Posts Tagged ‘Emile GILLABERT’

Désordre dans les Trois Ordres de la Gnose ! (art.43)

vendredi, juillet 17th, 2009

– Article 043 –

Désordre dans les Trois Ordres de la Gnose !

(La Pensée gnostique)

        L’écrit précédent qui traite de l’Âme humaine peut semer le trouble dans les Consciences éprises de clarté notamment au sujet des Trois Ordres , des trois « catégories » d’humains qui étaient évoquées au début de l’ére Chrétienne. A ce sujet, il faut absolument que les choses soient claires et je vais ici m’y employer en sollicitant une fois encore ma symbolique de l’Arbre avec son Tronc (la Nature) et ses Branches (la Culture).

Avant de retrouver le Chemin de la Gnose (chacun le quitte à sa naissance; d’où le « re » de retrouver) que je recherchais avec une certaine avidité de survie (je l’ai Trouvé aux alentours de la quarantaine; il y a bientôt 30 ans) alors qu’un professeur de Philosophie, de Poitiers, rencontré en privé, venait de me coller l’étiquette de gnostique (mot qui était alors étranger à mon vocabulaire !) je me précipitais dans une grande librairie de La Rochelle (le 21 juin 82) et achetais les deux volumes d’Henri-Charles PUECH ayant pour titre « En quête de la Gnose » (aux éditions Gallimard). C’est par cet écrit que je prenais connaissance pour la première fois de ces Trois Ordres….

Parallèlement à cette lecture, j’entrepris celle de  » l’Évangile selon Thomas » de Rodolphe KASSER (éd. Delachaux et Niestlé); lecture qui me fit un choc…tant je me retrouvais dans bien des paroles (ou loggia) de Jésus…et commençais à faire une lecture parallèle avec l’ouvrage de H.C.PUECH.

Tout aussi parallèlement à cette démarche, en 1982,  j’achetais (le 15 avril 1982) l’ouvrage « JÉSUS et la GNOSE » (éd.Dervy-Livres) de Émile GILLABERT et je commençais à trouver de plus en plus d’erreurs, de confusions,  entre tous ces ouvrages. Je prenais alors contact avec E. GILLABERT, à Marsanne et lui rendais visite avec ma femme  le samedi 15 mai 1982 et le lendemain, jour où il m’a vendu son ouvrage « Évangile selon Thomas » (éd. Métanoïa) me faisant comprendre que son ouvrage est meilleur… C’est de bonne guerre !

C’est donc à partir de ces trois auteurs que j’ai pu savoir sur la Gnose, mais mon Appétit n’était pas du domaine du Savoir, je voulais connaitre, pénétrer la Gnose « à cœur ».

Je vais donc vous donner ici le canevas, ce schéma symbolique de l’Arbre qui va vous éclairer de manière objective, nette et précise, quant à ce Sujet et si vous comprenez bien mes propos (ils émanent d’un pur gnostique), vous constaterez par vous même les erreurs que contiennent tous les ouvrages qui prétendent traiter de la Gnose.

-:-:-:-

SYMBOLIQUE DU LOSANGE AVEC SES DIAGONALES

QUI FONT LA CROIX CHRÉTIENNE

    Imaginez une verticale, tel un grand tuteur pour une plante qui doit pousser très haut. Au début de sa pousse, la plante, dans sa pousse, épouse le tuteur, l’enveloppe fidèlement. Ceci pour symboliser les millénaires de l’évolution du Peuple Égyptien. Le tuteur Droit symbolise la Gnose. Elle a toujours existé. Elle est éternelle. Ce tuteur du monde vivant est Universel, cosmique, il n’est pas spécifique à la planète Terre. La partie verticale de la croix Chrétienne symbolise ce tuteur qui est Connaissance.

Puis arriva un jour, un mauvais Jour, où un homme appelé à devenir Pharaon à son tour, se sauva d’Égypte avec des fidèles. Cet homme s’appelait Moïse. Il quitta l’UNité de la Gnose et de ce fait, créa DEUX branches divergentes de sa pousse. Le peuple Juif était né. Divergeant toujours plus par une branche en ÊTRE et donc l’autre, en AVOIR.

Puis, un autre Jour, une Communauté qui sera qualifiée de sectaire (estimée être Essénienne, mais peu importe ici l’étiquette) comprenant le danger que représentait cette divergence d’un peuple qui s’était autoproclamé  l’élu, « fabriqua » (on dira « initia ») de toute pièce un personnage appelé Jésus pour être envoyé (telle fut sa mission) au devant de ce peuple élu pour lui faire comprendre que cette Divergence mène à la catastrophe et qu’il faut faire RETOUR, soit Converger, vers ce Point dont je rends témoignage, moi le gnostique de toujours qui, au sommet du « losange » suis semblable à un « roi », le roi des juifs.

Le losange était en effet « dessiné » avec,sa diagonale transversale qui symbolisent toutes les voies des divers Savoirs, lesquelles voies, on le comprend bien, écartent de la Connaissance. La suite, vous la connaissez….à peu près, à la différence que Jésus, s’il fut effectivement crucifié, n’est absolument pas mort sur la croix. J’ai déjà évoqué le sujet dans un écrit précédent.

Mais ce que je voulais ici mettre au clair, ce sont les Trois Ordres qu’évoquent dans une grave confusion les auteurs des ouvrages cités plus avant.

Le Tuteur, c’est la Gnose, le Tronc-Nature bien Vertical de notre Arbre; c’est l’âme de toutes les créations de tous les mondes possibles. Et qui dit âme dans le vocabulaire occidental, dit « psy », psycho…les « Psychiques« . Les gnostiques ?  Pourquoi pas ? C’est du Tronc-Gnose que parle Jésus mais que les pneumatiques ont voulu s’approprier en déplaçant, en le transférant,  en cette première Branche qui est le fruit du péché et au sommet de laquelle se situe le dogme absolu de Dieu ! Je signale au passage que Jésus n’est ni le commencement ni la fin de la Gnose, d’un quelconque mouvement gnostique .

La Première Branche Maîtresse qui sort du Tronc, c’est celle qui porte ÊTRE, le Souffle; et le Souffle c’est le pneuma et ceux qui habitent cette Branche ils sont les Pneumatiques. Cette Branche poussée à son maximum s’arrête (fin de spirale ENROULANTE), ce sont les Idées « arrêtées » appelées les Dogmes avec, pour sommet, celui de Dieu. On est là en plaine pathologie Collective…la Paranoïa Collective. Voilà bien un terrain  sur lequel les théologiens du monde entier ne veulent pas « combattre ». Car…c’est affaire de vérité.

La Seconde Branche Maîtresse, opposée et conséquence de la première, est celle de AVOIR dont l’évolution est une spirale déroulante. (Relation Psychosomatique entre ÊTRE et AVOIR. Ce que mes travaux ont démontré en 1985 par une théorie de l’Évolution générale de l’Humanité : la Théorie Universelle de la Complexité) elle est porteuse de tous ceux et celles qui ne croient pas en Dieu, les athées, mais croyant en la Matière seulement laquelle devient … »dieu » (image du Veau d’Or). Les habitants de cette  branche matérialisante, voici les Hyliques.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour contact et/ou commentaire : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site http://blogapart.freehostia.com

Au sujet de : cet homme appelé Jésus (art.41)

vendredi, juillet 10th, 2009

– Article 041 –

Au sujet de cet homme appelé Jésus

-:-:-:-

       Voilà un peu plus de 2000 ans que Jésus est né.

    Voilà un peu plus de 2000 ans que des milliers de théologiens, gens de religions, tentent de percer les secrets du personnage. En vain. Conséquemment, voilà plus de 2000 ans que des millions d’individus – ça fait en réalité des milliards ! – s’entretuent au nom de Jésus (au nom du Christianisme) alors que pas un seul de ces milliers de théologiens, exégètes, n’a en vérité compris Jésus. C’est pathétique !

Ces quelques mots, comme les écrits précédents de mon Blog à part, tentent de « prouver » (la Vérité ne se prouve pas; c’est la non-vérité qui se prouve… par les savoirs ! La vérité, Elle, est affaire de Connaissance et il n’y a pas de preuve dans la Connaissance puisque c’est toujours « en connaissance de cause que, etc…Or, si la « cause » est inconnue alors oui, il faut une « preuve » car alors on a affaire aux savoirs… ) que depuis 2000 ans personne n’a compris Jésus hormis….hormis moi ! Et pour cause : je Marche sur ses Pas.

C’est terrible d’oser écrire des choses pareilles. Quoi ? Des milliers de « cerveaux »  plus doués les uns que les autres se seraient trompés dans leur compréhension de Jésus et moi, l’illettré (au sens universitaire), face à tous j’ose (leur) dire : « vous vous êtes tous trompés « . ! ? ! ? Il y a de l’indécence à tenir de tels propos. Mais….mais si c’était vrai, pourquoi n’oserais-je pas l’affirmer ? Au nom de quoi devrais-je le taire ? Jésus lui-même n’a-t-il pas dit : « qui adhère à moi fera lui aussi les œuvres que j’ai faites,  il en fera de plus grandes encore car moi je m’en retourne au Père  » .

Il y a une manière facile et radicale à démontrer cela : il est connu et reconnu  par beaucoup de spécialistes de la Religion que Jésus était un gnostique, un adepte de la Gnose. L’ennui – le seul ennui de poids !- c’est que ces spécialistes ont une vue totalement erronée quant à la Gnose puisqu’ils en sont extérieurs. On pourrait me rétorquer : « oui, mais vous, vous faites non seulement et les questions et les réponses concernant la Gnose et/ou  vous proposez une définition telle de la Gnose que vous vous trouvez quasiment SEUL à vous y trouver inclus « . Vous dites :  »  Voici LA définition de la Gnose, je vous la donne, si vous vous prétendez gnostique et que vous ne vous y reconnaissez pas c’est que vous n’êtes pas gnostique « .

J’entends bien de telles remarques. Mais, tout cela est pathétique, une fois encore.

Si je prends tous les ouvrages qui traitent actuellement « de » la Gnose, je ne vois qu’une accumulation d’erreurs plus ou moins graves dans des textes souvent assez bien écrits. La Forme est bonne et trompeuse mais le Fond est faux. Quant à ceux qui écrivent sur la Gnose, c’est normal qu’ils soient dans l’erreur car ces écrivains ne sont pas gnostiques sinon ils écriraient « de » la Gnose.

Ma démarche n’est pas d’entrer dans des conflits stériles, la plupart de ces écrivains étant morts ! Mon travail est de réactualiser la Gnose, de redonner LE Référentiel d’Amour absolu qu’elle représente pour que le lecteur intéressé par le sujet réajuste de lui-même ses vues par rapport à ce Référentiel tout en pouvant alors corriger les affirmations erronées relevées dans ses lectures. Je prends un exemple simple.

Supposons que vous ayez entendu parler de la Gnose, de ses mérites et vertus, de sa portée métaphysique extraordinaire, etc…etc… et que tout culturellement vous vouliez en savoir (…) plus sur le sujet. Vous vous rendez chez votre libraire préféré, vous lui exposez l’objet de votre démarche et, comme en réponse, il vous tend l’ouvrage (en deux volumes) ayant pour titre : « En quête de la Gnose » de Henry-Charles PUECH. Vous rentrez chez vous, vous vous plongez dans sa lecture et, au bout de quelques jours vous vous dites : « ça y est, la Gnose, je sais ce que c’est; j’ai compris« .  Supposez alors qu’un individu comme moi, totalement inconnu, pas Universitaire pour deux sous, arrive derrière et vous dise : « l’idée que vous vous faites de la Gnose est systématiquement erronées; H.C.PUECH prétendant écrire « de » la Gnose a en fait écrit « sur » la Gnose et, de ce fait justement,  se trompe ». Quel crédit accorder à mes propos en supposant qu’ils soient vrais ? AUCUN. Ainsi va le monde des Idées…

Dans l’article précédent de mon Blog à part j’ai traité de l’Illumination. Bien avant j’ai, à moult reprises, traité de la Gnose, de la Vérité, de l’Absolu, de l’Amour, etc..et ce, avec l’exemple symbolique de l’Arbre dont le Tronc symbolise, seul, la Nature soit la Gnose et où les branches représentent le monde Culturel dans lequel sévit obligatoirement l’erreur.

Jésus (comme Laotseu, comme Bouddha et combien d’autres moins connus) a parlé à Tous à partir du Tronc (qu’il nommait généralement « le Royaume ») comme je le fais maintenant. Bien évidemment je ne suis pas Jésus, je ne suis pas Laotseu ni Bouddha mais comme ceux là : « je suis », c’est-à-dire adepte du Présent qui caractérise le Tronc, adepte de la Gnose d’où je vous parle, comme eux vous ont parlé, en leurs Temps. Maintenant, que vous voyiez des différences entre tous nos propos ne provient pas du Fond des propos eux-mêmes mais des interprétations « de surface » que vous vous faites, vous, de ces idées fondamentales. A votre décharge il faut bien reconnaitre que les propos tenus par ces « Maîtres » disparus depuis si longtemps ont été maintes fois traduits et donc interprétés de telle sorte que, maintenant, les propos Originaux se sont parés de fioritures (de gloses) qui leur sont initialement étrangères et qui déforment leur portée originelle.

Exemple type. J’ai un temps échangé bon nombre de courriers avec Émile GILLABERT auteur de plusieurs ouvrages qui traitent de la Gnose dont « Jésus et la Gnose » (chez Dervy Livres). Cet homme, aujourd’hui décédé, s’est cru gnostique et me considérait « son frère en gnose ». C’est ainsi qu’il signait les courriers qu’il m’adressait. Un jour, alors que ses propos, évoquant la Gnose, utilisaient l’expression bien connue « Ici et Maintenant » je lui fis  remarquer que pour le véritable gnostique  il n’est pas de conjonction « et » (parfois, et à tort, dans mes écrits nommée « préposition »; le Lettré aura corrigé de lui-même…) entre « Ici et Maintenant ». Le gnostique dit « Ici-Maintenant », Espace-Temps (on ne dit pas Espace et Temps, on ne dit pas Yin et Yang même si on dit Avoir et Être qui sont comme Yin et Yang !). Il comprit et accepta mon explication en me remerciant (ce détail est de très haute importance !). Or, son ouvrage a une préface signée de Paule SALVAN qui fut une proche de Émile G. et j’ai du mal à imaginer que Émile G. n’ait pas aussitôt informé ses proches collaborateurs de cette correction à faire… impérativement dans tout écrit se voulant gnostique !

Dernièrement, j’ouvre le site LES DEUX OCÉANS et tombe, tout à fait par hasard, sur le titre « Rencontres avec un éveillé contestataire » et lis les quelques lignes consacrées à cet homme….qui sont écrites par… Paule SALVAN ! (je me dis alors que le monde est petit). Et je lis vers la fin de cet article : « …ce que toute gnose authentique leur recommande c’est ici et maintenant, c’est l’action spontanée, etc..etc.. ».

Or, je suis presque convaincu que cette personne – Paule SALVAN – estime avoir de la Gnose une approche certaine, plus que sérieuse. Et bien non, les erreurs que contiennent ses écrits « prouvent » le contraire. Elle n’a pas « saisi » le Fond de la Gnose; et je me dis alors : « à quoi bon mon explication faite à Émile G. au sujet de cette expression typiquement gnostique : Ici-Maintenant « . A quoi bon !?!? Que celui (ou celle) qui veut comprendre pourquoi cette conjonction mise entre Ici et Maintenant trahit une fausse adhésion à la Gnose m’interroge, je me ferai un plaisir de me répéter….

En réalité, il n’existe aucune différence fondamentale entre les témoignages de Laotseu, Bouddha et Jésus, tous trois ont témoigné de la même finalité existentielle. Par le TAO avec son (trop) fameux YIN-YANG pour Laotseu et que symbolisent deux Droites Parallèles (parfois reliées entre elles par une barre transversale). Avec son État pour Bouddha (L‘État de Bouddha) qui représente la Fin de l’Escalier (de l’Élévation du niveau des Consciences) ou encore les deux droites de Laotseu qui se rejoignent à l’Infini (notion de Perspective existentielle) et Jésus qui, témoignant de la Voie (je suis le Chemin, la Voie, etc…) a, tout à la fois, évoqué ces deux droites parallèles (la Voie, le Chemin) en se présentant lui-même comme étant la Fin du Chemin (soit l’État de Bouddha) en se proclamant « Roi des Juifs »; ce qui ne peut se comprendre qu’à la compréhension de la signification de l’Étoile de David. (je l’ai révélée en d’autres pages de mon Blog à part par l’article :  » A propos du Judaïsme : qui connait l’origine de l’Étoile de David ? »).

C’est pourquoi je suis heureux (…) de réactualiser ce Tronc Gnose, de le dépouiller de ces fioritures qui lui sont étrangères et nocives car déviantes. Un seul exemple pour illustrer ce type de fioriture nocive; c’est de croire que Jésus et Dieu étaient « liés » par des liens métaphysiques, ou autres. Tout cela est faux. Jésus serait là, il vous dirait à peu près ceci :  » jetez au feu tous ces écrits qui évoquent la moindre notion de Dieu… comme toutes les Bibles que vous avez et qui l’évoquent« .  Jésus ne croyait pas en Dieu; il ne pouvait pas y croire pour au moins DEUX raisons majeures : la première est que ce concept de Dieu date d’un temps qui est de plusieurs siècles postérieur à Jésus  (un peu comme si je vous affirmais qu’au Moyen-Âge les Français utilisaient des réfrigérateurs; vous savez très bien que le réfrigérateur n’existait pas à cette époque.

Et bien, c’est la même chose pour Dieu;  il n’existait pas du temps de Jésus, ni le concept ni le Nom. Et, deuxièmement, le concept (pathologique, parce que Paranoïaque) de Dieu est le produit d’une « Branche » de l’Arbre non de son Tronc, Tronc qui est ce « Royaume » dont parle Jésus. (quand on évoque la Gnose avec ses gnostiques il est de bon ton de parler au Temps « Présent » et donc de ne pas employer le Temps ni Passé ni Futur. Ex: demain je suis avec toi, comme hier. Et non « j’étais » et/ou  « je serai »). Mon lecteur corrigera de lui même pour les cas où, par mauvaise habitude culturelle (pléonasme!), je me trompe moi même…

Pour Jésus (pur produit d’une secte gnostique qui révéla le potentiel contenu en chacun des Êtres humains; ce que veut signifier le prénom Emmanuel qui n’est surtout pas à traduire par « Dieu avec nous » ou « Dieu en nous » ! Dieu n’a rien à voir ici. Confère la Bible traduite par André CHOURAQUI, Matthieu 1/23 : ils appelleront son nom : ‘Imanou El, El avec nous.  Où je précise que « El » n’est pas à traduire par « Dieu ») vous pouvez tout logiquement me dire qu’il a fait de nombreux miracles sensés « prouver » son appartenance au divin  et que le dernier de ces miracles est sa résurrection après sa crucifixion ! Ce à quoi je vous réponds en vous donnant la clé de ces prétendus « miracles » :  relisez-les et pensez à un sens propre et à un sens figuré; voyez là où vous ne comprenez pas, le sens « figuré » et non le sens « propre »; car évidemment, si vous en restez au sens « propre » vous allez être obligé de croire aux miracles (!) (je peux – tous et chacun – vous les expliquer en détail) quant à sa résurrection, elle implique d’abord que Jésus soit MORT sur la croix !

Évidemment non, il n’est pas mort sur la croix; il faut relire la traduction du Nouveau Testament de André CHOURAQUI en ayant en tête cette hypothèse qu’il y eut un scénario pré-écrit et dont Jésus a été l’acteur principal…. La « mise en scène » est évidente dés lors que l’on connait certaines autres données (comme l’éclipse du soleil très peu de temps après sa mise en croix; ou qu’il fallait entre 42 à 72 heures pour mourir quand on était crucifié, ou que le tombeau dans lequel il a été mis était « truqué », il comportait deux issues, etc..etc.. ! Combien de milliards d’Individus ont été bernés depuis 2000 ans !

Pour cette mort en croix de Jésus, si vous y croyez, je vous répondrai par des propos d’actualité : vous croyez sûrement à la mort de Saddam HUSSEIN suite à se pendaison. Et bien vous avez tort; vous avez été, là aussi, berné, dupé. Saddam HUSSEIN n’est pas mort lors de cette pendaison « bidon ». Même les rares photos qui ont été données à voir montrent bien que c’est Saddam HUSSEIN à qui on met la corde au cou – ça, oui –  mais ce n’est pas lui que l’on montre mort couché à terre; ce n’est pas le même visage qui, de surcroît a reçu des coups (traces de sang).

En ce qui concerne la vie de Jésus j’ai rédigé – entre autres – un manuscrit de 200 pages environ (en février 1993) ayant pour titre : « JÉSUS, l’Acteur du premier scénario de l’Histoire » dans lequel je révèle la majorité des mystères de sa vie. Cet écrit ferait un merveilleux scénario pour un film (encore un ! Oui, mais sur la Vraie vie du vrai Jésus !). Cet écrit ne pourra pas un jour ne pas être publié…au même titre que  mon dernier manuscrit en quête d’éditeur courageux (…) rassemblant toutes ces Idées et intitulé : « l’ÉCRIT-PRIMAL : LA GNOSE »  sous titré :  « l’Issue de Secours pour l’Homme ».

Ces propos ne suffisent pas, mes écrits, mes œuvres ne suffisent-elles donc pas à prouver qui je suis ?

Je suis désolé pour vous qui doutez de mes propos. Vos doutes sont directement proportionnels à vos Résistances intérieures (elles sont Subconscientes) qui vous empêchent d’accéder au Bien-Être. Il ne faut pas avoir peur de se libérer de ses dogmes qui sont autant de barreaux à votre « prison ». Vous aspirez à être Libre ? Ce n’est pas ce qui émane, ce que dit, votre Personnalité.

Celui qui, de lui, dit : « Je suis ».

le 10 juillet 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogpart.freehostia.com