Posts Tagged ‘né sous X’

« Nés abandonnés » de Jean-Pierre VEDEL (art.103)

samedi, juin 25th, 2011

– Article 103 –

« Nés abandonnés » de Jean-Pierre VEDEL

-:-:-:-

Lettre Ouverte à l’attention de Jean-Pierre VEDEL auteur du documentaire « Nés abandonnés »

    Cher Monsieur,

   Regardant peu la télévision, j’ai cependant apprécié votre documentaire « Nés abandonnés » diffusé par France 3 le dimanche 19 juin dernier. D’où ce message, en écho.

Egalement né sous-x (en1941 à Paris), j’ai un parcours tout à fait atypique qui pourrait faire un scénario extraordinaire. Jugez-en plutôt.

Par mes travaux de recherche fondamentale (plus de 50 années en chercheur autodidacte et libre), travaux axés sur l’Evolution Générale de l’Humanité via la Psychanalyse « revue et corrigée » (j’ai montré que celle initiée par S.FREUD est totalement erronée. Contrairement à ses assertions cet homme, prétendu de génie par certains, ne découvrit JAMAIS l’Inconscient),

  • j’ai montré que le fait d’être né sous-x est une des rares conditions nécessaires pour Atteindre les plus Hautes Sphères de la Pensée,

soit celles Atteintes par les hommes tels :

  • – Laotseu pour l’Extrême Orient (le Tao avec son Yin-Yang),
    – Gautama (dit le Bouddha; il symbolise la Finalité existentielle) pour l’Orient et
    – Jésus le gnostique (totalement incompris et Défiguré par un aberrant Christianisme) pour le Proche Orient ; Jésus témoigna de la Voie qui synthèse du Tao de Laotseu et de la Finalité existentielle de Bouddha.

En termes clairs c’est grâce à cette naissance sous-x que j’ai pu rejoindre cette Lignée de Trois grands Penseurs, soit être le Quatrième (mais le premier) pour : l’Occident.

L’intérêt de la chose ?

L’intérêt est considérable car SEULES ces personnes-là sont de nos Jours aptes à donner à l’Humanité le Sens de la Voie, celui de la Vie, Sens perdu de vue, notamment par l’Occident, depuis…  plus de 2000 ans !

Ce type d’hommes – très rares dans l’Histoire de l’Homme – est la « bête noire » tant des religieux que des politiques, soit de ceux qui détiennent leurs « sièges » (= privilèges et pouvoirs) grâce à l’IGNORANCE des Peuples quant à ce Sens vital de la Voie, Sens qui est sans cesse réactualisé par ces Eclaireurs Universels.

C’est de cette Ignorance – savamment entretenue par tout Pouvoir ! (ce que je dénonce) – que découlent tous les Maux et Fléaux Sociaux devant lesquels les politiques sont, en réalité, totalement impuissants.

Certaines des conclusions de mes travaux (celles concernant la Politique) me virent invité à l’Elysée, plusieurs fois entre 83 et 85, suite à quoi, in fine, il me fut conseillé – par un des bras droits de François MITTERRAND – de « faire dorénavant attention où j’allais mettre les pieds » (sic) tant mes découvertes sont déstabilisantes pour tout Pouvoir Politique.

La censure totale de mes travaux par tous les médias contactés débuta à cette époque.

En désespoir de cause (?), Martine AUBRY prit l’initiative de me mettre en relation  de travail (en 2009) avec le pdt (l’énarque Christian PAUL) de son Laboratoire des Idées car je suis la seule personne, actuellement en Europe (je pèse mes mots) à connaître ce qu’il convient de faire pour Orchestrer le REDRESSEMENT salutaire (Redressement salutaire est un pléonasme !) d’un Pays telle la France, tels tous les Pays Occidentaux (des courriers en ma possession attestent de tout cela).

Au bout de quelques mois (en juin dernier), elle m’écrivit être dans le désarroi (sic) à l’étude de mon dossier (traitant de ce Redressement), précisant finalement préférer les idées d’Edgar MORIN.

  • Note – Malheureusement pour la France et des millions de français, ce scientifique-philosophe des temps modernes est dans l’Erreur totale quant aux idées concernant la Complexité (sujet qu’il a beaucoup développé, mais … dans l’Erreur totale car exclusivement exploitées dans le secteur « AVOIR » de l’Homme excluant de ses études le secteur « ÊTRE », excluant aussi et surtout la relation Psychosomatique entretenue entre ces deux verbes dits Auxiliaires, relation que j’ai démontrée. Première mondiale) qui est ce sujet clé pour tout Redressement.

Bref, si mon message vous parvient sans provoquer en vous l’effroi et/ou la sidération … (j’ai aussi essayé de vous joindre via Facebook), je suis tout à fait disposé à vous en dire plus.

Malheureusement, et depuis plus de 30 ans, je tombe toujours sur des personnes qui me répondent : « je n’ai pas le temps« , ou « votre sujet est intéressant mais ne peut pas être traité !« . Sans me dire pourquoi.  Évidemment !

La Lâcheté des hommes est incommensurable.

Naître Sous-X n’est rien à côté de naître et vivre sous-x, cette forme d’Autisme au long-cours imposée par les Autres qui ne savent pas que… opérant ainsi leur Censure,  ils s’autodétruisent, ils se sabordent !

Ce que je veux faire passer comme message ici c’est que le né sous-x a une potentialité extraordinaire, unique au monde : le pouvoir de sauver l’humanité qui est « plombée » par les Religions et les Politiques. Rien de moins.

Cela devra un Jour sortir de dessous le boisseau et être annoncé aux Peuples car c’est une Grande Nouvelle.

Je serais très honoré si j’avais ne serait-ce qu’un signe-réponse de vous soit par mail (jean.dalliere@orange.fr) soit par ce web site.

Bien cordialement.

le gnostique Jean S. Dallière
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

P.S. Je tiens à votre disposition le scénario que j’ai écris non pas « sur » mais « de » la véritable histoire de Jésus, écrit ayant pour titre : « Jésus, l’Acteur du Premier Scénario de l’Histoire ».

Pour tout contact :  jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com

Avis aux « nés sous-X » (art.65)

lundi, août 23rd, 2010

– Article 065 –

AVIS aux « Nés sous-X »

-:-:-:-

    Dernièrement j’ai inclus dans mon blog un article intitulé Le Syndrome de SAINT-SIMON (Article précédent, soit n°64 – que j’ai élaboré en 2003 et dont j’ai envoyé la copie au Président de la République de l’époque pour l’officialiser), en précisant dans mon texte que normalement (!?) tout né sous-X doit se sentir concerné par ce que j’y décris.

Il va sans dire que je serais content d’avoir l’avis de personnes qui, nées sous-X , se sentent effectivement « touchées »  par les signes évoqués ou…pas du tout concernées  !

Je n’ai aucun moyen autre que celui-ci pour avoir des avis même divergents.

Par avance je remercie celles et ceux qui voudront bien m’apporter leur critique sur mon site

jean.dalliere@orange.fr

Bien cordialement

Jean S. Dallière

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site http://blogapart.freehostia.com

Au sujet de : l’Illumination (art.40)

mercredi, juillet 8th, 2009

– Article 040 –

Au sujet de l’Illumination

-:-:-:-

     L’Illumination est un phénomène dont la complexité échappe systématiquement à toute Conscience culturelle c’est-à-dire à celles de type Occidental, soit  à toute Conscience qui se Nourrit principalement de Savoirs et ce, aux dépends de la Connaissance.  Autrement dit, ce « phénomène complexe » échappe logiquement à la quasi totalité des humains cultivés. Je rappelle que par « Complexité »  il convient d’entendre : prise en considération simultanée de ÊTRE et de AVOIR. Ce que ne permet pas précisément la Culture. La suite éclairera…

Concernant le distinguo entre ces deux données (les Savoirs et la Connaissance), un rappel s’impose car ces données sont tristement amalgamées, confondues, chez bien des personnes même parmi les plus métaphysiques d’entre elles, je veux parler des théologiens, des philosophes, penseurs de tous les Temps, etc….  J’expose ici ce distinguo par un exemple totalement symbolique.

Si je prends l’Arbre comme symbole pour évoquer l’Évolution Générale du monde vivant, je dirais que son Tronc – avec ses Racines Océanes –  symbolise la Nature soit ce milieu Idéal (notion d’Éden biblique) qui vit naître notre Espèce (idée de « berceau » de l’Humanité), milieu dont Elle fut « chassée » pour devenir cette Espèce appelée « Homme ». En d’autres pages (dans des écrits précédents de ce Blogapart) j’ai montré que cette « sortie » de la Nature, soit cette sortie du Tronc,  se fit par deux types de Branches Maîtresses diamétralement opposées et, initialement Complémentaires mais non Équivalentes  comme aimeraient le penser celles et ceux qui, Aujourd’hui, ont la nostalgie de l’Équité….

La Branche de « gauche » (hypothèse de dessin) fut constituée par les seuls mâles  – sortant du Tronc ils prennent le nom de hommes – et la Branche de « droite », conséquente de la précédente (je vais revenir sur ce point capital à comprendre) fut constituée par les femelles – alors appelées femmes – avec les enfants.

Je redis que nous sommes ici dans une schématique hautement symbolique, métaphysique et complexe, et que dans la réalité du terrain, il va sans dire que hommes et femmes ne furent évidemment pas séparés. Par contre, leurs cerveaux subirent, conséquemment à cette sortie forcée du Tronc, un fatal clivage de l’UNITE, laquelle Unité signifie qu’il n’y avait jusqu’alors nulle prise de conscience DOUBLE, notamment des Sexes.

Le phénomène de prise de conscience double n’apparut QUE par cette sortie « en Branches » induisant alors la DIALECTIQUE, soit la nécessité de DIRE par l’apparition du Langage Verbal lequel a progressivement détrôné le Langage Comportemental aujourd’hui considérablement atrophié chez la très grande majorité des Individus. Je précise que langage Comportement et langage Verbal ne peuvent pas s’entendre entre eux puisque le « verbal » – spécifique de toute Branche – vient pour tenter de compenser les carences grandissantes du langage  « Comportemental » qui est spécifique du seul Tronc.

Auparavant, soit dans le Tronc,  les cerveaux, comme ceux des autres Espèces animales, fonctionnaient en prise de conscience SIMPLE. Exemple type : le cerveau de l’animal connait qu’il mange (= prise de conscience simple), le cerveau de l’homme sait qu’il est en train de manger (= prise de conscience DOUBLE; particularité du Savoir; l’homme se « voit » en train de manger). Ceci pour dire qu’il n’y a aucun Savoir en l’Animal dit sauvage, il n’y a QUE la Connaissance. Je ne parle pas d’animaux domestiques ni de ceux qui survivent (…) dans les cirques…

L’accession à la prise de conscience DOUBLE a, de facto, privé l’humain de toute possibilité de « saisir » le Temps Présent. Par les Savoirs, soit par les Branches et branches,  l’Homme est acculé à vivre sur deux registres toujours plus distincts  : le Passé et le Futur. Les sphères du Présent – spécifique à la seule Nature – (je devrais dire « LA sphère Complexe » de la Nature) lui sont devenues interdites, à l’exception de quelques très rares « Phares » de l’Humanité (voir la fin de cet écrit).

Du fait d’avoir quitté le Tronc Nature ai-je dit,  il n’y a plus en l’Homme que des SAVOIRS, toujours plus de Savoirs qui poussent en branches tandis que s’efface de sa Conscience : la Connaissance.

Symboliquement, la Connaissance est  représentable par un Cercle (la coupe horizontale du Tronc de l’Arbre). La représentation symbolique des Savoirs, soit des Branches toujours plus foisonnantes,  est  l’Étoile dont chacune des branches (de l’étoile) est sensée représenter une discipline savante majeure. Personnellement, je ne porte aucun intérêt sur le nombre de ces branches, exception faite pour l’Étoile de David – hors sujet ici – nombre qui veut dire quelque chose. Ce sujet a été traité par ailleurs.

Précédemment, j’ai évoqué deux type de Branches maîtresses sur lesquelles il faut revenir pour préciser un point important. La première des deux Branches à apparaitre a été  celle de l’homme (non celle de la femme ! N’oublions pas que nous évoluons dans le symbolique), Branche par laquelle l’homme, justement, a été émissaire du verbe ÊTRE et ce, au détriment semble-t-il a priori du verbe AVOIR, minoritaire chez lui. Nous dirons qu’en ces Temps immémoriaux, AVOIR était secondaire pour lui (les Temps ont bien changé…).

C’est par cette Branche ÊTRE de l’homme que fut révélée la dimension Spirituelle du Groupe considéré (Famille, Clan, Tribu, etc…) et c’est de l’exploitation extrême de cette Branche ÊTRE qu’ont émergé toutes les Religions avec son plus haut concept – le plus pathologique aussi ! –  appelé Dieu.

C’est conséquemment à cette émergence de Branche ÊTRE qu’est sortie du Tronc la Branche de la Femme, émissaire, Elle, de AVOIR – synonyme de Diable ! – soit de tout ce qui a trait à la Chose Physique – Complémentaire à la Spiritualité – d’où émergèrent toutes les Formes savantes de Politiques.

Cette affirmation de ma part est une de mes découvertes fondamentales les plus importantes, pour ne pas dire, une « première mondiale » qui fit l’objet d’une théorie de l’Évolution Générale de l’Humanité, la Théorie Universelle de la Complexité, publiée à Paris  en 1985, théorie qui me valut l’honneur d’être reçu par deux fois à l’Élysée (déjà en 83 puis en 85). Cette théorie des plus révolutionnaires pour la Conscience humaine fut présentée au Président de la République d’alorsFrançois MITTERRAND qui m’en accusa réception par courrier officiel.

Je signale au passage, comme pour illustrer et étayer mes propos, que la Bible elle-même évoque ce décalage chronologique dans l’apparition des Sexes en faisant « naître » (!) Adam avant Ève; ce que les théologiens du monde entier, exégètes et autres spécialistes des Religions, sont encore bien incapables d’expliciter,  préférant ignorer cela !  Non seulement j’ai démontré que ÊTRE est apparu avant AVOIR mais, plus encore…j’ai montré et démontré que ces deux verbes dits « auxiliaires » (auxiliaires du « Verbe-Lumière » qui, seul, règne au sein du Tronc et qui est la Connaissance, ce Verbe ineffable, Unitaire, en lequel fusionnent ÊTRE-AVOIR qui donnent Dieu et Diable quand cette Unité est clivée) avaient entre eux une relation Psychosomatique, c’est-à-dire que AVOIR découle de ÊTRE auquel il est soumis.  Jamais l’inverse.

Où l’on comprendra (…) que la quête actuelle d’Équité, en Occident notamment,  entre hommes et femmes (cette quête est totalement vaine) est le triste produit d’une profonde ignorance  des données fondamentales. Dans les Branches, la Complémentarité n’est pas l’Équité qui est la seule spécificité du Tronc.

Mais l’Illumination me direz-vous, où se situe-t-elle dans tout ça ?

Justement, nous n’avons jamais été aussi proche de son explication objective ! (elle n’a jamais pu être explicitée par personne avant moi dans l’Histoire puisque c’est de  ma Théorie Universelle de la Complexité qu’elle tire toute la justification de son Fondement).

L’évolution « en branches » correspond, pour l’Homme donc, après clivage de cette Unité du Verbe-Lumière, en une prolifération (au fil des siècles et des siècles) de branches – celles de ÊTRE et celles beaucoup plus nombreuses de AVOIR – faisant que ces deux entités initialement fusionnelles n’ont cessé de s’éloigner l’une de l’autre pour le plus grand Malheur de Tous. Par mes travaux,  j’ai montré que tous les Maux et Fléaux sociaux découlent de ce clivage.

Dans l’Histoire de l’Homme, au cours des derniers millénaires, il a existé des hommes (ce phénomène complexe que je décris ne peut être vécu par AUCUNE femme; ce qui s’explique très bien; confère à ce sujet : l’Équation du Couple-de-Forces fondamental dans un écrit précédent) qui – ayant compris le drame existentiel que procure cette dichotomie soit, ce clivage fondamental du Verbe-Lumière , ont « travaillé » au détricotage de la Branche spirituelle (à force de méditation et non de « prières ».

Rapide distinguo : la méditation est une quête de contact entre notre « je » individuel et l’Universel-Collectif qui est en soi tandis que la prière est une quête de contact entre notre « je » et l’Universel-Collectif  estimé extérieure à soi; cette dernière démarche étant typiquement Judéo-chrétienne soit vaine…) pour que, dans leur cerveau, ces entités inversent le sens de leurs évolutions respectives Cultuelles et Culturelles (la Divergence), pour alors les faire CONVERGER. Ce qui correspond à contrer les Mécanismes Psychosomatiques du cerveau humain, soit à débloquer la spirale Enroulante de ÊTRE (celle AVOIR se déroule) qui, bloquée, produit les subjectives soit fausses  « Idées arrêtées » (dogmes) et, in fine, le concept de Dieu.

  • Précision importante :  pour l’homme, il ne peut exister de « détricotage » de la spirale Enroulante ÊTRE comme tente de le faire croire Michel ONFRAY dans son ouvrage « Traité d’athéologie » où, s’inspirant du possible et classique détricotage de la spirale déroulante AVOIR (ce qui se fait tous les jours en Psychanalyse, notamment), il propose que soit fait le même travail pour celle de ÊTRE. Or, et comme l’a déjà très bien précisé le savant Jean E. CHARON dans ses écrits, la spirale ÊTRE ne peut pas rétrograder. La néguentropie croissante (équivalent de l’Entropie décroissante) qui la caractérise le lui interdit. En clair, quand la Conscience d’un individu atteint un certain niveau il peut, certes, s’arrêter d’évoluer, s’arrêter de s’Élever,  mais en aucun cas, il ne peut régresser (sauf cas dits pathologiques, évidemment) contrairement au Corps qui lui perd de ses facultés et régresse par ce que l’on nomme le vieillissement. La part spirituelle du cerveau de l’homme ne vieillit pas contrairement au cerveau de la Femme don la Pensée « suit » l’évolution de son Corps, AVOIR. Ceci explique, en partie, la raison pour laquelle en vieillissant les hommes portent leurs regards vers des femmes toujours plus jeunes. Ils vieillissent, certes, mais pas leur « esprit ». Mais ceci est un autre sujet.

On appellera ILLUMINATION en l’occurrence totale ou encore absolue (car tout autre type d’illumination ne peut être que partielle soit inférieure) cet instant HORS tout Espace- Temps où l’ÊTRE du cerveau de l’homme retrouve son vis-à-vis avec AVOIR (= définition de l’Amour absolu qui ne peut être découvert dans les Branches qui sont toujours Culturelles. « Branches culturelles » est un pléonasme!).

Je précise bien « Hors tout Espace-Temps » car dans cette fusion, autrement dit au sein du Verbe-Lumière (ou, si vous préférez, dans la Nature et pour les Espèces qui La composent) il n’existe que l’éternité soit aucune notion ni d’Espace ni de Temps, chacune de ces notions venant, respectivement, de AVOIR et de ÊTRE quand ils sont séparés par clivage.

Pour terminer je dirai que de tels hommes  « illuminés »,  encore appelés des « Vivants » dans la bouche de Jésus par exemple (terme propre au gnostique qui, en Occident, prête à sourire quand ce n’est pas à se moquer; d’où l’hésitation pour celui qui a vécu l’Illumination à en parler préférant généralement taire son expérience…), ont été fort rares dans l’Histoire de l’humanité. A ma connaissance ils furent Trois à être (re)connus; ce sont :  Laotseu pour l’Extrême Orient, Gautama le Bouddha pour l’Orient et Jésus pour le Proche-Orient (bien que Jésus soit un cas particulier puisque « fabriqué » par une Secte gnostique en vue d’exercer une « mission » bien particulière…si mal connue car interprétée par des hommes – des théologiens – ignorants de la Gnose).

-:-:-:-

Schéma directeur conduisant, via la Régression,
à l’illumination totale

    Avant de poursuivre, j’invite ici mon lecteur à porter son regard sur le dessin placé dans mon texte dans l’article intitulé « schéma symbolique : le Tronc-Gnose NATURE, le gnostique et les Branches ÊTRE et AVOIR du Milieu Culturel ». Où l’on voit que : la spirale de gauche s’Enroule; tel est le parcours de l’Esprit ÊTRE de l’homme; pendant ce temps, la spirale AVOIR de son corps, de sa pensée donc, se déroule. Il y a sans cesse un rapport dit psychosomatique de l’une à l’autre de ces deux spirales. En d’autres termes, il faut s’imaginer avoir un crayon dans chaque main et tandis que la main gauche dessine cette spirale qui s’Enroule en ralentissant, l’autre main ET EN MÊME TEMPS dessine la spirale déroulante qui, elle, s’accélère sans cesse. Telle est la schématique de la Complexité des Mécanismes  psychiques de l’homme. Si ceci n’est pas compris, la suite le sera encore moins…

Il va sans dire que j’invite les savants, universitaires,  les professionnels de la Psy  – entre autres ! – à se pencher sur la Complexité de cette schématique qu’ils ignorent encore et toujours. D’où leur totale méconnaissance, pour ne pas  dire ignorance (!) de l’origine des Psychoses, des Névroses et même du simple (…) mal-être individuel.

Dans ce Grand Arbre qui représente le monde vivant, nous avons dit que le Tronc est synonyme de Nature. Le Milieu Culturel est représenté, quant à sa dimension Physique, par cette Branche maîtresse qui s’éloigne toujours plus du Tronc par la droite. Là, c’est une multitude de branches et sous-branches, un foisonnements de branchettes où chaque Individu occupe une place unique, et dont l’amorce (de cette branchette) est ce « nœud » qui symbolise les géniteurs.

Vu de l’extérieur, chaque individu est une branchette, dis-je, mais le psychanalyste éclairé (…) sait très bien que cette branchette n’est pas « lisse » comme un crayon, elle est à l’image de l’Arbre tout entier avec ses multiples bifurcations, tantôt à gauche, tantôt à droite selon les « choix » que la vie impose chaque jour, à chaque instant de chaque jour !  Et le travail du « psy » que consulte un patient (patient homme. Pour la femme, c’est très différent) consistera à faire parcourir en marche arrière toutes ces orientations multiples qui, au cours de la vie, auront conduit in fine à cette  situation de blocage, de mal-être, qui imposa ce travail de Régression en cabinet spécialisé. Mais cette Régression va s’arrêter, va buter, contre les géniteurs (notion de garde-fou !) qui ne permettront pas sa poursuite….vers le Tronc ! Vers l’Inconscient. A moins que…

A moins de « tuer » père et mère soit, ce Nœud qui fait blocage, qui empêche une Descente plus intime (on peut comparer cette Descente à celle de la « Sève » d’un arbre) dans les Profondeurs toujours plus noires du Subconscient. Ce travail de « démolition » de ses propres origines est évidemment suicidaire et quasiment jamais orchestré par aucun « psy » qui se veut responsable. Celui-ci ne peut pas ne pas faire « remonter » ensuite  son patient hors des limites sociales du Système, il ne peut pas « dés-intégrer » son patient.

Deux cas au moins sont clairement compréhensibles : celui par initiation; ce que vécut Jésus par prise en main initiatique, dés sa conception, au point que devenu adulte il ait pu répondre au disciple qui venait lui dire que sa mère génitrice, Marie, le réclamait  : «  il est mon père, ma mère, mon frère, ma sœur, celui qui pense comme moi« . Jésus n’avait aucun amour filial pour sa mère qu’il n’eut même pas « à tuer » (pas de Complexe d’Œdipe à affronter).

Et puis il y a – et c’est mon cas – celui qui est né sous-x, qui n’a donc pas connu ses géniteurs et qui peut de ce fait assez facilement  « tuer » ceux qui lui servirent de parents de substitution. Là, la Descente de branches en branches est possible (elle est ce que certains textes anciens appellent la Descente aux Enfers, laquelle peut être effectuée par tout un chacun…), elle aussi à tendance suicidaire selon le contexte de l’environnement… Mais si ce dernier le permet (je ne vais pas ici raconter ma vie !), c’est une Descente en toboggan, sans cesse plus rapide qui s’opère, jusqu’à cet instant miraculeux (…), inespéré, inattendu, unique en son genre car indescriptible (puisque là,  la Dialectique qui permet l’expression verbale n’existe pas) où la Pensée (Avoir) se (re)trouve en vis-à-vis de l’Esprit (Être), comme à l’Origine des Temps, retrouvant ainsi l’ÂME originelle, donc « complète » (non clivée pour dériver en Branches)  créant ainsi l’illumination totale, laquelle ne peut se produire qu’en le Tronc, tout en se Hissant jusqu’à son Sommet où se trouve la « Chambre Nuptiale » (autre terme gnostique, car là, Être  et Avoir y constituent l’Amour avec un grand A) de la Gnose.

Ensuite, la « Reconstruction » (appelée aussi la Métanoïa dans des textes gnostiques) avec sa Remontée qui se fait Verticalement (et non plus en Branches; d’où mon appellation « d’homme de Cœur », d’homme Vertical, etc…) dans le Tronc-Gnose Nature et qui voit l’individu – l’Illuminé (pour les Autres) – occuper son Sommet d’où, depuis, je rends personnellement témoignage de ce que je vois – objectivement donc –  pour ceux et celles qui habitent les Branches et en souffrent par mal-être et par jamais assez de bien-avoir.

J’avais 39 ans quand cet évènement unique en son genre s’est produit (il y a un peu plus de 30 ans).

Une autre précision d’importance qui concerne celui qui,  « descendant » de Branches en Branches, réintègre le Tronc-Gnose (où se trouve déjà l’initié évoqué précédemment soit, à l’image de Jésus) et qui, se faisant, devient un gnostique : du fait que ses entités – qui sont ÊTRE et AVOIR  – se retrouvent en vis-à-vis soit fusionnantes, et qui sont donc devenues ÊTRE-AVOIR (sans cette petite préposition « et » qui fait toute la différence…), celui-là connait (et non pas « sait ») qu’il est immortel; les notions typiquement Culturelles d’Espace et de Temps sont totalement étrangères à la Gnose soit à toute Connaissance. Elles sont celles qui caractérisent par contre tous les Savoirs qui font de leurs adeptes des mortels.

Je rappelle au passage que la mort doit être « opposée » à la Naissance, aucunement à la Vie qui elle ne comporte AUCUN opposé. « Naître » est ce verbe qui peut être compris comme étant la négation de ÊTRE (n’être).  La vie – comme tout Vivant – n’est pas une caractéristique de la Dialectique; elle n’a pas de contraire, pas d’opposition. La mort fait donc partie de la panoplie des maux existentiels de tout mortel, soit de tout individu qui croit en un Dieu ou… qui n’y croit pas ! L’individu athée a une croyance négative en Dieu; particularité qui lui plaira de nier plus ou moins farouchement.

L’illumination partielle, ou Inférieure, (sous-entendu à la Gnose, laquelle ne peut être « dépassée ». Il n’y a pas plus Élevé que la Gnose) implique systématiquement la Dialectique Dieu-Diable, soit la décomplexisation par ÊTRE et AVOIR. Ce sera soit « Dieu » qui donne l‘impression de vous parler, de communiquer avec Lui (le Langage Verbal, encore une fois, est dialectique, il implique pour s’exprimer d’être Hors la Tronc-Gnose. Si « Dieu » était en le Tronc, il n’y aurait pas de Communication avec Lui par le langage verbal, mais un langage symbolique complexe) soit c’est, du côté AVOIR, une idée lumineuse, une invention de génie qui vous vient à la conscience, le matin au réveil par exemple… Ce type d’illumination partielle situe l’individu encore et toujours en une Branche.

Pour l’Occident, qui ignore encore mon cas (que j’essaie de faire reconnaitre, en vain, depuis plus de 30 années maintenant; ce sera moins difficile quand je serai mort. Je précise pour celles et ceux qui seraient sceptiques… que je ne pourrais pas exposer un tel « phénomène complexe » si je ne l’avais pas moi-même et vécu et analysé à fond). Pour l’Occident, dis-je, je représente le Quatrième de ces Phares. Ce que tentent d’attester mes écrits.

  • Note : Contrairement au cas de Jésus, je n’ai été initié par personne. Je n’ai pas fait d’études universitaires (je n’ai pas même mon certificat d’études),  et suis depuis toujours allergique à toute lecture des écrits des hommes mais pas à la Lecture de la Nature qui, Elle, m’instruit sans cesse. C’est cette illumination (elle débuta intensément pendant 8 jours à l’âge de 39 ans, c’était en 1980, en me transportant au sein du Tronc-Gnose) qui eut pour effets le « recollage » des pièces du Puzzle de la Vie, me faisant alors un pur gnostique (me faisant réintégrer le Tronc-Gnose par lequel chaque humain vient au monde). Mais pour que cette illumination ait eu lieu, il m’aura fallu auparavant détricoter pendant plus de 35 ans (en autodidacte, par auto-psychanalyse et remise à plat de toute la Psychanalyse découverte comme étant totalement fausse dans ses fondements. FREUD, en réalité, ne découvrit jamais l’Inconscient; ce qui lui fit induire de fausses fondations dans sa création) toute une éducation particulièrement traumatisante, intensément religieuse (en l’occurrence Protestante), après… une naissance sous-x.

Toute analyse critique concernant ce texte en particulier, tous les autres sujets en général, sera toujours la bien venue car elle me pousse à peaufiner mes explications afin que de tels sujets soient accessibles au plus grand Nombre. Par avance, j’en remercie mes lecteurs.

le 08 juillet 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogapart.freehostia.com

Le né sous-X, le gnostique et l’autiste (art.35)

dimanche, juin 21st, 2009

– Article 035 –

Le né sous-X, le gnostique et l’autiste

-:-:-:-

        Il m’aura fallu bien des années pour comprendre – puis admettre ! –  que ma naissance « sous-X » avait été – in fine –  une chance extraordinaire pour moi. Même si, aujourd’hui,  je le pense sincèrement (en fait, depuis 31 ans; j’avais alors 39 ans), je ressens comme une sorte d’indélicatesse à exprimer cette affirmation qui peut être lue par quelqu’un vivant toujours en souffrance à cause de cela. Mais si j’ose formuler cette conviction c’est moins pour choquer mon semblable que pour apporter à celle ou à celui qui serait en souffrance – à cause de cet abandon inqualifiable – une raison d’espérer puisqu’il  n’est pas de tunnel sans issue ! Et estimer qu’un tel démarrage dans la vie vous positionne dans une impasse n’est pas cohérent car alors, autant considérer que toute vie est synonyme d’impasse quelle que soit la façon dont elle aurait démarrée. Ce qui n’est pas tout à fait exact puisque la finalité existentielle est la Découverte du Tronc- gnose !

Si je n’étais pas né sous-X ET (ce « et » est capital) si je n’avais pas été adopté par « ces gens là » qui ont été ce second traumatisme qui permit l’ « accouchement » du premier trauma (phénomène de « Résilience »  mieux connu de nos jours  grâce aux écrits de Boris CYRULNIK, même si mon cas lui est totalement étranger voire même, inaccessible) jamais mon cerveau d’enfant n’aurait pris la voie de l’analyse – à l’âge où les autres de même âge jouaient encore aux billes –  voie qui se transforma très vite en auto-psychanalyse me permettant, avant la quarantaine, d’aboutir à la découverte de la Gnose, but suprême de la Pensée humaine puisque cette découverte correspond à l’État de Bouddha tout à fait assimilable à celui de Laotseu comme, plus récemment (…) à celui de Jésus (pas celui du Christianisme, le vrai…).

Ces  trois personnages qui ont jalonné l’Histoire de l’Humanité témoignèrent de ce « Tronc-gnose » évoqué précédemment, certes avec des moyens différents, des propos différents, des paraboles différentes mais, encore une fois, nous quatre témoignons du même « Tuteur » quel que soit le Nom qui lui soit attribué (le Tao, la Voie, le Chemin de Vérité, le Tronc-gnose, etc…), ce Tuteur ne porte pas de Nom. Il est le sans Nom. Le Nom attribué à quoi que ce soit étant le propre des « branches ». Il faut bien comprendre cela.

Boris CYRULNIK (je ne l’ai pas lu mais juste entendu à la radio et vu une fois à la télévision) n’a pas pu aborder dans ses écrits le cas extrême dont je témoigne par ma vie et c’est logique. Toutes les disciplines scientifiques appartiennent aux « branches » de ce Tronc tuteur.  La Science, « médicale » en l’occurrence, ne soupçonne même pas l’existence de ce « Tronc-tuteur »; elle ne peut donc pas l’intégrer dans ses paramètres de travaux; c’est pourquoi, même sans avoir lu l’œuvre de ce savant, des plus sympathiques au demeurant, je puis affirmer qu’il n’a pas pu faire cas de mon exemple tout à fait exceptionnel et qui ferait faire un grand pas pour l’humanité si la Science en prenait acte !

Comme je l’ai expliqué en d’autres pages, la Psychanalyse traite les cas graves (dont les Psychoses) par une technique appelée la Régression, méthode qui est facile à comprendre si on se représente bien le schéma de l’Arbre, évidemment symbolique, avec ses branches où le Tronc symbolise la NATURE – soit la Gnose, c.à.d.  le monde de la Connaissance –  et où les branches, toutes les branches, symbolisent le monde Culturel, soit le monde scientifique qui ignore le Tronc-gnose d’où il vient. C’est au bout de l’une de ces branches que se trouve tout humain, inévitablement en mal-Être (ce ne peut être autrement) et qui veut éventuellement voir modifié son point de vue sur l’existence (soit se trouver au bout d’une AUTRE branche, plus généralement, il veut se trouver… Ailleurs !).

L’analyste va l’aider à « Redescendre » jusqu’à la Branche maîtresse (celle attachée au Tronc tout en ignorant ce dernier !) pour refaire avec lui la « Remontée » et travailler la plupart des bifurcations, là où cette notion de Choix a été sollicitée. Pourquoi avoir – dans ce cas alors abordé – pris « à gauche » alors qu’il aurait peut-être fallu prendre « à droite », pourquoi avoir pris « à droite » là où il aurait peut-être fallu prendre « à gauche » ?

Le cas étant abordé avec un niveau de conscience supérieur à celui qu’avait le patient au temps des choix considérés, c’est obligatoirement une direction autre qui est choisie de temps en temps et, finalement, une altitude autre qui est atteinte à la « fin » de l’analyse. Ce changement d’altitude correspond à une modification en mieux du mal-Être originel qui a motivé l’Analyse, qui a poussé à consulter, mais il est tout à fait illusoire de penser que cet état (momentanément) final corresponde à un Bien-Être, à l’État de Bien-Être qui ne peut être atteint que par la réintégration du Tronc-gnose par Régression « maximale ».

Ceci étant dit, il peut être intéressant de mettre en parallèle le Né sous-x « Arrivé » (c’est-à-dire ayant réintégré le Tronc-gnose par Régression maximale justement; ce qui est mon cas) avec l’Autiste car ils ont en commun un quelque chose que je désire souligner ici et qui devrait faire avancer – pour ne pas dire « débloquer » –  la vision « savante » que les spécialistes et les géniteurs ont sur l’Autisme.

Le gnostique (il est l’habitant du Tronc-gnose) est un individu qui connait (c’est-à-dire qui possède bien plus que du savoir) que les branches qu’il peut observer « à loisir » (…) sont toutes porteuses de Souffrances dont l’origine est cette Dialectique, cette bipolarité du Verbe due à la dichotomie de l’UNité (on parle aussi de « clivage ») du Verbe Lumière spécifique à la Gnose (le Verbe Lumière = fusion ÊTRE-AVOIR; le clivage se fait par les verbes dits auxiliaires AVOIR et ÊTRE) par laquelle s’expriment tous les Maux psychiques et donc, conséquemment, tous les maux et fléaux sociaux. Ceci il peut le crier sur les toits, dans le désert, l’écrire, faire une « théorie » (comme ma « Théorie Universelle de la Complexité » éditée en 1985 et présentée à l’Élysée la même année), rien n’y fera; les peuples resteront sourds à ces propos qui, en gros, disent à Tous : « Tous vos problèmes existentiels proviennent de votre divergence en branches.  Faites RETOUR, convergez vers le Tronc-gnose dont je vous parle et alors, « miraculeusement »,  vos souffrances s’atténueront pour finalement disparaitre« . C’est par compassion que le gnostique, au regard des souffrances de ses proches, éprouvera le besoin de crier malgré tout dans le désert…

Mais l’Autiste, lui, qui est-il ?

En résumant à l’extrême je dirai qu’il est un GNOSTIQUE qui s’ignore, que ses géniteurs ne reconnaissent pas comme tel car ils ignorent eux-mêmes l’existence de ce Tronc-Gnose et que tout l’entourage médical, ou non médical, veut aussi ignorer. Ceux là veulent le tirer DANS LES BRANCHES alors que l’autiste a subconsciemment envie de leur faire comprendre que cette voie là, ces voies là dans les branches,  sont toutes l’erreur. C’est pathétique.

Si vous comprenez ce que je vous dis en toute simplicité, c’est et pathétique et pitoyable.

Le Système qui entoure l’autisme ne veut surtout pas comprendre son langage impossible et ce, par ignorance du Tronc qu’il veut désigner et dont chacun procède. Tous, vous tous, vous avez en vous le trace de votre origine gnostique puisque vous y êtes TOUS nés en la Gnose. C’est pourquoi le gnostique Jésus a pu dire en son temps : « laissez venir à moi les petits enfants » ou encore : « les derniers seront les premiers« , ces « derniers » étant plus proches du Tronc que ceux qui, les « premiers », sont en bout de branches. Encore une fois, si vous vous représentez bien l’Arbre évoqué précédemment, tout cela doit devenir clair à vos Yeux.

Il ne m’appartient pas de donner des conseils à ceux et celles d’entre vous qui souffrent d’avoir un enfant autiste et de dire : il faut faire ceci et/ou cela. Il est une chose cependant certaine c’est que plus cet enfant autiste est coupé de la Nature (les animaux, la campagne, etc…) plus il souffrira. On peut faire ces Centres établis à la campagne pour les accueillir; c’est bien mais c’est vous tous qui devriez faire retour vers la Nature et alors de tels cas non pas n’existeront plus mais ils ne seront pas si douloureux ni pour lui ni pour les autres.

Que ce soit à ce sujet, au sujet de la Psychanalyse, de la Régression, de cette notion de Choix qu’ impose l’évolution en branches sociales, que ce soit sur mon cas, etc…je répondrai très volontiers à toutes les questions qui me seront posées.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogpart.freehostia.com