Posts Tagged ‘distinguo entre savoir et connaître’

la Résilience (au sujet de :) (art.50)

mardi, décembre 1st, 2009

– Article 050 –

 la Résilience (au sujet de 🙂

(la Pensée complexe gnostique)

-:-:-:-

      Idée générale développée dans divers ouvrages : « Après une épreuve plus ou moins traumatisante, aptitude pour l’Individu à retrouver l’état qui a précédé cette épreuve « .

-:-:-:-

Ce sujet – la Résilience – a  intéressé bon nombre de personnes quand, ces dernières années, il a été vulgarisé (ne rien voir ici de péjoratif) par divers écrits émanant de scientifiques, de médecins psychiatres, de psychologues, psychanalystes,  universitaires, philosophes, etc… dont le plus connu en France est le psychiatre psychanalyste Boris Cyrulnik. Maintenant, si l’on consulte Internet à ce sujet, on fait le constat d’une sévère polémique entre scientifiques eux-mêmes au point que  j’ai pu lire ce titre interrogatif de Dominique COLLIN (que je ne connais pas) « Brouillard ou arc-en-ciel de sens ?« , titre qui illustre assez bien l’étendue de la polémique.

Ce qu’il convient de comprendre c’est qu’à partir du moment où, pour expliciter un Mécanisme complexe propre à l’Homme ou, plus globalement encore, propre au monde vivant, on utilise un principe (tel celui de la Résilience) qui est du seul domaine de la Matière, on se condamne à la Dialectique, c’est-à-dire à affronter des idées, voire des  théories, qui s’opposent. C’est là la preuve que cet emprunt (à la Matière) ne traduit pas du tout ce Mécanisme du vivant.

En termes plus directs je dis : dés lors que l’on emprunte à la seule Matière une de ses caractéristiques pour expliciter le Vivant, on se condamne à la Dialectique – donc, à la polémique – dont les sphères évolutives s’appellent la subjectivité, pour ne pas dire l’Erreur!

Un exemple un peu grossier pour illustrer mes propos.

Que penseriez-vous d’un spécialiste, universitaire, scientifique, etc… qui, pour vous expliciter le fonctionnement de votre cerveau vous dirait : « ouvrez votre ordinateur et vous saurez comment fonctionne votre cerveau« . Ou encore, alors que vous vous interrogez sur le fonctionnement de l’œil, il vous répondrait : « démontez un appareil photo et vous saurez« . On comprend tout à fait que la réponse fasse polémique; les « créations » de l’Homme ne traduisent pas la complexité de ses Mécanismes psychiques car, comme je l’ai montré par mes travaux, ces créations humaines sont à appréhender tels des sous-produits de la Conscience humaine.

Ce qu’il convient de comprendre et qui, par contre, ne fait pas le jeu des scientifiques, est la chose suivante.

L’humain, comme tout ce qui est vivant – tant sur cette Terre que dans tout le cosmos – possède une caractéristique que l’on retrouve en chaque élément constituant, quelle que soit l’échelle considérée (une Espèce, un Collectif social, un Individu, une cellule, etc…), c’est la fusion de ÊTRE-AVOIR, fusion qui constitue l’UNITÉ PRIMORDIALE du vivant (on peut tout à fait lui attribuer une autre appellation). Voilà l’objective définition du vivant.

Maintenant, suivez bien ce que je veux préciser et qui est important à comprendre tant pour ce sujet – la Résilience – que pour tout autre sujet.

Dés lors que vous scindez en DEUX cette Unité Primordiale (clivage qui caractérise justement le cerveau humain), vous introduisez obligatoirement la conjonction « et » entre ÊTRE et AVOIR. Ce faisant, l’Espèce humaine (s’isolant toujours plus de toutes les autres Espèces de la Terre en lesquelles ce mortel clivage n’existe pas), voit s’établir dans sa Conscience en formation un champ DIALECTIQUE, base de tout dialogue rendu possible par la dissociation de ces deux verbes fondamentaux ÊTRE et AVOIR.

Dans un second temps (mais là n’est pas le sujet), cette bipolarisation du Langage – la Dialectique – s’est déplacée, transférée et reproduite au sein même de chacun des verbes dits auxiliaires.

–  Se détachant toujours plus de AVOIR, l’évolution de l’entité ÊTRE se condamnant à l’isolement, donna finalement les concepts nécessaires à l’élaboration de toute Religion.

–  A l’opposé, évoluant toujours plus seule, l’entité AVOIR gérée par la Politique (au sens le plus large), subissant les lois de l’Entropie croissante que résume le fameux « toujours plus » (symbolisé par la spirale qui se déroule où les Espaces sans cesse grandissant sont parcourus à des vitesses sans cesse accélérées) traduit un croissant mécontentement du Collectif social par une évolution qui va vers l’Intérêt Individuel au dépend de l’Intérêt Collectif qui est seul salutaire.

L’ évolution de AVOIR – évolution qui est la Conséquence de celle de ÊTRE (ce que démontre ma « Théorie Universelle de la Complexité » exposée dans mes articles N° 08 à 13 de ce blog) – révéla donc toutes les démarches politiques, scientifiques, avec la multiplicité des Savoirs et, c’est en ces sphères des seuls Savoirs que se situe – entre autres –  la « problématique » de la Résilience, sujet qui ne prend pas en considération la Complexité existentielle du vivant  évoquée par la fusion de ÊTRE-AVOIR.

Autrement dit, tout ce qui est du domaine des Savoirs et, ici, plus particulièrement tout ce que disent des scientifiques au sujet de  la Résilience, est systématiquement l’Erreur, soit…  faux !

  • Nota : Je précise que contrairement à ce que l’on peut penser, les scientifiques de la Psy ne sont pas des « savants » de l’entité ÊTRE, mais encore et toujours de l’entité AVOIR. Les savants de ÊTRE s’appellent les théologiens, les gens d’églises,  soit tous ceux qui structurent – via l’Esprit –  une Religion dont le Sens de son Évolution est l’Irrationnel. Alors que les Psy entendent, comme tous les scientifiques, rationaliser leurs discours via la Pensée. Il n’y a pas d’Esprit dans les disciplines  Psy.  N’en déplaise à… beaucoup d’entre eux. Ceci est largement démontré dans et par mes travaux qui sont évidemment… censurés (depuis qu’ils furent présentés à l’Elysée en 1985).

Avant de clore ce sujet,  je voudrais apporter une précision qui, elle, n’entre dans aucune polémique puisque émanant de cette position de gnostique que j’occupe, position où l’objectivité est le seul Regard qui soit porté sur les « Branches » de l’évolution des hommes.

La Résilience peut être illustrée par l’exemple connu de lunettes de vue faites en un matériau qui a la mémoire de sa forme initiale et qu’elle reprend après avoir subi nombre de déformations accidentelles. Transposé à l’Homme, l’exemple n’est pas correct; le mot Résilience est inadéquat. Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’humain est vivant, constamment en évolution, en constante mutation donc transformation. Or, le Savoir n’intègre pas cette notion de forme initiale qui appartient à la Connaissance, non aux Savoirs.

Rappel – Dans des articles précédents j’ai évoqué l’image symbolique de l’Arbre pour illustrer l’Évolution générale de l’Humanité en montrant que l’origine de l’Espèce Homme est le Tronc de cet Arbre. Le Tronc c’est le fameux Éden biblique, c’est la Nature qui est synonyme de Gnose, de Connaissance, que l’on représentera par la notion de Verticalité, de Tuteur référent.

La Résilience - article 50

La Résilience – article 50

L’Homme fut chassé de ce Tronc via DEUX Branches maîtresses, opposées,  représentées par ÊTRE et AVOIR. Et c’est la branche AVOIR qui révéla toutes les expressions scientifiques, les Savoirs matérialistes (pléonasme!), tous coupés de leur Essence ÊTRE qui est la Branche de gauche. Le Malheur fatal de ces hommes dits scientifiques c’est d’avoir considéré – et de toujours considérer! – que cette Branche (AVOIR) est le Tronc, sous entendu « Droit », et qu’il n’y a pas d’autre référentiel possible que le leur.

Perdant ainsi la Mémoire du Tronc Gnose, soit celle de la Verticale (métaphysiquement parlant) d’où tout gnostique parle en Vérité, tous les scientifiques, parce qu’évoluant  dans  la subjectivité – donc, dans l’Erreur – veulent ignorer que cette Résilience – qu’ils utilisent à tort (telle est la caractéristique de toute « Branche » par rapport à la Rectitude du Tronc, c’est d’être Tors(e) et d’avoir Tort) dans leurs disciplines Psy – possède bien une Mémoire originelle, absolue, qui s’appelle la Gnose, la Connaissance. Mais comme  pour ironiser ou encore « noyer le poisson », les scientifiques confondent, comme à plaisir, les verbes Savoir et Connaître et ce, sans le moindre scrupule. J’ai déjà écrit à ce sujet, cf. « distinguo entre Savoir et Connaitre » (Article n°05 du 24-04-2009).

Seul le gnostique, parce que poussant Droit au sommet du Tronc peut éventuellement « sortir » vers  des  Branches pour témoigner, se tordre – pas forcément de rire (…)  – et revenir au Tronc où il retrouve sa forme initiale, sa Mémoire originelle, la Nature. Ce faisant, il illustre – pour qui sait Voir – ce  grand Mouvement que l’Humanité toute entière doit accomplir dans son Évolution Générale : une Résilience Collective par un FAIRE RETOUR par le Haut soit, sans Régression aucune.

En dehors de cette Résilience à l’échelle du Collectif, toute autre idée de résilience est sujette à caution.

Heureux ceux et celles qui Pénètrent ces Paroles de Vérité.

le 01 décembre 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental(de l’Humanité à l’Individu)

  • N.B. Je me dois de préciser, pour celles des Consciences les plus sceptiques quant à mon point de vue sur ce sujet en particulier, que c’est le fait d’être né sous-x, et de grandir dans l’ignorance totale de mon Origine qui, à force de résilience et de quête pour un hypothétique Référentiel Tuteur, m’a permis, à 39 ans, de Découvrir ce salutaire Référentiel Tuteur nommé la Gnose.  L’analyse approfondie de mon cas m’a permis de réaliser ensuite (par remise en question totale de la Psychanalyse traditionnelle qui, « revue et corrigée », m’a également permis de l’élever à l’échelle des Peuples puis de l’Humanité alors considérée tel UN SEUL HOMME) qu’il n’est pas un tel exemple qui ne parle analogiquement d’un Mouvement plus Grand, Universel, soit à l’échelle de tout un Peuple, plus encore, à celle de l’Humanité. En effet, c’est bien la Gnose que l’Homme, après l’avoir tant « évacuée » de sa Conscience, doit Retrouver pour sa Survie (notion de Résilience Collective). Faute de quoi… point de Salut pour Lui.

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogapart.freehostia.com

Distinguo entre Savoir(s) et Connaître (art.005)

vendredi, avril 24th, 2009

– Article 005 –

Distinguo entre

Savoir(s) et Connaître

(Analyse fondamentale)

-:-:-:-

PRÉAMBULE

De mon point de vue(s), il n’est pas de sujet plus important, pour la Pensée Occidentale, que celui de ce distinguo entre Connaître et Savoir.

Apparemment, l’approche de ce distinguo est aussi inaccessible pour les Occidentaux que l’est, pour eux, le TAO chinois. On peut avoir l’impression d’en saisir les contours – ils restent brumeux! – , mais Le pénétrer à cœur est tout à fait exceptionnel, illusoire même, pour quiconque demeure « en Branche » (symbolique de l’Arbre dont le Tronc représente la Gnose Connaissance et les Branches, tout Milieu Culturel avec leurs Savoirs).

C’est au fil des millénaires que, pour son plus grand Malheur, l’Homme, tournant le dos à la Connaissance, voudra compenser cet éloignement mortel par les produits des Savoirs… jusqu’à ressentir, maintenant, l’approche d’un Mur contre lequel il a l’impression d’aller toujours plus vite… s’éclater !

Nous approchons de ce Temps où la prise de conscience de ce distinguo va devenir sur-vital pour les Pays « ouverts ». Que le Ciel fasse qu’il ne soit alors pas trop tard.

-:-:-

Exposé

Hier, nous avons abordé le thème majeur de la Pensée humaine vue à partir « de » la Gnose et, tous les écrits qui suivront à ce sujet devront étayer l’ idée selon laquelle ce thème est bien le plus important, le plus universel, qu’il soit donné au cerveau humain non de concevoir mais de découvrir.

Je suis particulièrement conscient de deux choses : vu le vide sidéral – et sidérant! – dont la Pensée Occidentale témoigne à ce sujet (le distinguo en question), je dois être d’une extrême rigueur dans la présentation de la Gnose puisque ces explications vont se voir gravées dans des Consciences « vierges », ignorantes de ce paramètre. La moindre erreur de départ, autrement dit, le moindre « fruit » (ce fruit-là est synonyme d’inclinaison; celle d’un mur par exemple. On dira de la Tour de Pise qu’elle a du fruit) pourra difficilement être corrigé(e).

C’est pourquoi, il ne faudra pas hésiter à me questionner sur tel ou tel mot et/ou phrase employé(e) car le gnostique (l’Habitant de la Gnose que je suis), vit dans cet apparent paradoxe : pour communiquer, pour faire passer des  idées, il faut employer des mots, faire des phrases, etc,  alors que le gnostique connaît – à plus forte raison il sait – que toute expression verbale est du domaine de la pathologie (!). Celle-ci sévit dans toutes les branches de l’Arbre évoqué dans l’article précédent, Arbre dont le Tronc symbolise la Gnose et plus généralement la Nature au sens Cosmique, Universel. Il n’y a pas de langage verbal au sein de la Connaissance. On va très vite comprendre pourquoi par la suite.

Le langage verbal est venu à la Conscience humaine pour essayer de compenser les carences du Langage Comportemental qui s’est lentement éteint au fil de l’Evolution (aux rythmes des éloignements de l’Homme du Tronc-Nature) et que tentent de ressusciter certaines disciplines actuelles telles : la danse par son expression corporelle, le QI GONG, etc.  Mais l’expression verbale restera toujours une vaine et frustrante tentative de Compensation.

Et puis, seconde chose. Les habitants de ces Branches, certains d’entre eux tout au moins (religieux, théologiens, exégètes, etc.. politiques, médias,  universitaires , lettrés, dirigeants de sectes, francs-maçons, et même de prétendus adeptes de la Gnose ! Avouez que ça fait beaucoup de monde…) vont vouloir me « tomber dessus » non seulement pour tenter de démontrer que mes propos sont erronés mais aussi et surtout pour tenter de voir disparaître mes témoignages, tout simplement. En d’autres temps, les gnostiques ne passaient-ils pas par le bûcher?

Imaginez, un homme seul, sans formation particulière (autre que marin au long-cours; pour le développement de l’Esprit, c’est idéal…) qui – tel un sous-marin – a « plongé » dans la solitude et la souffrance extrême dès son plus jeune âge comme pour fuir (instinct de survie) un monde d’adultes estimé pernicieux. Cet homme – en guise de carotte existentielle –  a élaboré une Pensée totale, Universelle, Cosmique, puis est remonté à la surface (à l’âge de 39 ans soit en 1980), disant alors à la face des hommes, même les plus lettrés : « vous êtes tous dans l’Erreur, la Pensée Occidentale est synonyme d’Erreur; je peux vous le prouver« . Cet homme-là (que j’ai été), assurément, il est à éliminer. En 1985, à l’Elysée où j’étais alors reçu pour mes Conclusions de travaux, ne m’a-t-il pas été dit de « faire dorénavant attention où j’allais mettre les pieds » (sic).  Aujourd’hui, pour s’exprimer, il reste Internet. Il reste ce « Blog à part ».

Et, ce distinguo entre Savoir(s) et Connaître ?

Reprenons l’image symbolique de l’Arbre développée dans l’article publié hier.

Son Tronc, tout ce qui Le constitue, voilà les « habitants », les composants, de la Connaissance. Celle-ci sera objectivement définie comme étant la prise en considération SIMULTANÉE du paramètre ÊTRE – l’Essence de toute chose – avec le paramètre AVOIR, Physique, correspondant. Les DEUX ne faisant qu’UN en la Connaissance (par contre, ça fait DEUX dans les Savoirs !).

Au passage, je souligne que l’image symbolique qui représente cette simultanéité typiquement gnostique a été récupérée, d’une façon outrancière, par la Justice. C’est l’image de la Balance avec ses deux plateaux :  ÊTRE d’un côté, AVOIR de l’autre à même niveau. Cette  Image, par excellence, représente la notion de la vraie Justice; ce qui est totalement ignoré – le comble ! – des professionnels de la Justice.

Quant aux Savoirs (il faudrait toujours employer ce mot au pluriel, contrairement à LA Connaissance. Un savoir seul, ça n’existe pas. Imaginez-vous une étoile qui n’aurait qu’une seule branche? Non) ils sont toutes les Branches et sous-branches de cet Arbre, toutes émanant du Tronc, Branches qui sont habitées par des « savants » (à quel que degré de savoir que ce soit; d’où la notion de Pyramide des adeptes des Savoirs) soit des Individus qui, à longueur de temps vont être en quête …. devinez de quoi ? …. de ce à quoi, tout en progressant, ils tournent le dos : la Gnose, soit ce Tronc qui porte les Branches sur  lesquelles ils sont plus ou moins  bien « assis » et qu’ils ne peuvent donc pas scier sans risques mortels…

Imaginez le tableau suivant : des individus assoiffés, dans un  désert de sable (le « désert » biblique, ceci dit également en passant,  c’est AVOIR dépourvu de ÊTRE, soit des Sociétés dites Matérialistes; ce que les théologiens n’ont manifestement pas bien compris !) autour d’un puits d’eau auquel ils tournent le dos et qui, seaux vides à la main, se mettent à marcher devant eux en quête d’eau. Plus ils marchent, plus ils ont soif…  Soif de quoi ? De la Gnose, soit de cette Source, le puits, dont ils s’éloignent toujours plus. Telles est l’actuelle situation des humains dans la plupart des pays du monde.

Ici intervient, dans cette carence de distinguo typiquement Occidentale (et qui se mondialise par toutes les traductions de livres), la notion de Nostalgie sous-entendu… de la Connaissance. Aucun homme, aucune femme « moderne », autrement dit de savoir(s), ne peut (sauf exception très rare) appréhender la Connaissance et ce, pour leur plus grand malheur. Ceux-là emploient constamment le terme de « connaissance » en lieu et place de « savoir(s) ». La confusion est courante dans les consciences qui sont ainsi trompées, abusées. Combien de fois entend-on parler de « connaissances scientifiques » ou d’accumulation de connaissances alors qu’il est questions de « savoirs ». La confusion est désespérante !

Peut-on faire « les savoirs » Connaissance ?  Les trans-former ?

Globalement, soit sur le plan social, sur celui de tout un peuple… évidemment pas. En terme d’image symbolique de l’Arbre, cela aurait pour effets de voir les Branches ÊTRE et AVOIR non plus pousser en divergence, comme elles le font depuis des siècles, mais pousser en CONVERGENCE… en poussant cette fois vers le Référentiel Tronc. Utopie ? Évidemment non puisque ce cas est possible; je l’ai démontré dans mon livre consacré à l’Égypte Antique.

On pourrait demander à un « Grand Jardinier » de prendre dans ses bras la totalité des branches sociales de l’Arbre et de les enlacer fortement dans son étreinte comme pour n’en faire qu’UN bouquet à l’image de l’homme aimant qui serre contre lui sa bien aimée. Oui, il est en effet question ici d’Amour quand les  forces de ce Couple ne veulent faire qu’UN. Le monde Culturel est essentiellement en carence, en Manque, d’Amour.

J’enfonce une porte ouverte en disant cela? Pas du tout, la porte de l’Amour est bel et bien fermée pour la Pensée Occidentale, pour les U.S.A., comme pour la majorité des peuples de la Terre, majorité toujours IGNORANTE de l’Amour, le vérirable, où ÊTRE et AVOIR ne font qu’UN. Et quand ÊTRE et AVOIR ne font qu’UN, le Langage verbal n’est alors pas possible; il est rendu possible par clivage de cette Unité Primordiale que forme cette fusion typiquement naturelle.

Il n’y a pas d’Amour dans les relations amoureuses; dans aucune. D’ailleurs, l’Amour n’a pas d’histoire; ce sont les amours humaines qui ont des histoires.  Il n’y a que de la Nostalgie d’Amour en l’Homme puisque ces relations amoureuses se passent dans les sphères exclusivement AVOIR où s’exprime le Couple de Forces « amour-Haine » où la « Haine » est plus importante que l' »amour »; entropie croissante de AVOIR – où ils évoluent – oblige.

-:-:-

Origine illustrée du Mensonge
du Langage humain

Pour tenter de mieux faire comprendre l’importance de ce distinguo, j’évoque  ce que nous nommons un Phénomène.

Un phénomène est constitué d’une cause associée à ses effets. La prise en considération de cette cause associée aux effets produits, voilà cet ensemble qui est appelé phénomène. Vraiment ? Non. Tout ceci est inexact car dans nos Sociétés dites évoluées – type Occidental – la « cause » qui est prise en considération n’est jamais que l’un des effets d’un phénomène précédent. Cette cause n’est pas la Cause-Première. Je précise à ce sujet que la recherche d’une Cause-Première d’un phénomène est un travail typiquement psychanalytique qui implique ce que l’on appelle une Régression laquelle n’est pas, heureusement, à la portée de tout le monde…

Cause-Première - Effets puis où, par évolution, un des effet est pris pour cause !

Cause-Première – Effets
puis où, par évolution, un des effet est pris pour cause !

  • Légende de cet important schéma qui parle de l’évolution générale de tout Collectif humain à travers les Âges – Quand des Effets (« E ») sont pris, à tort, pour des Causes-Premières (« C ») – soit à partir du point 4 où E est perçu dédoublé – voilà posées les bases de toute forme de Pensée et avec elles celles qui structurent la Dialectique Matérialiste. Toute forme de Pensée, parce que non fondée sur la Complexité (= prise en compte simultanée et de ÊTRE et de AVOIR) est de ce fait à finalité autodestructrice.

Explications du schéma – Les Six Temps, arbitraires, de cette schématique parlent clairement de l’évolution de toute Pousse de tout Collectif (famille, clan, tribu, peuple).

– 1°/  Stade de Connaissance où chaque Effet « E » est la directe manifestation de sa Cause-Première Énergie-vitale « C ». Espace et Temps sont intimement liés (ils constituent l’Espace-Temps respectivement Avoir-Être) d’où cette notion d’Éternité qui caractérise la Nature. Les Êtres qui La composent vivent exclusivement l’instant Présent qui est la vie, laquelle  n’a pas d’opposition. Cette notion d’éternité se perd dès que la vie se met par erreur – soit, par la Pensée – à être opposée à la mort.

– 2°/  Le Clivage ou Schizophrénie fondamentale du Collectif qui touche, plus tard, tout Individu. Être et Avoir ne sont alors plus en vis-à-vis. C’est le Temps du prétendu Péché Originel du Judéo-christianisme celui de l’Adam et Ève biblique. L’UNité du Tronc-Gnose est rompue, ce qui va créer…

– 3°/  DEUX Branches Maîtresses : Être en « C » et Avoir en « E ». Là, Cause-Première et Effets ne sont plus concordants. Chacune des ces entités crée son propre Espace-Temps; d’où l’apparition de deux familles d’Espace-Temps, celle spécifique de Être, celle spécifique de Avoir. 

– 4°/ Dédoublement des Effets. La distance qui sépare « C » de « E » devient si grande que, dans son développement à entropie croissante, E se dédouble créant ainsi la Multitude et donc la notion de Choix, Choix qui est spécifique de Avoir ; ce qui fait dire à l’Homme que « la Nature a horreur du vide ». Ce phénomène va déclencher…

– 5°/  Le Temps du Passage. En masse et en conséquence du (faux) Péché Originel, les hommes passent en secteur Avoir où sont toutes les femmes avec les enfants. Se crée alors… 

  • Note  –  C’est lors de ce « Temps du Passage »  –  synonyme de fatale dérive – du secteur ÊTRE  à celui de AVOIR que des concepts – tel celui de Connaissance – vont se Vider de leur Essence pour devenir de mortels « savoirs ». 

– 6°/  la zone du Langage Verbal, soit celle de tous les SAVOIRS – Les Effets dédoublés occultent totalement les Causes « C » du domaine de Être. Chaque dédoublement de « E » va créer dans la Conscience des hommes l’illusion d’une (fausse) cause qui ne sera jamais qu’un Effet déguisé en cause mais toujours plus à gauche que son autre partie. Ainsi se crée cette zone des échanges : la Dialectique Matérialiste. Ce n’est que dans cet espace-là qu’un Effet peut avoir une influence sur une (pseudo) cause créant ainsi le phénomène de la Pensée. L’espace Politique se crée entre E1 (la politique de gauche) et E2 (la politique de droite).

-:-:-

Autrement dit, le SAVOIR est constitué d’effet(s) coupé(s) de l’ Essence (l’Essence est toujours de secteur ÊTRE)

Quand un Effet est associé, couplé, à sa Cause-Première, voilà : la Connaissance.

Il n’est aucun chemin rationnel qui conduise d’un savoir (ou, des savoirs) à la Connaissance en dehors de la prise de conscience de la Gnose, ce dont rendent témoignage mes écrits.

le 23 avril 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact  jeansidal@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com