses écrits est semblable à ce maçon qui, montant en haut de ladite Tour, continuerait sa construction en rajoutant sa pierre à l’Édifice…Et le vice est plus sournois encore car combien sont-ils maintenant ces auteurs qui sont publiés et qui prétendent œuvrer pour le Redressement de cette Tour! Quoi que pensent ceux-là, leurs œuvres sont des Poids qui pèsent « négativement » et participent à l’accroissement de ce fruit. LA seule solution est un travail de Fond, repartir non seulement aux Fondations de l’édifice mais plus encore, étudier la nature du sol sur lequel est bâtie la Tour (exemple symbolique). En creusant de la sorte on trouve le plus souvent du « sable »…sur lequel il est Mieux pour Tous de ne pas Bâtir. Heureux ceux et celles qui pénètrent cela.

Tout ceci pour dire que cette Théorie que je vous présente (elle est née dans les années 80) constitue cet exposé inventaire des « Outils » nécessaires à une totale Refondation de la Société humaine, à la Fondation d’un Humanisme sans faille (un « Sur-Humanisme » développé dans mon manuscrit), par les paramètres jusqu’à ce Jour voulus IGNORES que sont ces verbes dits Auxiliaires (Auxiliaires de qui?…. du « Verbe Lumière » !) : ÊTRE et AVOIR dont la fusion constitue (Le Verbe Lumière, justement!) cette valeurTrésor que chacun Recherche au plus profond de lui, se l’avouant ou pas, : l’Amour (avec un grand A).

A bientôt donc pour cet envol vers les Branches à problèmes.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact et/ou commentaire :  jean.dalliere@orange.fr

You are on the french website  http://blogapart.freehostia.com