Posts Tagged ‘L’Ecrit-Primal : la Gnose’

JESUS, ce gnostique tant ignoré ! (art.172)

mercredi, décembre 25th, 2013

 – Article 172 –

-:-:-

Jésus,

ce gnostique tant ignoré !

-:-:-

(de la Gnose)

   En cette période de l’année – jour de Noël – où la naissance de l’enfant Jésus est tant fêtée, déclamée et chantée sur toutes les ondes et latitudes par des millions de bouches, tel un cadeau – certes un peu dérangeant pour les chrétiens ! – je viens vous offrir un écrit qui est le produit de toute une vie d’études des textes bibliques, dont le Nouveau Testament, études qui ont fait émerger un Visage nouveau, tout à fait autre, à ce jour inconnu et inattendu de cet homme qui était un pur gnostique ! Ce qu’ignore la Pensée Occidentale – et le monde ! – depuis bientôt 2.000 ans.

Cet écrit qui a pour titre : « Jésus, l’Acteur du Premier Scénario de l’Histoire »  peut être lu sur mon autre site web :

http://legnostique.wordpress.com  

en lecture PDF, libre et gratuite. Le titre général de l’ouvrage est : « L’ÉCRIT-PRIMAL : LA GNOSE » (sous titré « L’issue de Secours pour l’Homme »); il est composé de quatre Livres où celui consacré à Jésus est le troisième (de la page 227 à 316).

Cet écrit, notamment cette partie consacrée à Jésus, ne saurait – hélas ! – trouver  d’éditeur classique tant les révélations que j’ai faites sont révolutionnaires; elles démentent toutes ces « Idées arrêtées » soit ces dogmes qui ont structuré une Église que Jésus n’a jamais désirée ni sollicitée !

Par mes écrits, j’explicite tous les prétendus miracles qui sont totalement incompris par l’Eglise et ses Serviteurs, en apportant la preuve que cet homme ne pouvait en aucun cas être le fils de Dieu.  Plus encore, mon écrit démontre que Jésus n’est absolument pas mort sur la croix !

La véritable Histoire de Jésus que je vous révèle est encore plus Belle et passionnante que celle qui, depuis tant de siècles, est véhiculée par un Christianisme qui a trahi le Message de cet homme venu pour rendre témoignage de la Gnose dont la perte de vue condamne les hommes à tendre vers un Matérialisme autodestructeur.

Même le Judaïsme a beaucoup à apprendre de mes écrits; car ce ne sont pas des juifs qui ont mis Jésus en croix, c’est un certain Scénario enfin révélé ici.

L’interprétation de la naissance de Jésus comme celle de sa vie et de ses actes a créé une Religion « Assassine » – le Christianisme – qui, en 2.000 ans d’existence, a fait des milliards de morts mais, plus grave encore, des milliards et des milliards de Morts c’est-à-dire de personnes qui ne Voient plus (c’est cela la véritable « Mort ») … cette Gnose salutaire que je réactualise par mes écrits…

… lesquels sont à lire absolument et surtout… à comprendre !

Noël – le 25 décembre 2013

Par Jean S. Dallière
Gnostique – Auteur
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact : jeansidal@orange.fr

You are on the french web site http://blogapart.freehostia.com

L’AUTISME (art.141)

mercredi, décembre 5th, 2012

– Article 141 –

-:-:-:-

L’AUTISME 

-:-:-:-

Extrait de l’ouvrage à paraître prochainement :

L’ÉCRIT-PRIMAL : LA GNOSE

-:-:-:-

        Le dernier cas que je désire évoquer et qui est mentionné sur mon schéma  (point «A» du schéma p.200) est celui très particulier de l’Autisme. Particulier, dis-je, pour plusieurs raisons : il est et il n’est pas un cas Psy, il est et il n’est pas un mal social au même titre que ceux qui constituent ce que j’ai appelés la Quadrature des siècles. Néanmoins, lui aussi défie les temps même s’il est inexistant dans les tribus dites primitives soit chez ceux qui vivent en harmonie, en Osmose, avec Dame Nature, là où leur Langage est majoritairement Comportemental, ou encore Simultané, (les « deux pieds » de l’Individu sont dans la Nature; vis-à-vis de Être-Avoir) et non pas Alternatif en lequel Être est dissocié de son vis-à-vis Avoir créant ainsi tous les Maux et Fléaux sociaux.

L'Autisme (art.141)

L’Autisme (art.141)

Si j’ai voulu mentionner l’Autisme dans mon ouvrage « de la Gnose » (et non pas « sur la Gnose ») c’est parce que  cette pathologie est comme la preuve vivante du point Origine du sillage du Paquebot Société évoqué précédemment. Plus encore, il est l’expression indéfectible de son « Port d’Attache » : la Gnose !

En effet, l’autiste est cet individu qui, pour des raisons bien particulières, n’a pas voulu pleinement sortir, émerger de son Origine (le Tronc-Gnose) ou encore, n’a pas voulu, compte tenu de ce qu’il perçoit du monde Adulte, pousser en Branche comme lui.  De ce fait, il pousse en « limites » de la Gnose, entre Branche et  Écorce du Tronc, peu attiré par la situation de ses géniteurs-éducateurs qui en sont non seulement extérieurs mais, plus encore, qui en sont généralement coupés !

Il est tout à fait triste de dire, comme le disent bien des scientifiques et spécialistes de terrain, que « le cas est intéressant à étudier ». Je dirais éventuellement qu’il est intéressant dans la mesure où mes vues participent à Ouvrir les Yeux de ces scientifiques et spécialistes qui ne se Nourrissent actuellement, encore et toujours,  QUE du terrain en faisant tristement abstraction de sa dimension Complexe (= Être-Avoir), métaphysique.

Peut-on expliquer le cas de l’Autisme ?

Là comme ailleurs, deux écoles s’affrontent. L’une prétend que l’Autisme est «Inné», c’est alors une affaire de génétique tandis que l’autre école affirmera qu’il est «Acquis», c’est-à-dire que c’est le Milieu social, éducatif, qui le favorise voire, qui en est responsable. La querelle est ancienne. Et puis, il y a ceux qui pensent synthétiquement, soit qu’il y a une sorte de dialogue entre l’Inné et l’Acquis, un peu comme si les deux écoles jouaient au ping-pong, se renvoyant constamment la balle, les responsabilités.

Le gnostique, lui qui n’a pas de vision duelle ou encore schizophrénique du monde, que pense-t-il de cela ?  Ses vues sur la Chose sont assez claires et il comprend bien celles des scientifiques. Le problème n’est pas là. Ce sont les esprits (!) scientifiques qui ne comprennent pas les vues du gnostique et c’est précisément cela qui crée tant de «problèmes» dans le Paquebot Société. Le gnostique, lui, ne navigue pas dans le fouillis des Branches, il reste au Havre, progressant ainsi en Connaissance de Causes et les Branches, plus tard, beaucoup plus tard, reviendront toutes au Havre et ce, d’une façon qui leur est incompréhensible Aujourd’hui. Elles reviendront non pas par un Passé parcouru par Régression, pas davantage par un Futur hypothétique, imaginaire, idéaliste, mais dans un Présent pour l’instant inaccessible. Pour progresser à ce sujet, faisons un détour par l’Inné et l’Acquis.

-:-:-:-

Inné ? Acquis ? 

      Le point de vue que l’on a de ces notions à partir de la Gnose est simple. Peut-on estimer que l’Inné et l’Acquis aient au moins un point en commun ? Oui. Le point qu’ils ont en commun c’est le regard intellectuel que l’humain porte sur ces deux notions. En cela je veux dire que tant sur l’un que sur l’autre, le regard de l’Homme est affaire de «pensée». Voilà le point commun. L’homme pense l’hypothèse « Inné », l’homme pense l’hypothèse « Acquis »; dans les deux cas, le point commun est affaire de pensée, dis-je.

Or, pour le gnostique, il n’y a pas d’hésitation possible : la « pensée » est l’expression de l’Intelligence de l’Homme et l’Intelligence de l’Homme est LA maladie mentale par excellence de l’Homme. Quant à la synthèse de deux «fruits», de deux erreurs (Inné et Acquis) cela ne donne jamais l’objectivité. En la matière, moins par moins, donne toujours du moins, du subjectif, du faux. J’ai fait ici cette parenthèse pour montrer que les idées que l’Homme cultive sur l’Autisme ne peuvent être que toutes erronées. L’autiste, par la manifestation de son Mal-Être et de son Mal-Avoir conjugués montre, désigne aux humains, l’Erreur de leur(s) Route(s) en «refusant» d’y entrer, en refusant d’entrer dans la Culture, en refusant le Langage culturel mais aussi en refusant a priori tout ce qui a trait à la Culture puisqu’il ne peut pas y Entrer !

Sans jamais être compris, l’autiste montre – à son insu – la direction de la Gnose qui est non seulement Silence, mais Intelligence-Avec l’Universel : la Nature. Si donc des parents qui ont un enfant autiste restent dans les villes, essayant d’intégrer l’enfant dans les espaces culturels quels qu’ils soient, ils se heurteront tout logiquement à l’échec ou, tout au moins, à une énorme inertie de son intégration. La Nature, avec le règne Animal qui en est une des expressions, aidera considérablement l’enfant autiste à vivre car il voudrait bien que ce soit les parents qui entrent dans son monde alors que les parents et leurs aides font l’inverse;  ils veulent sortir l’enfant autiste de son monde. Ce n’est pas nouveau.

-:-:-:-

Un mot sur les Mécanismes de l’Autisme

      Précédemment, j’ai défini la Gnose par le vis-à-vis équilibrant qui est nécessaire aux polarités Être-Avoir (qui ne font qu’UN dans la Gnose) pour y demeurer. Nous avons aussi compris que pour le garçon, un Manque (relations pathologiques, etc.) d’Avoir le fait dériver en Être, soit le fait prendre une Branche à gauche du Tronc. Et, inversement, un Manque (relations pathologiques, etc.) en Être le fait Dériver vers l’Horizontal, à droite donc, dans Avoir. Pour la jeune fille, le cas peut paraître plus simple, il est en réalité moins «Complexe» puisque, en aucun cas, elle peut aller vers une Branche « Être », à gauche. Donc, toujours attirée par la droite, elle le sera par contre de manière plus ou moins Horizontale selon le rôle qui sera tenu principalement par le père et secondairement par la mère.

Pour ceux que le sujet concerne, je rappelle qu’en la matière, le fait qu’une jeune fille n’ait jamais connu son père doit être interprété comme une Présence fortement négative de ce Père; soit en termes de Présence psychologique Forte entrouvrant (timidement) les portes, pour elle, de la Sublimation = besoin de créer, de toucher, de faire, etc. (par la musique, le dessin,  peinture,  modelage,   etc.,  etc.).

La plus grande part des cas d’autistes est engendrée par le manque d’attirance en Avoir, manque qui les fait demeurer dans l’Écorce du Tronc-Gnose. Ce manque peut être imputé au Comportement de la mère, à un degré pathologique de Manque (?) contenu dans son instinct maternel dont le rôle est d’attirer (en fait, nous devrions dire de « pousser ») tout enfant vers et dans une Branche.

C’est par cette pousse en Branche que tous les Sens  vont subir (dés la Naissance) une inévitable et plus ou moins grande atrophie (détail important) qui va, et doit, permettre le développement de l’ego. Il n’y a pas d’Individus poussant en  Branche, soit dans un Collectif social, qui soient dépourvus d’ego.

Dans ce cas de l’Acquis, il peut être pensé que tout autiste a, avant tout, maille à partir avec une donnée « maternelle ». Évidemment, si l’autiste pouvait correctement s’exprimer par la Parole,  jamais il exprimerait cet aspect-là du problème, il le nierait même. Ici, le psychanalyste sera mieux à même de comprendre mes propos, l’essentiel se trouvant généralement dans le non-dit.

 

L' AUTISME (art.141)

L’ AUTISME (art.141)

 

 Légende : «  L’Homme Cylindrique « 

-:-:-:-

–  Causes de l’Autisme –
(résumé d’Hypothèse)

  Observons la fig.23 « L’ Homme Cylindrique » p.375. La Conception d’un enfant se fait au sein de la Gnose (ce qui est déjà ignoré de tout le monde, ou presque !) soit au point « O » stylisé par le Yin-Yang chinois.

Le temps de grossesse (9 mois chez l’Homme), soit celui de l’évolution du fœtus, est représenté par le trajet courbe O-M avec la Naissance au point M où j’ai mentionné Ève.

La Pensée humaine, par la Dialectique qui la caractérise, verra (évidemment à tort) deux hypothèses : 1°/ l’Autisme est génétique (Inné) ou, 2°/ l’Autisme est dû au Milieu social (Acquis). Dans le premier cas dit Génétique, observons mieux ce schéma.

 L’Angle Alpha (synonyme d’Énergie vitale, Psychisme, Être) donne la direction O-E qui est donnée par le spermatozoïde. La Conséquence de cet Angle est l’angle Béta que constitue la pousse courbe, Physique, Avoir, de l’ovule, soit O-M.  Là, deux « responsables » sont pensables : le père par une donnée carentielle de son sperme et/ou la mère par une donnée carentielle de son ovule; tous les ovules sont transmis de mère en fille; ils contiennent en eux la totalité de l’évolution de l’Humanité (Passé et Futur) que le sperme fait évoluer jusqu’à la Forme actuelle; d’où la nécessité qu’a le sperme de se mettre à jour quotidiennement. Le résultat est la courbure de la Pousse de l’enfant à naître autiste par le fait d’avoir une tendance de pousse plus Verticale, plus «Primitive», voire «évolution en Écorce» que la Pousse Collective, sociale, ne peut intégrer.

Quant à l’hypothèse qui désigne le Milieu Parental (l’Acquis) pour Responsable, elle est de beaucoup plus «lourde» à annoncer aux parents mais ne peut pas être exclue. Ne pas oublier que le Vivant est fusion synthétique des contraires; exercice que les humains répugnent à effectuer!

Une hypothèse autre de l’origine de Autisme est de considérer les valeurs X et Y (fig15 p.176) beaucoup moins dissociées, proches de leur initial et naturel vis-à-vis qui correspond au stade Primitif, Animal. Dans ce cas, il n’y a pas de pathologie de l’Autiste mais un «retard» relatif – soit par rapport aux Autres du Collectif – dans l’évolution.

 

L'Autisme (art.141)

L’Autisme (art.141)

Légende – La valeur X est celle de l’Énergie vitale (Être) de l’individu. La valeur Y conséquente, quantifie la distance d’écartement de l’extrémité de la Branche (Avoir), où se trouve l’Individu, par rapport au Tronc-Gnose. Dans le règne Animal (d’où chaque humain provient!), ces valeurs X et Y sont à même niveau, dans le prolongement l’une de l’autre, et demeurent dans le Tronc-Gnose. Dans cette hypothèse « autre », l’Autisme pourrait tout simplement (…) se voir schématisé par une position relative des valeurs  X et Y très rapprochées faisant alors pousser l’Individu « en Écorce ».

-:-:-:-

Quoi qu’il en soit, il n’y aura pas de compréhension globale de l’Autisme sans l’intégration, dans les analyses des scientifiques traditionnels, du paramètre et référentiel  Gnose soit sans prendre en compte les conflits que génère la confrontation entre Nature (elle est hypertrophiée chez l’autiste) et Culture qui en est un tourner le dos aux effets plus ou moins dramatiques.

__________________________________________________________________

Remarque 23 Une fois compris le Sens de la Vie il devient impossible à celui-là de s’exprimer car, Parler, Exprimer, c’est employer alternativement une seule des deux entités qui La composent, Être ou Avoir. Tous ceux qui estiment pouvoir parler facilement de leur existence sont, en réalité, à considérer tels des Êtres «Morts»; ils ne perçoivent qu’une part de la Vie par l’entité qui est majoritaire en eux. Si c’est « Être » qui est majoritaire, ceux-là sont plus ou moins des Religieux. Si c’est « Avoir », ceux-là sont à tendance Matérialiste dont l’extrême est l’Athéisme (= Croyance Négative en Dieu). Pour résumer : la faculté de Dire provient d’un déséquilibre fondamental dans la perception de la complexité Être-Avoir qui définit le Vivant… dont la Parole est le Silence.

__________________________________________________________________

Extrait de mon livre à paraître prochainement ayant pour titre :

L’ÉCRIT-PRIMAL : LA GNOSE

sous titré :  « l’Issue de Secours pour l’Homme« 

-:-:-:-

    Observation d’ordre général  –  Nous sommes ici, par ce cas de l’Autisme, au Cœur du dilemme de la Condition humaine :  si la Pensée humaine reconnait la Gnose (conséquemment – et, entre autre ! – elle « reconnaîtrait » l’Autisme) alors, Elle se voit contrainte de réaliser (!) que le Culturel est une Évolution pathologique par rapport au Naturel. Ce que réfutent évidemment toutes les démarches religieuses, scientifiques et politiques. L’homme préfère – encore et toujours – continuer à prendre son Intelligence culturelle pour une valeur Positive (non remise en question de son Origine dévoilée  dans mes écrits) et donc considérer que tous ceux qui en sont carencés (…) sont des « malades »… à exclure.

Assurément, une Révolution Cultuelle et Culturelle pour l’Assainissement de la Pensée humaine est plus que jamais souhaitable. Elle est Urgente !

le 05 décembre 2012

Par  le gnostique Jean S. Dallière
Auteur- Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact : jeansidal@orange.fr

You are on http://blogapart.freehostia.com

 

Au sujet de : cet homme appelé Jésus (art.41)

vendredi, juillet 10th, 2009

– Article 041 –

Au sujet de cet homme appelé Jésus

-:-:-:-

       Voilà un peu plus de 2000 ans que Jésus est né.

    Voilà un peu plus de 2000 ans que des milliers de théologiens, gens de religions, tentent de percer les secrets du personnage. En vain. Conséquemment, voilà plus de 2000 ans que des millions d’individus – ça fait en réalité des milliards ! – s’entretuent au nom de Jésus (au nom du Christianisme) alors que pas un seul de ces milliers de théologiens, exégètes, n’a en vérité compris Jésus. C’est pathétique !

Ces quelques mots, comme les écrits précédents de mon Blog à part, tentent de « prouver » (la Vérité ne se prouve pas; c’est la non-vérité qui se prouve… par les savoirs ! La vérité, Elle, est affaire de Connaissance et il n’y a pas de preuve dans la Connaissance puisque c’est toujours « en connaissance de cause que, etc…Or, si la « cause » est inconnue alors oui, il faut une « preuve » car alors on a affaire aux savoirs… ) que depuis 2000 ans personne n’a compris Jésus hormis….hormis moi ! Et pour cause : je Marche sur ses Pas.

C’est terrible d’oser écrire des choses pareilles. Quoi ? Des milliers de « cerveaux »  plus doués les uns que les autres se seraient trompés dans leur compréhension de Jésus et moi, l’illettré (au sens universitaire), face à tous j’ose (leur) dire : « vous vous êtes tous trompés « . ! ? ! ? Il y a de l’indécence à tenir de tels propos. Mais….mais si c’était vrai, pourquoi n’oserais-je pas l’affirmer ? Au nom de quoi devrais-je le taire ? Jésus lui-même n’a-t-il pas dit : « qui adhère à moi fera lui aussi les œuvres que j’ai faites,  il en fera de plus grandes encore car moi je m’en retourne au Père  » .

Il y a une manière facile et radicale à démontrer cela : il est connu et reconnu  par beaucoup de spécialistes de la Religion que Jésus était un gnostique, un adepte de la Gnose. L’ennui – le seul ennui de poids !- c’est que ces spécialistes ont une vue totalement erronée quant à la Gnose puisqu’ils en sont extérieurs. On pourrait me rétorquer : « oui, mais vous, vous faites non seulement et les questions et les réponses concernant la Gnose et/ou  vous proposez une définition telle de la Gnose que vous vous trouvez quasiment SEUL à vous y trouver inclus « . Vous dites :  »  Voici LA définition de la Gnose, je vous la donne, si vous vous prétendez gnostique et que vous ne vous y reconnaissez pas c’est que vous n’êtes pas gnostique « .

J’entends bien de telles remarques. Mais, tout cela est pathétique, une fois encore.

Si je prends tous les ouvrages qui traitent actuellement « de » la Gnose, je ne vois qu’une accumulation d’erreurs plus ou moins graves dans des textes souvent assez bien écrits. La Forme est bonne et trompeuse mais le Fond est faux. Quant à ceux qui écrivent sur la Gnose, c’est normal qu’ils soient dans l’erreur car ces écrivains ne sont pas gnostiques sinon ils écriraient « de » la Gnose.

Ma démarche n’est pas d’entrer dans des conflits stériles, la plupart de ces écrivains étant morts ! Mon travail est de réactualiser la Gnose, de redonner LE Référentiel d’Amour absolu qu’elle représente pour que le lecteur intéressé par le sujet réajuste de lui-même ses vues par rapport à ce Référentiel tout en pouvant alors corriger les affirmations erronées relevées dans ses lectures. Je prends un exemple simple.

Supposons que vous ayez entendu parler de la Gnose, de ses mérites et vertus, de sa portée métaphysique extraordinaire, etc…etc… et que tout culturellement vous vouliez en savoir (…) plus sur le sujet. Vous vous rendez chez votre libraire préféré, vous lui exposez l’objet de votre démarche et, comme en réponse, il vous tend l’ouvrage (en deux volumes) ayant pour titre : « En quête de la Gnose » de Henry-Charles PUECH. Vous rentrez chez vous, vous vous plongez dans sa lecture et, au bout de quelques jours vous vous dites : « ça y est, la Gnose, je sais ce que c’est; j’ai compris« .  Supposez alors qu’un individu comme moi, totalement inconnu, pas Universitaire pour deux sous, arrive derrière et vous dise : « l’idée que vous vous faites de la Gnose est systématiquement erronées; H.C.PUECH prétendant écrire « de » la Gnose a en fait écrit « sur » la Gnose et, de ce fait justement,  se trompe ». Quel crédit accorder à mes propos en supposant qu’ils soient vrais ? AUCUN. Ainsi va le monde des Idées…

Dans l’article précédent de mon Blog à part j’ai traité de l’Illumination. Bien avant j’ai, à moult reprises, traité de la Gnose, de la Vérité, de l’Absolu, de l’Amour, etc..et ce, avec l’exemple symbolique de l’Arbre dont le Tronc symbolise, seul, la Nature soit la Gnose et où les branches représentent le monde Culturel dans lequel sévit obligatoirement l’erreur.

Jésus (comme Laotseu, comme Bouddha et combien d’autres moins connus) a parlé à Tous à partir du Tronc (qu’il nommait généralement « le Royaume ») comme je le fais maintenant. Bien évidemment je ne suis pas Jésus, je ne suis pas Laotseu ni Bouddha mais comme ceux là : « je suis », c’est-à-dire adepte du Présent qui caractérise le Tronc, adepte de la Gnose d’où je vous parle, comme eux vous ont parlé, en leurs Temps. Maintenant, que vous voyiez des différences entre tous nos propos ne provient pas du Fond des propos eux-mêmes mais des interprétations « de surface » que vous vous faites, vous, de ces idées fondamentales. A votre décharge il faut bien reconnaitre que les propos tenus par ces « Maîtres » disparus depuis si longtemps ont été maintes fois traduits et donc interprétés de telle sorte que, maintenant, les propos Originaux se sont parés de fioritures (de gloses) qui leur sont initialement étrangères et qui déforment leur portée originelle.

Exemple type. J’ai un temps échangé bon nombre de courriers avec Émile GILLABERT auteur de plusieurs ouvrages qui traitent de la Gnose dont « Jésus et la Gnose » (chez Dervy Livres). Cet homme, aujourd’hui décédé, s’est cru gnostique et me considérait « son frère en gnose ». C’est ainsi qu’il signait les courriers qu’il m’adressait. Un jour, alors que ses propos, évoquant la Gnose, utilisaient l’expression bien connue « Ici et Maintenant » je lui fis  remarquer que pour le véritable gnostique  il n’est pas de conjonction « et » (parfois, et à tort, dans mes écrits nommée « préposition »; le Lettré aura corrigé de lui-même…) entre « Ici et Maintenant ». Le gnostique dit « Ici-Maintenant », Espace-Temps (on ne dit pas Espace et Temps, on ne dit pas Yin et Yang même si on dit Avoir et Être qui sont comme Yin et Yang !). Il comprit et accepta mon explication en me remerciant (ce détail est de très haute importance !). Or, son ouvrage a une préface signée de Paule SALVAN qui fut une proche de Émile G. et j’ai du mal à imaginer que Émile G. n’ait pas aussitôt informé ses proches collaborateurs de cette correction à faire… impérativement dans tout écrit se voulant gnostique !

Dernièrement, j’ouvre le site LES DEUX OCÉANS et tombe, tout à fait par hasard, sur le titre « Rencontres avec un éveillé contestataire » et lis les quelques lignes consacrées à cet homme….qui sont écrites par… Paule SALVAN ! (je me dis alors que le monde est petit). Et je lis vers la fin de cet article : « …ce que toute gnose authentique leur recommande c’est ici et maintenant, c’est l’action spontanée, etc..etc.. ».

Or, je suis presque convaincu que cette personne – Paule SALVAN – estime avoir de la Gnose une approche certaine, plus que sérieuse. Et bien non, les erreurs que contiennent ses écrits « prouvent » le contraire. Elle n’a pas « saisi » le Fond de la Gnose; et je me dis alors : « à quoi bon mon explication faite à Émile G. au sujet de cette expression typiquement gnostique : Ici-Maintenant « . A quoi bon !?!? Que celui (ou celle) qui veut comprendre pourquoi cette conjonction mise entre Ici et Maintenant trahit une fausse adhésion à la Gnose m’interroge, je me ferai un plaisir de me répéter….

En réalité, il n’existe aucune différence fondamentale entre les témoignages de Laotseu, Bouddha et Jésus, tous trois ont témoigné de la même finalité existentielle. Par le TAO avec son (trop) fameux YIN-YANG pour Laotseu et que symbolisent deux Droites Parallèles (parfois reliées entre elles par une barre transversale). Avec son État pour Bouddha (L‘État de Bouddha) qui représente la Fin de l’Escalier (de l’Élévation du niveau des Consciences) ou encore les deux droites de Laotseu qui se rejoignent à l’Infini (notion de Perspective existentielle) et Jésus qui, témoignant de la Voie (je suis le Chemin, la Voie, etc…) a, tout à la fois, évoqué ces deux droites parallèles (la Voie, le Chemin) en se présentant lui-même comme étant la Fin du Chemin (soit l’État de Bouddha) en se proclamant « Roi des Juifs »; ce qui ne peut se comprendre qu’à la compréhension de la signification de l’Étoile de David. (je l’ai révélée en d’autres pages de mon Blog à part par l’article :  » A propos du Judaïsme : qui connait l’origine de l’Étoile de David ? »).

C’est pourquoi je suis heureux (…) de réactualiser ce Tronc Gnose, de le dépouiller de ces fioritures qui lui sont étrangères et nocives car déviantes. Un seul exemple pour illustrer ce type de fioriture nocive; c’est de croire que Jésus et Dieu étaient « liés » par des liens métaphysiques, ou autres. Tout cela est faux. Jésus serait là, il vous dirait à peu près ceci :  » jetez au feu tous ces écrits qui évoquent la moindre notion de Dieu… comme toutes les Bibles que vous avez et qui l’évoquent« .  Jésus ne croyait pas en Dieu; il ne pouvait pas y croire pour au moins DEUX raisons majeures : la première est que ce concept de Dieu date d’un temps qui est de plusieurs siècles postérieur à Jésus  (un peu comme si je vous affirmais qu’au Moyen-Âge les Français utilisaient des réfrigérateurs; vous savez très bien que le réfrigérateur n’existait pas à cette époque.

Et bien, c’est la même chose pour Dieu;  il n’existait pas du temps de Jésus, ni le concept ni le Nom. Et, deuxièmement, le concept (pathologique, parce que Paranoïaque) de Dieu est le produit d’une « Branche » de l’Arbre non de son Tronc, Tronc qui est ce « Royaume » dont parle Jésus. (quand on évoque la Gnose avec ses gnostiques il est de bon ton de parler au Temps « Présent » et donc de ne pas employer le Temps ni Passé ni Futur. Ex: demain je suis avec toi, comme hier. Et non « j’étais » et/ou  « je serai »). Mon lecteur corrigera de lui même pour les cas où, par mauvaise habitude culturelle (pléonasme!), je me trompe moi même…

Pour Jésus (pur produit d’une secte gnostique qui révéla le potentiel contenu en chacun des Êtres humains; ce que veut signifier le prénom Emmanuel qui n’est surtout pas à traduire par « Dieu avec nous » ou « Dieu en nous » ! Dieu n’a rien à voir ici. Confère la Bible traduite par André CHOURAQUI, Matthieu 1/23 : ils appelleront son nom : ‘Imanou El, El avec nous.  Où je précise que « El » n’est pas à traduire par « Dieu ») vous pouvez tout logiquement me dire qu’il a fait de nombreux miracles sensés « prouver » son appartenance au divin  et que le dernier de ces miracles est sa résurrection après sa crucifixion ! Ce à quoi je vous réponds en vous donnant la clé de ces prétendus « miracles » :  relisez-les et pensez à un sens propre et à un sens figuré; voyez là où vous ne comprenez pas, le sens « figuré » et non le sens « propre »; car évidemment, si vous en restez au sens « propre » vous allez être obligé de croire aux miracles (!) (je peux – tous et chacun – vous les expliquer en détail) quant à sa résurrection, elle implique d’abord que Jésus soit MORT sur la croix !

Évidemment non, il n’est pas mort sur la croix; il faut relire la traduction du Nouveau Testament de André CHOURAQUI en ayant en tête cette hypothèse qu’il y eut un scénario pré-écrit et dont Jésus a été l’acteur principal…. La « mise en scène » est évidente dés lors que l’on connait certaines autres données (comme l’éclipse du soleil très peu de temps après sa mise en croix; ou qu’il fallait entre 42 à 72 heures pour mourir quand on était crucifié, ou que le tombeau dans lequel il a été mis était « truqué », il comportait deux issues, etc..etc.. ! Combien de milliards d’Individus ont été bernés depuis 2000 ans !

Pour cette mort en croix de Jésus, si vous y croyez, je vous répondrai par des propos d’actualité : vous croyez sûrement à la mort de Saddam HUSSEIN suite à se pendaison. Et bien vous avez tort; vous avez été, là aussi, berné, dupé. Saddam HUSSEIN n’est pas mort lors de cette pendaison « bidon ». Même les rares photos qui ont été données à voir montrent bien que c’est Saddam HUSSEIN à qui on met la corde au cou – ça, oui –  mais ce n’est pas lui que l’on montre mort couché à terre; ce n’est pas le même visage qui, de surcroît a reçu des coups (traces de sang).

En ce qui concerne la vie de Jésus j’ai rédigé – entre autres – un manuscrit de 200 pages environ (en février 1993) ayant pour titre : « JÉSUS, l’Acteur du premier scénario de l’Histoire » dans lequel je révèle la majorité des mystères de sa vie. Cet écrit ferait un merveilleux scénario pour un film (encore un ! Oui, mais sur la Vraie vie du vrai Jésus !). Cet écrit ne pourra pas un jour ne pas être publié…au même titre que  mon dernier manuscrit en quête d’éditeur courageux (…) rassemblant toutes ces Idées et intitulé : « l’ÉCRIT-PRIMAL : LA GNOSE »  sous titré :  « l’Issue de Secours pour l’Homme ».

Ces propos ne suffisent pas, mes écrits, mes œuvres ne suffisent-elles donc pas à prouver qui je suis ?

Je suis désolé pour vous qui doutez de mes propos. Vos doutes sont directement proportionnels à vos Résistances intérieures (elles sont Subconscientes) qui vous empêchent d’accéder au Bien-Être. Il ne faut pas avoir peur de se libérer de ses dogmes qui sont autant de barreaux à votre « prison ». Vous aspirez à être Libre ? Ce n’est pas ce qui émane, ce que dit, votre Personnalité.

Celui qui, de lui, dit : « Je suis ».

le 10 juillet 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogpart.freehostia.com