Posts Tagged ‘L’Esprit et la Pensée’

Les Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux des hommes (art.101)

vendredi, juin 10th, 2011

– Article 101 –

-:-:-:-

Les Trois Traumatismes Psychiques

fondamentaux des hommes

-:-:-:-

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux  de l'Homme (art.101)

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux de l’Homme (art.101)

Légende – La spirale Enroulante de l’entité ÊTRE (à gauche).
Conséquemment à droite, la spirale déroulante de AVOIR (la spirale est plurielle)
Au Centre, le Tronc-Gnose ou la NATURE – et le gnostique – qui croît sans clivage
Clivage qui est représenté ici pour situer le Milieu Culturel de l’Homme
qui est Extérieur au Tronc-Nature, à la Gnose.

-:-:-:-

   Au cours de son Évolution Générale, soit depuis que l’Espèce Homme a été chassée de la Nature (également appelée l’Éden, Jardin d’Éden, Paradis, etc. Je l’appelle Tronc-Gnose dans la plupart de mes écrits) pour constituer son propre « milieu », le Milieu Culturel, l’homme, (ici, je parle bien du Mâle et non des femmes) eut à subir TROIS échelons différents et successifs de Traumatismes Psychiques absolument fondamentaux.

Le cerveau de la Femme n’eut pas à vivre le Deuxième et Troisième de ces Traumatismes fondamentaux; quant au Premier d’entre eux, il fut pour Elle beaucoup moins Traumatisant, Psychiquement parlant, puisque son Psychisme (directement lié à Être) est de « dose » moindre chez Elle que chez l’homme comme le montre la suite.

-:-:-:-

Premier Traumatisme Psychique

    Avant d’être «chassés» de la Nature – avant que Dame NATURE n’Accouche de l’Espèce Homme – ceux que nous nommons Aujourd’hui les hommes et les femmes y vivaient de façon Complémentaire et Équitable. Ce que j’ai traduis par ce que j’ai appelé leurs « Cartes d’Identités Individuelles » :

  • l’homme   =    Être +  avoir
  • la femme  =   Avoir + être

L’entité qui était majoritaire en chacun est mentionnée en caractères Gras (j’emploie un temps Passé car depuis, les choses ont bien changé; ces hommes Premiers n’existent plus depuis longtemps, tout juste peut-on trouver Aujourd’hui, dans quelques replis perdus de forêts Primaires, quelques exemples d’hommes Primitifs mais non Premiers. Durant ces mutations, les Cartes d’Identités se sont considérablement modifiées).

Ici, les adeptes d’une certaine Pensée Chinoise estimeront trouver l’expression occidentalisée du fameux YIN-YANG ( respectivement AVOIR-ÊTRE),  expression qui s’avère totalement insuffisante pour évoquer non seulement cette Complémentarité Ancestrale en chacun soit dans une lecture Horizontale et l’un vis-à-vis de l’autre, dans une lecture Verticale, mais aussi et surtout pour expliquer les Troubles Psychiques par Carences (Carences Psychiques puis, Psychologiques puis Mentales par suite de déclins successifs dans l’AVOIR) que l’évolution imposa à chacun.

  • Note :  je précise que cette volonté actuelle de voir s’établir (dans les Pays Occidentaux tout au moins) des règles sociales d’Équité comme de Parité, etc., si elles semblent légitimes (!), sont tout à fait utopiques, inapplicables car émanant d’une lourde Ignorance (que j’essaie de combler….) mais aussi de Nostalgies des Temps Premiers. J’invite celles et ceux qui en douteraient à étudier la raison de cela qui est largement développée dans mes écrits. Faut-il encore les comprendre en dépassant ses propres blocages culturels qui sont largement éducatifs et particulièrement sexuels.

Comme je l’ai mentionné dans des écrits antérieurs, c’est le Mâle (le futur « homme ») qui fut chassé le premier du Tronc – Nature et qui évolua par la Branche spirale Enroulante de gauche.

Quittant donc le Temps Présent (il  caractérise le Tronc-Nature), c’est par ce type d’évolution qu’il prit Conscience DOUBLE de lui même comme de toute chose – phénomène qui implique les SAVOIRS  et le Péché Originel – et par la-même, qu’il prit conscience de la Mort, phénomène totalement étranger à tous les autres occupants de la Nature. En effet, les Animaux ont un cerveau qui, du fait d’être toujours en Intelligence-AVEC la Nature, vivent le Mécanisme de prise de Conscience SIMPLE – seule synonyme de Temps Présent – également synonyme de Connaissance exempte de tout « Péché Originel ».

  • Le Péché Originel est à comprendre comme étant cet Angle que fait – en secteur ÊTRE – la Branche avec la Rectitude du Tronc. En poussant l’idée (…) on peut imaginer qu’il puisse exister un petit ou un grand Péché Originel selon la valeur de cet Angle; mais ceci n’est pas très sérieux et ne change en rien quant à le suite des évolutions et des pathologies de chacun. Avec un Angle faible, on comprendra aisément que le Clivage Schizophrénique  soit moins « douloureux » (…) et sa Conséquence, la Paranoïa Collective, plus longue à venir. Où l’on voit que tout est affaire d’élasticité du Temps qui est justement un concept spécifique de ÊTRE (comme celui d’Espace est spécifique de AVOIR).

Le Tronc-Gnose, la Nature, n’est affaire QUE de Connaissance (= fusion incessante de ÊTRE-AVOIR) et ne contient AUCUN Savoir qui, tous, n’apparaissent que par des Branches. C’est pourquoi le gnostique peut dire :  » je ne veux pas le savoir « , lui qui est Habité par la Connaissance. Il « connait » que tout Savoir est synonyme… d’Erreur ! Ce qui, pour les constituants des Branches (les humains) , est plus facile à constater qu’à admettre !

C’est donc le cerveau de l’homme qui eut à subir ce violent Traumatisme Psychique que le cerveau de la femme eut aussi à vivre mais conséquemment à celui de l’homme, non de manière frontale soit, en Marchant derrière lui telle son Ombre (en fait à « Côté » de lui; ce que la Bible évoque si mal par la prise d’une « côte »  à Adam pour « concevoir » la femme). L’homme fut le fer de lance de ce premier Traumatisme Psychique.

C’est la raison pour laquelle, les Textes bibliques mentionnent aussi, et à juste titre, cette chronologie dans  l’Évolution de l’Homme par l’apparition sur Terre de Adam avant Ève. Ce qui ne peut paraître que choquant pour le commun des Croyants, pour les non Initiés, comme pour les scientifiques. Mais cela veut dire en clair : Être (dont Adam est l’émissaire) vient AVANT Avoir (dont Ève  est l’émissaire). Soit : l’Esprit est avant le Corps. Ce que les Gens d’églises sont bien incapables d’expliciter à leurs fidèles.

C’est par mes travaux de recherche fondamentale polarisés sur l’Évolution Générale de l’Homme (en chercheur autodidacte et donc libre) que j’ai ainsi pu réaliser et montrer qu’à cette époque certes lointaine, Adam et Ève, soit les hommes et les femmes dits Premiers, obéissaient – quant à leurs Comportements réciproques – aux Principes de la Psychosomatique. C’est-à-dire :

  • Les hommes, initialement Habités par l’ineffable verbe Être, voyaient leur Esprit (il est la directe émanation de ÊTRE) exprimé par le Comportement «Avoir» des femmes  qui est leur Langage Corporel.

Si on ne comprend pas ce que j’expose là, l’Origine du Langage (Comportemental d’abord, puis Verbal ensuite par carence du premier) avec ses Troubles inhérents à l’Évolution, ne peuvent en aucun cas être compris.

C’est à ce stade d’Incompréhension que sont encore et toujours toutes les disciplines savantes de la Psy (entre autres) qui n’ont absolument pas associé le Langage Verbal à une pathologie ! Cela leur est quasi impossible à penser.

Il faudra probablement quelques siècles encore aux prétendus érudits, Universitaires et autres, pour intégrer ce paramètre fondamental qui, tant qu’il sera ignoré, obligera une Positivation artificielle de tout Langage Verbal, comme celle de la Pensée laquelle est fondamentalement Négative (d’où les échecs scolaires comme l’incompréhension patente entre les humains en général, celle des Individus au sein de leur Couple en particulier).

Prétendre comprendre l’Autre via son expression exclusivement verbale est illusoire. Croire cela, c’est se mentir à soi-même. Il peut être donné à certains hommes de comprendre certaines femmes ; par contre, il est impossible à un cerveau féminin de comprendre celui d’un homme. Je connais combien cette affirmation heurtera bien des femmes. Il n’est pas question ici de machisme, ni d’anti-féminisme primaire, il est question d’analyse fondamentale.

Le Né Sous-X vit ce Premier Traumatisme en terme de Carence d’Amour Absolue dans la mesure où la famille d’accueil, quand il y en a une, ne lui apporte pas d’amour; ce qui participe à faire prendre conscience, à l’enfant abandonné, des terribles Manques de son Premier Traumatisme.

-:-:-:-

Deuxième Traumatisme Psychique

     Alors qu’ils sont tout juste chassés de la Nature, les cerveaux des hommes et des femmes ne vont pas suivre le même Chemin psychique. Ce que montre mon schéma symbolique.

Le cerveau des hommes, parce que majoritairement Habité par l’entité Être, suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui s’enroule (spécificité de l’entité Être qui est majoritaire en lui). A gauche sur le schéma.

Le cerveau de la femme, pendant le même Temps (ils vivent évidemment ensemble dans le même Groupe) suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui se déroule; spécificité de l’entité Avoir qui est majoritaire en elle. A droite sur le même schéma où ces chemins là sont multiples car « entropiques ».

En d’autres termes il faut comprendre que le Chemin spiralé des hommes s’en va en ralentissant et en se rétrécissant (par Perte progressive d’Énergie vitale)

Obéissant au Principe Psychosomatique déjà évoqué, le Chemin de la Femme s’en va donc Conséquemment de façon Complémentaire c’est-à-dire : en s’accélérant et en s’élargissant.

Telle est la voie première et unique de la Femme. L’homme connaît, lui, DEUX types de voie.

Le Deuxième Traumatisme Psychique de l’homme sera donc de se trouver – généralement en nombre toujours plus élevé – dans un Chemin psychique ralentissant (il accule aux Idées dites Arrêtées = les dogmes), en se rétrécissant, donnant ainsi cette insupportable Impression de fin en impasse qui, psychiquement toujours, se voit comme  Compensée par les concept(s) de dieu(x) auxquels tous se Raccrochent.

Dans un Groupe encore proche de la Nature, ce sont là plusieurs dieux qui voient le Jour mais plus la Conscience Collective s’élève, plus elle s’achemine vers un Dieu unique. Où l’on sera amené à considérer (si l’on est courageux !) qu’évoluant ainsi, l’Homme pénètre de plus en plus les sphères de l’erreur par éloignements incessants de la Vérité, de la Réalité, de l’Objectivité, qui est fusion de ÊTRE-AVOIR, le Tronc Nature. Là aussi, mon schéma est clair.

En effet, cette spirale enroulante du psychisme de l’homme développe dans un espace tri-dimentionnel, la silhouette de la Pyramide des divinités où la finalité est le Pyramidion soit la croyance en un Dieu finalement estimé unique et Supérieur à Tout (= Paranoïa Collective. Nous sommes ici en pleine Psychose contrairement au classique « traumatisme » généralement associé à une Névrose).

Dans le Groupe, Clan ou Tribu Primitive, il n’y a qu’UNE place pour celui là qui occupe cette position de Pyramidion différemment nommé : l’homme Sorcier, l’homme Esprit, le Chaman, le prêtre, etc. etc.

Mais que font alors tous les autres hommes – tous sauf celui-là – quand le fond d’Impasse se fait ressentir ?

-:-:-:-

Troisième Traumatisme Psychique

    Quand arrive ce stade de l’évolution du Groupe considéré, stade de fond d’Impasse, tous les hommes (sauf l’homme Esprit, donc) vont massivement passer dans les Branches AVOIR, de l’autre côté du Tronc, soit dans l’espace initialement réservé à la Femme. C’est ce que j’ai appelé « le Temps du Passage ».

Ce Temps du Passage se traduit dans les cerveaux masculins arrivés en fond d’Impasse par une sorte d’apparition d’issue de secours, apparemment indolore quand il est ainsi vécu au fil de siècles, où  ces cerveaux – quittant le secteur fondamental et Essentiel Être – vont tout progressivement « se faire Avoir », à l’image de ceux de la Femme qui auront dorénavant de moins en moins à traduire la spiritualité évanouissante des hommes.

C’est à partir de là que la Femme va commencer à ressentir le fallacieux sentiment de « liberté » (en lequel Elle va se Perdre ! Et toujours plus de nos Jours), qu’elle perd aussi le Poids de sa raison d’être (« être » avec un petit « ê ». Cf. sa Carte d’Identité) qui se traduit par l’extinction puis la disparition du peu de quantité d’Essence qui l’habitait.

D’où son Appétit naissant (qui ne cessera de croître) pour l’idée du Prince Charmant, soit ce Personnage compensatoire en Essence Être et que le Christianisme a su si malicieusement traduire par la mise en place du personnage Jésus auquel toutes les femmes, religieuses ou non, sont sensées « tomber amoureuses ».

Voilà alors la naissance, par la Femme en voie de libération, de la Pensée avec sa pernicieuse  Dialectique (Pensée dialectique étant un pléonasme !). La Pensée émane toujours de Avoir, la Matière, c’est-à-dire que la Pensée est entropique ce qui lui permet, contrairement à l’Esprit,  l’Analyse soit la « marche arrière »; terrain de prédilection du monde dit Scientifique.

Ce Troisième et grand Traumatisme vécu par les hommes annonce le début de la Fin de l’Évolution du Groupe, évolution qui va tendre alors vers l’Horizontale, par l’émergence – par les hommes – de la Chose Politique sensée la maîtriser pour la Gouverner.

Ce Groupe, toujours plus éloigné de Être, soit de l’homme Esprit, va finalement s’en Couper (ce que l’on appelle Aujourd’hui la Laïcité) pour se Ruiner dans et par l’Avoir (les conflits d’abord guerriers qui mutent en Guerres Économiques via la Finance).

En résumé

     Ces Traumatismes typiquement Masculins vécus par le Collectif et succinctement dépeints ici, (ils ne sont pas vécus par la Femme hormis le Premier et, en intensité infiniment moindre puisque le Sens de son Évolution à Elle n’est jamais que « de la Nature accélérée« ; son rapport à la Nature est un rapport d’amour « Homosexuel« ) sont vécus par chaque Individu Mâle venant au monde. Le Temps du Passage correspondant à celui de l’Adolescence où le Sexe opposé commence à le tourmenter, à le pré-Occuper.

Ces Souffrances psychiques de l’homme le déstabilisent obligatoirement au point que la Femme ait à jouer (…) auprès de lui le rôle d’infirmière, rôle dans lequel certaines d’entre elles se complaisent (ce n’est point là une critique, c’est un constat d’études).

La quête, la recherche de Plaisirs – généralement sexuels – que les hommes instinctivement recherchent et qui a la Femme pour Objet (au sens psychanalytique) a pour unique Source (ne parlons pas d’Origine, car rien n’a d’Origine vraiment) le cumul de ces Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux.

Enfin, je dirai que le ressenti (nous sommes ici dans le Subconscient tant Collectif que Individuel) de l’homme à l’égard de la NATURE qui l’a chassé, et des conséquences qui ont découlé de cela, est tel qu’il passera le restant de sa vie à vouloir s’en Venger, c.à.d. à La détruire plus ou moins rapidement par ses produits, tous anti-Naturels (car Culturels) produits qui sont le fruit de son Intelligence.

– Rappel : l’ Intelligence est cette distance Horizontale (sur mon schéma), pathologique, car synonyme de Carence d’Amour, distance qui sépare les entités Être et Avoir du Berceau originel – le Tronc-Nature – et, conséquemment, qui sépare l’homme de ses Racines, la Mer, cette Mer qu’il pollue… à Mort.

Il en sera ainsi tant que mes Vues ne seront pas largement intégrées soit partagées.

le 10 juin 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

Les pernicieuses et fatales dérives du TAO (1ère partie) (art.74)

samedi, juin 4th, 2011

– Article 074 –

Les pernicieuses et fatales dérives

du TAO (1ère partie)

-:-:-:-

Préambule

      Chaque fois que j’éprouve le besoin de rédiger un article sur un sujet de choix c’est qu’il me semble suffisamment mûri pour être transposé par écrit et, chaque fois que je me relis quelques jours plus tard, je trouve mon écrit assez médiocre, ne reflétant pas le degré de prétendue perfection (…) qui m’a incité à écrire.

Ce constat, parfois déprimant pour certains, est bien connu des artistes qu’une sourde souffrance intérieure pousse à Exprimer (par la Musique, la Peinture, le Dessin, la Sculpture, l’écriture, etc.  en un mot, poussés par le besoin de  Sublimer) et qui, au terme de leurs projections, de leur accouchement artistique, et avec un certain recul, éprouvent une amère insatisfaction face à leur dernière création. Cela est à la fois et normal et logique. Le psychanalyste est là pour expliquer cette réaction due à une Conscience non seulement en perpétuelle mouvance, mais surtout en perpétuelle quête de la Verticale (synonyme d’Absolu) alors que cette Conscience vit avec du fruit, comprendre : vit dans l’oblique. C’est justement l’espace mental (ce peut être un Gouffre !) qui existe entre la Verticale – Objet de cet écrit – et la courbe évolutive de la Conscience – dont la tendance Culturelle est d’aller vers l’Horizontale – qui est à l’origine du besoin, souvent survital, de créer et, l’insatisfaction de l’œuvre créée.

Pour le sujet qui nous occupe ici – le TAO – il n’est rien de semblable comme mécanisme psychique pour son auteur que je suis. Il est tout autre. Je m’explique.

Le lecteur de mon blog aura évidemment compris que mes sujets de choix tournent autour de la Gnose (« autour » signifiant une présence en Milieu Culturel), la Pénétrant parfois (Milieu Naturel). C’est ce que j’ai voulu schématiser, dans un précédent article, par un dessin hautement symbolique, représentant un Arbre dont le Tronc (il symbolise le Milieu Naturel) se fend en deux en sa partie haute, se transformant alors en DEUX Branches maîtresses qui symbolisent l’évolution Culturelle de l’Espèce Homme.

Je précise au passage que ce dessin laisse croire que la pousse du Tronc est alors terminée ; ce qui est absolument inexacte ! En réalité, ce n’est pas le Tronc qui subit un clivage, soit une telle dichotomie ; ce sont DEUX Branches, diamétralement opposées, qui poussent à partir du Tronc tandis que celui-ci continue sa croissance. Cette dernière précision est importante à saisir car le cerveau de l’Homme a tendance à penser, comme ce dessin le laisse croire, qu’il est lui-même le Tronc…

L’insatisfaction évoquée précédemment et que ressent l’artiste créateur peut être transposée ici (elle n’est pas de même essence) : depuis plus de 30 ans maintenant, je vis personnellement au sein de ce Tronc (il est la Gnose mainte fois évoquée dans ce blog) et je m’adresse à celles et ceux qui vivent en Branches, c’est-à-dire à tout ce monde qui constitue une Société, un Collectif Social et plus particulièrement dans cet article, je m’adresse à ceux qui – dans ce Collectif Social – sont intéressés par l’Idéologie du TAO, car…

Car, il m’est apparu, à la lecture de quelques ouvrages qui se veulent « phares » en ce domaine, qu’ils ont été rédigés par des personnes le plus souvent Occidentales, formées pour ne pas dire formatées par un Judéo-christianisme déformant (même si ces personnes se défendent d’en subir l’influence !) et qui, de facto, on fait des traductions du TAO globalement imprégnées de cette influence les rendant de ce fait globalement incorrectes, inacceptables.

En termes plus clairs et plus directs je préciserai la chose suivante.

Que ces lecteurs soient des universitaires ou non, enseignants du TAO ou non, spécialistes, écrivains ou non, etc.  la vision qu’ils ont du TAO – et dont ils témoignent d’une façon ou d’une autre – est systématiquement indirecte, obligatoirement réfléchie, c’est-à-dire passant par la Conscience et donc totalement erronée. Ce qu’ils contesteront tous par manque de compréhension car le TAO est TOUT sauf du domaine du Rationnel.

Mon présent écrit a pour objectif de démontrer, le plus clairement possible et sans aucune animosité envers quiconque, que tous les spécialistes Occidentaux connus qui traitent du TAO sont tous dans l’Erreur et, de ce fait, diffusent depuis trop longtemps, des idées fausses à son sujet faisant ainsi évoluer et surtout dériver le TAO en des sphères qui lui sont complètement étrangères.

Vous l’aurez compris je pense, cet écrit s’est donné pour objectif de remettre les pendules à l’Heure – pendules de l’Eternité ! – au sujet du TAO.  En effet, le concept de Temps lui est totalement étranger au même titre que le Rationnel qui est ce produit de la Conscience, véritable centre de gravité du Milieu Culturel qui pousse à de pernicieuses et fâcheuses dérives….

-:-:-:-

Esprit critique

     Quand j’énonce « Les pernicieuses et fatales dérives du TAO… » je me dois de préciser aussitôt que pernicieuses et fatales… c’est peu dire ! L’affaire est de beaucoup plus grave. C’est ce que nous allons voir.

Avant d’évoquer les sous entendus inhérents au phénomène de dérives du TAO il convient d’essayer d’appréhender d’abord la définition du TAO afin de savoir de quoi on parle et je dis cela en sachant que les prétendus connaisseurs de cette Pensée Supérieure – la plus Haute dont l’esprit humain puisse Accoucher – surestiment le champ mais surtout la profondeur de leurs visions à son sujet.

Mais la façon dont je présente le problème est déjà incohérente parce que j’évoque là deux données qui, depuis la Nuit des Temps, sont antinomiques : le TAO et le Savoir.

En effet, on ne peut pas savoir le TAO tout simplement parce que celui-ci est du domaine de la seule Connaissance, non du Savoir; pas davantage des Savoirs. Par là, je veux préciser que la Connaissance, contrairement à ce qu’on pourrait trop facilement s’imaginer, n’est pas du tout la somme de tous les savoirs.

Une image analogique pour illustrer cette dernière précision.

   – Image analogique La Connaissance, depuis très longtemps (des millénaires !) est  symbolisée par un Cercle. La notion de Savoir est survenue au moment où certaines étrangers à la Connaissance, suite à de longs voyages et visites de pays où Elle était établie se sont « emparés » de ce symbole, l’ont ramenés en leur pays pour le  dé-com-po-ser (je pense ici aux grecs Pythagore, Thalès, etc. qui se sont rendus en Égypte et qui, revenus en leur pays ont disséqué ce Cercle) pour constituer conséquemment une étoile où chacune des branches a généré une discipline scientifique particulière. Exemple, les Mathématiques isolés du Tout. Ces branches savantes poussant au fil des temps grecs (entre autre), des vides interdisciplinaires ont apparu qui, devenant toujours plus grands, impliquèrent la création de nouvelles disciplines susceptibles de combler ces vides dangereux, déstabilisants, pour l’unité (perdue !) de la Pensée globale. Vous devez ainsi comprendre que quel que soit le nombre de ces sous branches interdisciplinaires rapportées, l’étoile demeurera toujours une étoile avec des vides qui l’empêchent de (re)devenir le Cercle salutaire initial. Ceux qui réalisent cela peuvent alors comprendre la raison pour laquelle l’Enseignement actuel, en Occident comme ailleurs, ne peut aboutir qu’à des désillusions, à l’échec, pire, au Déclin social et ce, par carence de Connaissance.

Ainsi présentée la problématique se précise : les humains, tous les humains, encore appelés les mortels, sont des « savants » ce qui signifie que la Conscience de chacun – elles sont toutes à des altitudes certes différentes et donc uniques – se nourrit exclusivement de savoirs contrairement aux êtres qui constituent le Milieu Naturel. C’est ce que nous allons préciser.

-:-:-:-

     Afin de ne pas assombrir à plaisir cette problématique intellectuelle nous devons voir en face et au plus vite ce qu’il convient d’entendre par TAO et pour cela, j’emprunte à la Nature l’image symbolique de l’Arbre, image vieille comme le monde, où son Tronc, avec ses racines océanes, (comprendre, toutes les Formes de vie qui peuplent la « Mère » Océan) représente le Milieu Naturel – avec toutes ses Espèces terrestres – lequel doit être compris tout autant comme ce qui nous entoure, ici bas, que sa dimension Cosmique, Universelle.

Ce Tronc est comme une plantation Verticale et Rectiligne, ou encore comme un trait d’union qui relie la Terre aux ciels les plus lointains et inaccessibles. Et j’affirme que tel est le TAO.

Apparemment, la définition peut paraître simpliste mais elle va très vite se complexiser par l’apparition de « Branches » qui vont venir garnir ce Tronc.

Ce Tronc Nature est parcouru par une sève qui, sur notre planète Terre, fait pression Ascensionnelle sur tout le monde Vivant, poussant celui-ci à s’Élever du Bas le plus dense et profond (le fond des océans) aux altitudes les plus éthérées obligeant Dame Nature à se voir, un premier temps, grossir. C’est le Milieu Naturel qui voit ses espèces se multiplier, remplir les océans, envahir et couvrir les terres et occuper les airs.  Cette pression s’est faite tant ressentir au sommet du Tronc qu’arriva un Temps où deux issues latérales apparurent par percements des « limites » du Tronc, faisant alors apparaître l’amorce de deux Branches – diamétralement opposées (précision importante) – Branches dans lesquelles une Espèce s’est engouffrée, une seule, qui porta le Nom d’Homme.

  • Nota : Dans des Textes dits sacrés (la Bible Judéo-chrétienne notamment) ce Tronc est appelé « Jardin d’Éden » dont Adam et Ève furent chassés.

Pourquoi parler de deux voies, soit de deux Branches qui, de plus, se trouvent diamétralement opposées ?

Pour essayer de faire comprendre cela, je vais prendre un exemple qui pourra paraître un peu simpliste.

Vous regardez un enfant jouer au bord d’une mare dont la surface est calme, dépourvue de toute ride ; il jette au loin un petit caillou dans l’eau. Vous observez alors comme effets, ou encore comme Conséquences à ce geste, une succession de cercles concentriques, grandissants. Parlant de l’ensemble du phénomène, nous appellerons Cause-Première le jet du caillou et les cercles concentriques observables : les Conséquences (une Cause-Première provoque toujours des effets pluriels. Ce qui provoquera la notion de Choix. C’est pourquoi je dis que le choix est pernicieux car il ne laisse jamais apparaitre le cause-première d’un phénomène rationnel). Et dans ce cas, vous ne vous interrogez pas sur l’origine de ces cercles tout simplement parce que vous avez observé le phénomène dans sa globalité physique.

Maintenant, autre hypothèse. Vous êtes seul(e) et, observant la mare, vous voyez tout à coup une succession de cercles concentriques se former. Nous dirons alors que vous n’avez pas observé de Cause-Première mais seulement des Conséquences. Et comme vous êtes un être intelligent, vous vous doutez que, quelque part derrière vous, soit à votre insu, quelqu’un a dû jeter un caillou dans la mare. Éventuellement, vous vous retournez pour chercher le lanceur.

Revenons donc à notre précédent questionnement.

Si nous constatons que DEUX Branches ont diamétralement émergé du Tronc (Observation sur laquelle nous reviendrons, évidemment) c’est que le Tronc (le Milieu Naturel) doit être considéré comme  tournant sur lui-même et à vitesse sans cesse accélérée, phénomène qui généra ainsi, en un Temps T, l’irrésistible émergence de DEUX Branches diamétralement opposées.

S’il n’y avait pas rotation sur lui-même du Tronc, il n’y aurait pas diamétrale opposition des Branches qui nous « parlent » comme étant les Conséquences du Phénomène dont la Cause-Première nous échappe totalement. Mais comme nous sommes particulièrement intelligents (…) nous pouvons « voir » en amont, soit par analyse logique inductive (et non déductive).

L’Espèce Homme est donc située en Branche par rapport au Tronc, Tronc dans lequel l’Espèce vivait, depuis toujours, mais arrivée au stade évolutif d’en être chassée par la Force Centrifuge de l’évolution du Tronc.

En d’autres termes, depuis toujours là aussi, la Nature ne cesse d’évacuer de son Tronc grossissant des Espèces qui, sitôt évacuées, meurent. Car l’Arbre de Vie a cette particularité qu’il ne tolère pas la présence de deux Espèces différentes évoluant en Branche. C’est l’une après l’autre que ce font ces apparitions. Ce qui veut dire en clair qu’il faut attendre la disparition de l’Espèce Homme pour qu’une Espèce autre, donc suivante, prenne sa place et pousse en Branches.

Maintenant que ces Branches de l’Espèce Homme sont perçues, localisées, poussant au Haut du Tronc…

  • Note importante : c’est ici qu’à joué le rôle de la trop fameuse « pomme » que Ève donna à manger à Adam ; geste qui donna ainsi du « fruit » à leurs pousses. Du « fruit » veut dire un penchant. Nous dirons que la Tour de Pise a du fruit. Heureux le Croyant qui pénètre cela…Vous l’aurez compris, il est question ici du Péché Originel dont la religion appelée l’ISLAM nie  – hélas – l’existence. Nous y reviendrons.

… on va s’interroger sur plus important, sur plus déroutant aussi, puisque nous devons observer, qu’un premier Temps, ce sont les hommes qui occupent la Branche de gauche (par exemple) et que ce sont les femmes avec leurs enfants qui occupent la Branche opposée, à droite. Qu’est-ce à dire ?

Là nous entrons dans un domaine Aujourd’hui laissé vierge, encore et toujours, par les disciplines Psy, par les chercheurs, les ethnologues, les anthropologues (comme Claude Levi Strauss), les scientifiques du monde entier dont les études sont (parait-il !) polarisées sur l’Évolution de l’Homme. Autrement dit, ce que je vais vous révéler maintenant est comme une première mondiale ; mais j’en parle en réalité depuis plus de 30 ans dans mes divers écrits (et dans ce blog depuis deux ans), dont un ouvrage édité à Paris en 1985 et dont François MITTERRAND, alors président de la République, eut connaissance au même titre que son entourage culturel. Ce que m’attestent leurs courriers de l’époque.

Le Tronc de cet Arbre en question est habité par DEUX « Forces » qui sont Complémentaires et tant fusionnantes entre elles qu’elles ne sont jamais identifiables séparément, elles ne peuvent être ni décelées ni descellées entre elles. J’évoque à leur sujet l’idée de Couple-de-Forces, Forces auxquelles tout être constituant du Tronc ne saurait donner de Nom. Impossible.

Tel est le TAO dont les synonymes sont : la Gnose, l’Amour (avec un A majuscule), la Voie, la Vérité, le Chemin, l’Objectivité, la Tour d’Ivoire, la Chambre Nuptiale, l’Origine de toute Chose, la Source de toute Forme de vie, la Source de la Multitude, de tous les êtres, le Chemin qui conduit au Ciel, etc. etc.

Il faut être extérieur au Tronc pour pouvoir désigner, dénommer, ces entités qui constituent ce Couple-de-Forces ! Et qui se trouve en position extérieure au Tronc ?  L’Homme. Et seulement Lui sur la Terre.

Mais là, l’observation se complique un peu car l’objectivité de l’œil de l’Homme – celui du Mâle – est loin d’être assurée. C’est pourquoi – et j’explique pourquoi aussitôt – nous allons interroger le gnostique (le Peuple Jaune dirait « le taoïste ») soit cet homme (exclusivement l’homme ; la femme ne peut, seule, faire une telle démarche) qui a poussé en Branche et qui en ayant perçu tous les dangers est revenu vivre au sein et au Sommet du Tronc-Gnose. Ces hommes – on pourrait parler de Sur-hommes (?) – ce furent, pour les plus connus : Lao-tseu pour l’Extrême Orient, Gautama le Bouddha pour l’Orient, Jésus pour le Proche Orient, et votre serviteur – non encore (re)connu comme tel –  pour l’Occident.

Qu’a vu le gnostique ?

Non seulement les révolutions du Tronc (de l’Arbre de Vie, le Tronc-Gnose, le TAO, etc.)  permettent la pousse en Branches d’une Espèce – l’Espèce Homme en l’occurrence – mais ces Branches diamétralement opposées ont, chacune, révélé l’entité majeure qui les singularisait. C’est-à-dire :

– la Branche Causale de gauche, celle porteuse de tous les Mâles devenus les hommes, est fondamentalement d’Essence ÊTRE,

– la Branche Conséquence(s) où sont toutes les femelles devenues les femmes est fondamentalement de Nature AVOIR.

Ainsi observées, ces entités séparées nous font alors prendre conscience que le TAO (le Tronc, la Gnose) peut être défini objectivement comme étant la fusion incessante de ÊTRE-AVOIR, ce fameux Verbe Lumière – il est ineffable –  évoqué , entre autre, par l’apôtre Jean dans le Nouveau Testament.

Nous voilà au cœur d’un autre sujet brûlant où il va être question de la notion fort délicate : l’Intelligence de l’Homme.

Comprenez bien cette schématique, ce dessin symbolique du Tronc avec ses Branches.

Si l’on réalise que le Tronc-Gnose, le TAO, peut être symbolisé par la Verticale, le commun des mortels se trouve logiquement acculé à comprendre que la pousse des Branches ne peut, en aucune façon, être associée à la Verticale. Toutes les Branches ont du fruit. Ayant du fruit, voilà qui peut se dire différemment : toutes sont « marquées » par le Péché Originel qui, en terme hébraïque a été désigné par le mot «khata» dont la traduction exacte est « manquer la cible ». Il me semble que l’expression est claire !

Quant à l’intelligence il faut la comprendre comme étant cette distance métaphysique Horizontale (par cette symbolique nous n’évoluons qu’en des sphères Métaphysiques ; vous l’aviez deviné !) qui sépare l’entité ÊTRE de l’homme de la Verticale comme, de l’autre côté, l’entité  AVOIR de la femme de cette même Verticale.

Autrement dit, nous comprenons qu’il existe TROIS types d’intelligence :

– 1°/ celle exclusivement attachée à ÊTRE qui va générer tous les dogmes (encore appelés Idées arrêtées) qui sont à l’origine de toutes les Religions. Cette intelligence là est animée par l’Esprit encore appelé : le Souffle.

– 2°/ celle exclusivement attachée à AVOIR qui va générer toutes les Formes possibles de Pensée qui va servir à la gestion de l’évolution Matérielle de l’Objet considéré (Famille, Clan, Tribu, Peuple, Nation), gestion plus communément appelée Aujourd’hui : la Politique, la démarche Scientifique, etc.

3°/ Enfin, cette forme d’intelligence mixte (un tantinet schizophrène) constituée d’une synthèse des deux cas précédents où l’individu est habité par une certaine dose de ÊTRE (qui peut faire aller en un lieu de culte les dimanches…) et une certaine dose de AVOIR (la fonction sociale dans le Collectif considéré; elle fait voter, etc.).

Nous noterons que l’Intelligence – dont les humains sont tant fiers ! – est due à un degré pathogène de carence d’Amour, degré que représente l’écartement de la Branche par rapport à la Verticale.

C’est là la raison pour laquelle plus une Branche progresse plus les Individus qui la constituent sont en quête de ce dont ils Manquent le plus : l’Amour.

Vous devrez comprendre aussi (ce qui est pratiquement impossible pour vous !) que plus l’Intelligence est sollicitée, exploitée, entretenue, etc. plus la Branche tant Individuelle que Collective courbe sa trajectoire vers… la Chute. C’est là une des raisons pour laquelle il est dit que la Psychanalyse est cette discipline qui ne concerne que des patients intelligents. Logique.

C’est pourquoi dans le domaine scolaire des sociétés dites évoluées, on trouve tant d’allergie de la part des Jeunes face à un Enseignement fondamentalement inapproprié car non Complexe c’est-à-dire ne tenant pas compte des Deux données fondamentales qui structurent tout Individu (Être et Avoir).

Enfin, nous noterons qu’au sein du Tronc Gnose, au sein du TAO soit de la Nature, règne l’Intelligence-AVEC laquelle n’a rien à voir avec celle de l’Homme.

-:-:-:-

Trouble majeur inhérent à l’Évolution.

     En d’autres pages de mon blog j’ai montré que les hommes Primitifs évoluent initialement sur la Branche ÊTRE (dont l’évolution spiralée est dite à Entropie décroissante, encore appelée Néguentropie croissante), soit sur un chemin qui est parcouru en ralentissant constamment la progression (d’où, in fine, les Idées arrêtées) mais plus encore, chemin qui s’en va en rétrécissant.

De ces deux caractéristiques, il en a découlé que tous les hommes, à ce moment critique d’étranglement spatial ont tous – sauf un ! –  changé de Branche en passant massivement en Branches de secteur AVOIR (elles poussent en foisonnant !) où n’ont cessé d’être toutes les femmes avec leurs enfants. J’ai nommé ce Phénomène « le Temps du Passage ».

Sauf UN dis-je, qui est cet homme « religieux », différemment nommé suivant les latitudes et les ethnies : chaman, sorcier, homme esprit, prêtre, pasteur, etc. etc. qui est resté « en fond d’Impasse », pour rendre témoignage du degré d’élévation spirituelle atteint par le Collectif en question.

Le trouble dont je veux parler – il est majeur ! –  et qui est du domaine Psy (et que les Psy traditionnels – c.à.d. quasiment tous – n’ont encore jamais perçu), spécifiquement masculin, qui ne concerne donc QUE les hommes (aucunement la Femme qui eut et a toujours à en subir les Conséquences) est que certains d’entre eux ont considéré – et considèrent toujours – que leur Branche ÊTRE a poussé Verticalement soit dans le prolongement du Tronc.

Ceux-là ont, par leur Subconscient, considéré d’une part,

–  1°/ que le Tronc-Nature a, depuis lors, cessé toute pousse et/ou… en demeurant en dessous des Hommes. L’Homme se croit être au dessus de la Nature. Ce qui est faux à la compréhension totale de mon schéma où l’on voit la courbure de la Pousse de Branche considérée ET le Tronc qui n’a jamais cessé de croître (ce que ne montre pas mon schéma, justement, comme pour montrer et souligner la pensée carentielle de l’homme ) ! Et,

–  2°/ que seule la Femme a poussé en Branche oblique (pléonasme) matérialisant ainsi le Péché, le Diable, la Perdition, etc. étant à l’origine de tout Déclin (ne dit-on pas que l’homme tombe face à la Beauté féminine ?) soit une naturelle tendance vers l’Horizontale où est la femme Prostituée ! La Sainte poussant, Elle, proche de la Verticale. Je signale au passage que cette Branche oblique symbolise aussi la trajectoire Politique des Sociétés Matérialistes (Occidentales en l’occurrence) soit celles qui sont coupées de ÊTRE, ce que ne veulent pas comprendre les dirigeants politiques incapables d’imaginer qu’il puisse exister, depuis toujours, un Référentiel  Vertical. Ils se croient eux-mêmes le seul référentiel possible. Où j’ai montré en d’autres articles que la Laïcité française était, dans son application, une action suicidaire.

C’est ainsi que l’ISLAM est cette Religion qui nie l’existence du péché originel. Ce qui n’est évidemment pas cohérent car, sans péché originel, il ne peut exister d’expression verbale laquelle est le direct produit du clivage fondamental de l’Unité Primordiale (ÊTRE-AVOIR) clivage (il est à l’origine de la Dialectique) qui provoqua l’émergence de la Branche ÊTRE, laquelle émergence provoqua conséquemment celle de AVOIR.

Si l’Islam était cette Idéologie SANS péché originel il serait représentatif du TAO, de la Gnose, du Tronc Nature et dans ce cas, il serait comme le TAO, non actif à l’égard des Milieux culturels du monde. Etant non-actif (socialement), il serait alors Actif sur le plan Universel.

En effet, et c’est là une autre de mes Conclusions de travaux de Recherche fondamentale en ce domaine, où j’ai montré et démontré que les entités ÊTRE et AVOIR, une fois leur fusion ÊTRE-AVOIR clivée, (donnant alors ÊTRE et AVOIR) entretenaient entre elles une relation Psychosomatique.

Voilà qui signifie qu’en ces Temps Premiers encore dits Primitifs, le Comportement des femmes (via leur Corps) « parlait » exclusivement de l’esprit des hommes ; ce Comportement ne pouvait dire autre chose.

C’est bien plus tard, les hommes étant massivement passés dans le secteur AVOIR soit là où sévit la loi de l’Entropie croissante propre à l’évolution et à l’épanouissement de la Pensée (elle est directement liée à l’évolution Physique de la seule Matière) qu’un « vide » s’est installé, vide sans cesse grandissant, entre hommes et femmes faisant diverger toujours plus les Comportements.  On sait Aujourd’hui où mène ce vide : aux divorces des Couples !

(à suivre)

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com