Posts Tagged ‘Le Progrès’

ORIGINE FONDAMENTALE DES MEDIAS (soit celle du « Sang d’Encre ») (art.131)

jeudi, mars 1st, 2012

– Article 131 –

-:-:-:-

ORIGINE  FONDAMENTALE  DES  MÉDIAS
ou
du Sang d’Encre  à l’Encre de Sang

(Analyse fondamentale)

-:-:-:-

–  Cercles Ouverts et/ou  Cercles Fermés  –

Légende :  Les médias (symbolisés ici par un stylo trempé dans un Sang qu’ils transforment en Encre exploitable avec finalité un aspect pécuniaire) sont ces personnes qui, dans un Collectif Social, utilisent pour (en) vivre, la Souffrance des Individus, soit l’impossibilité qu’ont ceux-là de rendre témoignage directement par eux-mêmes de leur mal-Être existentiel. Ce mal-Être est à l’origine de la nécessité de Dire, nécessité qui n’existe plus dés lors que l’Être atteint « l’État de Bouddha » (ou celui de Jésus, celui de Lao-tseu soit, plus généralement, celui du gnostique). D’où la Censure médiatique qui est très puissante et synonyme de cette volonté de faire « Taire des Hommes « . Ces médias s’expriment donc au nom des Masses en en tirant Profit d’une manière ou d’une autre et ce, par « cercles » fermés (notion d’éthique professionnelle). Les médias deviennent dans les Pays « Ouverts » un Pouvoir incontournable devant Lesquels politiques et religieux sont progressivement astreints à mettre genoux à terre. Il va sans dire qu’aucun journaliste ne se reconnaitra dans cette Expression puisqu’ils en sont tous prisonniers.

-:-:-:-

    L’analyse que je propose concernant cette profession journalistique, de Communicants (celle des médias; pluriel de médium) n’a jamais pu être effectuée puisqu’elle est faite par un gnostique soit par une personne qui, par excellence, se trouve très précisément au milieu, au Cœur, du monde, là où se trouve l’absolue Objectivité qui est obligatoirement absente en toute branche humaine.

Personne ne peut remonter plus en amont dans l’analyse de l’origine de cette profession (ce n’est pas un défit que je lance !) c’est pourquoi je qualifie de fondamentale cette vision et je me fais un plaisir d’informer par cet écrit sur l’origine du besoin d’informer… un toujours plus grand Nombre d’individus qui auraient, soit disant, faim et soif de… « Savoirs » (?!). Ce qui est évidemment faux; tout humain a faim et soif d’Amour soit : de Connaissance. Tel est le seul point que tous ont en commun.

-:-:-:-

 L’idée fondamentale de « milieu »
(en l’occurrence médiatique)

 Légende. Cette notion de médium – ou milieu, sous entendant entre Deux – a, au fil des temps, perdu complètement la mémoire de son origine représentée ici par le « Cylindre » central (appelé le Tronc-Gnose dans mes écrits), espace Vertical, non tort, qui sépare en deux camps opposés – d’où cette DIALECTIQUE fondamentale – ce qui constituait initialement l’Unité Primordiale (fusion ÊTRE-AVOIR), deux camps qui donnèrent : à gauche, les sphères du Religieux ou Pouvoirs spirituels et, à droite, celles du Scientifico-Politique ou Pouvoirs temporels.

De nos jours, les médias sont imaginés être localisés au sein des « milieux » Religieux et Politiques et sont totalement ignorants du « milieu Originel », ce Tronc-Gnose. Le Trident (depuis la Haute Antiquité il symbolise le Diable!) des Temps Premiers de l’Homme se retrouve incarné dans la Politique en y donnant les Trois notions de base : gauche, centre et droite où le centre est, tout logiquement, une non-Force à l’image du Tao chinois qui est aussi le Tronc-Gnose. Sa raison d’être n’est pas de gouverner, c’est d’incarner le Cap qui, en Politique, ne peut jamais être le Bon.

-:-:-:-

Origine fondamentale des médias (art.131)

Origine fondamentale des médias (art.131)

Légende. Le Tronc-Gnose – qui est ÊTRE-AVOIR – s’est vu « clivé » en DEUX familles de Branches (époque où Adam et Ève ont été chassés de l’Éden soit de la Nature) celles de ÊTRE (les Religions) et celles de AVOIR (les scientifiques-politiques), deux types de « milieux » qui ont donc engendré deux familles de « médias ».
Le gnostique, lui, est celui qui Marche dans la continuité du Tronc Nature, l’ Universelle Voie que les médias, au service des religieux et politiques, ne peuvent qu’ignorer et/ou censurer. Je précise ici que contrairement à ce que laisse penser mon schéma, ce clivage du Tronc Nature n’est absolument pas synonyme de la fin de la Pousse du Tronc, Lequel vivra bien plus longtemps que l’Espèce Homme! J’ai simplement illustré ce que s’imagine la Conscience humaine en pensant se trouver très au dessus de la Nature alors que ce clivage a condamné tous les Collectifs à une mortelle Crucifixion ; ce que l’Homme, dans sa grande sagesse (…) veut faire « payer » à Dame Nature en La polluant… à mort!  Comprend qui peut.

-:-:-:-

    Pour celles et ceux qui découvriraient ici mon blog je rappelle que je m’y présente en tant que pur gnostique c’est-à-dire comme une personne libre de toute association partisane et qui Habite (depuis 1980; j’avais alors 39 ans) cet espace  de gnose ignoré du monde Occidental. La GNOSE soit ce lieu d’où proviennent toutes les Formes dites vivantes, lieu plus généralement nommé le Milieu Naturelest symbolisé ici par le Tronc d’un Arbre dont les Racines (non représentées sur mon schéma) doivent être perçues comme étant le Milieu Marin, l’Océan. Ces Racines océanes sont à l’origine de toutes les Espèces. Transposées à l’échelle de chaque humain, ces racines sont le ventre maternel. Mais ceci est un autre sujet.

Sans entrer dans l’étude de Textes bibliques (mon schéma fait évidemment penser à la crucifixion de Jésus) j’ai représenté les « sphères » de l’évolution de l’Espèce Homme – unique en son genre du fait d’être de moins en moins reliée au Milieu Naturel – par des « Branches » dont l’ensemble constitue le Milieu Culturel.

  • Nota – Tant que règnera l’Homme sur la Nature, aucune Espèce autre ne pourra évoluer en Branches; toutes sont condamnées à évoluer au sein du Tronc, à y naître et à y mourir.

Ce que j’ai montré par mes études dont ce website se fait l’écho c’est qu’il existe DEUX familles de Branches clairement représentées sur mon schéma. La Branche maîtresse ÊTRE de gauche, dont l’évolution spirale est « Enroulante« , portant en Elle (en germe et/ou exprimées) toutes les velléités de RELIGIONS.

A l’opposé, à droite donc, la Branche maîtresse AVOIR dont l’évolution spirale est dite « déroulante » (d’où sa rapide multiplication – par divisions successives – en « branches » et « sous-branches » etc. que représente bien l’Arbre dit généalogique) dont l’Ensemble constitue la face visible, Physique, de l’Évolution de l’Homme laquelle est soumise aux lois de l’Entropie croissante, ce fameux Toujours Plus employé à longueur de temps dans le langage. La face physique de l’évolution de l’Homme est gérée par la fonction Politique.

J’ai également démontré que ces deux familles de Branches entretenaient entre elles, depuis la Nuit des Temps,  un rapport dit Psychosomatique. Autrement dit, les Branches de AVOIR découlent de l’évolution des Branches de secteur ÊTRE. Jamais l’inverse.

Il serait alors tentant de dire « évidemment, bien sûr… les médias sont celles des personnes qui habitent le Tronc, soit au milieu, entre les Branches Religieuses et Politiques. » Et bien non et ce, pour une raison bien claire.

Si je vous dis que le désir de ceux qui constituent l’ensemble des médias – les journalistes – est d’informer, de faire savoir, (telle est justement l’idée de base du « milieu » journalistique) vous me direz que j’enfonce là une porte ouverte. Ce qui n’est qu’à moitié vrai car il vous manque une donnée (ignorée du plus grand Nombre) : c’est que la Nature, soit la Gnose qui occupe son Sommet – avec ses rares gnostiques – contient TOUT sauf…  les Savoirs.

En effet, la Gnose est synonyme de Connaissance que symbolise le dessin d’un Cercle (dont l’origine est le Soleil). Le Milieu Culturel, donc les Branches, sont l’éclatement de ce Cercle que représente et symbolise l’Étoile dont chacune des Branches se veut être une discipline scientifique majeure parcourue par les Savoirs. Ne parle-t-on pas d’individus « pointus » en évoquant quelques savants géniaux qui se situent à l’extrémité de ces branches d’étoile ? Ne parle-t-on pas de « passerelles » à dresser entre ces branches savantes au dessus des mortels fossés qui se creusent au fil des temps et au fond desquels se Perdent tant d’individus, ceux que les Savoirs excluent? (dépression, alcoolisme, toxicomanie, suicide. Ce sont les Savoirs qui tuent non la Connaissance).

En d’autres termes, le gnostique accepte Tout, hormis les Savoirs.  « Je ne veux pas le Savoir » affirmera le gnostique car le Cercle ne veut pas devenir Étoile dont il connaît parfaitement la finalité autodestructrice. Pas davantage il sera d’accord avec cette affirmation de Lucie AUBRAC qui est totalement fausse, à l’inverse de la réalité objective :

« Seul le Savoir confère la liberté aux peuples« 

Plus les peuples s’ouvrent aux Savoirs plus ils s’asservissent entre eux et deviennent mal-Heureux et plus ces Collectifs sont acculés à s’entretuer, à se faire la guerre. Il est ahurissant de constater combien les Historiens (entre autres), qui ont une obligation de recul sur l’Histoire du monde pour rendre compte (mission impossible, illusoire…), cultivent cette Lâcheté qui consiste à vouloir toujours ignorer et/ou taire ce parallèle si évident à constater, que plus les Savoirs sont diffusés dans les Peuples, plus ceux-ci augmentent leurs pouvoirs guerriers en l’étendant Aujourd’hui à la planète toute entière.

Le Savoir extermine, il tue. Pour les Chrétiens, je rappelle ici cette parole si mal comprise du gnostique Jésus :

« Heureux les Pauvres en esprit, le Royaume des Cieux est à eux« .

Où il convient de comprendre par « Pauvres en esprit » toutes celles des personnes qui, poussant en Branches, demeurent proches du Tronc-Gnose synonyme de Royaume des Cieux. Ce sont là les gens qualifiés de « simples », de « petites gens », les low-class (…), etc. catégories qui sont d’autant plus méprisées qu’ont dresse le Savoir sur un piédestal. Où « proches du Tronc » veut préciser « avoir peu de savoirs », toute branche étant obligatoirement habité par des savoirs sans cesse croissant et le Tronc, je le rappelle, n’est que Connaissance.

Alors oui, la phrase de Lucie AUBRAC devient exacte dans son sens extrême si on envisage – ce qui n’est pas faux! – que la mort est libératrice. Mais le Message du gnostique est précurseur, il devance la mort en montrant que cette libération salutaire est accessible à chacun et à tout instant, Ici-Maintenant.

  • Note importante : Le secteur dans lequel évolue tout Collectif humain est ce secteur AVOIR soit, Physique, Matériel, qui est fondamentalement Négatif. Ce « Négatif » là de AVOIR était initialement équilibré par le « Positif » de ÊTRE (période de la sortie des Branches du Tronc). Ce que l’on appelle l’Évolution est cette Force qui participe dans le Temps au déséquilibre de ces polarités (les deux plateaux de la Balance ne s’équilibrent alors plus) et où AVOIR pèse de plus en plus lourdement  sur les Individus; plus lourdement que ÊTRE; d’où la notion d’étrange légèreté de cette dernière entité. Nous parlerons alors de Sociétés à tendance Matérialiste. Mais pour que cet aspect Négatif de l’évolution des Sociétés n’apparaissent pas aux Individus, les scientifiques (aux ordres des politiques, le tout avec la participation complice des médias !) proposent des « produits » qui sont sensés faire croire aux Masses populaires à une évolution « Positive » du Système. Telle est l’Illusion Sociale. C’est ainsi que nait la notion de « Progrès » et avec elle une duperie qui se mondialise par une Positivation artificielle du Négatif. C’est pourquoi de plus en plus de personnes s’interrogent, en prenant de l’âge, sur la réelle finalité du Progrès tel qu’il est présenté à tous! Et, de siècle en siècle, le Mal-Être Social s’amplifie, fait tache d’huile… A toutes fins utiles je précise que cette Force, que je viens d’évoquer, qui participe au déséquilibre des polarités peut être tout à fait maitrisée par l’Homme. L’étude de l’Égypte Antique en est la preuve flagrante mais cette « preuve » est masquée par l’Égyptologie, cette discipline scientifique qui est orchestrée pour vous La cacher (je la révèle dans mon ouvrage « KHEOPS, la grande pyramide du Soleil » éd. Guy Trédaniel, Paris, ouvrage totalement censuré par les égyptologues – et les médias ! –  depuis sa sortie en 1998).

Pourquoi deviennent-ils  toujours plus mal-Heureux?

Contrairement à la Connaissance, les Savoirs (ils sont toujours pluriels) conduisent tous les individus, sans exception, et au fil des Temps (les siècles ou millénaires selon l’échelle de considération :  Clans, Tribus, Peuples, Nations) au Déclin, notion qui est totalement étrangère à la Gnose. Et, disons les choses tant que le couteau est dans la plaie : plus on donne de Savoirs « à boire et à manger » aux humains, plus on place du savon sur la « planche » de l’Évolution de l’Homme, la Vie étant semblable à une planche savonnée qui récupère tous les siens par la mort.

En d’autres termes, plus l’Homme adhère aux savoirs plus s’accentue sa vitesse qui, inexorablement, le conduit à sa Chute. Et là, je ne vois pas un seul journaliste, enseignant, universitaire, etc. qui puisse être d’accord avec moi sans quoi, c’est qu’il a déjà changé de métier. Ou pire!

Ce qu’il faut comprendre, c’est que le journaliste est cette personne qui est habitée par une double aspiration qui le met en porte-à-faux dans la vie :

– 1°/ par la nécessité de vivre (soucis de fins de mois) via un Toujours Plus angoissant vers lequel il faut toujours partir en quête, être à la découverte de… tout en sachant que, le monde est « fini » (ce qu’aucun savant ne contestera), autrement dit voilà quelqu’un qui fait route sur une grande voie et qui a le pressentiment, l’intuition aussi, que cette voie va se terminer en Impasse ! C’est cela qui est appelé un monde « fini« .  Puis,

– 2°/ qui a aussi l’intuition, plus ou moins forte, que la fonction de journaliste va irrémédiablement « dans le Mur », dans un Mur qu’elle voudrait éviter; d’où cette nécessité subconsciente, impérative, de travestir la Vérité comme pour la rendre plus choquante… comme pour la faire sortir de son « trou », pour La défier (manque de chance, la Vérité est Silence). En effet, ce qui se passe sous les yeux du journaliste – la réalité de la vérité – ne peut pas être dit puisque cette vérité est ineffable en tant que fusion de ÊTRE-AVOIR en laquelle n’habite aucune forme d’ego. L’ego de chacun tort tout Individu lui donnant de facto ce que l’on appelle la Personnalité. Voilà cette Personnalité  qui travestit tout ce qu’elle perçoit de la réalité. C’est pourquoi le gnostique est inévitablement un redresseur de (gens) torts et ne saurait être apprécié de… personne.

Pour le gnostique, il n’est pas de plus « purs » Mensonges que ceux du Journaliste. Les propos de gens d’Églises, on connaît d’où ils viennent, on connaît quelles sont les Branches qui les portent; toutes leurs Branches étant les produits de carences d’AVOIR (hypertrophie de Être, atrophie de Avoir… sauf dans les coffres forts). Les Politiques aussi : toutes les branches sont les produits de carences de ÊTRE (hypertrophie de Avoir; exclusion de Être).  Ceux des médias sont moins saisissables car faisant écho à tout ce qui fait profit pour leur être et leur avoir.

Je conclurai ici par cette image qui s’adresse tout particulièrement aux journalistes, souvent associés à l’idée de « tambours » en tant qu’amplificateurs des évènements de la vie quotidienne :

« ils sont comme les tambours qu’ils cautionnent,
plus ils sont creux, plus ils raisonnent »

Assurément, suite à cet écrit, je ne me suis pas fait d’ami(e) dans la profession.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

P.S. Tous les articles de mon web site sont sujets à des modifications, à des corrections chaque fois que je l’estime à mes relectures.

 

adresse e-mail  : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

 

 

Les pernicieuses et fatales dérives du TAO (2ème Partie) (art.75)

samedi, juin 4th, 2011

– Article 075 –

Les pernicieuses et fatales dérives du TAO

(2ème partie et Fin)

-:-:-:-

        C’est après avoir découvert, en début des années 1980, LA définition du Tronc de l’Arbre de Vie et réalisé qu’il était la Gnose et que, à force de papillonner de Branches en Branches (Branches de ÊTRE où j’étudiais de nombreuses traductions de la Bible et celles de AVOIR, par mes 37 emplois professionnels exercés et énumérés précédemment) je me retrouvais être un gnostique, soit un habitant de ce Tronc. C’est alors, et alors seulement que j’eus l’opportunité – par à un ami d’enfance – de « rencontrer »  le TAO Chinois constatant avec étonnement sa totale similitude avec la Gnose (j’avais 39 ans). Un premier temps je fus déçu par cette rencontre.

Que d’autres avant moi aient fait semblables découvertes me fut difficile à accepter ! Un second temps, j’en fus au contraire réconforté (déçu d’avoir éprouvé une telle déception) puisque cette similitude, cette « superposition » de vues universelles me garantissait mon point de Vues sur la Marche du monde.

En effet, informé et surpris du sens de ma quête existentielle qu’il ignorait, cet ami d’enfance – chez qui je vivais momentanément avec les miens  en 1979 – m’offrit deux ouvrages ayant appartenu à son père : la Voie Métaphysique et la Voie Rationnelle de Matgioi (aux éditions Traditionnelles Paris. édition de 1936 pour le premier et 1941 pour le second). Matgioi est le nom tonkinois (signifiant « œil du jour ») que prit Albert Puyou, comte de Pouvourville (1862-1939) après une longue initiation auprès d’un maître de taoïste qui lui enseigna la Sagesse Jaune, celle de la Vérité absolue. Matgioi vécut au Tonkin comme militaire avec charges de fonctions administratives.

Plus tard, en 2002, la sinologue française bien connue Marie HOLZMAN (je crois me souvenir que mon père fut son parrain !?), suite à un repas pris ensemble à Paris au cours duquel je l’informais de ma position idéologique de gnostique, crut bon de me conseiller de lire « Leçon sur Tchouang-Tseu » de Jean-François BILLETER (éd.Allia Paris) suite à quoi je m’offrais l’ « Œuvre Complète de Tchouang-Tseu » traduction, préface et notes de Liou Kia-hway (Connaissance de l’Orient chez Gallimard/UNESCO).

Parallèlement à la lecture mais surtout à l’analyse minutieuse de ces ouvrages de choix, je poursuivais ma lecture-analyse de la traduction de la Bible de André CHOURAQUI ayant remisé toutes les autres traductions du fait de leur implication du concept inacceptable de Dieu.  Aujourd’hui, soit quelques 30 années plus tard, je suis contraint – et quelque part désolé – d’avoir à faire le constat suivant.

Tous ces ouvrages qui témoignent d’une Pensée on ne peut plus élevée,  fondamentale, Universelle, de la plus grande portée et Profondeur pour l’Humanité, sont tous, les produits d’hommes qui ont trahi ladite Pensée du seul fait d’avoir été rédigés et/ou traduits à partir de Branches pour prétendre rendre témoignage du Tronc, du TAO. Témoignages sur le TAO, sur la Gnose, sur La Voie, etc.  et non du TAO, de la Gnose, de la Voie etc.  ; c’est-à-dire en se trouvant toujours extérieurs à l’Objet, au Sujet, traité.

Et cette trahison, à ce Jour nulle part dénoncée me semble-t-il (qu’on me dise si je me trompe. A la fin de tous mes articles, le lecteur peut donner son analyse critique), vous allez pouvoir non seulement la voir mais la remarquer dés que je l’aurai désignée : elle est due au manque de distinguo entre les verbes Connaître et Savoir (distinguo déjà développé précédemment dans ce blog notamment dans ma lettre adressée à Madame Irina BOKOVA , Directrice Générale de l’UNESCO, à Paris).

En d’autres termes, ces auteurs ont tout au long de leurs ouvrages plus ou moins réputées et même parfois portées au pinacle (Collège de France, soutenues par l’UNESCO, etc. etc. ) employé le verbe « savoir » qui est spécifique des Branches Culturelles pour évoquer la Connaissance laquelle n’est spécifique QUE du Tronc, du TAO, de la Gnose.

Pire encore !  Ce faisant, demeurant solidement en des Branches – ce que justifiaient leurs études (!) – ils ont attiré à eux ce qui appartient, depuis la Nuit des Temps, au Tronc – au TAO – trahissant ainsi l’Objet principal, l’Essence de leurs études et analyses.  Exemple type :

Le cas dérivé de Jésus
cas qui est à l’origine d’un Christianisme évidemment faux !

        Le plus bel exemple (!), en fait le plus triste, est le cas de Jésus qui, parlant en son temps à partir du Tronc dont il rendit témoignage avec un Verbe Lumière qui fait s’exprimer par des Paraboles (premier, second et troisième degré de compréhension. Le premier, dit « sens propre »  est celui de AVOIR; le second, dit « sens figuré », est celui de ÊTRE et le troisième, synthétique, rend témoignage de ÊTRE-AVOIR, la Gnose, le TAO. Heureux ceux et celles qui comprennent cela) s’est adressé à des juifs de son environnement, juifs qui, à ses yeux, évoluaient suivant des voies (des Branches) dangereusement divergentes. Or, in fine, ces juifs-là récupérèrent les paroles de Jésus, les « ramenèrent » en des Branches plus ou moins spirituelles où était déjà leur Dieu et d’où, ensuite, ils concoctèrent une Religion nouvelle qui prit le Nom de Christianisme, faisant de ce nouvel arrivant Jésus le Fils de Dieu ! Ce qu’il n’est fondamentalement pas.  Ces juifs-là ne sont pas allés vers le Tronc pour le Pénétrer, pour le comprendre, ils l’ont comme  coupé en morceaux, tronçonné, transformé, le ramenant en leur Branche considérant –  ce faisant – qu’ils rendaient leur Branche (où ils étaient « assis ») Verticale. Voilà donc plus de 2000 ans que le Christianisme est dans l’Erreur la plus totale.

C’est pourquoi j’ai titré « les pernicieuses et fatales dérives du TAO » où l’on doit voir les néfastes Effets qui peuvent être engendrés par la Relativité des positions de chacun.

En réalité, vous l’aurez compris j’espère, le TAO est in-ca-pa-ble de la moindre dérive, la Verticale demeurera toujours Verticale. Ce sont ces hommes qui opérant leur pathologique transfert en prenant l’obliquité (voulue ignorée) de leur Branche pour LA Verticale, qui ont eux-mêmes dérivé créant ainsi la DIALECTIQUE, soit le pouvoir de Dire, de désigner, et surtout de se désigner comme seul vrai Référentiel.

Le terrain de toutes les Guerres entre les hommes était alors ouvert !

On observe cela Aujourd’hui entre l’Islam et le Judéo-christianisme où l’Islam s’affirme comme étant LA Religion la plus «Verticale » des religion Monothéistes, estimant toutes les Autres – parce que poussant avec du Fruit –  sont dérivantes, déviantes, et donc pernicieuses les faisant se « coucher » avec le Diable (les Sociétés Matérialistes). D’où leurs logiques (…) actions, traduites par le Terrorisme, qui les placent tels des « Redresseur de tort et de tors !».

Malheureusement, cette analyse objective que je fais ici à partir du Tronc TAO (Erreur du Judaïsme par implication du concept pathologique de Dieu, Erreur du Christianisme par position mensongère de Jésus et Erreur de l’Islam par une Verticale usurpée) est totalement étrangère aux dirigeants politiques du monde comme aux analystes des Religions ou, si cela leur apparaît, il faut bien reconnaître que de telles informations sont impossibles à diffuser sans provoquer une guerre atomique mondiale des Cerveaux. La solution ? Il n’en existe qu’une : réactualiser la Gnose, le TAO, afin que chacun oeuvre à sa Re-Verticalisation salutaire. Il n’est plus de solution Collective dés lors qu’on Pousse en Branches.

Ma démarche vers le P.S. J’étais l’an dernier et pendant plusieurs mois en relation de travail avec la direction du Parti Socialiste quand  Martine AUBRY me mit en rapport avec le directeur de son Laboratoire des Idées, l’énarque Christian PAUL.  Au bout de quelques mois d’échange de correspondances ils m’avouèrent, par courrier toujours, être dans un profond désarroi (sic) à l’étude de mes Conclusions de travaux par lesquelles j’ai essayé – en vain ! – de leur faire prendre conscience du Référentiel Vertical (le Tao, la Gnose, etc.) duquel les Sociétés Occidentales se sont dangereusement écartées au fil des siècles, écarts qui sont à l’origine, leur ai-je démontré, de tous les Maux et Fléaux Sociaux.

Or, la prise de conscience dudit Référentiel est indispensable pour l’orchestration d’un salutaire Redressement de la France comme pour celui de l’Europe. Si quelqu’un qui me lit a le pouvoir d’expliquer à ces responsables quels dégâts sociaux ils laissent se produire à vouloir nier mes idées, à vouloir laisser mes vues sous le boisseau, qu’il le fasse au plus vite pour le bien du Pays.

Où mes lecteurs doivent comprendre par là combien les voies politiques traditionnelles sont pernicieuses en conduisant les peuples à leur Déclin tout en prétendant faire tout leur possible pour… etc. Mensonge.

Sur le plan Politique, la solution tant attendue par des millions de personnes est toute entière développée dans mes écrits. Elle consiste à rendre  » COMPLEXE  » la Politique actuelle qui est traditionnelle c.à.d. créer une forme de Politique inédite qui tienne enfin compte des paramètres constituants de tous les humains (ils sont  Être et Avoir), alors que la Politique traditionnelle ne prend en compte QUE le paramètre « Avoir » des Individus, soit uniquement le côté Matériel, Financier, laissant aux religieux la gestion du paramètre spirituel Être.  D’où la Ruine programmée de toutes les Sociétés Occidentales. Je signale que cette forme inédite de Politique Complexe a déjà existé sur Terre et ce pendant des millénaires (Cf. Egypte Ancienne). Qu’on ne me parle pas ici d’utopie… d’incompréhension oui, d’utopie, non.

-:-:-:-

    Concernant le TAO de Laotseu, mieux connu dans le monde entier par ses fameux composants YIN-YANG (respectivement AVOIR-ÊTRE qui sont les entités constituantes, ou encore les « rails », de toutes les Langues, dialectes, patois, etc. de la Terre) je vais donner ici une phrase type, une seule,  elle aussi bien connue, qui témoigne de cette erreur fatale, de ce manque de distinguo. Elle se trouve, cette phrase, dans La Voie Rationnelle, (page 101 pour ceux qui ont l’ édition de 1941) où, la XIXèmesentence débute ainsi :

« Qui sait ne parle pas. Qui parle ne sait pas. »

Les explications de texte de Matgioi qui suivent enfoncent le clou (page suivante) où il écrit :

«  Le Sage clôt sa bouche, non seulement pour préserver sa science …etc. »

Comprenant tout à coup, par cela, que tout l’ouvrage est « imprimé » sur un tissu de Savoirs et non de Connaissance, (par l’implication erronée,  ici, de « sa science« ) j’ai retrouvé tout au long de sa lecture de mauvaises traductions du texte original (il m’est évidemment inaccessible et inconnu), mais je n’imagine pas une seule seconde que Lao-tseu ait commis une telle erreur. C’est tout simplement im-po-ssi-ble.

J’ai alors étudié l’ouvrage de Jean-François BILLETER (« Leçons sur Tchouang-tseu » éd.Allia) où j’ai cru, un instant, trouver une traduction correcte  de cette phrase.

Page 27 de ce petit ouvrage de J.F. BILLETER  il est écrit :

… « celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas ». C’est ainsi qu’on l’a toujours traduit dans le chapitre 56 du Laotseu, où il apparaît ainsi. D’où vous vient l’idée de rendre le verbe « avoir », tche, par « percevoir » ?  Elle me vient d’abord du désir de comprendre le texte. La traduction habituelle ne donne  aucun sens, si l’on veut bien y réfléchir, ni dans ce passage de Tchouang-tseu, ni dans le Laotseu. Le dicton est absurde, à moins de poser que le savoir est secret ou indicible par nature. J’en conclus que la phrase a été mal traduite. »

Pensant trouver enfin, en ce lettré, un adepte de mes Vues, je continue son écrit. Plus loin :

« J’examine d’une part l’emploi du verbe tche dans les textes anciens et les verbes voisins qui forment avec lui un champ sémantique. J’examine d’autre part l’emploi que nous faisons du verbe « savoir » et des autres verbes qui forment un champ sémantique correspondant à peu près au champ sémantique chinois….Il apparaît très vite qu’en français le verbe « savoir » a pour objet un fait certain ou une connaissance assurée  et qu’il ne suppose pas de relation de proximité avec la chose sue. Le meilleur équivalent  français n’est donc pas « savoir » mais plutôt « appréhender » ou, dans certains cas « percevoir ». En traduisant par « percevoir », je montre qu’elle décrit de façon précise et frappante un fait d’expérience : « quand on perçoit, on ne parle pas ; quand on parle on ne perçoit pas ».

Je suis évidemment sensible à l’effort que manifestement J.F.BILLETER a tenté de faire pour tendre vers la traduction exacte de cette phrase. Malheureusement, sa phrase de conclusion (« quand on perçoit, on ne parle pas ; quand on parle, non ne perçoit pas ») n’est pas davantage acceptable car, le cerveau de l’Homme n’est pas comparable aux sous produits dont il a accouché au cours de l’Histoire, à savoir, le talkie-walkie ou émetteur-récepteur qui, effectivement, et contrairement au cerveau de l’Homme, ne peut simultanément recevoir et émettre.

Dans la réalité, alors que vous regardez quelque chose de Naturel, une immense étendue de plaines avec chaines de montagnes au loin par exemple, vous pouvez très bien en même temps dire quelque chose à la personne qui vous accompagne.  Et réciproquement. La proposition de cet auteur, si louable soit-elle, est tout autant inacceptable car fausse. Tout au long de son ouvrage on trouve, par ci, par là, de semblables confusions.

A peu près à la même époque, je me suis procuré l’« Œuvre complète » de Tchouang-tseu traduit par Liou Kia-hway (Gallimard/Unesco) espérant y trouver, enfin, la correcte traduction de cette phrase. Hélas, page 175, j’y retrouvais la même traduction qui emploie le verbe savoir. J’y trouvais pire encore (pire, mais logique ! Tant qu’à être dans l’Erreur…) l’implication du concept de Dieu ! Page 130 : « son nom est identique à Dieu ».  C’est dramatique !

En d’autres écrits, j’ai en effet démontré que ce concept de Dieu est l’ultime « produit » de dysfonctionnements psychiques de l’Homme lesquels s’expriment au travers des Savoirs religieux. Nous n’aurions pas de telles inacceptables confusions par l’emploi du verbe Connaître. Le concept de Dieu est ce Nom que des hommes ont donné au « Fond d’Impasse » où conduit la Branche ÊTRE (Elle est cette spirale qui s’Enroule en ralentissant tout en rétrécissant) et avec ce « Fond »,  l’Idée d’un Plafond infranchissable – condamnant l’homme à la Transcendance – et qui, quelques millénaires plus tard, sera analysé comme étant l’Origine de la Paranoïa Collective (c’est ce que j’ai démontré).

A ce sujet, et tout aussi important, j’ai également démontré que le «MUR» vers lequel les Sociétés Occidentales actuelles étaient en train de courir toujours plus vite pour s’y écraser – impliquant de faux prétextes dus à une prétendue « Crise » ! – est la directe Conséquence de ce Plafond (Mécanisme Psychosomatique à l’échelle des Peuples énoncé plus avant).

Heureusement quelques phrases sont là comme pour rattraper une erreur irrattrapable. Je cite p.265 :

« Les savants d’époque ultérieure ont le malheur de ne pas voir l’univers dans sa simplicité originelle et de ne plus saisir l’intuition globale des Anciens. Il est à craindre que la recherche du Tao ne se brise dans le monde entier. »

-:-:-:-

En guise de Conclusion

     Ces trois ouvrages ici référencés (plus la Bible!), ouvrages dont je recommande néanmoins la lecture et l’étude, sont tous les trois écrits – ai-je déjà précisé – par des lettrés assis sur des Branches, soit celles de ÊTRE, soit celles de AVOIR, voire les deux en même temps. Ils ont pour Objet l’étude du TAO, son témoignage (ou Tronc, ou Gnose, etc.) qui est ÊTRE-AVOIR unifiés.

Tout s’y passe comme si, alors que vous aviez commandé une peinture sur soie il vous était livré (par ces ouvrages) une peinture sur papier et affirmé que ledit papier est de la soie. Et tous – tout l’Occident au moins ! – vous avez été leurrés, abusés, dupés, trompés, etc.  en prenant ledit papier pour de la soie ! Et j’en suis d’autant plus scandalisé, outré, que maintenant ce sont mes « corrections » qui sont censurées. Peu importe que ce soit « les miennes », mais l’Erreur étant officialisée par tant d’écrits d’universitaires et autres savants, il semble impossible de la corriger.

J’ai déjà connu ce phénomène quand après des années d’études de l’Égypte Ancienne j’avais pu conclure, en le démontrant, que toutes les traductions des Hiéroglyphes faites par J.F.CHAMPOLLION étaient fausses. La chose est impossible à corriger, ces (fausses) traductions étant « gravées dans le marbre » de l’Évolution Générale de de la Pensée de l’Homme. Mon livre traitant de cela, ainsi que de l’origine Astronomique de l’architecture de la Pyramide de Khéops (première mondiale) a été censuré par toute l’Égyptologie, Ambassade d’Égypte à Paris, journalistes spécialisés,  et beaucoup plus encore…

Au vu de tant de confusions, maintenant partout observables, voilà qui me permet d’affirmer que de telles traductions – avec tant d’autres ! – ont largement participé et ce, pendant des siècles et des siècles, au lent déclin des Sociétés Occidentales – et maintenant à celui des peuples Jaunes qui s’adonnent à l’Ouverture !  L’Intelligence (qui est cette tare née de l’évolution et de l’exploitation de la Conscience laquelle place comme un voile opaque et déformant sur toute Réalité ; à commencer par voiler le TAO) a été tristement considérée comme une valeur positive tandis que ses produits (en fait des sous-produits !) dont l’amalgame s’appelle le Progrès, détruisent à petit feu – et à leur insu – tous les Êtres-humains en les réduisant à de simples et mortels Avoirs-humains. D’où le Mal-Être Social grandissant.

A ce Jour, il est difficile d’affirmer que, plus tard (…), l’Humanité renaîtra de ses Cendres car, comme je l’ai déjà évoqué, grande est la pression qui s’exerce au sein du Tronc de l’Arbre – au sein du TAO éternel – pression qui pousse à l’émergence d’autres Branches, d’autres Espèces, d’une autre Espèce, qui n’attend rien de moins que la Chute de l’Homme pour émerger à son tour et prendre sa place.

Tel il en fut avant l’Homme, tel il en sera après Lui.

le 10 Janvier 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site    http://blogapart.freehostia.com

La Croissance Sociale, le Chômage et… la langue de bois ! (art.21)

lundi, mai 18th, 2009

– Article 021 –

La Croissance Sociale, le Chômage et..
la langue de bois !

-:-:-:-

      Il est courant d’entendre parler, tant à la télévision qu’à la radio, lors de débats à trame politique, de cette notion de Croissance sociale. Ainsi, entend-on actuellement la Chine qui parle d’une croissance à 7% et l’Europe, comme les U.S.A., d’une récession due à la Crise (soit -1,5 à -3) .

Mais, hors cette Crise récente (dont on nous fait miroiter une « sortie » proche… qui devrait nous voir renforcés pour ne pas dire « mieux qu’avant »…), il n’y a pas si longtemps, certains Pays de l’Europe se targuaient d’avoir une croissance « positive »  tandis que le Chômage s’en allait croissant… D’un autre côté, des journalistes Chinois affirment  » la croissance crée de l’emploi« . Assurément,  la Langue de Bois politique (pléonasme!) se porte bien et a encore de beaux jours devant Elle… Quant aux médias, je ne les vois pas beaucoup réajuster les « tirs » verbaux (sociaux-politiques, idéologiques, etc..)  à ce sujet. Je les vois tout aussi volontairement Ignorants.  Car…

Le mensonge dans tout cela (le « Commun des mortels » ne risque pas de s’y retrouver!) est affaire de degré de Verticalité de la Pousse sociale, notion qui n’est évidemment jamais abordée dans ces débats. Et pour cause, la fonction politique n’est pas habilitée à gérer la Décroissance des problèmes sociaux. C’est la croissance des « problèmes » (l’Entropie croissante de Avoir) qui justifie la fonction Politique. Il serait peut-être temps que les Peuples s’interrogent sur la légitimité de la fonction politique s’ils veulent continuer tout simplement à vivre !

Il faut tout simplement savoir qu’il y a effectivement très peu de chômage (voire, pas du tout) quand la Pousse sociale est proche de la Verticale (ce qui est le cas de la Chine, soit, plus généralement des Pays « Verts », non encore « Ouverts ». Pensez ici à l’exemple d’une fleur « en bouton ») mais, que ce Mal  social apparait – et ne peut que s’amplifier et devenir Fléau – tandis que cette Pousse sociale tend vers l’Horizontale et que, de ce fait, les Pays – initialement en bouton – s’ouvrent à la modernité. Ils ne sont plus dynamisés par le seul Progrès (mot qui vient tout simplement de Progression) mais par un appétit croissant pour le seul profit. D’où le chômage qui s’en va croissant puisqu’il en découle directement.

C’est là la raison majeure pour laquelle tout homme, toute femme politique – en Occident comme aux U.S.A. – se demande comment faire, quelles décisions prendre, pour voir se Redresser la pousse sociale et, de facto, observer une logique  décroissance de ce Fléau qu’est le Chômage… Fléau qui a mis un certain Adolf  HITLER au pouvoir. On connait la triste suite…

LA Solution pour voir le chômage (et d’autres fléaux) se résorber ?

Mais je viens de vous la donner. Vous ne La voyez pas ?

Assurément, il n’y a pas plus Aveugle que celui qui ne veut pas Voir. C’est bien connu !

le 18 mai 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com