Posts Tagged ‘JESUS de Jean-Christophe Petitfils’

JESUS, de Jean-Christophe PETITFILS (art.129)

mercredi, février 22nd, 2012

– Article 129 –

Lettre Ouverte à

Monsieur Jean-Christophe PETITFILS

-:-:-:-

        Monsieur,

     Je viens de faire l’acquisition de votre livre « JÉSUS » (éd. Fayard) car c’est là un sujet qui m’habite depuis ma plus tendre enfance, depuis 68 ans (j’en ai 71) et je suis comme rassuré !

En effet, vous êtes passé complètement à côté du réel personnage dont j’ai écrit l’histoire (il y a une trentaine d’années), manuscrit qui ne sera sûrement jamais publié de mon vivant, et même avant longtemps puisque sa révélation – et sa compréhension ! – anéantirait totalement la justification du Christianisme qui s’avère être la plus grande supercherie spirituelle, intellectuelle, mentale  (je pèse mes mots) de ces 20 derniers siècles.

Votre erreur majeure, même si vous en avez cité le nom, est d’avoir totalement occulté la traduction de la Bible de André CHOURAQUI qui, dans mes études de théologie, d’exégète (via le protestantisme)  fut cette « dernière goutte » qui fit déborder le vase. Mais vous n’êtes pas le seul à avoir – sciemment ou non ? – opéré une telle Lâcheté intellectuelle ! Tous les auteurs qui traitent de Croyances et plus particulièrement de Religions monothéistes, occultent cette traduction, insupportable pour les croyants traditionnels, traduction par laquelle on peut se rendre compte, dés la Genèse, que le concept de Dieu n’existe pas ; ce concept a vu le jour entre le 2ème  et 3 ème  siècle après J.C.

De facto, Jésus ne pouvait en aucun cas être le Fils de Dieu ! Mais l’imposture est plus subtile à saisir ; elle échappa à votre regard d’historien. Explications.

Les hommes auxquels Jésus s’est adressé, soit le Message majeur que sa mission lui demanda d’exécuter auprès des hommes qui étaient généralement des juifs «en perte de vitesse» de leur foi, c.à.d. en Perte de Référentiel Vertical (Référentiel à tort appelé «Dieu»!), donc évoluant suivant les voies de perdition qui sont celles de la Divergence, cette mission, dis-je, peut se résumer par ces simples mots qu’il adressa maintes fois aux foules : «Faites Retour» (Matth.4/17). Autrement dit, faites Convergence; la finalité de la Convergence étant l’Amour (avec un grand « A »).

Ce que vous n’avez pas compris c’est qu’avant toute chose, Jésus fut un GNOSTIQUE !

Or un gnostique (ce que je suis devenu en 1980) est un homme – un Surhomme devrais-je dire ! –  qui, en aucun cas, ne peut donner crédit à la moindre Religion, au moindre «temple» qu’il invita à démolir et qu’en Trois Jours (spirituels, évidemment) il se proposait de Reconstruire.

En termes symboliques, Jésus parla à partir du Tronc de l’Arbre «Gnose» en lequel ÊTRE et AVOIR ne font qu’UN (soit ÊTRE-AVOIR, ou Unité Primordiale synonyme de La Connaissance) et, la Perdition des humains est d’avoir évolué (après avoir été chassés de ce Tronc = Éden) en «branches», toutes divergentes.

Les branches de Être générèrent toutes les Religions. A l’opposé, celles de AVOIR générèrent toutes les démarches politiques, scientifiques, tous les Savoirs Matérialisants (pléonasmes!).

Voilà les Chemins tous divergents de la Perdition des hommes.

Ce sont les branches de ÊTRE qui «inventèrent» le concept de Dieu…. lesquelles, conséquemment, ont engendré celles Opposées de AVOIR. «ÊTRE» ou encore le Sémitisme qui généra, conséquemment – Psychosomatique oblige ! –  l’Antisémitisme.

En effet, par mes travaux de recherche fondamentale axés sur l’Évolution Générale de l’Homme, j’ai démontré que ÊTRE et AVOIR entretenaient entre eux, depuis la Nuit des Temps, un rapport Psychosomatique (première mondiale toujours censurée).

Parlant à partir du Tronc-Gnose, Jésus s’adressa à ces juifs (de peu d’adhésion estima Jésus) qui reçurent, qui écoutèrent ses propos à partir de leurs «branches», et c’est tout en restant dans leurs branches qu’ils exploitèrent les Paroles de Jésus, «exploitation» qui s’est traduite par la création de cette Religion appelée le Christianisme et qui, comme déjà dit, est une supercherie, une imposture inqualifiable, une trahison mortelle de Jésus dont seul le gnostique peut saisir la portée.

Par courrier, j’ai remercié André CHOURAQUI,  (décédé en 2007; il connu très bien mon oncle, le pasteur Louis DALLIÈRE dont il rend témoignage dans nombre de ses ouvrages) d’avoir été cette goutte d’eau qui fit déborder le vase et qui, donc, de Croyant, me permit de Pénétrer la Gnose qu’il fut, lui, incapable d’appréhender et qui est partout présente dans les Évangiles qu’il a cependant traduits …

C’est de cette position de gnostique que j’ai pu montrer à cet homme (A. CHOURAQUI) – et démontrer – qu’il n’y avait de facto aucun véritable juif en Israël. Ce à quoi il me répondit par une savante pirouette (pléonasme!)  en me conseillant de lire tels et tels de ses livres.

Effectivement, cet Arbre au Sein du Jardin – bon à connaître le Bien et le Mal (la Gnose) – reste inaccessible aux communs des mortels du fait qu’ils se tiennent voire, se cramponnent à la Divergence soit…  à des branches !

Comprend qui peut !

le 22 février 2012

Jean S. Dallière

Gnostique – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu).

Contact et/ou commentaire  e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site   http://blogapart.freehostia.com