Posts Tagged ‘Entropie croissante’

CHRIS HEDGES (art. 180)

dimanche, août 3rd, 2014

– Article 180 –

-:-:-

CHRISTOPHER  HEDGES

(Analyse fondamentale)

-:-:-

clip_image001

« We now live in a nation where doctors destroy health, lawyers destroy justice, universities destroy knowledge, governments destry freedom, the press destroys information, religion destroys moral and our banks destroy the economy ».

« Nous vivons maintenant dans une nation où les médecins détruisent la santé, où les avocats détruisent la justice, où les universités détruisent le savoir, où le gouvernement détruit la liberté, où la presse détruit l’information, où la religion détruit la moralité, et où nos banques détruisent l’économie.« 

-:-:-

Je viens tout juste de découvrir cet homme – Christopher  Hedges – et j’ai été impressionné qu’un citoyen, en l’occurrence un américain, puisse écrire pareils propos, puisse émettre une Idée générale majeure si pertinente et exacte. Si j’ai aussitôt désiré faire cet article, c’est pour une raison qui me semble fondamentale et que je résume ainsi : Chris Hedges ne peut pas connaître les raisons pour lesquelles ce qu’il décrit est exact.  En effet, ces raisons appartiennent aux seules sphères de la Connaissance, non à celles des Savoirs en lesquelles il se trouve, lui. C’est donc en qualité de « connaissant », non en tant que « savant » (ce que je ne suis pas) que je présente, succinctement, ces raisons.

-:-:-

Tout le monde a déjà entendu parler de Psychosomatique, de Causalité ou encore de Rapport de Cause à Effet(s). Or, il se trouve que nos Sociétés Occidentales – les USA ne dérogent pas à cela – sont maintenant des Sociétés  « Matérialistes » autrement dit, elles évoluent toutes dans les sphères de « AVOIR » – gérées, gouvernées, par l’Entropie croissante – délaissant depuis longtemps toutes celles de « ÊTRE ». Scission qui fut officialisée en France par la fameuse loi dite de Séparation, fondement de la Laïcité. Nous ne sommes pas sans ignorer les « problèmes » qui, depuis, cancérisent lesdites Sociétés et jamais aucun analyste avant mes travaux (qu’on me le dise si je me trompe) n’a osé – ou n’a été autorisé (?!) –  à faire le rapport de Cause à Effet(s) entre ces deux verbes auxiliaires que sont ÊTRE et AVOIR lesquels ont respectivement donné les RELIGIONS par ÊTRE et les POLITIQUES (avec toutes les démarches Scientifiques) par AVOIR.

Par cette révélation, mes travaux constituent une sorte de « première », en première ligne pour être contestés !

Ce que je désire souligner ici est ce travail – que j’estime exceptionnel – de cet homme qui, faisant une analyse pointue et profonde en secteur AVOIR,  a osé se rapprocher AU MAXIMUM de cette espace no man’s land qui, dans l’Espèce humaine,  sépare ÊTRE de AVOIR. C’est de cette séparation qu’en dernière analyse sont nés tous les Maux et Fléaux sociaux lesquels, en dernières analyses, proviennent de la non mise en phase de ces deux grands verbes.

Ce no man’s land entre les sphères de ÊTRE et celles de AVOIR a été concrétisé dans toute les Langues de la Terre par la conjonction « et » positionnée entre ces deux verbes « polaires » qui ont induit l’idée de bi-Polarité fondamentale.

Je vais essayer de donner une claire explication de cette phrase de Christopher Hedges, phrase que peu de personnes peuvent comprendre. Je vous dis pourquoi !

 

Le Tronc de l'Arbre Nature et ses DEUX Branches Culturelles ÊTRE et AVOIR

Le Tronc de l’Arbre Nature et ses DEUX Branches Culturelles ÊTRE et AVOIR

L’origine de l’Espèce Homme est la Nature qui, symboliquement, est semblable au Tronc d’un Arbre. Cette Image symbolique est véhiculée de par le monde depuis des temps immémoriaux.

Une fois « chassée » de la Nature, l’Espèce Homme constitua son milieu – le Milieu Culturel – qui se développa alors exclusivement « en Branches ». Quelle fut la fonction principale des ces « Branches » qui révélèrent tous les Savoirs, tous étrangers au Tronc-Nature qui est Connaissance ?

Tous ces savoirs culturels (pléonasme!) révélèrent des caractéristiques, qui, ensemble, « parle » (!) du Tronc qui contient TOUT. Exemple type; c’est par des Branches qu’apparurent certaines de ces caractéristiques comme : L’Amour, la Liberté, l’ Égalité, la Fraternité, la Justice, la Santé, la Paix, etc. etc. De tous ces constituants du Tronc, les Savoirs, soit les Branches, en firent au fil des temps une sorte d’INVENTAIRE. Telle est cette notion d’évolution de l’Homme qui prendra FIN quand  l’Homme aura tout inventorié du TOUT, du Tronc.

Un certain temps, les humains crurent en ces caractéristiques nouvelles qu’ils édifièrent alors en « valeurs », en « principes », etc.  Exemple type bien Français  : « Liberté, Égalité, Fraternité  » mais cela, sans comprendre jamais que ces Branches révélaient en fait ce qu’il y avait de moins en moins dans la Société, au sein des Branches. Toutes ces « valeurs » n’appartiennent qu’au Tronc, nullement aux Sociétés humaines; c’est la Nostalgie des hommes – Nostalgie de ces Temps Premiers – qui les a extraites et les véhicule maintenant dans le foisonnement des Branches, en vaines espérances !

Prenons un exemple qui devra mieux parler encore de ce phénomène d’évolution de l’Homme, de ce qui, venant du Tronc, se perd par les Branches et perd la Branche elle-même qui la porte.

Le Tronc-Nature est défini par le vis-à-vis des entités ÊTRE et AVOIR qui le constituent, vis-à-vis fusionnel qui définit également l’Amour (avec un grand A) qu’il contient. Nous sommes là au cœur de la Gnose, d’autres diront, au cœur du Tao chinois. Ce vis-à-vis ÊTRE-AVOIR a donné dans la Conscience humaine la notion de Justice soit l’image de la Balance avec ses deux plateaux où chacun symbolise un de ces deux verbes dits auxiliaires. Le plateau ÊTRE et le plateau AVOIR. Il sera alors dit qu’il y a « Justice » quand ÊTRE équilibre AVOIR et réciproquement.

Les premiers hommes – les Primitifs – sortant du Tronc-Nature portèrent en eux cette puissante symbolique qui est généreusement représentée, notamment, dans l’Antique Hiéroglyphique Égyptienne. Mais l’on sait ce qu’il advint de la courbe de l’évolution des Civilisations lesquelles, après avoir poussé relativement proches du Tronc, ne cessèrent ensuite de s’en écarter pour tendre vers une désastreuse Horizontalité synonyme de Déclin social.

Chemin faisant –  ce que tout un chacun peut constater – le Collectif social privilégia l’entité AVOIR , délaissant celle ÊTRE, ce qui donna les Sociétés « matérialistes ». Et, malgré cela… la notion de Justice perdura, perdure encore dans les consciences alors que tout le monde – ou presque – se rend bien compte de l’A-Justice qui règne partout. Autrement dit, il pourra être dit comme l’affirme Chris Hedges, que les techniciens de la Justice (les avocats) participent – à leur insu – à la destruction de la Justice.

Je comprends que cet exemple qui concerne la Justice ne « parle » pas à tout le monde alors je vais en prendre un autre qui, lui, est commun à tous, je veux parler de l’Amour.

-:-:-

Naissance, vie et mort d’un « Concept »
(survol rapide)

Avant de traiter ce sujet qui, par excellence, se veut Universel, nous devons établir et bien comprendre ce que j’appelle le canevas référent de l’Évolution. Cette dernière implique pour les hommes les notions de Naissance puis d’évolution (ou « vie ») avec une phase de déclin apparemment inéluctable dont le terme est la Mort.

Le canevas référent.  Sur une des pages blanches de notre Imaginaire (…) traçons en son milieu une verticale que nous nommons « Âme ». Ce trait sera donc l’ Âme ou encore « axe de symétrie » de l’évolution de toute Chose, du plus Petit élément universel au plus Grand, l’Univers lui-même . Nous allons vite voir ce qui définit cette Âme.

La Nature terrestre sera symboliquement représentée par une sorte de Cylindre ayant cette Âme pour axe de symétrie. Nous dirons alors – car notre imagination est grande ! – que ce Cylindre en représente le Tronc dont les Racines (non représentées ici) se perdent dans les abîmes de l’Océan Primordial, énorme concepteur de Formes vivantes toujours bien actif.

Toutes ces Formes dites vivantes évoluent au sein de ce Tronc dont les limites constamment parallèles se voient plus ou moins écartées selon les quantités d’espèces qu’Il abrite. L’Espèce Homme a donc l’Océan pour « origine » apparente, et le Tronc pour Berceau. Puis, un Jour…  Dame Nature décida d’expulser cette Espèce qui, sortant du Tronc, se vit contrainte d’évoluer « en Branches ». Voilà donc la silhouette de notre « Arbre de Vie » complète.

Cette « Sortie » de la Nature par l’Espèce Homme a ceci d’ important et à bien saisir c’est qu’elle participa à mettre à jour (à notre Conscience « double » naissante) les éléments les plus fondamentaux qui constituent cette Nature. A savoir : l’homme « sortit » le premier par une Branche maîtresse de gauche qui révéla ce verbe auxiliaire ÊTRE et c’est EN CONSÉQUENCE que la femme « sortit », à droite, par une Branche maîtresse qui révéla le verbe auxiliaire AVOIR. Cette chronologie, qui peut paraître bizarre, a été évoquée bien avant moi par la Genèse biblique…

Ce n’est qu’à partir de là que nous pouvons affirmer que le Tronc est métaphysiquement constitué de DEUX entités – ÊTRE et AVOIR – mais entités qui, dans le Tronc Nature, ne sont pas séparées; elles y sont Complémentaires mais surtout fusionnées, fusion qui constitue ce Verbe-Lumière évoqué dans la Bible mais totalement incompris de tous les théologiens, exégètes et autres gens d’églises. Plus généralement voilà défini :  l’Amour (avec un grand A).

Donc… émergeant du Tronc-Nature par « sa » Branche ÊTRE, l’homme eut en tête un concept métaphysique – le plus fondamental qui soit – celui d’Amour. Or, un concept métaphysique – et par définition – ça ne peut s’exprimer que par son « incarnation », par sa représentation qui sera assurée par AVOIR, et donc, par la femme, laquelle symbolisera l’Idée de l’amour (avec un petit « a » qui indique sa représentation matérielle). La manifestation de l’amour sera donc « la Raison d’être » de la femme (mission de procréation).

Vous avez suivi, je pense (?). Nous sommes passés du « concept » d’Amour dans les sphères de ÊTRE à « l’Idée »  de l’Amour  – soit à l’amour (petit « a ») – dans les sphères de AVOIR.

Jusque-là, l’évolution de l’Homme dans ce canevas référent devrait être claire, même si j’ai apporté des idées un peu nouvelles pour vous, Idées qui peuvent troubler, momentanément, votre Logique. Mais maintenant, nous devons aborder une phase de l’évolution générale de l’Espèce Homme qui va bousculer plus encore l’entendement.

Pour des raisons plus quantitatives que qualitatives, tous les hommes qui sont sur la Branches maîtresse ÊTRE vont se sentir à l’étroit (disons les choses ainsi; ce sujet est plus largement traité dans des articles précédents) ce qui va plus ou moins rapidement (dans la réalité, la chose s’est effectuée sur quelques millénaires !) leur faire tourner les Regards vers… les Branches AVOIR où sont toutes les femmes avec les enfants, Branches qui – entropie croissante oblige  – sont toujours plus foisonnantes donnant ainsi l’idée d’espace, de place. Et, « un beau jour »  (façon de parler) tous les hommes sauf UN (ce fut le sorcier, le chaman, etc.) quittèrent leur Branche ÊTRE pour envahir celles AVOIR de la Femme. C’est ce que j’ai appelé : « le Temps du Passage« .

Suite à ce temps-là, c’est la Perte du concept d’Amour qui muta dans les consciences des hommes pour se voir transformé en « idées » lesquelles, avec celles des femmes,  virent se constituer la Dialectique, axée pour l’exemple sur cette notion d’Amour. Mais, comme nous sommes maintenant dans les Branches AVOIR fondamentalement « Négatives » (celles ÊTRE sont fondamentalement « Positives »; ne pas voir ici de dévalorisation car, au départ, le Positif égale le Négatif) cette Dialectique typiquement humaine vit se former le  Couple-de-Forces « amour-Haine » en lequel la force « amour » est inférieure à la Force « Haine »; ce permit à Georges Brassens, entre autres Poètes, de chanter Aragon par : « Il n’y a pas d’amour heureux » …

C’est sur ces Branches AVOIR que l’amour se voit tout progressivement dé-com-po-sé, muter, pour voir émerger quantité de conflits en tous genres, dont ceux guerriers avec ses drames dus à des carences d’Amour.

En résumé : L’Amour (avec un grand A) est une donnée qui appartient à la seule Nature, à l’Universel. Par son expulsion de la Nature, l’homme fit de cette donnée, dans les sphères de ÊTRE, un « concept » spirituel. Par le Temps du Passage,  se rendant dans les sphères AVOIR de la Femme, ce concept muta en devenant un élément structurant de la Pensée. L’ « Idée » d’amour se retrouva ainsi au sein d’un Couple-de-Forces Dialectique « amour-Haine ». Au fil des temps de l’évolution qui voit la trajectoire se courber vers l’Horizontale… soit vers le Déclin, cette idée d’amour s’éteignit pour laisser pleinement émerger la Haine… de son prochain. Paraphrasant, voilà ce qui permit à Chris Hedges d’affirmer : « l’amour tue l’Amour ».  C.Q.F.D.

-:-:

Pour toutes les « valeurs » sociales : l’Égalité, la Fraternité, la Liberté,  la Santé (la maladie n’existe pas au sein du Tronc-Nature), etc.. vous pouvez suivre LE MÊME canevas référent et réaliser que les pousses des Branches en secteur AVOIR participent à la destruction puis à la mort de la valeur initiale, sociale, en question.

En cela est la raison principale pour laquelle on peut constater Aujourd’hui que plus les Systèmes Sociaux « évoluent » plus ils vont à leur Auto-destruction, idée qui est plus souvent illustrée par l’expression maintenant courante « aller dans le Mur ». Qui, quelle Institution, comprendra cela ? Normalement… aucune. La confiance des Masses se tourne encore et toujours vers les personnes les plus « intelligentes », vers les savants. Il sera bien difficile de faire adhérer à l’idée selon laquelle les savants sont les humains les plus dangereux pour la Paix de tout  Collectif.

Si vous comprenez ce que je viens d’exposer, certes brièvement, et que vous relisez la phrase de Christopher Hedges alors, elle doit vous paraître limpide et logique !

le 03 août 2014

 Jean S. Dallière

Auteur – Gnostique
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact  jeansidal@orange.fr

you are on the French website http://blogapart.freehostia.com

Les politiques, tous pourris ? (art.151)

mercredi, avril 17th, 2013

– Article 151 –

  Les  politiques,  tous  pourris ?

Affaires  françaises : D.S.K. , Jérôme CAHUZAC et, toutes les autres à venir…

(Analyse un peu plus légère que les Autres)

– :- :-

Ce que vous allez lire ici est la stricte vérité, c’est pourquoi les propos vous sembleront choquants, extravagants, exagérés, incohérents, pessimistes, etc.  voire même blasphématoires. Je ne m’en offusquerai pas. Cette réaction est, hélas, logique compte tenu de ce que, personnellement, je connais des humains, de leur Individualisme mélangé de  croyance en un Intérêt Supérieur, Collectif qui procure plus ou moins de Nostalgie en chacun puisque nous provenons tous de Dame Nature qui n’est QUE Intérêt Collectif. En effet, l’Intérêt Personnel, Individuel, est totalement étranger aux Règles de la Nature. C’est d’ailleurs pourquoi, dans les Sociétés « Ouvertes », évoluées, où prime l’Intérêt Personnel, l’intérêt pour la Nature (avec l’idée un tantinet mercantile du Bio!) revient au grand galop…

Ma première affirmation sera la suivante : le cerveau des hommes (je ne parle pas ici de celui des femmes) ne peut pas croire (en) la Vérité, il n’est pas «programmé» pour cela. La suite éclairera. Il n’est programmé que pour exploiter ce qui n’est pas la Vérité (avec un « v » majuscule ou non), autrement dit, il ne peut gérer que le Mensonge et ceci depuis la Nuit des Temps qui est ce point de l’Évolution générale de l’Homme qui est matérialisé par le fameux Couple – Couple de Forces – Adam et Ève.

Explication rapide  –  L’ Espèce Homme est un produit de la Nature, Nature qui a été son Origine puis son Berceau. Je ferai ici un parallèle, peu poétique il est vrai, entre la Nature et une Autoroute. L’ Espèce Homme – nous disent certains Textes estimés Sacrés – fut chassée de la Nature, donc chassées de l’Autoroute – qui, Elle, est bien Droite – et emprunta un Chemin de traverse, une route plus ou moins sinueuse spécifique de l’Homme, celle qui caractérise justement la Condition humaine.

Ma seconde affirmation est la suivante : l’écart d’Angle, imperceptible en début de toute évolution, qui écarta puis éloigna ce Chemin de traverse de l’Autoroute bien Droite – Autoroute qui est synonyme de la Vérité en tant que fusion de Être-Avoir –  porte, dans ces mêmes Textes Sacrés, le Nom de Péché Originel.

Il n’est pas une seule création humaine, Individuelle et/ou Collective (Religion) qui ne soit exempte de cet Angle, de ce « Péché Originel ». Toute Religion qui nie la présence, en Elle, de ce concept se place ipso facto dans l’Erreur la  plus grave de conséquence.

Voilà cet Angle, cette Cause-Première, qui condamne l’Homme à toujours se tromper et donc à toujours mentir. Quoi qu’il dise, l’homme ment.

Au fil des siècles, la Parole,  l’autorité publique (notamment celle des politiques) perd de sa crédibilité; les Individus s’en écartent toujours un peu plus au fil des élections créant ainsi tout aussi progressivement une Abstention qui inquiète les professionnels de la Parole – les Politiques, mais aussi les Enseignants!  – Abstention toujours plus associée au Mensonge.

Il faut être clair quant à cela : la Nature en laquelle naquit et grandit l’Espèce Homme est habitée par le Verbe-Lumière. Autrement dit, le verbe fondamental de l’Homme, celui par lequel Il a été conçu et qui constitue son Inconscient, est le Verbe-Lumière que je définis comme étant synonyme de fusion de Être-Avoir.  Une fois chassé de la Nature, l’Homme se mit à parler et sa Parole devînt synonyme de Mensonge; ce qui apparait plus clairement à tous, de millénaires en millénaires. Ainsi,  la Parole de l’Homme peut être représentée par l’équation suivante :

                      Parole « religieuse »    =    (Verbe-Lumière)  moins  « Avoir »
Parole « politico-Scientifique » = (Verbe-Lumière) moins  « Être »

Où par (Verbe-Lumière) il faut entendre (« Être-Avoir ») et où ce manque, soit de Nature (Avoir) soit d’Essence (Être), conduit tout logiquement aux Mensonges tant religieux que politico-scientifiques.

En résumé : depuis que l’Homme est Homme (il s’appelle ainsi à sa sortie de la Nature) il n’évolue pas «en vérité» mais sur des chemins maintenant multiples de traverses qui sont tous parcourus – de manière plus ou moins évidente – par le Mensonge.  C’est pourquoi je dis :  si un Être humain vous parle à partir de l’Autoroute, soit un Être habité par la Vérité (celui-là est un gnostique), vous ne le croirez pas. Plus encore, comme il y a 2000 ans, vous le crucifierez…

Les Politiques, tous pourris ? (art.151)

Les Politiques, tous pourris ? (art.151)

  • Légende : Le Tronc de l’Arbre symbolise la Nature (l’Autoroute de mon exemple). L’Espèce Homme en a été  chassée. Cette Idée est représentée par le clivage du Tronc, clivage qui est à l’origine des chemins de traverse. A gauche, la spirale qui s’Enroule représente la voie empruntée par l’entité « Être » de l’Homme de laquelle sont nées toutes les Religions et, à son opposé soit en secteur Avoir, une prolifération de branches due à l’Entropie croissante spécifique de « Avoir » qui sont toutes ces voies empruntées par : l’Action Politique, toutes les démarches Scientifiques, Matérialistes soit autres que religieuses. Seul celui qui Marche en vérité (dans l’axe, dans l’âme du Tronc Nature) ne ment pas car son Verbe (=Verbe Lumière) est fusion de Être-Avoir. Celui-là est le gnostique de toujours mais aussi le persécuté de toujours (bûcher, crucifixion, prison, censure, etc.). Les hommes ne veulent pas le reconnaître car ils sont alors amenés à en déduire qu’ils marchent, eux, dans l’Erreur…

-:-:-

Au sujet de l’expressionles politiques, tous pourris ?

J’apporterai ici, non pas mon approbation à cette expression interrogative (!?) de plus en plus entendue, en tous cas en France (suite aux récentes « affaires » D.S.K. et J. CAHUZAC), mais une précision qui manque à son sous-entendu, à sa pertinence aussi.

Pour les lecteurs qui suivent la progression de mes articles, ils auront compris qu’il existe deux « familles » principales d’hommes. 1°/ La famille de ceux chez qui l’entité « Être » prime sur l’entité « Avoir »; ils sont appelés les religieux et, 2°/ la famille de ceux qui composent la majorité de la Société c’est-à-dire ceux chez qui « Avoir » prime sur « Être » et qui seront plus ou moins Matérialistes.

Dans cette seconde famille majoritairement composée d’Athées doivent être également situés les Croyants (ils se rendent de temps à autre en des lieux de culte) qui évoluent dans les sphères Avoir de tout Système social, sphères qui sont gérées par les hommes dits politiques. Je précise encore que les Athées sont des personnes qui ont une croyance Négative en Dieu. Il est totalement faux de dire que ceux-là « ne croient pas en Dieu ». A partir de sa naissance, et de la bonne structuration psychique de son cerveau, tout humain est obligé de croire : 1°/ en des dieux (papa, maman, père Noël, etc.) puis, 2°/ en Dieu auquel est attribué une valeur Positive (il se dira alors Croyant) ou une valeur Négative (il se prétendra alors Athée).

Ce qu’il convient de comprendre maintenant c’est que la notion de pourriture non seulement appartient exclusivement aux sphères «Avoir», mais plus encore, elle est le produit d’une progression sans cesse accélérée en ces sphères « Avoir » ce qu’impose l’Entropie croissante qui est cette Force de la Nature (dissociée, à tort, de celle de « Être ») si peu évoquée!  En conséquence de cette accélération imposée, plus les hommes tendent vers  la Corruption, les Magouilles sociales, la « Pourriture ».  C’est i-né-vi-ta-ble.

Si vous observez un plat de fruits avec pommes, bananes, poires, etc. délaissé un certain temps, vous constatez inévitablement que les fruits deviennent blets. Progressivement ils pourrissent. Il en est de même des hommes politiques et plus généralement des hommes de Savoirs contrairement aux hommes de Connaissance, cette Connaissance qui défit toute notion de Temps. C’est pourquoi, à la Gnose – avec ses habitants les gnostiques – est associée la notion d’éternité. La fusion de Être-Avoir étant synonyme d’éternité (= Mécanismes psychiques en lesquels le concept de Temps est absent).

Autrement dit, l’expression «tous pourris» s’avère être un raccourci, un concentré du parcourt de toute personne politique qui, encore une fois, et à cause de l’évolution générale des Peuples, ne peut conduire qu’à la débauche des idées et des actes.

Que ceux des politiques qui ne veulent pas être assimilés à ce parcourt social – dont la finalité est inéluctablement la « pourriture » en tous genres (ce sont les Savoirs qui « pourrissent ») – fassent autre chose de leur vie s’ils ne veulent pas être traités de la sorte.  Malheureusement, presque tous ont l’illusion et la prétention de pouvoir apporter du Positif dans l’évolution des branches sociales. Ils se mentent d’abord à eux-mêmes et, se mentant, ils mentent aux Autres, soit à tous.

Il va sans dire que l’affaire récente de la fraude fiscale avec Mensonge de la part d’un Ministre des Finances, Mensonge à l’État c’est-à-dire à tous les Français, est de beaucoup plus grave que celle d’un homme qui rate son élection à la présidentielle à cause de carences dans la maîtrise de sa Libido !

La Libido est en rapport avec des pulsions naturelles. Dans l’affaire de Fraude fiscale, le Mensonge de l’homme est consubstantiel de sa Condition d’homme, autrement dit, c’est un rapport de l’homme (l’Individu) à l’ Homme (le Collectif). Dans le cas de D.S.K., c’est un rapport de l’homme, Individu, à Dame Nature. La différence est grande.

-:-:-

Exemple du grand ménage…

    Supposez que vous estimiez devoir faire un grand rangement, un grand ménage dans votre modeste logement estimé surchargé d’affaires. Pour simplifier, vous placez une grande poubelle plastique au centre de la pièce principale et vous commencez à trier entre ce qui vous semble indispensable de garder et l’encombrant superficiel. Des livres, des bibelots, maints objets dépourvus de tout attachement se retrouvent ainsi à la poubelle. Qui n’a pas procédé un jour de la sorte chez lui? En théorie, tout le monde et ce, à échelle plus ou moins radicale, le moment le plus efficace étant celui d’un déménagement où les décisions, souvent bien difficiles, doivent être rapidement prises.

Ce modèle de Pensée semblera compréhensible pour tous. Gardons-le bien présent en mémoire et transportons-nous dans une toute autre situation où ce modeste logement devient… la France, « logement » dans lequel vous allez entrer en tant que Chef de l’État et obligé de faire un certain «ménage», votre prédécesseur ayant laissé quelques «bibelots» de goût douteux voire dérangeants. L’alternance de la couleur politique oblige à de telles réactions.

Avant d’occuper cette possible fonction, vous y préparant donc, vous organisez votre Laboratoire des Idées. Celui-ci est constitué de vos relations les plus sûres, les plus fiables, les plus proches aussi. Elles sont généralement de votre promotion, de votre âge et sont habitées par une idéologie «parallèle» à la vôtre. En tout cas pas divergente. Comme vous, ces futurs possibles collaborateurs sont (prétendent-ils) également habités par un Intérêt Collectif qui place en arrière plan,  loin derrière, l’Intérêt Personnel.

Ce groupe d’amis ce sont cent à cent cinquante «cerveaux» (énarques, polytechniciens,  H.E.C., Science-Po, Médecins, Avocats d’Affaire, etc.) qui travaillent entre eux sur le Programme de Gouvernement qui sera, plus tard, annoncé au peuple. Dans ce groupe de cerveaux certains dominent franchement par leur pertinence d’analyse, par leur prétention aussi qui peut cacher un Intérêt Personnel non avoué, bien dissimulé. Ceux-là ne peuvent pas être expulsés du groupe car, maintenant, ils en savent trop sur le Programme qu’ils pourraient faire connaître au camp adverse – l’Opposition – qui, elle aussi, peaufine ses armes…

Les mois passent. L’élection arrive. Vous êtes élu Président !

Vous déménagez en vous installant à l’Élysée puis, aussitôt, vous officialisez votre choix en désignant votre bras droit (Premier ministre) qui, lui-même vous propose une liste de collaborateurs (liste de ministrables que vous connaissez depuis longtemps déjà et à laquelle vous avez particulièrement travaillé, vous aussi, avec votre futur Premier ministre) judicieusement choisis et où tous ceux qui ont constitué le Laboratoire des Idées –  les initiés au Plan de Gouvernement – devront occuper un poste sécurisant, non décevant, à la hauteur de leurs prétentions et compétences. Il faut satisfaire tout le monde sans quoi… les risques de « retour de manivelle » sont possibles… L’ennemi n’est jamais loin.

Dans l’équipe des initiés au Plan, dès la constitution de ce Laboratoire des Idées un homme s’est fait remarquer par son intelligence supérieure à tous les autres et au passé « chargé » en affaires (plus de 20 années passées dans les milieux où l’argent est roi) où la Magouille est monnaie courante. On connaît ses comptes à l’étranger, on connaît ses rapports avec l’Industrie pharmaceutique. Il a travaillé pour eux et en reçoit de constantes et confortables subsides qui seront placés sur des compte étrangers, offshore, détournés,  non imposables, etc. à l’image des niches fiscales. En fait, ses revenus ont de multiples origines et sont bien sécurisés. Ils sont indécelables. Le système est bien huilé et connu de tout ministrables. Ils s’en défendront évidemment individuellement.

Dès le début de la constitution de ce Laboratoire des Idées (chaque candidat a le sien) dans lequel est entré cet homme plus puissant que les autres, il est difficile d’imaginer que le Président ne savait pas tout cela; il avait connaissance de la nature de ces relations professionnelles si facilement mal honnêtes. Ce qui sera toujours nié. Personne ne pourra le prouver parce que la vérité ne se prouve pas. Telle est la Force de la Vérité !  C’est la non vérité qui se prouve; comme dans la démarche Scientifique.

Comment le Président peut-il se débarrasser de la brebis galeuse du troupeau, dangereuse pour l’Idéologie du Mouvement ? Il n’y a pas trente six solutions, il n’y en a qu’une : lui donner le poste pour lequel son intelligence excelle. Les Finances. Et, le temps fera le reste…

Et le temps fit effectivement le reste, ce reste dont vous connaissez les grandes lignes, ces lignes qui n’ont pas encore tout révélé ! Il y a de « beaux restes »…

-:-:-

Deuxième exemple de «Nettoyage» en haut Lieu.
Nettoyage plus ancien mais tout aussi efficace.

La droite est au pouvoir depuis quelques années. La fin du mandat présidentiel se rapproche et, dans l’Opposition, une tête se dégage qui pourrait bien emporter les prochaines élections présidentielles.

On connaît l’homme en question. Tout le monde, politiques et journalistes, connaît son point faible : son appétit insatiable pour la Femme (le Collectif féminin) appétit qu’il essaie de satisfaire – à défaut de pouvoir combler (cet appétit-là ne se comble pas dès lors qu’il est déclenché) – par une succession d’aventures toutes plus diverses, socialement parlant, les unes que les autres. A ce niveau-là, la non maîtrise de sa libido est une pathologie bien connue du monde Psy;  mais pourquoi s’en soigner quand le Pouvoir permet l’accumulation de ces aventures qui se veulent sans lendemain, que les hommes dits «normaux» envient (!)  et que favorise la débauche d’Argent ?

Vient alors une idée géniale au Président en poste (elle vient en fait de ses proches conseillers) pour éliminer cet homme des plus intelligents dans son domaine de la Finance et de l’Économie : lui proposer le poste flatteur de directeur du F.M.I.  De la sorte, l’Opposition socialiste (lui a-t-Elle conseillé de ne pas accepter ce poste?) s’estimera valorisée de voir élu, à une telle fonction, un des siens. Le Président en poste sera estimé pour ce geste, lui qui sait très bien que l’acceptation de ce poste condamne à la Chute cet homme si fort en science de « Avoir » (Finance, Économie) et si Faible en « Être-Avoir » (d’où son penchant naturel).

La suite aussi vous la connaissez, tous les journaux l’ont évoquée. Évidemment, ce n’est pas LA vérité exacte qui a été énoncée, mais le peuple est content, « ça » tient la route de la cohérence. Qui pourra prouver que l’incident de l’hôtel avec la femme de chambre a été « commandé », orchestrée par l’Élysée ? Personne.

Les fautes de ces deux hommes s’inscrivent sur deux registres distincts qui ne sont abordés par les médias, par peu d’analystes, par aucun politique puisque tous les ignorent, ce sont les registres « Être » et « Avoir » bien connus de mes lecteurs. Les Fautes en « Être » (mais de secteur Avoir,  soit à droite du Tronc-Gnose) seront enveloppées des nappes élastiques (!) de la Morale et les fautes de secteur, celles spécifiques de « Avoir », seront celles attachées au domaine de la Loi, de la Justice des Hommes toujours interprétable !

-:-:-

Moralité de ces banales et courantes histoires : en Politique, quand on veut se séparer d’un concurrent dangereux on lui offre le poste pour lequel il est le plus compétent. En conséquence, les Ailes lui poussent et comme Icare, il va se brûler au Soleil dans sa rapide, vertigineuse et pathologique ascension.

Quant aux « Secrets » d’État, ils ont – eux aussi – de beaux jours devant eux !  Les « peaux de bananes » ne font que confirmer leur active présence.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on  http://blogapart.freehostia.com