Posts Tagged ‘l’Entropie croissante’

HEUREUX LES PAUVRES EN ESPRIT (art.159)

samedi, juin 8th, 2013

– Article 159 –

 Heureux les Pauvres en esprit !

(Analyse fondamentale)

Cette parole prononcée par Jésus (Heureux des pauvres en esprit), alors qu’il s’adressait à la foule, est connue, maintes fois évoquée dans les lieux de cultes et même en dehors, encore de nos jours. On remarquera qu’elle est véhiculée principalement grâce (!) à l’ignorance des fondamentaux de la Gnose, cette Gnose perdue de vue par la Pensée Occidentale depuis plus de 2000 ans. Je vais donc tenter ici de vous enseigner, de lever les doutes, de balayer les fausses interprétations et traductions modernes tout en me demandant combien d’années (?), de siècles (?) il faudra encore pour que cette compréhension que je vais vous donner maintenant soit acceptée puis reconnue…

– :- :-

Qui, parmi les croyants ou non croyants, chrétiens ou non chrétiens, n’a pas entendu cette béatitude en s’interrogeant sur la profondeur, sur les mystères aussi de sa signification ?

Traduction (1979) par André CHOURAQUI du Nouveau Testament (Matt.5 – 1/12) :

« Allégresses des hommes au souffle de pauvres :
Oui, le royaume des ciels est à eux. »

Traduction légèrement modifiée dans sa traduction de la Bible de 1986 :

« En marche, les humiliés du souffle !
Oui, le royaume des ciels est à eux. »

Dans les deux traductions, il est fait mention du «souffle». Dans la Bible, le souffle est synonyme d’esprit. Ce sont là deux mots différents mais qui témoignent du même concept.

– :- :-

Mes travaux de recherche fondamentale ont donné naissance à la Théorie Universelle de la Complexité (officialisée par sa publication à Paris en 1985) dont rendent témoignage mes articles précédents N°08 à 13 d’avril et mai 2009. Cette théorie, révolutionnaire à plus d’un titre (à ce jour encore elle est toujours censurée par les religieux, les politiques, les médias, etc.), apporte la démonstration selon laquelle « Tout » du monde vivant est composé de deux «matériaux» de base – ils constituent ce que j’appelle les fondamentaux existentiels – que seule l’évolution de l’Homme a pu mettre à jour.

On peut même affirmer, sans risque d’erreur, que l’évolution de l’Homme à eu pour Objet le plus direct la révélation de ces «matériaux» de base qui sont traduits, dans toutes les Langues de la Terre, par ce qui est appelé les verbes auxiliaires que sont Être et Avoir où, par Être il faut comprendre le concept d’Essence et par Avoir, il faut comprendre la notion de Nature.

  • Nota –  Analogiquement nous dirons qu’une maison est construite en briques (ou parpaings) « collées » entre elles par un mortier de ciment. Dans ce cas, nous associerons ces briques matérielles à Avoir et la « colle » à Être.

Autrement dit, la Nature (au sens le plus universel, cosmique) est, Elle, composée  de la fusion de ces deux entités, de ces deux verbes auxiliaires, où Être est « incarné » en Avoir, donnant ainsi un Être-Avoir universel que j’appelle aussi «Unité Primordiale». Telle est aussi la véritable définition de la Gnose.

La particularité de la Nature est de ne pouvoir dissocier en Elle «Être» de «Avoir», «Avoir» de «Être».

En termes clairs, alors que vous observez un cheval, une vache, un écureuil, ou tout autre animal de la nature vous considérez voir son «Corps» et si on vous demande si vous en percevez son «esprit» vous êtes généralement contraint de reconnaître que non. Vous ne voyez pas son esprit. Et bien si, comme je viens de le dire, dans la Nature, Corps et Esprit sont confondus, il ne font qu’UN comme le sont Avoir et Être. C’est d’ailleurs cette fusion qui permet à l’Animal de vivre (entre autre !) l’Instant Présent, faculté qui est retirée à tout humain (sauf exception).

L’Espèce Homme, Elle, a été chassée de la Nature, chassée du Jardin d’Éden, du Paradis terrestre alors estimé «perdu», chassé de la Jungle, etc. nous disent des Textes estimés Sacrés par certains. Cette idée n’est pas fausse et en induit une autre que le monde scientifique, politique, philosophique, etc. ne reconnaît pas vraiment, c’est l’idée selon laquelle, par ce rejet par la Nature, l’Homme a créé son propre (!) Milieu Culturel qui est extérieur à la Nature comme sont extérieures au Tronc les Banches d’un Arbre.

Et c’est cette exclusion de la Nature qui a permis à l’Homme son analyse (toujours partielle et subjective) de la Nature, analyse que j’ai personnellement poussée jusque à en déceler ses Constituants universels Être et Avoir et, même, plus encore.

En effet, par cette Théorie Universelle de la Complexité, j’ai montré et démontré que ces entités Être et Avoir entretenaient entre elles une relation dite Psychosomatique, c’est-à-dire que Être, en toute chose, est Causal, donc apparaît en premier, et Avoir est Conséquence, soit apparaît en second.  C’est d’ailleurs la raison  pour laquelle la Genèse biblique fait apparaître sur terre Adam avant Ève, chacun des ces Individus étant respectivement émissaire de « Être » (pour Adam) et « Avoir » (pour Ève).

Où il convient de comprendre qu’avant d’être évincés de la Nature Adam et Ève étaient fusionnés, ne formaient qu’UN ce que la Bible a traduit par le mot Adame (soit Adam avec un « e » final qui implique l’idée de Collectif).

Je précise toutefois, afin qu’il n’y ait pas de mal entendu, que ces explications ne doivent pas être cantonnées au monde Physique seulement, mais à celui Métaphysique où, plus encore, les deux sont fusionnés, fusion qui ne permet pas de « comprendre » ! La compréhension de l’homme étant produite par le clivage de cette Unité Primordiale Être-Avoir. En clair, pour «comprendre» il faut que cette unité Être-Avoir soit clivée, autrement dit que s’intercale en son sein la conjonction « et ». Il faut : Être et Avoir.

Ce qui veut dire en d’autres termes que la compréhension de l’Homme ne permet pas, ne permettra jamais, de comprendre quoi que ce soit de la Nature. Il essaie, certes, mais toutes ses démarches, toutes ses dépenses d’Argent, d’énergie intellectuelle et autres pour cela sont toutes vaines. L’homme moderne est en «bout de Branches», affolé par le Vide qu’il voit à ses pieds (il est aussi « dans le MUR »!)… il veut comprendre la Nature qui est le Tronc d’où il vient, dont il émane, ne réalisant pas que ce Tronc salutaire (pléonasme) est EN LUI, est en CHACUN et non Extérieur à lui.

Ceci étant dit, les bases de notre réflexion étant posées, revenons enfin à notre béatitude.

Heureux les Pauvres en esprit (art.159)

Heureux les Pauvres en esprit (art.159)

 

    Légende : Heureux les Pauvres en esprit,
ils sont proches de la Verticale Gnose !

Par mon dessin ci-joint qui maintenant illustre bon nombre de mes articles, j’ai voulu localiser la Milieu Naturel symbolisé par le Tronc de l’Arbre dont j’ai occulté les Racines qui, pour mémoire, sont le milieu maritime, les Océans qui sont à l’origine de toutes les Formes de vies terrestres. Le Sommet de ce Tronc localise la Gnose avec son témoin, le gnostique, qui Marche dans son prolongement. Autrement dit, le gnostique cultive un verbe qui sera parfois qualifié de Verbe Lumière lequel rend témoignage de cette fusion Être-Avoir si mal comprise par les peuples évolués. Fusion pas comprise du tout devrais-je dire ! Ce Verbe Lumière étant ineffable (le langage des humains n’est rendu possible que par le clivage de cette UNité Primordiale), c’est la raison pour laquelle il nécessite, pour son témoignage, de moyens particuliers appelés notamment la Parabole, mais plus généralement la Symbolique.

Le plus bel exemple de ce Verbe Lumière ce sont les fameux hiéroglyphes de l’Égypte Antique qui témoignent de cette Unité Primordiale et qui deviennent caduques, faux, dès qu’ils sont traduits. C’est la raison pour laquelle j’ai pu affirmer que tous les travaux de traduction effectués par J.F. CHAMPOLLION sont fondamentalement faux. Et, de facto, l’Égyptologie est une discipline scientifique totalement, tristement, fausse.

Sur mon dessin toujours, tout un chacun aura sinon reconnu mais estimé voir Jésus crucifié sur le Tronc vertical de la Gnose avec ses bras écartés, les mains clouées sur cette poutre transversale, horizontale, appelée patibulum et qui localise deux espaces opposés.

            – 1°/ Espace de gauche où j’ai porté le dessin d’une spirale qui s’enroule – telle est l’évolution de l’énergie Psychique – et qui symbolise l’évolution du verbe auxiliaire «Être» isolé de Avoir.  Cette spirale définit l’image d’un cône qui aboutit en son sommet au concept de Dieu. En effet, c’est de l’évolution de cette spirale-là que sont nées toutes les Religions du monde. Le Christianisme est ce Sommet avec les autres  Religions monothéistes voisines.

Sur un plan psychanalytique, ce Sommet en question s’est identifié à l’image d’un Plafond estimé indépassable pour les humains et qui astreint ceux-là à la Transcendance. Ce Plafond en question, bien ancré depuis des siècles dans les consciences occidentales est la pure Marque d’une Psychose collective appelée Paranoïa Collective. Si ce point est bien compris, est comprise alors en même temps la démonstration de l’aspect pathologique du concept de Dieu. Dieu n’existe évidemment pas, ou, si vous préférez, il n’existe que pour les adeptes de la Paranoïa Collective.

  • Détail important : Jésus a témoigné à partir du Tronc Gnose et fut entendu par des juifs de l’époque qui occupaient cette spirale enroulante Être. C’est donc sur cette spirale Être que les propos de Jésus furent «déportés» par incompréhension, par inacceptation aussi de sa situation en Gnose. C’est là qu’il est tout aussi important de comprendre que Jésus ne croyait pas, ne pouvait pas croire, en Dieu. Il était un pur gnostique. Cette incompréhension du Message de Jésus est à l’origine d’un Christianisme totalement faux, dramatiquement faux, inqualifiable autrement.

            – 2°/ Espace de droite où j’ai porté le dessin d’un foisonnement de branches visibles, Matérielles, Physiques, qui, toutes, se déroulent et symbolisent les évolutions du verbe auxiliaire Avoir, évolutions qui, globalement, subissent les lois scientifiquement connues de l’Entropie croissante. C’est-à-dire que là, tout se multiplie par divisions incessantes. L’image qui illustre bien cette action entropique est celle de l’ovule fécondé par le spermatozoïde. L’ovule se scinde sans cesse jusqu’à donner forme à un Corps en l’occurrence humain.

Mes travaux ont montré que toutes ces spirales déroulantes sont gérées par les actions politiques qui, toutes sans exception, conduisent «dans le MUR», ce MUR qui s’avère être la conséquence du Plafond Être puisqu’il existe, depuis toujours, un rapport Psychosomatique entre Être et Avoir.

Ce que veulent encore et toujours ignorer tant les religieux que les politiques. D’où m’a qualification d’illégitime de la fonction politique puisqu’elle estime pouvoir gérer les humains par la seule gestion des sphères de Avoir en occultant délibérément les sphères de Être qu’elle abandonne aux dogmes de la religion. Autrement dit, les politiques ne gèrent que la moitié « Avoir » de l’Homme en délaissant cette autre moitié « Être » qui, elle, détient l’Essence de l’Homme. Ne vous étonnez pas que tous les politiques (vous) conduisent « dans le MUR » et/ou à la guerre… Il serait peut-être temps que mes travaux sortent de dessous le Boisseau où les cantonne…. dame Censure!

– :- :-

Enfin, pour comprendre cette parole de Jésus «Heureux les pauvres en esprit, le royaume des ciels est à eux», il convient de se rapporter à mon dessin.

Jésus, en tant que pur gnostique, parle à partir du Tronc-Gnose et dit, en vérité, «Heureux ceux qui ne vont pas sur la spirale Enroulante « Être » (où s’exprime : le souffle, l’esprit) car, ainsi, (et compte tenu du rapport psychosomatique entre Être et Avoir qu’il connaissait lui aussi) ceux-là n’auront pas à subir le Plafond qui contraint ensuite à aller en secteur Avoir «dans le MUR». Si ceux-là m’écoutent, m’entendent c’est-à-dire me comprennent,  ils restent porches de moi, dans le Tronc-Gnose lequel est synonyme de «royaume des ciels».

            Conclusion

Vous comprendrez mieux – je l’espère – les raisons pour lesquelles cette parole de Jésus est restée totalement incomprise pendant deux mille ans ! Tant d’incompréhensions au sujet d’éléments fondamentaux occupent la Pensée dite Chrétienne des humains. Et je me fais peu d’illusion pour la survie des explications que j’apporte, car il se trouvera encore et toujours bien des prétendus «esprits» qui arriveront à détourner les Consciences naïves, «d’enfants», pour qu’elles ne pénètrent pas mes explications…

Où il devra aussi être mieux compris pourquoi, dans mon article n°155 précédent, je développais l’idée selon laquelle la Femme ne possède pas d’esprit (titre de l’article : La femme, cet « Être » inférieur ? )  – et heureusement ! –  car c’est de l’esprit et de lui seul que les hommes vont et sont en guerre permanente. C’est à cause de l’esprit (Être) que s’expriment tous ces Effets (Avoir) dévastateurs au sein de tous les  peuples de la Terre.

Heureux ceux qui pénètrent mes propos de pur gnostique.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site : http://blogapart.freehostia.com

GRANDEUR et DECADENCE OCCIDENTALES – Origine de la Crise (art.145)

dimanche, février 17th, 2013

– Article 145  –

GRANDEUR ET DÉCADENCE OCCIDENTALES

 –  ORIGINE DE LA CRISE

Son origine, sa Cause-Première et sa Raison d’Être

Analyse fondamentale

     L’Histoire de l’Europe est connue, tout au moins elle demeure accessible à tous ; il n’est point besoin que j’en rajoute par quelques gloses ou commentaires nourris d’apparences et de subjectivités. L’uchronie se charge bien de cela toute seule!

Comme tout le monde, à la radio et à la télévision, via certains journaux, je suis les informations quotidiennes qui déversent depuis des années leurs flots souvent pathétiques de litanies. L’ Horizon humain, de moins en moins Vertical (!), s’assombrit chaque jour davantage. Les émissions se succèdent qui traitent de problèmes inhérents à l’Économie en général, à la Finance et aux Politiques nationales et internationales (surtout avec la fameuse affaire américaine des Subprimes de juillet 2007, origine estimée de la Crise actuelle!), aux diverses fermetures d’Entreprises, à la courbe du Chômage qui s’envole, etc. Les situations sociales, noueuses, deviennent toujours plus inextricables et s’étendent comme s’étend une nappe de pétrole sur l’océan. Au sein des Sociétés à bout de souffle, les ouvriers démotivés, exténués, sont incapables de révoltes autres qu’imaginaires, virtuelles. Le divorce entre employeurs et employés semble consommé. Pour beaucoup, les dés sont jetés.  Les idées s’embuent, des larmes coulent, les regards sur l’Avenir deviennent flous. Seules certitudes restantes : la nuit qui vient et le mauvais temps avec le réchauffement de la planète.

L’Espoir, l’Espérance sont comme l’Égalité et la Liberté, des données intellectuelles qui ne «portent» plus, dont la flottabilité tend à devenir Négative et noire comme la Destiné du plus grand Nombre. Malgré facebook (…), la Fraternité est absente de ce triptyque social, vital, gravé sur certains frontons. Alors, les entreprises de tous ordres, de toutes dimensions, coulent, en nombre. La Maladie donne quelques sueurs froides aux trésoriers et personnels hospitaliers; les syndicats s’époumonent de honte et d’impuissance. Les politiques, comme à l’accoutumée, multiplient leurs promesses et tentent de donner à espérer… à l’image des religions d’antan dont le nerf de l’Amour était affaire de foi. Qu’est-ce donc que toutes ces désolations ? Nos Systèmes sociaux ne tourneraient–ils donc plus tout à fait «rond» ?

Si, justement ! C’est parce qu’ils tournent de plus en plus « rond » que le monde s’enlise et que les  Individus ne savent plus vers quels saints, vers quels guides, élever leurs Regards. Ils tournent rond, c’est-à-dire qu’à chaque révolution imposée par l’existence (ces révolutions sont à faire en permanence et quoi qu’on fasse) ils n’effectuent plus aucune élévation. Faisant le tour de leurs « problèmes » ils se retrouvent à leur point de départ…

Je vais tenter d’exposer ici la raison majeure, fondamentale, de ce marasme social croissant, de ce Cancer du monde qui touche toutes les Sociétés Occidentales «Ouvertes», raison qu’aucun expert, qu’aucun spécialiste, politique, journaliste spécialisé dans la Finance ou non, qu’aucun « génie » de la Finance n’a su ou n’a voulu dénoncer. Vous comprendrez alors, à la lumière de mon exemple analogique la raison de la Censure (dont celle de mes travaux depuis 1983) qui s’étend sur le monde et rend illisibles les situations même les plus simples. Le monde est Aveuglé par le manque de Complexité que tissent les Systèmes sociaux axés sur un mortel Matérialisme. Sur Avoir au détriment de Être.

                                                                                                   Exemple analogique

    Imaginez que la Nature soit un immense champ à perte de vue couvert d’un épais manteau de neige immaculée où rien n’y fait tâche. Ce n’est ni beau ni laid. Là, tout y est vierge de ce qui peut donner à… penser!

Puis, un Jour, de cet immense champ immaculé, idéalement pur, émerge une entité vivante que nous appellerons : l’Homme. Sur cet épais tapis de neige il apparaît telle  une «tâche» par sa particularité, par sa spécificité qui est unique, totalement différente au point d’être étrangère à Dame Nature. Qu’elle est donc cette particularité qui différencie l’Homme du Grand Tout duquel il a émergé ?  C’est très simple. Fallait-il  encore la voir, cette différence.

Tous les composants de la Nature qui constituent ce «manteau neigeux» immaculé, Vierge de toute Faute donc faute en écho, (le Péché originel est totalement absent de tout ce qui a trait à la Nature. Ce concept concerne exclusivement l’Espèce Homme) sont tous constitués, apparemment, de deux entités que nous appellerons Être et Avoir mais, plus encore, et ce détail est la Clé, le Grand Secret de la Nature (Aujourd’hui, ce Grand Secret est encore ignoré du monde Scientifique traditionnel) :  Être et Avoir – qui sont comme Temps et Espace – ne font en réalité qu’UN, ne sont qu’une seule et même entité que nous écrirons Être-Avoir  (où Être est le Temps et Avoir l’Espace).

En effet, il est impossible à quiconque de distinguer dans la Nature ce qui est du domaine de «Être» de ce qui est de celui de «Avoir». Comme si je vous disais que d’une construction de maison en briques il est impossible de distinguer de différence entre les briques (Avoir) et son liant (Être), le ciment. Ces deux matériaux ne font qu’UN dans la Nature.

En clair, alors que vous voyez une vache dans un près, vous pensez – et à juste titre – observer sa robe, sa forme, ses proportions, etc., en un mot, vous observez son Corps. Oui, mais selon l’affirmation précédente qui est sans appel, il convient donc de comprendre que voyant son Corps qui est Avoir, vous voyez en même temps son Esprit qui est Être, entité qui est synonyme d’Énergie vitale.

Cet « Esprit », contrairement aux idées reçues, ne se trouve pas dans une certaine partie du cerveau. Il est partout représenté par le Corps. Il est le Corps. On comprendra mieux par la suite par l’analyse de l’Homme…

Le cerveau de l’Animal contient tout ce qui a trait à l’Inné avec l’Instinct, tout ce qui concerne la Mémoire naturelle, il est habité par une Intelligence-AVEC sous entendu non seulement avec tous les autres éléments de la chaîne des Espèces, mais avec tout l’Environnement naturel.

Aucune place n’est faite dans le cerveau Animal pour ce que j’appelle l’Intelligence «tout court», celle-là même qui, via la Conscience, cultive la prise de conscience Double des choses en développant la Pensée. L’ Animal ne pense pas! Ce Mécanisme psychique s’est mis en place dans le cerveau de l’Homme dès que celui-ci a été «coupé» de la Nature soit coupé de la Symbiose Naturelle ; les Textes bibliques évoqueront ici l’idée de l’Homme qui a été «chassé» de la Nature.

En conséquence de cette coupure entre Symbiose et Osmose, le cerveau de l’Homme – parce que coupé de l’Instant Présent – a conséquemment développé la Pensée laquelle est exclusivement produite par Avoir coupé de Être.  Inconnue de la Nature, la Pensée se développe sur DEUX registres, deux Temps : le Passé et le Futur. Telle est ce que j’appelle la Schizophrénie fondamentale de l’Homme dont les deux voies pathologiques et différentes conduisent à deux formes très particulières de Paranoïa. Celle singulière de Être qui touche notamment le monde Religieux et celles multiples, plurielles, de Avoir qui concernent le monde Politico-Scientifique.

Il est tout à fait faux de croire et/ou de penser que le cerveau de l’humain puisse appréhender l’instant Présent. Il l’intellectualise, oui, mais il ne peut estimer le vivre. Il est déconnecté du Présent. C’est d’ailleurs pourquoi, certains humains ont créé des disciplines qui sont sensées les rapprocher le plus possible de l’instant Présent (ou Temps Présent) comme la Méditation qui est l’inverse de la prière, le Taï-chi-chan dont la finalité est, par les mouvements corporels les plus lents possible, ralentir le flot de la Pensée en essayant de le calquer sur les mouvements ralentis du Corps.

L’évolution de la Pensée est un tapis roulant géré par le Toujours Plus, soit : toujours plus vite, toujours plus d’idées dans le même laps de temps, ce qui donne la troublante impression subjective, totalement fausse, que le temps s’écoule toujours plus vite. Les Arts Martiaux ont pour objectif, rarement évoqué, d’obliger la Pensée à ralentir l’entropie de son flot pour le calquer sur «son» chef d’orchestre du moment, le Corps.

Mais, comment évolue ce Corps qui est « Avoir »  (ce Corps Avoir, ce sont : nos cellules, notre Corps humain, la Terre, le Système Solaire, la Galaxie, l’Univers) ?

Dans ce champ immaculé de neige, l’homme prend dans ses mains une boule de neige bien ronde et bien tassée qu’il fait ensuite rouler tout doucement sur ce tapis immaculé pour la voir grossir. Elle grossit… grossit… grossit. Elle devient énorme, grosse à ne plus pouvoir la soulever. Puis, à ne plus pouvoir la prendre dans les bras.

Avant d’aller plus avant dans l’expérience, arrêtons-nous une seconde sur la courbe évolutive de cette boule.

Si nous avions la possibilité de la couper en deux comme pour obtenir deux demi-sphères, celles-ci nous apparaîtraient non seulement semblables mais, dans l’absolu, elles sont sensées être identiques mais inverses!  Imaginons maintenant  que les couches de neige successives qui se sont superposées lors de ce roulage de la boule apparaissent clairement comme les strates d’un mille feuilles. Quelle courbe évolutive nous apparaîtrait ? Il nous apparaîtrait, partant du cœur de la boule, une courbe appelée spirale déroulante.

Nous pouvons alors affirmer que l’évolution de Avoir – ici symbolisée par cette boule de neige – comme de tout ce qui est Matériel, Physique, tangible, tant sur cette Terre que dans l’Univers, suit dans son évolution générale le tracé d’une spirale déroulante dont l’autre de ses caractéristiques est de parcourir un chemin toujours plus grand dans un même laps de temps absolu.

En effet, tandis que notre homme poussait cette boule à vitesse constante depuis le commencement, il est facile de comprendre que plus la boule grossissait plus le chemin parcouru par sa périphérie est important. Pensez, pour cela, à cet autre exemple du disque vinyle posé sur un tourne disque. La vitesse de rotation du disque est par exemple de 33 tours et l’aiguille de lecture (ex saphir) se déplaçant à même vitesse, parcoure cependant dans le sillon des distances  qui sont toujours inégales tandis que le saphir se rapproche du centre du disque.

Continuons notre expérience. Imaginons que notre homme ait repris des forces et que, de ce fait, le diamètre de la boule de neige devenue énorme ne soit plus un obstacle (il est Hercule !) et qu’il continue inlassablement sa marche en avant. Notre boule de neige va-t-elle grossir indéfiniment ?  Non. Là est la surprise.

Alors que notre Hercule pousse toujours l’énorme boule… soudainement arrive un phénomène auquel il ne s’attendait pas du tout. La boule s’arrête de rouler, plus exactement, elle s’arrête de pouvoir être  roulée. Elle échappe aux mains d’Hercule, elle se dérobe pour s’effondrer sur elle-même ! C’est la catastrophe. C’est le total chaos dans la boule.

Comment expliquer ce qui s’est passé ? La Physique des Corps répond assez clairement à notre étonnement. J’explique cela d’une façon simplifiée : la masse de la boule est devenue supérieure au «pouvoir d’accrochage» des éléments  qui constituent la neige. En d’autres termes et par une autre image : collez entre eux deux morceaux de cuir. Attendez le temps nécessaire pour que la colle joue son rôle. Les deux morceaux de cuir sont-ils indécollables ? Non, il y aura toujours une force qui sera supérieure au pouvoir de la colle. Là, dans notre boule, le pouvoir de «collage» entre eux des flocons de neige est devenu inférieur à la masse de la boule qui s’est exprimée par une sorte de force supérieure au pouvoir de collage des flacons entre eux.

Cette spirale déroulante de Avoir, avec sa finalité qui est l’effondrement sur elle-même, porte un nom bien connu de certains scientifiques mais que les politiques, les journalistes spécialisés, les Économistes et Financiers du monde entier se gardent bien d’utiliser et même de faire connaître. Ce nom-là est : l’Entropie croissante.

  • Note : A toutes fins utiles, je signale que l’Entropie croissante – elle est connue du monde scientifique de haut niveau mais pas pour autant démocratisée, « descendue dans la rue », incarnée dans le quotidien de chacun – est une donnée prise en considération notamment dans la Physique Quantique; elle concerne exclusivement l’évolution Matérielle du monde (de l’atome à l’Univers) que j’appelle « Avoir » dans mes travaux. Ces « cerveaux » officiels qui sont actuellement à la pointe de la Science et dont l’Objet est la compréhension des Forces de la Nature, ignorent – veulent ignorer! – sa Force opposée et Complémentaire qui est la Néguentropie croissante. Ces deux Forces Complémentaires sont à l’origine de la Dialectique de l’Homme soit de sa Pensée. La prise en considération simultanée de ces deux Forces ne constitue pas la Nature! Ce n’est pas si simple. J’ai démontré par mes travaux et notamment par ma Théorie Universelle de la Complexité (publiée à Paris en 1985) que la Nature, en tant que fusion synthétique de ces deux Forces, ne pourra jamais être appréhendée par un cerveau scientifique traditionnel, – tous sont « clivés » – c’est-à-dire qui voit la Nature au travers d’une bipolarité fatale (Être et Avoir), laquelle est pathologique! Seule la vision gnostique, parce que fondamentalement Complexe (elle est Être-Avoir qui est synonyme de La Connaissance) appréhende cette complexité existentielle de la Nature. Ce qui signifie, en termes plus clairs, que l’Enseignement des Savoirs est la Perte de l’Homme par le fait de toujours plus (!) tourner le dos à la Connaissance. C’est cet Enseignement à l’Occidental qui produit tous les Maux et Fléaux sociaux dont… le Chômage via les crises, constantes, médiatiquement amplifiées. Qui osera dénoncer cela? Personne. C’est pourquoi je dis que l’information donnée par cette note est de la plus grande importance pour la compréhension de l’origine  des Maux et Fléaux sociaux dont la résolution demeure inaccessible aux pouvoirs politiques – entre autres – tous étant axés sur Avoir seul, isolé de Être. Il serait temps, là aussi, que les peuples comprennent que leurs dirigeants politiques et/ou religieux sont non seulement incompétents pire, illégitimes, pour les piloter du fait d’être non Complexes.

Maintenant que vous voilà informés de cela il vous est tout à fait autorisé de considérer, d’observer, tout ce qui vous entoure, tout objet si petit soit-il jusqu’au plus gros. Plus gros… ce peut être la planète Terre, plus encore, le Système Solaire, plus encore notre galaxie voir, l’Univers tout entier.

Et bien j’affirme (et personne ne pourra démontrer que mon affirmation est fausse car elle est la Vérité objective qui ne s’inscrit pas dans la Dialectique typiquement et exclusivement humaine) que tout ce qui appartient au monde tangible, du plus petit élément à son plus grand, subit inévitablement ce principe d’Entropie croissante; il va grossir (le nouveau-né ne grossit-il pas ? L’humain ne grossit-il pas au fil des siècles ? Le soleil ne grossit-il pas en vieillissant ? L’Univers de grossit-il pas au cours des millénaires ?), grossir toujours plus (terme propre à l’entropie) pour finalement… s’effondrer sur lui-même.

Que se passe-t-il actuellement au sein des Pays Occidentaux ou de type Occidental (tels les USA) ?

Toute Entreprise créée par l’homme est appelée à grossir; telle est l’aspiration estimée légitime de tout entrepreneur. Devenues trop grosses, toutes les entreprises menacent de s’effondrer les unes après les autres amplifiant conséquemment le phénomène du Chômage. Le chômage augmente avec la croissance des Savoirs et donc… avec l’Enseignement! Contrairement à la Connaissance l’accumulation des Savoirs conduit à l’Autodestruction de l’humanité. Toujours plus de personnes sont instruites et il y a de moins en moins de places pour les personnes instruites. C’est ainsi que l’on retrouve des bergers, gardiens de troupeaux, ayant bac + 5 voire davantage quand ils sont docteurs en médecine ou autre. Le Chômage est conséquence de l’entropie croissante qui est elle-même la conséquence de… Nous allons y venir.  Alors oui, j’entends d’ici certains me dire, affirmatifs, sûrs d’eux-mêmes : «Mais non, c’est la Crise qui crée le chômage». Ce qui est totalement faux. Mais, c’est quoi la Crise ?

Lorsque notre boule de neige est devenue énormément grosse et AVANT qu’elle ne s’effondre, ne pensez-vous pas qu’au sein même de la boule des flocons de neige ne manifestaient pas ce que nous pouvons appeler des signes avant coureurs, des signes précurseurs annonçant la catastrophe? Vous pensez vraiment qu’avant des cataclysmes, avant des éruptions volcaniques, la terre n’émet pas de signes d’alerte que les instrumentations humaines ne sont pas encore aptes à déceler suffisamment tôt pour éviter un nombre catastrophique de morts ?

Pour les peuples Occidentaux, ces signes précurseurs s’appellent des Crises où tout craque de partout, à l’image de la coque de navire dans la tempête. Le tissu social se déchire chaque jour un peu plus. Les éléments qui constituent la boule de neige (ces éléments, appelons-les « flocons » pour simplifier) et qui étaient tous «prisonniers», collés les uns aux autres pour constituer la boule, reprennent soudainement leur liberté individuelle, tout se désolidarise, c’est l’implosion type par laquelle tout est mis «à plat», retournant pour un instant…  au tapis neigeux initial, fondamental, idéal.

Au moment de l’implosion la libération d’énergie est colossale, astronomique, voire incalculable, inimaginable. Imaginez-vous la température qui est au cœur d’un atome? Celle dans le noyau d’un flocon de neige ? Elle est très importante. Imaginez-vous maintenant un instant que cette boule de neige glacée, solide, avant son implosion, est constituée de milliards de milliards d’atomes à pareilles températures ? Assurément, si les extrêmes s’attirent ils mettent parfois aussi la conscience humaine en difficulté d’imagination…

Quelle comparaison peut-on faire entre l’exemple de la boule de neige qui implose sous le « poids » de l’évolution et les Sociétés Occidentales en l’actuelle période de Crise ? (Elle sera surmontée par des afflux d’argent qui ruinent toujours plus les peuples).

Pour la boule de neige, nous avons vu que son implosion était due à la masse (la masse n’est pas synonyme de poids) qu’elle prenait à un certain moment de son évolution. Pour nos Sociétés Occidentales dont le nombre des Entreprises (ici, «flocons de neige») n’a cessé d’augmenter après la dernière guerre mondiale, quel phénomène influe sur son évolution générale qui  prépare la catastrophe finale que les crises successives annoncent ?

C’est ici qu’il convient de faire intervenir un paramètre qui est «étranger» à l’entropie croissante; n’oublions pas que le cerveau de l’Homme est orchestré par la Dialectique, il a deux «yeux» tandis que la Nature n’en a qu’UN qui sera dit «Complexe».

Si donc, pour exposer mon exemple de la boule de neige j’ai évoqué l’entropie croissante, pour être juste et tendre vers la «Complexité» naturelle, je dois faire intervenir maintenant le paramètre appelé entropie «décroissante» ! Qu’est-ce donc que celle-là ?

Si l’entropie croissante est assimilée à tout ce qui (se) «délie», l’entropie décroissante (encore appelée Néguentropie croissante) doit être associée à tout ce qui (se) «lie» et qui, dans l’Espèce Homme porte le Nom d’amour ! Ne parle-t-on pas des « liens » de l’amour?

La déduction devient alors claire : la «boule de neige» sociale qui est constitué d’Entreprises les plus diverses tend vers l’implosion à cause d’un MANQUE D’AMOUR ! Autrement dit, parce qu’elle est trop axée sur Avoir au détriment de Être, avec, donc, plus de haine que d’amour. La Nature est fusion des deux, nous dirons donc qu’Elle est Amour.

Des esprits tatillons pourront me dirent ici : «Mais, la boule de neige roulée dans le champ immaculé et qui est constituée d’éléments naturels, «complexes» – ces flocons de neige –  ne devrait pas connaître l’implosion d’après ce que vous dites des « choses de la nature » !?». Ce à quoi je réponds : «Rappelez-vous que c’est l’Homme qui a procédé à la confection de quelque chose de Culturel – cette boule – quelque chose de non Naturel ».

Oui, le Culturel – tout ce qui est Culturel – doit être remis à plat par l’Homme et ce, le plus vite possible car tout ce qui sort de son cerveau (via sa carentielle Intelligence tout court) le conduit à sa Perte. Ceci, aucun scientifique, aucun physicien (qu’il soit ou non adepte de la Physique Quantique par laquelle il cherche à « comprendre » la Nature pour mieux la juguler donc, pour mieux la Détruire…), aucun politique, aucun religieux n’osera s’en rendre compte et/ou ne pourra l’énoncer.

Toutes les émissions de télévision, de radio, tous les articles de journaux qui évoquent, tentent d’analyser les causes – voire, l’origine – de la Crise actuelle ne servent à rien d’autre que de faire illusion, d’occuper le terrain – de faire aussi de l’argent sur l’Ignorance des Masses! -, interrogeant ici et là de prétendus Spécialistes, des Économistes, des Financiers, banquiers, traders, etc. etc. dont le rôle est de noyer le poisson en faisant bien attention à ne jamais se rapprocher trop de la véritable Cause-Première de ces Crises : le Conditionnement de l’homme moderne, évolué, en Lequel Être-Avoir est déséquilibré au profit de Avoir seul. Les « Êtres-humains » sont devenus des « Avoirs-humains » et cela ne peut être dénoncé faute de savoir y remédier.

C’est pourquoi on parlera de la Lâcheté des hommes – exclusivement des hommes – dont les femmes  sont directement les victimes. Mais tant que celles-ci se glorifieront des « galons » de leurs hommes… rien n’évoluera vraiment en Mieux. Les Sociétés « évoluées » des hommes tournent vraiment en rond.

Que la Femme ose maintenant dénoncer le rôle pathogène, « maladif », de l’Intelligence des hommes qu’Elle prétend  aimer et vis-à-vis desquels Elle tient ce rôle, parfois pathétique (…), d’Infirmière inexpérimentée et/ou (é)perdue !
Sa Mission à venir, si elle n’est pas contrecarrée, aura alors des conséquences inespérées, salutaires pour Tous. Faut-il encore qu’Elle comprenne cela puis… qu’Elle ose.

 le 17 février 2013

Par le gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental  (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact  jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com

Les Athées : ces Croyants endiablés ! (art.118)

dimanche, octobre 23rd, 2011

– Article 118 –

Les Athées :

ces Croyants endiablés !

-:-:-:-

      Si les Voies de Dieu sont, depuis des siècles, prétendues  impénétrables – mais, pas pour le gnostique ! – celles des Athées sont par contre très clairement et tristement définissables ! C’est ce que je vous propose de comprendre  ici.

L’article précédent (l’Athéisme : l’inavouable Croyance en Dieu !) a montré, avec l’aide d’un schéma estimé fort explicite, que la Branche maîtresse Première qui a émergé du Tronc-Nature a été celle qui fut animée par l’entité Essentielle Être et c’est conséquemment à cette Première Branche qu’est apparue, à l’Opposé et de manière Complémentaire, celle animée par l’ entité Naturelle Avoir, deux entités qui sont les émanations dissociées de celle fusionnelle, unitaire, (ÊTRE-AVOIR) du Tronc- Nature.

Cet exposé précédent a souligné le caractère Psychosomatique qu’entretenaient entre elles (au début de leur Pousse) ces Branches maîtresses, exposé qui constitue par mes travaux une première mondiale non encore reconnue à ce jour. A la suite des Pousses, ce Rapport Psy de Cause à Effets s’est tout progressivement atténué compte tenu de l’éloignement des Branches maîtresses puis, Aujourd’hui, ce Rapport est tant délayé dans des situations dépourvues de Bon Sens que presque plus personne ne le constate.

  • Observation fondamentale – C’est par ce type de Rapport particulier (Psychosomatique) que j’ai pu montrer que c’est de ÊTRE qu’a découlé conséquemment AVOIR ce qui, transposé à d’autres sujets nous dit que : c’est du « Positif » qu’a découlé le « Négatif », c’est du concept de Dieu qu’a découlé tout aussi conséquemment l’idée de Diable, que c’est du Sémitisme qu’a découlé l’Antisémitisme comme le Mal a découlé du Bien, etc. etc. tout en précisant – et c’est important ! – qu’aux Yeux du gnostique, soit de l’Objectivité – le « Bien » (ou Dieu, ou le Sémitisme, ou le Positif, etc.) est déjà le « Mal » et que de ce fait, ce « Mal » (ou Diable, ou l’Antisémitisme, ou le Négatif, etc.) est le mal du Mal. Ce que très peu de personnes sont disposées à comprendre ! D’où l’Impasse dans laquelle se trouve la Pensée Occidentale, entre autres Pensées !. La « Solution » de l’Homme (…) ne se fera pas SANS cette prise de conscience fondamentale laquelle implique une Refonte totale de ses Idées Arrêtées.

En effet, ce rapport Psychosomatique entre ÊTRE et AVOIR (devenus les Verbe Auxiliaires, présents dans toutes les Langues de la Terre) n’avait jamais été découvert auparavant et je remercie par avance tout lecteur qui pourrait m’apporter la preuve du contraire, à ce sujet là aussi,  tout en étant conscient que ce rapport particulier a été sous entendu, survolé, dans la Genèse biblique par l’affirmation selon laquelle Adam est apparu sur Terre avant Eve.

  • Note 1 : il m’est souvent fait le reproche, par les commentaires que je reçois, de me mettre trop souvent en avant dans mes écrits un peu comme si j’affirmais sans cesse être le seul à avoir fait des découvertes aussi importantes pour l’humanité. Ce à quoi je réponds deux choses : les découvertes qui furent les miennes, parce que fondamentales (maître mot) sont incomparables avec celles des scientifiques, même les plus chevronnés, dont les travaux, parce que non Complexes, sont tous généralement faux quoi que vous en pensiez ! Même les travaux de Albert EINSTEIN seront, un jour, reconnus comme faux. Secondairement, je me mettrai ainsi « en avant » tant que ceux qui ont les rênes des pouvoirs (religieux et politiques-scientifiques) censureront mes travaux pour mieux VOUS exploiter, pour mieux VOUS tromper. Ce que ne réalisent pas ceux qui me font de tels reproches !

Pour le gnostique que je suis (cf. le schéma de l’article précédent qui me situe) il existe TROIS catégories d’Individus dans l’Espèce humaine. Pas une de plus, pas une de moins et ce sont les Cartes d’Identités, déjà évoquées, qui vont illustrer ces possibles distinctions.

Respectant la chronologie de leur apparition sur Terre, la première d’entre elles est celle où l’entité Être est largement majoritaire; ce sont les hommes de la Branche de secteur ÊTRE (secteur désigné comme étant Positif), hommes dont la Carte d’Identité s’écrit  (h = Être+avoir).

Ces « Êtres-humains » – ou hommes – sont plus Habités par la Spiritualité (adeptes de dieux et, in fine, de Dieu. Soit les gens d’églises) que par un intérêt pour les choses du secteur opposé dit Matériel.

La seconde catégorie d’humains, consécutive de la première, est celle où l’entité Avoir est largement majoritaire ; ce sont les femmes de la Branche de secteur AVOIR (secteur désigné comme étant Négatif), femmes dont la Carte d’Identité s’écrit (f=Avoir+être).

Ces « Avoirs-humains » – ou femmes – sont plus habité(e)s par l’intérêt pour les choses Matérielles que l’on doit comprendre comme étant de la Nature dépossédée de son Essence (d’où son assimilation à l’idée de Diable) que par la Spiritualité, cette Essence à laquelle elles aspirent… via l’homme.

  • Note 2 : Au passage, je souligne que c’est par ces positions relatives que j’ai révélé, en d’autres écrits, l’origine de cette pratique sexuelle en vogue (en vogue par la Libéralisation montante de la Femme qui veut s’approprier certains des pouvoirs spécifiquement masculins…) pratique appelée la fellation en expliquant que le sperme de l’homme contient cette Essence humaine que la femme voudrait bien s’approprier pour accéder à la salutaire Verticalité qu’il est sensé imposer à toute Pousse ! Dans certains Us et Coutumes d’Afrique, la femme se frappe le front tandis qu’elle avale cette semence mâle en espérant ainsi «ensemencer» son cerveau pour devenir… un homme ! But subconscient – mais parfois conscient ! – de toute femme, justement, pour cette raison d’Essence.

J’entends déjà pleuvoir les contestations, les indignations même, par ma désignation d’Avoirs-humains concernant la Femme, désignation qui ne peut absolument pas plaire ! Quoi !? La femme ne serait pas un « Être-humain » ?

Ce à quoi je réponds deux choses : regardez votre batterie de voiture ; n’a-t-elle pas DEUX pôles, un «Plus» et un «Moins» ? Qui a dit que le pôle «Plus» (ici, Dieu) est plus important que le «Moins» (ici, Diable) ? Ce n’est pas moi. Retirez le fil qui est branché sur le «Moins» et essayez de démarrer votre moteur… En d’autres termes, voilà qui veut affirmer que le fait de retirer Diable de la Conscience humaine fait de facto s’effondrer le concept à finalité maléfique – car pathologique – de Dieu !

Non. A ce stade de mon exposé, «Être-humain» et «Avoir-humain» sont comme les deux pôles de votre batterie; ils sont Complémentaires et en cela, tout aussi importants l’un que l’autre (notion ici d’Équité-Parité perdue de vue depuis… des siècles !).

Seconde chose : si ce premier point qui semble cantonner la Femme dans l’Avoir-humain vous choque, attendez la suite. C’est pire encore mais, pas pour Elle.

En effet, après avoir défini l’évolution de la Branche maîtresse ÊTRE et montré pourquoi les hommes ne pouvaient y demeurer (évocation du «Temps du Passage»), ils ont investi tout l’espace AVOIR, à droite du Tronc-Nature, là où, à l’image de la Femme, ils se sont collectivement faits «avoirs-humains». Je n’écris pas le «avoirs» des hommes avec un «A» majuscule réservant ce dernier à la Femme sous-entendant ainsi la possibilité de procréer.

Passant donc à droite du Tronc, les hommes ont vu leur Carte d’Identité devenir (h=être+ avoir) soit un « avoir » devenu supérieur à « être », ce dernier étant devenu mineur, écrasé, « enrobé » (mais toujours Présent au « Fond » de l’homme !) par le Avoir Social, Matériel.

C’est ainsi que, dans le Collectif considéré, sont apparus : les Athées, ces Êtres-humains dont l’entité Être s’est « couchée » pour laisser s’imposer Avoir, les faisant tous, comme les femmes, des Avoirs-humains. Voilà une des raisons pour laquelle le Langage humain des Systèmes « Ouverts », évolués, est devenu synonyme de Mensonge, en désignant les Avoirs-humains par « Êtres-humains », ce qu’ils ne sont plus depuis longtemps !

Certains de ces hommes, comme par Nostalgie d’un lointain Passé mais aussi par Peur de mauvaise conscience (…) réservent leurs dimanches pour aller à la messe ou au temple (je parle ici des Chrétiens, mais chaque Religion monothéiste a ses rites) où ils vont réveiller momentanément, voire laver dans une eau dite bénite, le Être de leur Carte d’Identité qui, en réalité est «Mort» du fait d’être endoctriné, totalement stratifié par les Dogmes religieux. Le restant de la semaine, ceux-là se conduisent (plus ou moins) en Matérialistes.

Par cette évocation catégorielle des humains, j’ai sommairement désigné : 1°/ la Thèse (les religieux soit les adeptes du secteur ÊTRE), 2°/ l’Antithèse (les Athées soit les adeptes du secteur AVOIR qui ont foi en la Matière et où sont, aussi, les Croyants du dimanche) et 3°/ la Synthèse, pratiquement ignorée de tous : la place du gnostique en lequel ÊTRE et AVOIR ne font qu’UN.

-:-:-:-

Les Voies plurielles de l’Athéisme

      A ce stade de notre analyse, une chose est sûre : les Athées évoluent TOUS dans le secteur AVOIR, fondamentalement «Négatif» à droite du Tronc-Nature. Telles sont les polarités fondamentales attribuées depuis la Nuits de Temps à ces secteurs; ce qui représente une Polarisation Universelle qui n’est évidemment pas de mon fait ! De même est est-il pour le YIN-YANG chinois où YIN représente la part Négative du monde et YANG sa part Positive sans occulter ce détail des plus importants que du YIN « pur » (soit, sans Yang) ça n’existe pas davantage que du YANG « pur » (sans Yin).

Nous savons que ce secteur AVOIR se caractérise par d’incessantes divisions de ses constituants, divisions qui sont autant de multiplications les éléments constituants, ce que le monde scientifique nomme l’Entropie croissante (et que le Nouveau Testament a illustré par le soi disant miracle de la multiplication des pains opérée par Jésus).

Le secteur ÊTRE voit évoluer le concept métaphysique de «dieux» (jusqu’au Dieu final) tandis que le secteur AVOIR voit évoluer l’idée conséquente de Diable. Nous sommes ici à la base de la Dialectique fondamentale (Dieu-Diable) incontournable que les Judéo-chrétiens (et autres !) tentent d’évacuer en affirmant que Dieu est Tout ! Ce qui est d’une Lâcheté intellectuelle majeure. Évidemment, c’est faux comme de prétendre qu’il est Amour (avec un grand A). Ce qui est Amour c’est la Gnose et seulement Elle, et non une des Branches du Tronc !

Cette Branche maîtresse AVOIR – qui devient plurielle dés son apparition – est la bête noire de toute Religion monothéiste car c’est par elle(s) que le Collectif considéré (Clan, Tribu, Peuple) va aller toujours plus vite…«dans le MUR», ce MUR, ai-je démontré, qui est la conséquence du «Plafond» religieux. Ce qui, avant mes travaux, n’avait – à ma connaissance – jamais été démontré (désolé pour ceux qui voient de la prétention dans mes affirmations, mais cette dernière découverte est une des plus importantes que le Cerveau de l’Homme puisse révéler).

-:-:-:-

Du « Plafond » au  « MUR » … Qu’est-ce à dire ?

    Imaginez que, ignorant de cette relation fondamentale de Cause à Effets entre ÊTRE et AVOIR, vous Habitiez une des branches de ce secteur AVOIR. Vous constatez là que la vie offre (…) une grandissante variété dans le CHOIX, perturbante à non-souhait (!) pour le psychisme devenu, dans ce secteur Négatif, le mental ! (le Psychisme c’est ce qui est en rapport avec Être, le Mental c’est ce qui est en rapport avec Avoir).

Comment gérer, socialement, cette dispersion dans le choix ? Par l’établissement de ce qui est appelé la POLITIQUE, Institution qui doit affirmer au plus grand Nombre qu’il est préférable – pour Lui ! – d’aller dans telle ou telle direction. C’est ainsi que se sont créées les valeurs politiques dites de gauche et de droite .

Mais quelles sont les finalités de ces tendances politiques ?

La réponse est simple vue de la Gnose : elles sont de retarder le plus possible l’échéance fatale de ces voies qui est ce MUR contre lequel – quelle que soit la politique « choisie » (…) – le Collectif doit s’éclater, exploser, tomber, chuter.

  • Note 3 : Sans revenir longuement ici sur le cas très français de Laïcité (Cf. à ce sujet mon article du 19-05-2009 « La Laïcité française : un Crime contre l’Humanité »), je redis simplement que cette Loi de 1905 dite de Séparation des Églises et de l’État fut cette volonté politique irresponsable qui a consisté à couper le lien psychosomatique qui reliait AVOIR à ÊTRE, irresponsable dis-je quand on comprend que suite à cela, les responsables politiques n’ont pas profité de cette occasion unique pour Redresser l’évolution de la Pousse sociale qui avait été acculée à l’Horizontale (à tendre vers la Finance) par la Religion correspondante. Je suis conscient que des politiciens argumenteraient différemment ici et avec force détails; mais je suis conscient aussi, qu’argumentant ainsi, ils sortiraient du fondamental de mes analyses pour vous balader en bateau…

Socialement, soit dans la vie de tous les jours, l’arrivée dans le MUR se concrétise par plusieurs faits dont un des plus redoutables est l’Homosexualisation du Collectif !

C’est là la raison pour laquelle toute Religion monothéiste est Homophobe et bannit l’Homosexualité en étant incapable d’avouer, encore moins de reconnaître, que c’est Elle qui en est à l’origine !

Tous les athées qui critiquent le caractère homophobe d’une religion monothéiste prouve par là leur totale ignorance de Mécanismes profonds, Subconscients, auxquels tout Collectif humains est acculé à obéir.

Les Pays Occidentaux actuels sont un bon(…) laboratoire d’analyses à ce sujet car ils sont tous arrivés à ce stade critique de leur évolution.

Revenons un instant à ce Mécanisme que j’ai dépeint dans ma « Théorie Universelle de la Complexité » (dans les années 80) et qui explicite parfaitement, car simultanément, les évolutions de ÊTRE et de AVOIR.

  • Exercice pratique. Prenez devant vous une feuille de papier blanc et tracez une droite «verticale» (elle symbolise le Tronc-Nature). Imaginons que pour cet exercice vous soyez bidextre. Dans votre main gauche vous tenez un crayon rouge, dans la droite un crayon bleu. Vous tenez alors les deux pointes de ces crayons rassemblées (« dans le Tronc ») au bas de la feuille et tandis que votre main gauche décrit en rouge une spirale qui s’enroule tout en s’écartant de cette verticale et en ralentissant, votre main droite – SI-MUL-TA-NE-MENT décrit en bleu une spirale déroulante qui va aller de plus en plus vite et tendre vers l’horizontale parce que votre main gauche ralentit ! Au moment où votre main gauche stoppe sa progression spiralée, votre main droite se voit acculée à « buter contre un MUR » soit à TOMBER.
  • Note 4 : Je profite de l’occasion pour donner une petite explication au sujet de la Croix chrétienne dont la symbolique est tant ignorée de beaucoup de personnes !  La « Verticale » symbolise le Tronc-Gnose, la Nature dans son sens Universel. L’Horizontale (appelé le patibulum) sont tous les Savoirs qui éloignent les humains de la Connaissance (= la Verticale), les « crucifiant » ainsi pour leur plus grande Perte. La Fin..; elle est « l’explosion » de ces Traverses savantes où crayons rouges et crayons bleus (de notre Exercice pratique précédent) se retrouvent par  couleur (= Homosexualité) pour leur « mise en boite »…

Par cette même théorie j’ai montré que c’est à ce moment final que le Collectif en question est acculé à faire la guerre contre un autre Collectif et ce avec l’énergie du désespoir.

Mais Aujourd’hui pour l’Europe, cette hypothèse est voulue « évacuée » (par la Constitution de l’Europe, justement). C’est pourquoi cette pulsion guerrière – inscrite dans les gènes humains – a Culturellement muté en Guerre Économique qui est cette solution de substitution à la guerre traditionnelle, une façon ultime de reculer pour mieux sauter

Tel est ce Mécanisme Complexe que suit inéluctablement toute évolution de tout Collectif  (Clan, Tribu, Peuple) où le crayon rouge symbolise la Religion et le crayon bleu la Politique correspondante.

Si vous ne comprenez pas ce que je viens d’exposer (ce qui est votre droit le plus stricte là aussi puisque cette théorie non encore célèbre et qui fut portée à la connaissance de François MITTERRAND en 85, comme à celle de ses Conseillers les plus proches, n’a pas été «acceptée» déclenchant même, par l’Élysée, la Censure médiatique. Et pour cause !) vous ne pouvez pas comprendre cette relation de Cause à Effets entre les évolutions de Religion à Politiques.

Psychanalyse des Peuples

Légende : La « PSYCHANALYSE DES PEUPLES » est ce schéma qui a accompagné le dossier important que j’ai adressé à tous les principaux partis politiques et si nombreux médias (l’an dernier) et dont la direction du P.S. me dit avoir été dans le désarroi (sic) face à mes Conclusions pour l’Orchestration du REDRESSEMENT de la France; ce schéma contenant en lui seul, LA Solution voulue ignorée et censurée.

-:-:-:-

En résumé, cette théorie démontre que dés qu’une Religion monothéiste (le Judéo-christianisme pour l’Europe) stoppe son Ascension par son dogme-concept de Dieu- le « Plafond » – les Politiques des Pays correspondants sont acculées à affronter un « MUR » soit à faire des Guerres militaires qui, dés lors qu’elles sont « contournées » par accords divers (cas de l’Europe) doivent gérer une « CRISE »  qui correspond au début de la Fin, au Déclin, à la CHUTE de ces peuples.

On comprendra assez facilement (…) que ces politiciens réfutent en bloc de telles vues prétendues Objectives du fait qu’elles émanent d’un gnostique soit d’un individu qui – en tant que Penseur libre – se trouve extérieur à la Société.

Cependant, il faudra bien qu’un Jour (?) soit divulguée dans le monde et astreinte à aucune censure l’idée (avec sa démonstration !) selon laquelle :

Les Religions sont les maladies mentales des Peuples (= Paranoïa Collective)
qui Les acculent aux Guerres et/ou au Déclin absolu.

Maintenant, c’est aux Peuples de comprendre qu’ils sont manipulés par des Censeurs qui les conduisent tant bien que mal – plutôt mal ! – dans le MUR en leur faisant miroiter des lendemains enchanteurs… Il est doux (…) d’entendre un timide « Indignez-vous » de Stéphane HESSEL quand il faudrait proclamer haut et fort sur la planète entière, compte tenu du degré de gravité de la situation du monde, un :  « Révoltez-vous » !

Là aussi, je suis bien obligé de répéter un désespérant «comprend qui peut !» .

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental de l’Humanité à l’Individu

  • P.S. Cet exercice pratique que j’ai exposé en quelques lignes pour illustrer la Complexité de l’évolution de tout Collectif humain parle analogiquement du Canevas théorique qui fut le mien durant plus de 30 ans dans l’exercice de la Psychanalyse non traditionnelle, à échelle Individuelle, et qui me permit de faire ce que j’ai appelé des « miracles » auprès de personnes en plus ou moins grande Souffrance. J’invite toutes celles et tous ceux, professionnels de la Psy, à comprendre ce Canevas qui est pratiquement infaillible dans sa juste application. Il est certes tout un « Art » (en fait un don) de l’appliquer… justement ! 

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

Les Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux des hommes (art.101)

vendredi, juin 10th, 2011

– Article 101 –

-:-:-:-

Les Trois Traumatismes Psychiques

fondamentaux des hommes

-:-:-:-

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux  de l'Homme (art.101)

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux de l’Homme (art.101)

Légende – La spirale Enroulante de l’entité ÊTRE (à gauche).
Conséquemment à droite, la spirale déroulante de AVOIR (la spirale est plurielle)
Au Centre, le Tronc-Gnose ou la NATURE – et le gnostique – qui croît sans clivage
Clivage qui est représenté ici pour situer le Milieu Culturel de l’Homme
qui est Extérieur au Tronc-Nature, à la Gnose.

-:-:-:-

   Au cours de son Évolution Générale, soit depuis que l’Espèce Homme a été chassée de la Nature (également appelée l’Éden, Jardin d’Éden, Paradis, etc. Je l’appelle Tronc-Gnose dans la plupart de mes écrits) pour constituer son propre « milieu », le Milieu Culturel, l’homme, (ici, je parle bien du Mâle et non des femmes) eut à subir TROIS échelons différents et successifs de Traumatismes Psychiques absolument fondamentaux.

Le cerveau de la Femme n’eut pas à vivre le Deuxième et Troisième de ces Traumatismes fondamentaux; quant au Premier d’entre eux, il fut pour Elle beaucoup moins Traumatisant, Psychiquement parlant, puisque son Psychisme (directement lié à Être) est de « dose » moindre chez Elle que chez l’homme comme le montre la suite.

-:-:-:-

Premier Traumatisme Psychique

    Avant d’être «chassés» de la Nature – avant que Dame NATURE n’Accouche de l’Espèce Homme – ceux que nous nommons Aujourd’hui les hommes et les femmes y vivaient de façon Complémentaire et Équitable. Ce que j’ai traduis par ce que j’ai appelé leurs « Cartes d’Identités Individuelles » :

  • l’homme   =    Être +  avoir
  • la femme  =   Avoir + être

L’entité qui était majoritaire en chacun est mentionnée en caractères Gras (j’emploie un temps Passé car depuis, les choses ont bien changé; ces hommes Premiers n’existent plus depuis longtemps, tout juste peut-on trouver Aujourd’hui, dans quelques replis perdus de forêts Primaires, quelques exemples d’hommes Primitifs mais non Premiers. Durant ces mutations, les Cartes d’Identités se sont considérablement modifiées).

Ici, les adeptes d’une certaine Pensée Chinoise estimeront trouver l’expression occidentalisée du fameux YIN-YANG ( respectivement AVOIR-ÊTRE),  expression qui s’avère totalement insuffisante pour évoquer non seulement cette Complémentarité Ancestrale en chacun soit dans une lecture Horizontale et l’un vis-à-vis de l’autre, dans une lecture Verticale, mais aussi et surtout pour expliquer les Troubles Psychiques par Carences (Carences Psychiques puis, Psychologiques puis Mentales par suite de déclins successifs dans l’AVOIR) que l’évolution imposa à chacun.

  • Note :  je précise que cette volonté actuelle de voir s’établir (dans les Pays Occidentaux tout au moins) des règles sociales d’Équité comme de Parité, etc., si elles semblent légitimes (!), sont tout à fait utopiques, inapplicables car émanant d’une lourde Ignorance (que j’essaie de combler….) mais aussi de Nostalgies des Temps Premiers. J’invite celles et ceux qui en douteraient à étudier la raison de cela qui est largement développée dans mes écrits. Faut-il encore les comprendre en dépassant ses propres blocages culturels qui sont largement éducatifs et particulièrement sexuels.

Comme je l’ai mentionné dans des écrits antérieurs, c’est le Mâle (le futur « homme ») qui fut chassé le premier du Tronc – Nature et qui évolua par la Branche spirale Enroulante de gauche.

Quittant donc le Temps Présent (il  caractérise le Tronc-Nature), c’est par ce type d’évolution qu’il prit Conscience DOUBLE de lui même comme de toute chose – phénomène qui implique les SAVOIRS  et le Péché Originel – et par la-même, qu’il prit conscience de la Mort, phénomène totalement étranger à tous les autres occupants de la Nature. En effet, les Animaux ont un cerveau qui, du fait d’être toujours en Intelligence-AVEC la Nature, vivent le Mécanisme de prise de Conscience SIMPLE – seule synonyme de Temps Présent – également synonyme de Connaissance exempte de tout « Péché Originel ».

  • Le Péché Originel est à comprendre comme étant cet Angle que fait – en secteur ÊTRE – la Branche avec la Rectitude du Tronc. En poussant l’idée (…) on peut imaginer qu’il puisse exister un petit ou un grand Péché Originel selon la valeur de cet Angle; mais ceci n’est pas très sérieux et ne change en rien quant à le suite des évolutions et des pathologies de chacun. Avec un Angle faible, on comprendra aisément que le Clivage Schizophrénique  soit moins « douloureux » (…) et sa Conséquence, la Paranoïa Collective, plus longue à venir. Où l’on voit que tout est affaire d’élasticité du Temps qui est justement un concept spécifique de ÊTRE (comme celui d’Espace est spécifique de AVOIR).

Le Tronc-Gnose, la Nature, n’est affaire QUE de Connaissance (= fusion incessante de ÊTRE-AVOIR) et ne contient AUCUN Savoir qui, tous, n’apparaissent que par des Branches. C’est pourquoi le gnostique peut dire :  » je ne veux pas le savoir « , lui qui est Habité par la Connaissance. Il « connait » que tout Savoir est synonyme… d’Erreur ! Ce qui, pour les constituants des Branches (les humains) , est plus facile à constater qu’à admettre !

C’est donc le cerveau de l’homme qui eut à subir ce violent Traumatisme Psychique que le cerveau de la femme eut aussi à vivre mais conséquemment à celui de l’homme, non de manière frontale soit, en Marchant derrière lui telle son Ombre (en fait à « Côté » de lui; ce que la Bible évoque si mal par la prise d’une « côte »  à Adam pour « concevoir » la femme). L’homme fut le fer de lance de ce premier Traumatisme Psychique.

C’est la raison pour laquelle, les Textes bibliques mentionnent aussi, et à juste titre, cette chronologie dans  l’Évolution de l’Homme par l’apparition sur Terre de Adam avant Ève. Ce qui ne peut paraître que choquant pour le commun des Croyants, pour les non Initiés, comme pour les scientifiques. Mais cela veut dire en clair : Être (dont Adam est l’émissaire) vient AVANT Avoir (dont Ève  est l’émissaire). Soit : l’Esprit est avant le Corps. Ce que les Gens d’églises sont bien incapables d’expliciter à leurs fidèles.

C’est par mes travaux de recherche fondamentale polarisés sur l’Évolution Générale de l’Homme (en chercheur autodidacte et donc libre) que j’ai ainsi pu réaliser et montrer qu’à cette époque certes lointaine, Adam et Ève, soit les hommes et les femmes dits Premiers, obéissaient – quant à leurs Comportements réciproques – aux Principes de la Psychosomatique. C’est-à-dire :

  • Les hommes, initialement Habités par l’ineffable verbe Être, voyaient leur Esprit (il est la directe émanation de ÊTRE) exprimé par le Comportement «Avoir» des femmes  qui est leur Langage Corporel.

Si on ne comprend pas ce que j’expose là, l’Origine du Langage (Comportemental d’abord, puis Verbal ensuite par carence du premier) avec ses Troubles inhérents à l’Évolution, ne peuvent en aucun cas être compris.

C’est à ce stade d’Incompréhension que sont encore et toujours toutes les disciplines savantes de la Psy (entre autres) qui n’ont absolument pas associé le Langage Verbal à une pathologie ! Cela leur est quasi impossible à penser.

Il faudra probablement quelques siècles encore aux prétendus érudits, Universitaires et autres, pour intégrer ce paramètre fondamental qui, tant qu’il sera ignoré, obligera une Positivation artificielle de tout Langage Verbal, comme celle de la Pensée laquelle est fondamentalement Négative (d’où les échecs scolaires comme l’incompréhension patente entre les humains en général, celle des Individus au sein de leur Couple en particulier).

Prétendre comprendre l’Autre via son expression exclusivement verbale est illusoire. Croire cela, c’est se mentir à soi-même. Il peut être donné à certains hommes de comprendre certaines femmes ; par contre, il est impossible à un cerveau féminin de comprendre celui d’un homme. Je connais combien cette affirmation heurtera bien des femmes. Il n’est pas question ici de machisme, ni d’anti-féminisme primaire, il est question d’analyse fondamentale.

Le Né Sous-X vit ce Premier Traumatisme en terme de Carence d’Amour Absolue dans la mesure où la famille d’accueil, quand il y en a une, ne lui apporte pas d’amour; ce qui participe à faire prendre conscience, à l’enfant abandonné, des terribles Manques de son Premier Traumatisme.

-:-:-:-

Deuxième Traumatisme Psychique

     Alors qu’ils sont tout juste chassés de la Nature, les cerveaux des hommes et des femmes ne vont pas suivre le même Chemin psychique. Ce que montre mon schéma symbolique.

Le cerveau des hommes, parce que majoritairement Habité par l’entité Être, suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui s’enroule (spécificité de l’entité Être qui est majoritaire en lui). A gauche sur le schéma.

Le cerveau de la femme, pendant le même Temps (ils vivent évidemment ensemble dans le même Groupe) suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui se déroule; spécificité de l’entité Avoir qui est majoritaire en elle. A droite sur le même schéma où ces chemins là sont multiples car « entropiques ».

En d’autres termes il faut comprendre que le Chemin spiralé des hommes s’en va en ralentissant et en se rétrécissant (par Perte progressive d’Énergie vitale)

Obéissant au Principe Psychosomatique déjà évoqué, le Chemin de la Femme s’en va donc Conséquemment de façon Complémentaire c’est-à-dire : en s’accélérant et en s’élargissant.

Telle est la voie première et unique de la Femme. L’homme connaît, lui, DEUX types de voie.

Le Deuxième Traumatisme Psychique de l’homme sera donc de se trouver – généralement en nombre toujours plus élevé – dans un Chemin psychique ralentissant (il accule aux Idées dites Arrêtées = les dogmes), en se rétrécissant, donnant ainsi cette insupportable Impression de fin en impasse qui, psychiquement toujours, se voit comme  Compensée par les concept(s) de dieu(x) auxquels tous se Raccrochent.

Dans un Groupe encore proche de la Nature, ce sont là plusieurs dieux qui voient le Jour mais plus la Conscience Collective s’élève, plus elle s’achemine vers un Dieu unique. Où l’on sera amené à considérer (si l’on est courageux !) qu’évoluant ainsi, l’Homme pénètre de plus en plus les sphères de l’erreur par éloignements incessants de la Vérité, de la Réalité, de l’Objectivité, qui est fusion de ÊTRE-AVOIR, le Tronc Nature. Là aussi, mon schéma est clair.

En effet, cette spirale enroulante du psychisme de l’homme développe dans un espace tri-dimentionnel, la silhouette de la Pyramide des divinités où la finalité est le Pyramidion soit la croyance en un Dieu finalement estimé unique et Supérieur à Tout (= Paranoïa Collective. Nous sommes ici en pleine Psychose contrairement au classique « traumatisme » généralement associé à une Névrose).

Dans le Groupe, Clan ou Tribu Primitive, il n’y a qu’UNE place pour celui là qui occupe cette position de Pyramidion différemment nommé : l’homme Sorcier, l’homme Esprit, le Chaman, le prêtre, etc. etc.

Mais que font alors tous les autres hommes – tous sauf celui-là – quand le fond d’Impasse se fait ressentir ?

-:-:-:-

Troisième Traumatisme Psychique

    Quand arrive ce stade de l’évolution du Groupe considéré, stade de fond d’Impasse, tous les hommes (sauf l’homme Esprit, donc) vont massivement passer dans les Branches AVOIR, de l’autre côté du Tronc, soit dans l’espace initialement réservé à la Femme. C’est ce que j’ai appelé « le Temps du Passage ».

Ce Temps du Passage se traduit dans les cerveaux masculins arrivés en fond d’Impasse par une sorte d’apparition d’issue de secours, apparemment indolore quand il est ainsi vécu au fil de siècles, où  ces cerveaux – quittant le secteur fondamental et Essentiel Être – vont tout progressivement « se faire Avoir », à l’image de ceux de la Femme qui auront dorénavant de moins en moins à traduire la spiritualité évanouissante des hommes.

C’est à partir de là que la Femme va commencer à ressentir le fallacieux sentiment de « liberté » (en lequel Elle va se Perdre ! Et toujours plus de nos Jours), qu’elle perd aussi le Poids de sa raison d’être (« être » avec un petit « ê ». Cf. sa Carte d’Identité) qui se traduit par l’extinction puis la disparition du peu de quantité d’Essence qui l’habitait.

D’où son Appétit naissant (qui ne cessera de croître) pour l’idée du Prince Charmant, soit ce Personnage compensatoire en Essence Être et que le Christianisme a su si malicieusement traduire par la mise en place du personnage Jésus auquel toutes les femmes, religieuses ou non, sont sensées « tomber amoureuses ».

Voilà alors la naissance, par la Femme en voie de libération, de la Pensée avec sa pernicieuse  Dialectique (Pensée dialectique étant un pléonasme !). La Pensée émane toujours de Avoir, la Matière, c’est-à-dire que la Pensée est entropique ce qui lui permet, contrairement à l’Esprit,  l’Analyse soit la « marche arrière »; terrain de prédilection du monde dit Scientifique.

Ce Troisième et grand Traumatisme vécu par les hommes annonce le début de la Fin de l’Évolution du Groupe, évolution qui va tendre alors vers l’Horizontale, par l’émergence – par les hommes – de la Chose Politique sensée la maîtriser pour la Gouverner.

Ce Groupe, toujours plus éloigné de Être, soit de l’homme Esprit, va finalement s’en Couper (ce que l’on appelle Aujourd’hui la Laïcité) pour se Ruiner dans et par l’Avoir (les conflits d’abord guerriers qui mutent en Guerres Économiques via la Finance).

En résumé

     Ces Traumatismes typiquement Masculins vécus par le Collectif et succinctement dépeints ici, (ils ne sont pas vécus par la Femme hormis le Premier et, en intensité infiniment moindre puisque le Sens de son Évolution à Elle n’est jamais que « de la Nature accélérée« ; son rapport à la Nature est un rapport d’amour « Homosexuel« ) sont vécus par chaque Individu Mâle venant au monde. Le Temps du Passage correspondant à celui de l’Adolescence où le Sexe opposé commence à le tourmenter, à le pré-Occuper.

Ces Souffrances psychiques de l’homme le déstabilisent obligatoirement au point que la Femme ait à jouer (…) auprès de lui le rôle d’infirmière, rôle dans lequel certaines d’entre elles se complaisent (ce n’est point là une critique, c’est un constat d’études).

La quête, la recherche de Plaisirs – généralement sexuels – que les hommes instinctivement recherchent et qui a la Femme pour Objet (au sens psychanalytique) a pour unique Source (ne parlons pas d’Origine, car rien n’a d’Origine vraiment) le cumul de ces Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux.

Enfin, je dirai que le ressenti (nous sommes ici dans le Subconscient tant Collectif que Individuel) de l’homme à l’égard de la NATURE qui l’a chassé, et des conséquences qui ont découlé de cela, est tel qu’il passera le restant de sa vie à vouloir s’en Venger, c.à.d. à La détruire plus ou moins rapidement par ses produits, tous anti-Naturels (car Culturels) produits qui sont le fruit de son Intelligence.

– Rappel : l’ Intelligence est cette distance Horizontale (sur mon schéma), pathologique, car synonyme de Carence d’Amour, distance qui sépare les entités Être et Avoir du Berceau originel – le Tronc-Nature – et, conséquemment, qui sépare l’homme de ses Racines, la Mer, cette Mer qu’il pollue… à Mort.

Il en sera ainsi tant que mes Vues ne seront pas largement intégrées soit partagées.

le 10 juin 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

la Résilience (au sujet de :) (art.50)

mardi, décembre 1st, 2009

– Article 050 –

 la Résilience (au sujet de 🙂

(la Pensée complexe gnostique)

-:-:-:-

      Idée générale développée dans divers ouvrages : « Après une épreuve plus ou moins traumatisante, aptitude pour l’Individu à retrouver l’état qui a précédé cette épreuve « .

-:-:-:-

Ce sujet – la Résilience – a  intéressé bon nombre de personnes quand, ces dernières années, il a été vulgarisé (ne rien voir ici de péjoratif) par divers écrits émanant de scientifiques, de médecins psychiatres, de psychologues, psychanalystes,  universitaires, philosophes, etc… dont le plus connu en France est le psychiatre psychanalyste Boris Cyrulnik. Maintenant, si l’on consulte Internet à ce sujet, on fait le constat d’une sévère polémique entre scientifiques eux-mêmes au point que  j’ai pu lire ce titre interrogatif de Dominique COLLIN (que je ne connais pas) « Brouillard ou arc-en-ciel de sens ?« , titre qui illustre assez bien l’étendue de la polémique.

Ce qu’il convient de comprendre c’est qu’à partir du moment où, pour expliciter un Mécanisme complexe propre à l’Homme ou, plus globalement encore, propre au monde vivant, on utilise un principe (tel celui de la Résilience) qui est du seul domaine de la Matière, on se condamne à la Dialectique, c’est-à-dire à affronter des idées, voire des  théories, qui s’opposent. C’est là la preuve que cet emprunt (à la Matière) ne traduit pas du tout ce Mécanisme du vivant.

En termes plus directs je dis : dés lors que l’on emprunte à la seule Matière une de ses caractéristiques pour expliciter le Vivant, on se condamne à la Dialectique – donc, à la polémique – dont les sphères évolutives s’appellent la subjectivité, pour ne pas dire l’Erreur!

Un exemple un peu grossier pour illustrer mes propos.

Que penseriez-vous d’un spécialiste, universitaire, scientifique, etc… qui, pour vous expliciter le fonctionnement de votre cerveau vous dirait : « ouvrez votre ordinateur et vous saurez comment fonctionne votre cerveau« . Ou encore, alors que vous vous interrogez sur le fonctionnement de l’œil, il vous répondrait : « démontez un appareil photo et vous saurez« . On comprend tout à fait que la réponse fasse polémique; les « créations » de l’Homme ne traduisent pas la complexité de ses Mécanismes psychiques car, comme je l’ai montré par mes travaux, ces créations humaines sont à appréhender tels des sous-produits de la Conscience humaine.

Ce qu’il convient de comprendre et qui, par contre, ne fait pas le jeu des scientifiques, est la chose suivante.

L’humain, comme tout ce qui est vivant – tant sur cette Terre que dans tout le cosmos – possède une caractéristique que l’on retrouve en chaque élément constituant, quelle que soit l’échelle considérée (une Espèce, un Collectif social, un Individu, une cellule, etc…), c’est la fusion de ÊTRE-AVOIR, fusion qui constitue l’UNITÉ PRIMORDIALE du vivant (on peut tout à fait lui attribuer une autre appellation). Voilà l’objective définition du vivant.

Maintenant, suivez bien ce que je veux préciser et qui est important à comprendre tant pour ce sujet – la Résilience – que pour tout autre sujet.

Dés lors que vous scindez en DEUX cette Unité Primordiale (clivage qui caractérise justement le cerveau humain), vous introduisez obligatoirement la conjonction « et » entre ÊTRE et AVOIR. Ce faisant, l’Espèce humaine (s’isolant toujours plus de toutes les autres Espèces de la Terre en lesquelles ce mortel clivage n’existe pas), voit s’établir dans sa Conscience en formation un champ DIALECTIQUE, base de tout dialogue rendu possible par la dissociation de ces deux verbes fondamentaux ÊTRE et AVOIR.

Dans un second temps (mais là n’est pas le sujet), cette bipolarisation du Langage – la Dialectique – s’est déplacée, transférée et reproduite au sein même de chacun des verbes dits auxiliaires.

–  Se détachant toujours plus de AVOIR, l’évolution de l’entité ÊTRE se condamnant à l’isolement, donna finalement les concepts nécessaires à l’élaboration de toute Religion.

–  A l’opposé, évoluant toujours plus seule, l’entité AVOIR gérée par la Politique (au sens le plus large), subissant les lois de l’Entropie croissante que résume le fameux « toujours plus » (symbolisé par la spirale qui se déroule où les Espaces sans cesse grandissant sont parcourus à des vitesses sans cesse accélérées) traduit un croissant mécontentement du Collectif social par une évolution qui va vers l’Intérêt Individuel au dépend de l’Intérêt Collectif qui est seul salutaire.

L’ évolution de AVOIR – évolution qui est la Conséquence de celle de ÊTRE (ce que démontre ma « Théorie Universelle de la Complexité » exposée dans mes articles N° 08 à 13 de ce blog) – révéla donc toutes les démarches politiques, scientifiques, avec la multiplicité des Savoirs et, c’est en ces sphères des seuls Savoirs que se situe – entre autres –  la « problématique » de la Résilience, sujet qui ne prend pas en considération la Complexité existentielle du vivant  évoquée par la fusion de ÊTRE-AVOIR.

Autrement dit, tout ce qui est du domaine des Savoirs et, ici, plus particulièrement tout ce que disent des scientifiques au sujet de  la Résilience, est systématiquement l’Erreur, soit…  faux !

  • Nota : Je précise que contrairement à ce que l’on peut penser, les scientifiques de la Psy ne sont pas des « savants » de l’entité ÊTRE, mais encore et toujours de l’entité AVOIR. Les savants de ÊTRE s’appellent les théologiens, les gens d’églises,  soit tous ceux qui structurent – via l’Esprit –  une Religion dont le Sens de son Évolution est l’Irrationnel. Alors que les Psy entendent, comme tous les scientifiques, rationaliser leurs discours via la Pensée. Il n’y a pas d’Esprit dans les disciplines  Psy.  N’en déplaise à… beaucoup d’entre eux. Ceci est largement démontré dans et par mes travaux qui sont évidemment… censurés (depuis qu’ils furent présentés à l’Elysée en 1985).

Avant de clore ce sujet,  je voudrais apporter une précision qui, elle, n’entre dans aucune polémique puisque émanant de cette position de gnostique que j’occupe, position où l’objectivité est le seul Regard qui soit porté sur les « Branches » de l’évolution des hommes.

La Résilience peut être illustrée par l’exemple connu de lunettes de vue faites en un matériau qui a la mémoire de sa forme initiale et qu’elle reprend après avoir subi nombre de déformations accidentelles. Transposé à l’Homme, l’exemple n’est pas correct; le mot Résilience est inadéquat. Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’humain est vivant, constamment en évolution, en constante mutation donc transformation. Or, le Savoir n’intègre pas cette notion de forme initiale qui appartient à la Connaissance, non aux Savoirs.

Rappel – Dans des articles précédents j’ai évoqué l’image symbolique de l’Arbre pour illustrer l’Évolution générale de l’Humanité en montrant que l’origine de l’Espèce Homme est le Tronc de cet Arbre. Le Tronc c’est le fameux Éden biblique, c’est la Nature qui est synonyme de Gnose, de Connaissance, que l’on représentera par la notion de Verticalité, de Tuteur référent.

La Résilience - article 50

La Résilience – article 50

L’Homme fut chassé de ce Tronc via DEUX Branches maîtresses, opposées,  représentées par ÊTRE et AVOIR. Et c’est la branche AVOIR qui révéla toutes les expressions scientifiques, les Savoirs matérialistes (pléonasme!), tous coupés de leur Essence ÊTRE qui est la Branche de gauche. Le Malheur fatal de ces hommes dits scientifiques c’est d’avoir considéré – et de toujours considérer! – que cette Branche (AVOIR) est le Tronc, sous entendu « Droit », et qu’il n’y a pas d’autre référentiel possible que le leur.

Perdant ainsi la Mémoire du Tronc Gnose, soit celle de la Verticale (métaphysiquement parlant) d’où tout gnostique parle en Vérité, tous les scientifiques, parce qu’évoluant  dans  la subjectivité – donc, dans l’Erreur – veulent ignorer que cette Résilience – qu’ils utilisent à tort (telle est la caractéristique de toute « Branche » par rapport à la Rectitude du Tronc, c’est d’être Tors(e) et d’avoir Tort) dans leurs disciplines Psy – possède bien une Mémoire originelle, absolue, qui s’appelle la Gnose, la Connaissance. Mais comme  pour ironiser ou encore « noyer le poisson », les scientifiques confondent, comme à plaisir, les verbes Savoir et Connaître et ce, sans le moindre scrupule. J’ai déjà écrit à ce sujet, cf. « distinguo entre Savoir et Connaitre » (Article n°05 du 24-04-2009).

Seul le gnostique, parce que poussant Droit au sommet du Tronc peut éventuellement « sortir » vers  des  Branches pour témoigner, se tordre – pas forcément de rire (…)  – et revenir au Tronc où il retrouve sa forme initiale, sa Mémoire originelle, la Nature. Ce faisant, il illustre – pour qui sait Voir – ce  grand Mouvement que l’Humanité toute entière doit accomplir dans son Évolution Générale : une Résilience Collective par un FAIRE RETOUR par le Haut soit, sans Régression aucune.

En dehors de cette Résilience à l’échelle du Collectif, toute autre idée de résilience est sujette à caution.

Heureux ceux et celles qui Pénètrent ces Paroles de Vérité.

le 01 décembre 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental(de l’Humanité à l’Individu)

  • N.B. Je me dois de préciser, pour celles des Consciences les plus sceptiques quant à mon point de vue sur ce sujet en particulier, que c’est le fait d’être né sous-x, et de grandir dans l’ignorance totale de mon Origine qui, à force de résilience et de quête pour un hypothétique Référentiel Tuteur, m’a permis, à 39 ans, de Découvrir ce salutaire Référentiel Tuteur nommé la Gnose.  L’analyse approfondie de mon cas m’a permis de réaliser ensuite (par remise en question totale de la Psychanalyse traditionnelle qui, « revue et corrigée », m’a également permis de l’élever à l’échelle des Peuples puis de l’Humanité alors considérée tel UN SEUL HOMME) qu’il n’est pas un tel exemple qui ne parle analogiquement d’un Mouvement plus Grand, Universel, soit à l’échelle de tout un Peuple, plus encore, à celle de l’Humanité. En effet, c’est bien la Gnose que l’Homme, après l’avoir tant « évacuée » de sa Conscience, doit Retrouver pour sa Survie (notion de Résilience Collective). Faute de quoi… point de Salut pour Lui.

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogapart.freehostia.com