Posts Tagged ‘Péché Originel’

L’Homme a-t-il été chassé de la Nature ? Art.189

jeudi, janvier 7th, 2016

Article 189

-:-:-

L’ Homme a-t-il été chassé de la Nature ?

-:-:-:-

par Jean S. Dallière

Auteur gnostique – Psychanalyste fondamental

-:-:-:-

Rappel succinct – Certains Textes anciens – notamment ceux de la Bible – évoquent l’apparition de l’Homme sur la Terre (cf. Genèse 2 verset 7) précisant que YHWH Elohim (malencontreusement traduit, beaucoup plus tard soit vers le 3ème – 4ème siècle, par « Dieu ») façonna l’Espèce Homme à son Image (…) dont l’homme nommé Adam et ce, au Septième Jour de la Création (…). Je précise ici bien que ce ne soit pas l’objet de cet article, que ces « Jours » là ne sont pas des durées de 24 heures mais des attributions de la Création du monde à des planètes de notre système solaire. Nous sommes là à l’origine de l’Astrologie.

Quelques versets plus loin, autrement dit quelque temps plus tard, apparaît la création de la femme dont on sait qu’elle fut séduite par la Parole du Serpent qui l’invita à manger le fruit défendu (notion ici du Péché Originel auquel, ceci dit en passant, l’Islam, et à tort, ne croit pas ! Ce qui constitue une carence idéologique grave de conséquences de cette religion…) lequel fruit eut pour direct effet de lui « ouvrit les yeux » sur la distinction du Bien et du Mal (distinction d’une Dialectique qui est étrangère au Milieu Naturel). Ces Écrits, considérés comme sacrés pour des milliards d’humains depuis de nombreux siècles, font donc porter à la Femme – et à la Femme seule ! – LA faute dont la conséquence fut fatale pour toute la descendance soit, toute l’Espèce. En effet, c’est suite à cette faute que le Couple Adam et Eve fut chassé de ce Jardin d’Éden synonyme de : la Nature.

-:-:-:-

Quelques millénaires sont passés maintenant depuis cette version biblique de la Création du monde par Dieu (!). Autrement dit, la Conscience humaine, grâce à son élévation inhérente à l’évolution générale (elle est synonyme d’élévation du niveau des Consciences, de toutes les consciences de toutes les Espèces de la Terre) peut avoir sur ces Textes estimes sacrés, une interprétation autre, mieux, une traduction autre des premiers temps de la vie sur Terre.

Une première précision d’importance.

La Nature, au sens large du terme, soit TOUT de ce Corps cosmique, universel, UN, etc. auquel notre espèce Homme appartient au même titre que toutes les autres espèces, N’EST PAS DIALECTIQUE.

Autrement dit, tout, absolument tout… de son plus petit élément (l’électron de l’atome par exemple) à son plus grand constituant (la galaxie par exemple) de cette Nature est VIE.

La Mort, telle que l’Homme la pense, ne doit en aucun cas être opposée à la vie, elle en est un élément constituant. La mort peut être opposée, oui, à la naissance, aucunement à la vie. Nous dirons donc que le fait, pour l’homme, de croire en la mort est déjà comme la preuve qu’il ne vit pas DANS la Nature, qu’il n’est pas en communion avec Elle comme toutes les autres espèces. Cela prouve qu’il en est Extérieur sans pour autant en être totalement coupé… Ce qu’il ne peut

Comment naissent les Espèces ?

Chez l’Homme, comme pour toutes les espèces sexuées, le rapport sexuel – mâle-femelle, homme-femme – est indispensable pour assurer sa descendance. La Nature, elle, Berceau de toutes les espèces, peut être pensée androgyne. Qu’est-ce à dire ?

Ce sont les volcans sous-marins (uniquement ceux sous-marins) qui, lâchant leur lave (analogie avec le sperme masculin) féconde l’Océan, liquide amniotique de la planète. C’est ainsi que l’Océan se trouve être la source de TOUTES les espèces de la Terre. C’est par cette force ascensionnelle dont il va être maintenant question, que nombre d’espèces ont transité de l’océan pour vivre sur la terre ferme. On remarquera le nombre impressionnant de similitude entre certaines espèces marines avec celles devenues terrestres (crabes de mer et crabes terrestres, araignées de mer et araignées terrestres, anguilles et serpents, etc.. etc. La liste est longue !).

Comment l’Homme a-t-il pu se retrouver exclu de la Nature ?

Pour aborder cet aspect de la question, nous devons faire ce que certains esprits estimeront être de la science fiction c’est-à-dire décrire par des mots (!) cette partie de vie de l’Homme qui fut antérieur à l’apparition de la Parole. Comme si, alors que le bébé venait au monde il lui était demandé de nous décrire comment ça se passait, là d’où il vient ! On voit bien le ridicule de la chose. Cependant, il en est de même pour l’Intelligence de l’Homme qui sera à jamais incapable de décrire avec objectivité ce qui s’est passé avant l’apparition de Adam et Eve sur Terre. Je vais quand même faire cet essai périlleux…

Dans notre espèce Homme, la femme accouche de l’enfant nouveau-né lequel, de facto, se trouve chassé du milieu symbiotique qui l’a conçu. Je prends cet exemple d’analogie sachant qu’il ne peut pas exister, chez l’Homme, d’exemple qui soit étranger et qui ne « parle » analogiquement de la Nature qui l’a conçu. Selon cette affirmation, on peut donc dire que si la Femme « accouche » c’est parce que la Nature a accouché, Elle aussi, de toutes les espèces qui sont sur cette Terre. Mais, va me dire mon lecteur interrogatif : « toutes les espèces ne sont pas extérieures à la Nature ?  » En effet, il n’y en a qu’une et, UNE SEULE : l’espèce Homme.

Toutes les espèces forment entre elles une pyramide des espèces avec une majorité d’entre elles situées vers sa base. Plus on s’élève, plus on trouve des espèces à plus haut niveau de conscience (conscience « simple ») donc, en nombre toujours plus réduit.

L’Ascension est cette règle qui touche TOUTES les espèces sans exception. Toutes sont contraintes de s’élever guidées pour cela par les rayons solaires qui jouent le rôle de tuteur référent, et grâce aussi à la Lune qui, Elle, tient le rôle d’aspirateur de Formes; elle aide ces Formes à s’extraire de la Base de ladite pyramide pour tendre vers son sommet. C’est ainsi que l’espèce qui est au sommet est appelée à sortir de cette pyramide, à s’extraire de la Nature et à constituer un milieu autre appelé le Milieu CULTUREL .

Là se trouve maintenant l’espèce Homme, toujours plus extérieur et éloignée de la Nature. Où il faut préciser qu’avant l’espèce Homme, il y eut une autre espèce qui tenait cette place dominante, comme une autre espèce la tiendra à la disparition de l’Homme. La chose est inévitable.

Quels intérêts pour l’Homme d’avoir été chassé de la Nature ?

Créé par l’Homme le milieu Culturel révèle quelque chose de très important, de fondamental, qui semble ne pas avoir été encore perçu par les consciences scientifiques traditionnelles soit les plus éclairées et que je vais révéler ici.

Axiome – Mon exposé s’appuie sur l’axiome selon lequel il faut avoir quitté son milieu originel (ce sera ici la Nature) pour pouvoir prendre conscience « double » des composants, des constituants fondamentaux dudit milieu d’origine.

Je parle ici de conscience « double« . Qu’est-ce à dire ?

Tous les éléments – encore appelés individus – qui composent la Nature (le Minéral, le Végétal et les espèces Animales) sont habités par des Mécanismes psychiques (en fait, une Énergie vitale) qui garantissent leur survie. On parlera de Symbiose quand ces individus vivent dans l’Océan, et on parlera d’Osmose quand ils sont sur la terre ferme. Ces Mécanismes psychiques (plus ou moins élaborés suivant leur altitude au sein de la pyramide des espèces) sont soumis à la prise de conscience « simple » qui est cette caractéristique vitale de la Connaissance en laquelle sévit le temps PRESENT.

Cela ne peut « dire » quelque chose qu’à partir du moment où, sortie de la Nature, l’espèce considérée (ici, l’Homme) prend conscience « double » des éléments qui composent son environnement. A partir de ce moment-là, cette Connaissance commence à se déliter pour laisser place aux éléments de sa décadente décomposition (les futurs Savoirs) : c’est alors le temps Présent qui s’estompe pour laisser émerger les temps Passé et Futur.

En effet, ce faisant, l’Homme cesse de vivre en Connaissance avec le milieu Naturel, il prend alors conscience de lui-même (d’où cette conscience double) par laquelle va se développer tout progressivement le SAVOIR, tous les Savoirs. Là, on ne parlera plus d’osmose, encore moins de symbiose. Tel est cet espace où sévit la Conscience double.

Au fil des temps, l’Homme se sentira, tout progressivement, toujours plus distant de son milieu naturel initial, avec ce sentiment d’avoir été rejeté par lui, et même comme abandonné ! En fait,il est abandonné à lui-même. En lui, l’émergence de l’Ego (qui génère l’idée de Personnalité) participe à compenser, tant bien que mal (!) cette Perte d’Amour avec son Milieu originel et il se mettra alors en quête, à travers toutes ses Actions et le vocabulaire naissant d’un Langage… à essayer de justifier sa vie sur Terre. En réalité, il ne vit plus, il tente de survivre.

Le Langage qui apparaît chez l’Homme apporte une information capitale quant à la composition du Milieu Naturel !

Ce Langage se construit puis s’articule autour de DEUX sous-référentiels majeurs qui sont ÊTRE et AVOIR (ÊTRE séparé de AVOIR). C‘est donc à la lumière de mon axiome précédent que nous pourrons et devrons comprendre la structure fondamentale de la Nature qui est ce Référentiel complexe, unitaire, que les humains ont maintenant bien oublié !

La Nature est fusion de ÊTRE-AVOIR où ni ÊTRE ni AVOIR n’est isolément observable. Autrement dit, nous devons considérer qu’en observant un animal sauvage dans la Nature nous voyons en même temps et son Corps (AVOIR) et son « Mécanisme psychique » (ÊTRE). En d’autres termes nous pouvons affirmer que son ÊTRE est son AVOIR, que son AVOIR est son ÊTRE.

Mais… il n’en est pas de même chez l’Homme !!

Par rapport à ce Référentiel Nature Vertical (symboliquement estimé ainsi mais l’idée de Rectitude est plus appropriée ; il est le Tao chinois par exemple), son entité ÊTRE s’est développé d’un côté (arbitrairement, nous dirons qu’il s’est développé dans des espaces ou « sphères » à gauche du Référentiel Vertical Nature) et l’entité AVOIR s’est développé à l’opposé, à droite, en des espaces ou « sphères » Complémentaires à celles de ÊTRE (là est la marque de la Dialectique fondamentale).

Par mes travaux axés sur ce sujet j’ai pu montrer que ces entités fondamentales de l’Homme entretiennent entre elles et depuis toujours – et toujours plus nettement depuis que l’Homme a été chassé de la Nature – une relation de causalité ou encore dite Psychosomatique. AVOIR découle de ÊTRE, jamais l’inverse.

On pourra observer Aujourd’hui que toutes les Actions des humains, depuis qu’ils ont quitté la Nature qui est synonyme d’Amour absolu (la définition de cet Amour absolu étant ÊTRE-AVOIR fusionnés), s’avèrent être animées par un degré plus ou moins important de CARENCE d’Amour.

De ce fait, on observera également que ces actions humaines tentent de faire « payer » à la Nature son lâchage, son abandon telle une Naissance sous-x de l’Espèce ! On comprendra donc pourquoi les humains, par ces mêmes actions, semblent se venger de cet abandon et détériorent constamment la Nature…

Enfin… il n’est pas inintéressant de comprendre que c’est de cette entité Essentielle ÊTRE que sont nées toutes les Religions des hommes et de l’entité Nature AVOIR toutes les Actions Scientifico-Politiques avec ce même rapport psychosomatique entre ces deux instances.

Mais là… nous abordons d’autres considérations tout aussi délicates, sinon plus (…) qui ne sont pas l’Objet de cette étude.

le 07 janvier 2016

Les politiques, tous pourris ? (art.151)

mercredi, avril 17th, 2013

– Article 151 –

  Les  politiques,  tous  pourris ?

Affaires  françaises : D.S.K. , Jérôme CAHUZAC et, toutes les autres à venir…

(Analyse un peu plus légère que les Autres)

– :- :-

Ce que vous allez lire ici est la stricte vérité, c’est pourquoi les propos vous sembleront choquants, extravagants, exagérés, incohérents, pessimistes, etc.  voire même blasphématoires. Je ne m’en offusquerai pas. Cette réaction est, hélas, logique compte tenu de ce que, personnellement, je connais des humains, de leur Individualisme mélangé de  croyance en un Intérêt Supérieur, Collectif qui procure plus ou moins de Nostalgie en chacun puisque nous provenons tous de Dame Nature qui n’est QUE Intérêt Collectif. En effet, l’Intérêt Personnel, Individuel, est totalement étranger aux Règles de la Nature. C’est d’ailleurs pourquoi, dans les Sociétés « Ouvertes », évoluées, où prime l’Intérêt Personnel, l’intérêt pour la Nature (avec l’idée un tantinet mercantile du Bio!) revient au grand galop…

Ma première affirmation sera la suivante : le cerveau des hommes (je ne parle pas ici de celui des femmes) ne peut pas croire (en) la Vérité, il n’est pas «programmé» pour cela. La suite éclairera. Il n’est programmé que pour exploiter ce qui n’est pas la Vérité (avec un « v » majuscule ou non), autrement dit, il ne peut gérer que le Mensonge et ceci depuis la Nuit des Temps qui est ce point de l’Évolution générale de l’Homme qui est matérialisé par le fameux Couple – Couple de Forces – Adam et Ève.

Explication rapide  –  L’ Espèce Homme est un produit de la Nature, Nature qui a été son Origine puis son Berceau. Je ferai ici un parallèle, peu poétique il est vrai, entre la Nature et une Autoroute. L’ Espèce Homme – nous disent certains Textes estimés Sacrés – fut chassée de la Nature, donc chassées de l’Autoroute – qui, Elle, est bien Droite – et emprunta un Chemin de traverse, une route plus ou moins sinueuse spécifique de l’Homme, celle qui caractérise justement la Condition humaine.

Ma seconde affirmation est la suivante : l’écart d’Angle, imperceptible en début de toute évolution, qui écarta puis éloigna ce Chemin de traverse de l’Autoroute bien Droite – Autoroute qui est synonyme de la Vérité en tant que fusion de Être-Avoir –  porte, dans ces mêmes Textes Sacrés, le Nom de Péché Originel.

Il n’est pas une seule création humaine, Individuelle et/ou Collective (Religion) qui ne soit exempte de cet Angle, de ce « Péché Originel ». Toute Religion qui nie la présence, en Elle, de ce concept se place ipso facto dans l’Erreur la  plus grave de conséquence.

Voilà cet Angle, cette Cause-Première, qui condamne l’Homme à toujours se tromper et donc à toujours mentir. Quoi qu’il dise, l’homme ment.

Au fil des siècles, la Parole,  l’autorité publique (notamment celle des politiques) perd de sa crédibilité; les Individus s’en écartent toujours un peu plus au fil des élections créant ainsi tout aussi progressivement une Abstention qui inquiète les professionnels de la Parole – les Politiques, mais aussi les Enseignants!  – Abstention toujours plus associée au Mensonge.

Il faut être clair quant à cela : la Nature en laquelle naquit et grandit l’Espèce Homme est habitée par le Verbe-Lumière. Autrement dit, le verbe fondamental de l’Homme, celui par lequel Il a été conçu et qui constitue son Inconscient, est le Verbe-Lumière que je définis comme étant synonyme de fusion de Être-Avoir.  Une fois chassé de la Nature, l’Homme se mit à parler et sa Parole devînt synonyme de Mensonge; ce qui apparait plus clairement à tous, de millénaires en millénaires. Ainsi,  la Parole de l’Homme peut être représentée par l’équation suivante :

                      Parole « religieuse »    =    (Verbe-Lumière)  moins  « Avoir »
Parole « politico-Scientifique » = (Verbe-Lumière) moins  « Être »

Où par (Verbe-Lumière) il faut entendre (« Être-Avoir ») et où ce manque, soit de Nature (Avoir) soit d’Essence (Être), conduit tout logiquement aux Mensonges tant religieux que politico-scientifiques.

En résumé : depuis que l’Homme est Homme (il s’appelle ainsi à sa sortie de la Nature) il n’évolue pas «en vérité» mais sur des chemins maintenant multiples de traverses qui sont tous parcourus – de manière plus ou moins évidente – par le Mensonge.  C’est pourquoi je dis :  si un Être humain vous parle à partir de l’Autoroute, soit un Être habité par la Vérité (celui-là est un gnostique), vous ne le croirez pas. Plus encore, comme il y a 2000 ans, vous le crucifierez…

Les Politiques, tous pourris ? (art.151)

Les Politiques, tous pourris ? (art.151)

  • Légende : Le Tronc de l’Arbre symbolise la Nature (l’Autoroute de mon exemple). L’Espèce Homme en a été  chassée. Cette Idée est représentée par le clivage du Tronc, clivage qui est à l’origine des chemins de traverse. A gauche, la spirale qui s’Enroule représente la voie empruntée par l’entité « Être » de l’Homme de laquelle sont nées toutes les Religions et, à son opposé soit en secteur Avoir, une prolifération de branches due à l’Entropie croissante spécifique de « Avoir » qui sont toutes ces voies empruntées par : l’Action Politique, toutes les démarches Scientifiques, Matérialistes soit autres que religieuses. Seul celui qui Marche en vérité (dans l’axe, dans l’âme du Tronc Nature) ne ment pas car son Verbe (=Verbe Lumière) est fusion de Être-Avoir. Celui-là est le gnostique de toujours mais aussi le persécuté de toujours (bûcher, crucifixion, prison, censure, etc.). Les hommes ne veulent pas le reconnaître car ils sont alors amenés à en déduire qu’ils marchent, eux, dans l’Erreur…

-:-:-

Au sujet de l’expressionles politiques, tous pourris ?

J’apporterai ici, non pas mon approbation à cette expression interrogative (!?) de plus en plus entendue, en tous cas en France (suite aux récentes « affaires » D.S.K. et J. CAHUZAC), mais une précision qui manque à son sous-entendu, à sa pertinence aussi.

Pour les lecteurs qui suivent la progression de mes articles, ils auront compris qu’il existe deux « familles » principales d’hommes. 1°/ La famille de ceux chez qui l’entité « Être » prime sur l’entité « Avoir »; ils sont appelés les religieux et, 2°/ la famille de ceux qui composent la majorité de la Société c’est-à-dire ceux chez qui « Avoir » prime sur « Être » et qui seront plus ou moins Matérialistes.

Dans cette seconde famille majoritairement composée d’Athées doivent être également situés les Croyants (ils se rendent de temps à autre en des lieux de culte) qui évoluent dans les sphères Avoir de tout Système social, sphères qui sont gérées par les hommes dits politiques. Je précise encore que les Athées sont des personnes qui ont une croyance Négative en Dieu. Il est totalement faux de dire que ceux-là « ne croient pas en Dieu ». A partir de sa naissance, et de la bonne structuration psychique de son cerveau, tout humain est obligé de croire : 1°/ en des dieux (papa, maman, père Noël, etc.) puis, 2°/ en Dieu auquel est attribué une valeur Positive (il se dira alors Croyant) ou une valeur Négative (il se prétendra alors Athée).

Ce qu’il convient de comprendre maintenant c’est que la notion de pourriture non seulement appartient exclusivement aux sphères «Avoir», mais plus encore, elle est le produit d’une progression sans cesse accélérée en ces sphères « Avoir » ce qu’impose l’Entropie croissante qui est cette Force de la Nature (dissociée, à tort, de celle de « Être ») si peu évoquée!  En conséquence de cette accélération imposée, plus les hommes tendent vers  la Corruption, les Magouilles sociales, la « Pourriture ».  C’est i-né-vi-ta-ble.

Si vous observez un plat de fruits avec pommes, bananes, poires, etc. délaissé un certain temps, vous constatez inévitablement que les fruits deviennent blets. Progressivement ils pourrissent. Il en est de même des hommes politiques et plus généralement des hommes de Savoirs contrairement aux hommes de Connaissance, cette Connaissance qui défit toute notion de Temps. C’est pourquoi, à la Gnose – avec ses habitants les gnostiques – est associée la notion d’éternité. La fusion de Être-Avoir étant synonyme d’éternité (= Mécanismes psychiques en lesquels le concept de Temps est absent).

Autrement dit, l’expression «tous pourris» s’avère être un raccourci, un concentré du parcourt de toute personne politique qui, encore une fois, et à cause de l’évolution générale des Peuples, ne peut conduire qu’à la débauche des idées et des actes.

Que ceux des politiques qui ne veulent pas être assimilés à ce parcourt social – dont la finalité est inéluctablement la « pourriture » en tous genres (ce sont les Savoirs qui « pourrissent ») – fassent autre chose de leur vie s’ils ne veulent pas être traités de la sorte.  Malheureusement, presque tous ont l’illusion et la prétention de pouvoir apporter du Positif dans l’évolution des branches sociales. Ils se mentent d’abord à eux-mêmes et, se mentant, ils mentent aux Autres, soit à tous.

Il va sans dire que l’affaire récente de la fraude fiscale avec Mensonge de la part d’un Ministre des Finances, Mensonge à l’État c’est-à-dire à tous les Français, est de beaucoup plus grave que celle d’un homme qui rate son élection à la présidentielle à cause de carences dans la maîtrise de sa Libido !

La Libido est en rapport avec des pulsions naturelles. Dans l’affaire de Fraude fiscale, le Mensonge de l’homme est consubstantiel de sa Condition d’homme, autrement dit, c’est un rapport de l’homme (l’Individu) à l’ Homme (le Collectif). Dans le cas de D.S.K., c’est un rapport de l’homme, Individu, à Dame Nature. La différence est grande.

-:-:-

Exemple du grand ménage…

    Supposez que vous estimiez devoir faire un grand rangement, un grand ménage dans votre modeste logement estimé surchargé d’affaires. Pour simplifier, vous placez une grande poubelle plastique au centre de la pièce principale et vous commencez à trier entre ce qui vous semble indispensable de garder et l’encombrant superficiel. Des livres, des bibelots, maints objets dépourvus de tout attachement se retrouvent ainsi à la poubelle. Qui n’a pas procédé un jour de la sorte chez lui? En théorie, tout le monde et ce, à échelle plus ou moins radicale, le moment le plus efficace étant celui d’un déménagement où les décisions, souvent bien difficiles, doivent être rapidement prises.

Ce modèle de Pensée semblera compréhensible pour tous. Gardons-le bien présent en mémoire et transportons-nous dans une toute autre situation où ce modeste logement devient… la France, « logement » dans lequel vous allez entrer en tant que Chef de l’État et obligé de faire un certain «ménage», votre prédécesseur ayant laissé quelques «bibelots» de goût douteux voire dérangeants. L’alternance de la couleur politique oblige à de telles réactions.

Avant d’occuper cette possible fonction, vous y préparant donc, vous organisez votre Laboratoire des Idées. Celui-ci est constitué de vos relations les plus sûres, les plus fiables, les plus proches aussi. Elles sont généralement de votre promotion, de votre âge et sont habitées par une idéologie «parallèle» à la vôtre. En tout cas pas divergente. Comme vous, ces futurs possibles collaborateurs sont (prétendent-ils) également habités par un Intérêt Collectif qui place en arrière plan,  loin derrière, l’Intérêt Personnel.

Ce groupe d’amis ce sont cent à cent cinquante «cerveaux» (énarques, polytechniciens,  H.E.C., Science-Po, Médecins, Avocats d’Affaire, etc.) qui travaillent entre eux sur le Programme de Gouvernement qui sera, plus tard, annoncé au peuple. Dans ce groupe de cerveaux certains dominent franchement par leur pertinence d’analyse, par leur prétention aussi qui peut cacher un Intérêt Personnel non avoué, bien dissimulé. Ceux-là ne peuvent pas être expulsés du groupe car, maintenant, ils en savent trop sur le Programme qu’ils pourraient faire connaître au camp adverse – l’Opposition – qui, elle aussi, peaufine ses armes…

Les mois passent. L’élection arrive. Vous êtes élu Président !

Vous déménagez en vous installant à l’Élysée puis, aussitôt, vous officialisez votre choix en désignant votre bras droit (Premier ministre) qui, lui-même vous propose une liste de collaborateurs (liste de ministrables que vous connaissez depuis longtemps déjà et à laquelle vous avez particulièrement travaillé, vous aussi, avec votre futur Premier ministre) judicieusement choisis et où tous ceux qui ont constitué le Laboratoire des Idées –  les initiés au Plan de Gouvernement – devront occuper un poste sécurisant, non décevant, à la hauteur de leurs prétentions et compétences. Il faut satisfaire tout le monde sans quoi… les risques de « retour de manivelle » sont possibles… L’ennemi n’est jamais loin.

Dans l’équipe des initiés au Plan, dès la constitution de ce Laboratoire des Idées un homme s’est fait remarquer par son intelligence supérieure à tous les autres et au passé « chargé » en affaires (plus de 20 années passées dans les milieux où l’argent est roi) où la Magouille est monnaie courante. On connaît ses comptes à l’étranger, on connaît ses rapports avec l’Industrie pharmaceutique. Il a travaillé pour eux et en reçoit de constantes et confortables subsides qui seront placés sur des compte étrangers, offshore, détournés,  non imposables, etc. à l’image des niches fiscales. En fait, ses revenus ont de multiples origines et sont bien sécurisés. Ils sont indécelables. Le système est bien huilé et connu de tout ministrables. Ils s’en défendront évidemment individuellement.

Dès le début de la constitution de ce Laboratoire des Idées (chaque candidat a le sien) dans lequel est entré cet homme plus puissant que les autres, il est difficile d’imaginer que le Président ne savait pas tout cela; il avait connaissance de la nature de ces relations professionnelles si facilement mal honnêtes. Ce qui sera toujours nié. Personne ne pourra le prouver parce que la vérité ne se prouve pas. Telle est la Force de la Vérité !  C’est la non vérité qui se prouve; comme dans la démarche Scientifique.

Comment le Président peut-il se débarrasser de la brebis galeuse du troupeau, dangereuse pour l’Idéologie du Mouvement ? Il n’y a pas trente six solutions, il n’y en a qu’une : lui donner le poste pour lequel son intelligence excelle. Les Finances. Et, le temps fera le reste…

Et le temps fit effectivement le reste, ce reste dont vous connaissez les grandes lignes, ces lignes qui n’ont pas encore tout révélé ! Il y a de « beaux restes »…

-:-:-

Deuxième exemple de «Nettoyage» en haut Lieu.
Nettoyage plus ancien mais tout aussi efficace.

La droite est au pouvoir depuis quelques années. La fin du mandat présidentiel se rapproche et, dans l’Opposition, une tête se dégage qui pourrait bien emporter les prochaines élections présidentielles.

On connaît l’homme en question. Tout le monde, politiques et journalistes, connaît son point faible : son appétit insatiable pour la Femme (le Collectif féminin) appétit qu’il essaie de satisfaire – à défaut de pouvoir combler (cet appétit-là ne se comble pas dès lors qu’il est déclenché) – par une succession d’aventures toutes plus diverses, socialement parlant, les unes que les autres. A ce niveau-là, la non maîtrise de sa libido est une pathologie bien connue du monde Psy;  mais pourquoi s’en soigner quand le Pouvoir permet l’accumulation de ces aventures qui se veulent sans lendemain, que les hommes dits «normaux» envient (!)  et que favorise la débauche d’Argent ?

Vient alors une idée géniale au Président en poste (elle vient en fait de ses proches conseillers) pour éliminer cet homme des plus intelligents dans son domaine de la Finance et de l’Économie : lui proposer le poste flatteur de directeur du F.M.I.  De la sorte, l’Opposition socialiste (lui a-t-Elle conseillé de ne pas accepter ce poste?) s’estimera valorisée de voir élu, à une telle fonction, un des siens. Le Président en poste sera estimé pour ce geste, lui qui sait très bien que l’acceptation de ce poste condamne à la Chute cet homme si fort en science de « Avoir » (Finance, Économie) et si Faible en « Être-Avoir » (d’où son penchant naturel).

La suite aussi vous la connaissez, tous les journaux l’ont évoquée. Évidemment, ce n’est pas LA vérité exacte qui a été énoncée, mais le peuple est content, « ça » tient la route de la cohérence. Qui pourra prouver que l’incident de l’hôtel avec la femme de chambre a été « commandé », orchestrée par l’Élysée ? Personne.

Les fautes de ces deux hommes s’inscrivent sur deux registres distincts qui ne sont abordés par les médias, par peu d’analystes, par aucun politique puisque tous les ignorent, ce sont les registres « Être » et « Avoir » bien connus de mes lecteurs. Les Fautes en « Être » (mais de secteur Avoir,  soit à droite du Tronc-Gnose) seront enveloppées des nappes élastiques (!) de la Morale et les fautes de secteur, celles spécifiques de « Avoir », seront celles attachées au domaine de la Loi, de la Justice des Hommes toujours interprétable !

-:-:-

Moralité de ces banales et courantes histoires : en Politique, quand on veut se séparer d’un concurrent dangereux on lui offre le poste pour lequel il est le plus compétent. En conséquence, les Ailes lui poussent et comme Icare, il va se brûler au Soleil dans sa rapide, vertigineuse et pathologique ascension.

Quant aux « Secrets » d’État, ils ont – eux aussi – de beaux jours devant eux !  Les « peaux de bananes » ne font que confirmer leur active présence.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on  http://blogapart.freehostia.com

GRANDEUR et DECADENCE OCCIDENTALES – Origine de la Crise (art.145)

dimanche, février 17th, 2013

– Article 145  –

GRANDEUR ET DÉCADENCE OCCIDENTALES

 –  ORIGINE DE LA CRISE

Son origine, sa Cause-Première et sa Raison d’Être

Analyse fondamentale

     L’Histoire de l’Europe est connue, tout au moins elle demeure accessible à tous ; il n’est point besoin que j’en rajoute par quelques gloses ou commentaires nourris d’apparences et de subjectivités. L’uchronie se charge bien de cela toute seule!

Comme tout le monde, à la radio et à la télévision, via certains journaux, je suis les informations quotidiennes qui déversent depuis des années leurs flots souvent pathétiques de litanies. L’ Horizon humain, de moins en moins Vertical (!), s’assombrit chaque jour davantage. Les émissions se succèdent qui traitent de problèmes inhérents à l’Économie en général, à la Finance et aux Politiques nationales et internationales (surtout avec la fameuse affaire américaine des Subprimes de juillet 2007, origine estimée de la Crise actuelle!), aux diverses fermetures d’Entreprises, à la courbe du Chômage qui s’envole, etc. Les situations sociales, noueuses, deviennent toujours plus inextricables et s’étendent comme s’étend une nappe de pétrole sur l’océan. Au sein des Sociétés à bout de souffle, les ouvriers démotivés, exténués, sont incapables de révoltes autres qu’imaginaires, virtuelles. Le divorce entre employeurs et employés semble consommé. Pour beaucoup, les dés sont jetés.  Les idées s’embuent, des larmes coulent, les regards sur l’Avenir deviennent flous. Seules certitudes restantes : la nuit qui vient et le mauvais temps avec le réchauffement de la planète.

L’Espoir, l’Espérance sont comme l’Égalité et la Liberté, des données intellectuelles qui ne «portent» plus, dont la flottabilité tend à devenir Négative et noire comme la Destiné du plus grand Nombre. Malgré facebook (…), la Fraternité est absente de ce triptyque social, vital, gravé sur certains frontons. Alors, les entreprises de tous ordres, de toutes dimensions, coulent, en nombre. La Maladie donne quelques sueurs froides aux trésoriers et personnels hospitaliers; les syndicats s’époumonent de honte et d’impuissance. Les politiques, comme à l’accoutumée, multiplient leurs promesses et tentent de donner à espérer… à l’image des religions d’antan dont le nerf de l’Amour était affaire de foi. Qu’est-ce donc que toutes ces désolations ? Nos Systèmes sociaux ne tourneraient–ils donc plus tout à fait «rond» ?

Si, justement ! C’est parce qu’ils tournent de plus en plus « rond » que le monde s’enlise et que les  Individus ne savent plus vers quels saints, vers quels guides, élever leurs Regards. Ils tournent rond, c’est-à-dire qu’à chaque révolution imposée par l’existence (ces révolutions sont à faire en permanence et quoi qu’on fasse) ils n’effectuent plus aucune élévation. Faisant le tour de leurs « problèmes » ils se retrouvent à leur point de départ…

Je vais tenter d’exposer ici la raison majeure, fondamentale, de ce marasme social croissant, de ce Cancer du monde qui touche toutes les Sociétés Occidentales «Ouvertes», raison qu’aucun expert, qu’aucun spécialiste, politique, journaliste spécialisé dans la Finance ou non, qu’aucun « génie » de la Finance n’a su ou n’a voulu dénoncer. Vous comprendrez alors, à la lumière de mon exemple analogique la raison de la Censure (dont celle de mes travaux depuis 1983) qui s’étend sur le monde et rend illisibles les situations même les plus simples. Le monde est Aveuglé par le manque de Complexité que tissent les Systèmes sociaux axés sur un mortel Matérialisme. Sur Avoir au détriment de Être.

                                                                                                   Exemple analogique

    Imaginez que la Nature soit un immense champ à perte de vue couvert d’un épais manteau de neige immaculée où rien n’y fait tâche. Ce n’est ni beau ni laid. Là, tout y est vierge de ce qui peut donner à… penser!

Puis, un Jour, de cet immense champ immaculé, idéalement pur, émerge une entité vivante que nous appellerons : l’Homme. Sur cet épais tapis de neige il apparaît telle  une «tâche» par sa particularité, par sa spécificité qui est unique, totalement différente au point d’être étrangère à Dame Nature. Qu’elle est donc cette particularité qui différencie l’Homme du Grand Tout duquel il a émergé ?  C’est très simple. Fallait-il  encore la voir, cette différence.

Tous les composants de la Nature qui constituent ce «manteau neigeux» immaculé, Vierge de toute Faute donc faute en écho, (le Péché originel est totalement absent de tout ce qui a trait à la Nature. Ce concept concerne exclusivement l’Espèce Homme) sont tous constitués, apparemment, de deux entités que nous appellerons Être et Avoir mais, plus encore, et ce détail est la Clé, le Grand Secret de la Nature (Aujourd’hui, ce Grand Secret est encore ignoré du monde Scientifique traditionnel) :  Être et Avoir – qui sont comme Temps et Espace – ne font en réalité qu’UN, ne sont qu’une seule et même entité que nous écrirons Être-Avoir  (où Être est le Temps et Avoir l’Espace).

En effet, il est impossible à quiconque de distinguer dans la Nature ce qui est du domaine de «Être» de ce qui est de celui de «Avoir». Comme si je vous disais que d’une construction de maison en briques il est impossible de distinguer de différence entre les briques (Avoir) et son liant (Être), le ciment. Ces deux matériaux ne font qu’UN dans la Nature.

En clair, alors que vous voyez une vache dans un près, vous pensez – et à juste titre – observer sa robe, sa forme, ses proportions, etc., en un mot, vous observez son Corps. Oui, mais selon l’affirmation précédente qui est sans appel, il convient donc de comprendre que voyant son Corps qui est Avoir, vous voyez en même temps son Esprit qui est Être, entité qui est synonyme d’Énergie vitale.

Cet « Esprit », contrairement aux idées reçues, ne se trouve pas dans une certaine partie du cerveau. Il est partout représenté par le Corps. Il est le Corps. On comprendra mieux par la suite par l’analyse de l’Homme…

Le cerveau de l’Animal contient tout ce qui a trait à l’Inné avec l’Instinct, tout ce qui concerne la Mémoire naturelle, il est habité par une Intelligence-AVEC sous entendu non seulement avec tous les autres éléments de la chaîne des Espèces, mais avec tout l’Environnement naturel.

Aucune place n’est faite dans le cerveau Animal pour ce que j’appelle l’Intelligence «tout court», celle-là même qui, via la Conscience, cultive la prise de conscience Double des choses en développant la Pensée. L’ Animal ne pense pas! Ce Mécanisme psychique s’est mis en place dans le cerveau de l’Homme dès que celui-ci a été «coupé» de la Nature soit coupé de la Symbiose Naturelle ; les Textes bibliques évoqueront ici l’idée de l’Homme qui a été «chassé» de la Nature.

En conséquence de cette coupure entre Symbiose et Osmose, le cerveau de l’Homme – parce que coupé de l’Instant Présent – a conséquemment développé la Pensée laquelle est exclusivement produite par Avoir coupé de Être.  Inconnue de la Nature, la Pensée se développe sur DEUX registres, deux Temps : le Passé et le Futur. Telle est ce que j’appelle la Schizophrénie fondamentale de l’Homme dont les deux voies pathologiques et différentes conduisent à deux formes très particulières de Paranoïa. Celle singulière de Être qui touche notamment le monde Religieux et celles multiples, plurielles, de Avoir qui concernent le monde Politico-Scientifique.

Il est tout à fait faux de croire et/ou de penser que le cerveau de l’humain puisse appréhender l’instant Présent. Il l’intellectualise, oui, mais il ne peut estimer le vivre. Il est déconnecté du Présent. C’est d’ailleurs pourquoi, certains humains ont créé des disciplines qui sont sensées les rapprocher le plus possible de l’instant Présent (ou Temps Présent) comme la Méditation qui est l’inverse de la prière, le Taï-chi-chan dont la finalité est, par les mouvements corporels les plus lents possible, ralentir le flot de la Pensée en essayant de le calquer sur les mouvements ralentis du Corps.

L’évolution de la Pensée est un tapis roulant géré par le Toujours Plus, soit : toujours plus vite, toujours plus d’idées dans le même laps de temps, ce qui donne la troublante impression subjective, totalement fausse, que le temps s’écoule toujours plus vite. Les Arts Martiaux ont pour objectif, rarement évoqué, d’obliger la Pensée à ralentir l’entropie de son flot pour le calquer sur «son» chef d’orchestre du moment, le Corps.

Mais, comment évolue ce Corps qui est « Avoir »  (ce Corps Avoir, ce sont : nos cellules, notre Corps humain, la Terre, le Système Solaire, la Galaxie, l’Univers) ?

Dans ce champ immaculé de neige, l’homme prend dans ses mains une boule de neige bien ronde et bien tassée qu’il fait ensuite rouler tout doucement sur ce tapis immaculé pour la voir grossir. Elle grossit… grossit… grossit. Elle devient énorme, grosse à ne plus pouvoir la soulever. Puis, à ne plus pouvoir la prendre dans les bras.

Avant d’aller plus avant dans l’expérience, arrêtons-nous une seconde sur la courbe évolutive de cette boule.

Si nous avions la possibilité de la couper en deux comme pour obtenir deux demi-sphères, celles-ci nous apparaîtraient non seulement semblables mais, dans l’absolu, elles sont sensées être identiques mais inverses!  Imaginons maintenant  que les couches de neige successives qui se sont superposées lors de ce roulage de la boule apparaissent clairement comme les strates d’un mille feuilles. Quelle courbe évolutive nous apparaîtrait ? Il nous apparaîtrait, partant du cœur de la boule, une courbe appelée spirale déroulante.

Nous pouvons alors affirmer que l’évolution de Avoir – ici symbolisée par cette boule de neige – comme de tout ce qui est Matériel, Physique, tangible, tant sur cette Terre que dans l’Univers, suit dans son évolution générale le tracé d’une spirale déroulante dont l’autre de ses caractéristiques est de parcourir un chemin toujours plus grand dans un même laps de temps absolu.

En effet, tandis que notre homme poussait cette boule à vitesse constante depuis le commencement, il est facile de comprendre que plus la boule grossissait plus le chemin parcouru par sa périphérie est important. Pensez, pour cela, à cet autre exemple du disque vinyle posé sur un tourne disque. La vitesse de rotation du disque est par exemple de 33 tours et l’aiguille de lecture (ex saphir) se déplaçant à même vitesse, parcoure cependant dans le sillon des distances  qui sont toujours inégales tandis que le saphir se rapproche du centre du disque.

Continuons notre expérience. Imaginons que notre homme ait repris des forces et que, de ce fait, le diamètre de la boule de neige devenue énorme ne soit plus un obstacle (il est Hercule !) et qu’il continue inlassablement sa marche en avant. Notre boule de neige va-t-elle grossir indéfiniment ?  Non. Là est la surprise.

Alors que notre Hercule pousse toujours l’énorme boule… soudainement arrive un phénomène auquel il ne s’attendait pas du tout. La boule s’arrête de rouler, plus exactement, elle s’arrête de pouvoir être  roulée. Elle échappe aux mains d’Hercule, elle se dérobe pour s’effondrer sur elle-même ! C’est la catastrophe. C’est le total chaos dans la boule.

Comment expliquer ce qui s’est passé ? La Physique des Corps répond assez clairement à notre étonnement. J’explique cela d’une façon simplifiée : la masse de la boule est devenue supérieure au «pouvoir d’accrochage» des éléments  qui constituent la neige. En d’autres termes et par une autre image : collez entre eux deux morceaux de cuir. Attendez le temps nécessaire pour que la colle joue son rôle. Les deux morceaux de cuir sont-ils indécollables ? Non, il y aura toujours une force qui sera supérieure au pouvoir de la colle. Là, dans notre boule, le pouvoir de «collage» entre eux des flocons de neige est devenu inférieur à la masse de la boule qui s’est exprimée par une sorte de force supérieure au pouvoir de collage des flacons entre eux.

Cette spirale déroulante de Avoir, avec sa finalité qui est l’effondrement sur elle-même, porte un nom bien connu de certains scientifiques mais que les politiques, les journalistes spécialisés, les Économistes et Financiers du monde entier se gardent bien d’utiliser et même de faire connaître. Ce nom-là est : l’Entropie croissante.

  • Note : A toutes fins utiles, je signale que l’Entropie croissante – elle est connue du monde scientifique de haut niveau mais pas pour autant démocratisée, « descendue dans la rue », incarnée dans le quotidien de chacun – est une donnée prise en considération notamment dans la Physique Quantique; elle concerne exclusivement l’évolution Matérielle du monde (de l’atome à l’Univers) que j’appelle « Avoir » dans mes travaux. Ces « cerveaux » officiels qui sont actuellement à la pointe de la Science et dont l’Objet est la compréhension des Forces de la Nature, ignorent – veulent ignorer! – sa Force opposée et Complémentaire qui est la Néguentropie croissante. Ces deux Forces Complémentaires sont à l’origine de la Dialectique de l’Homme soit de sa Pensée. La prise en considération simultanée de ces deux Forces ne constitue pas la Nature! Ce n’est pas si simple. J’ai démontré par mes travaux et notamment par ma Théorie Universelle de la Complexité (publiée à Paris en 1985) que la Nature, en tant que fusion synthétique de ces deux Forces, ne pourra jamais être appréhendée par un cerveau scientifique traditionnel, – tous sont « clivés » – c’est-à-dire qui voit la Nature au travers d’une bipolarité fatale (Être et Avoir), laquelle est pathologique! Seule la vision gnostique, parce que fondamentalement Complexe (elle est Être-Avoir qui est synonyme de La Connaissance) appréhende cette complexité existentielle de la Nature. Ce qui signifie, en termes plus clairs, que l’Enseignement des Savoirs est la Perte de l’Homme par le fait de toujours plus (!) tourner le dos à la Connaissance. C’est cet Enseignement à l’Occidental qui produit tous les Maux et Fléaux sociaux dont… le Chômage via les crises, constantes, médiatiquement amplifiées. Qui osera dénoncer cela? Personne. C’est pourquoi je dis que l’information donnée par cette note est de la plus grande importance pour la compréhension de l’origine  des Maux et Fléaux sociaux dont la résolution demeure inaccessible aux pouvoirs politiques – entre autres – tous étant axés sur Avoir seul, isolé de Être. Il serait temps, là aussi, que les peuples comprennent que leurs dirigeants politiques et/ou religieux sont non seulement incompétents pire, illégitimes, pour les piloter du fait d’être non Complexes.

Maintenant que vous voilà informés de cela il vous est tout à fait autorisé de considérer, d’observer, tout ce qui vous entoure, tout objet si petit soit-il jusqu’au plus gros. Plus gros… ce peut être la planète Terre, plus encore, le Système Solaire, plus encore notre galaxie voir, l’Univers tout entier.

Et bien j’affirme (et personne ne pourra démontrer que mon affirmation est fausse car elle est la Vérité objective qui ne s’inscrit pas dans la Dialectique typiquement et exclusivement humaine) que tout ce qui appartient au monde tangible, du plus petit élément à son plus grand, subit inévitablement ce principe d’Entropie croissante; il va grossir (le nouveau-né ne grossit-il pas ? L’humain ne grossit-il pas au fil des siècles ? Le soleil ne grossit-il pas en vieillissant ? L’Univers de grossit-il pas au cours des millénaires ?), grossir toujours plus (terme propre à l’entropie) pour finalement… s’effondrer sur lui-même.

Que se passe-t-il actuellement au sein des Pays Occidentaux ou de type Occidental (tels les USA) ?

Toute Entreprise créée par l’homme est appelée à grossir; telle est l’aspiration estimée légitime de tout entrepreneur. Devenues trop grosses, toutes les entreprises menacent de s’effondrer les unes après les autres amplifiant conséquemment le phénomène du Chômage. Le chômage augmente avec la croissance des Savoirs et donc… avec l’Enseignement! Contrairement à la Connaissance l’accumulation des Savoirs conduit à l’Autodestruction de l’humanité. Toujours plus de personnes sont instruites et il y a de moins en moins de places pour les personnes instruites. C’est ainsi que l’on retrouve des bergers, gardiens de troupeaux, ayant bac + 5 voire davantage quand ils sont docteurs en médecine ou autre. Le Chômage est conséquence de l’entropie croissante qui est elle-même la conséquence de… Nous allons y venir.  Alors oui, j’entends d’ici certains me dire, affirmatifs, sûrs d’eux-mêmes : «Mais non, c’est la Crise qui crée le chômage». Ce qui est totalement faux. Mais, c’est quoi la Crise ?

Lorsque notre boule de neige est devenue énormément grosse et AVANT qu’elle ne s’effondre, ne pensez-vous pas qu’au sein même de la boule des flocons de neige ne manifestaient pas ce que nous pouvons appeler des signes avant coureurs, des signes précurseurs annonçant la catastrophe? Vous pensez vraiment qu’avant des cataclysmes, avant des éruptions volcaniques, la terre n’émet pas de signes d’alerte que les instrumentations humaines ne sont pas encore aptes à déceler suffisamment tôt pour éviter un nombre catastrophique de morts ?

Pour les peuples Occidentaux, ces signes précurseurs s’appellent des Crises où tout craque de partout, à l’image de la coque de navire dans la tempête. Le tissu social se déchire chaque jour un peu plus. Les éléments qui constituent la boule de neige (ces éléments, appelons-les « flocons » pour simplifier) et qui étaient tous «prisonniers», collés les uns aux autres pour constituer la boule, reprennent soudainement leur liberté individuelle, tout se désolidarise, c’est l’implosion type par laquelle tout est mis «à plat», retournant pour un instant…  au tapis neigeux initial, fondamental, idéal.

Au moment de l’implosion la libération d’énergie est colossale, astronomique, voire incalculable, inimaginable. Imaginez-vous la température qui est au cœur d’un atome? Celle dans le noyau d’un flocon de neige ? Elle est très importante. Imaginez-vous maintenant un instant que cette boule de neige glacée, solide, avant son implosion, est constituée de milliards de milliards d’atomes à pareilles températures ? Assurément, si les extrêmes s’attirent ils mettent parfois aussi la conscience humaine en difficulté d’imagination…

Quelle comparaison peut-on faire entre l’exemple de la boule de neige qui implose sous le « poids » de l’évolution et les Sociétés Occidentales en l’actuelle période de Crise ? (Elle sera surmontée par des afflux d’argent qui ruinent toujours plus les peuples).

Pour la boule de neige, nous avons vu que son implosion était due à la masse (la masse n’est pas synonyme de poids) qu’elle prenait à un certain moment de son évolution. Pour nos Sociétés Occidentales dont le nombre des Entreprises (ici, «flocons de neige») n’a cessé d’augmenter après la dernière guerre mondiale, quel phénomène influe sur son évolution générale qui  prépare la catastrophe finale que les crises successives annoncent ?

C’est ici qu’il convient de faire intervenir un paramètre qui est «étranger» à l’entropie croissante; n’oublions pas que le cerveau de l’Homme est orchestré par la Dialectique, il a deux «yeux» tandis que la Nature n’en a qu’UN qui sera dit «Complexe».

Si donc, pour exposer mon exemple de la boule de neige j’ai évoqué l’entropie croissante, pour être juste et tendre vers la «Complexité» naturelle, je dois faire intervenir maintenant le paramètre appelé entropie «décroissante» ! Qu’est-ce donc que celle-là ?

Si l’entropie croissante est assimilée à tout ce qui (se) «délie», l’entropie décroissante (encore appelée Néguentropie croissante) doit être associée à tout ce qui (se) «lie» et qui, dans l’Espèce Homme porte le Nom d’amour ! Ne parle-t-on pas des « liens » de l’amour?

La déduction devient alors claire : la «boule de neige» sociale qui est constitué d’Entreprises les plus diverses tend vers l’implosion à cause d’un MANQUE D’AMOUR ! Autrement dit, parce qu’elle est trop axée sur Avoir au détriment de Être, avec, donc, plus de haine que d’amour. La Nature est fusion des deux, nous dirons donc qu’Elle est Amour.

Des esprits tatillons pourront me dirent ici : «Mais, la boule de neige roulée dans le champ immaculé et qui est constituée d’éléments naturels, «complexes» – ces flocons de neige –  ne devrait pas connaître l’implosion d’après ce que vous dites des « choses de la nature » !?». Ce à quoi je réponds : «Rappelez-vous que c’est l’Homme qui a procédé à la confection de quelque chose de Culturel – cette boule – quelque chose de non Naturel ».

Oui, le Culturel – tout ce qui est Culturel – doit être remis à plat par l’Homme et ce, le plus vite possible car tout ce qui sort de son cerveau (via sa carentielle Intelligence tout court) le conduit à sa Perte. Ceci, aucun scientifique, aucun physicien (qu’il soit ou non adepte de la Physique Quantique par laquelle il cherche à « comprendre » la Nature pour mieux la juguler donc, pour mieux la Détruire…), aucun politique, aucun religieux n’osera s’en rendre compte et/ou ne pourra l’énoncer.

Toutes les émissions de télévision, de radio, tous les articles de journaux qui évoquent, tentent d’analyser les causes – voire, l’origine – de la Crise actuelle ne servent à rien d’autre que de faire illusion, d’occuper le terrain – de faire aussi de l’argent sur l’Ignorance des Masses! -, interrogeant ici et là de prétendus Spécialistes, des Économistes, des Financiers, banquiers, traders, etc. etc. dont le rôle est de noyer le poisson en faisant bien attention à ne jamais se rapprocher trop de la véritable Cause-Première de ces Crises : le Conditionnement de l’homme moderne, évolué, en Lequel Être-Avoir est déséquilibré au profit de Avoir seul. Les « Êtres-humains » sont devenus des « Avoirs-humains » et cela ne peut être dénoncé faute de savoir y remédier.

C’est pourquoi on parlera de la Lâcheté des hommes – exclusivement des hommes – dont les femmes  sont directement les victimes. Mais tant que celles-ci se glorifieront des « galons » de leurs hommes… rien n’évoluera vraiment en Mieux. Les Sociétés « évoluées » des hommes tournent vraiment en rond.

Que la Femme ose maintenant dénoncer le rôle pathogène, « maladif », de l’Intelligence des hommes qu’Elle prétend  aimer et vis-à-vis desquels Elle tient ce rôle, parfois pathétique (…), d’Infirmière inexpérimentée et/ou (é)perdue !
Sa Mission à venir, si elle n’est pas contrecarrée, aura alors des conséquences inespérées, salutaires pour Tous. Faut-il encore qu’Elle comprenne cela puis… qu’Elle ose.

 le 17 février 2013

Par le gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental  (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact  jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com

ÊTRE Libre ? Le Mensonge Social ! (art.108)

vendredi, juillet 29th, 2011

– Article 108 –

ÊTRE Libre ?  Le Mensonge Social !

-:-:-:-

Que cache à la Conscience cette quête de liberté ? 

ou
l’autre visage de… la Pulsion de Mort !

        La quête de liberté est probablement la pulsion (l’aspiration, le désir, la volonté, mais aussi la Perte d’énergie vitale dépensée pour, etc.) la plus partagée puisque commune à tous les humains. Je ne m’en étonne pas. Je m’étonne simplement que personne – à ma connaissance !? – n’ait encore tiré (apparemment) la sonnette l’alarme puisque cette quête cache un quelque chose d’extrêmement néfaste et dramatique pour Tous et Chacun que, manifestement, « on » (…) essaie de vous cacher (?) – par des Idéologies diverses et traversières –  depuis… des Millénaires !

Quitte à passer pour un semeur de trouble de l’Ordre public, je me sens le devoir – puisque je suis personnellement conscient de l’ensemble du Phénomène évoqué ici, ainsi que de la Finalité existentielle – de vous informer de ce qui se cache derrière cette quête exclusivement humaine. En effet, sur Terre, aucune autre Espèce, aucun autre élément d’Espèce n’est habité(e) par cette volonté, par cette pulsion. Ceci doit être clair.

Exemple analogique –  Si je devais prendre un exemple pour illustrer l’idée générale que je désire faire passer, il me vient spontanément à l’esprit ce cas d’une personne (une femme ou un homme ; mais plutôt un homme ! Nous verrons pourquoi par la suite) qui, détenue en prison pour crime non commis, se pensant donc INNOCENT, voudrait à tout prix SORTIR de cette condition estimée injuste.

Les mois, les années passent. Au fil du Temps, la pression psychique monte. Elle monte un peu à l’image de celle, physique certes, à l’intérieur d’une cocotte minute sur le feu mais qui n’aurait pas de soupape de sûreté. Semble-t-il ! Le prisonnier a quelques occupations qui font diversions : lecture, mots croisés, couture, travaux manuels d’ateliers, la télévision qui montre les malheurs de ceux qui, dehors, semblent libres…etc.

Que se passe-t-il chez l’humain ainsi condamné – dont l’Être est incarné et incarcéré; la double peine ! – soit prisonnier de AVOIR ?  C’est bien connu : « le pétage de plomb » comme disent les jeunes, mais aussi une dépression qui s’installe plus ou moins au long cours, le dépérissement, le laisser mourir à petit feu jusqu’à atteindre cet état végétatif, de pseudo équilibre entre vie et mort dans l’attente de l’endormissement final, le suicide n’étant pas exclu. C’est l’impression d’être enfermé à vie jusqu’à la mort. Une mort libératrice.

La quête de liberté qui caractérise l’humain (Liberté-Egalité-Fraternité. Vous connaissez !) est semblable à ce regard obsessionnel tourné vers les barreaux de la fenêtre avec la conviction que si ces barreaux pouvaient sauter : « je serais libre » !

Et puis un Jour, une sonnerie se fait entendre dans la cellule ; le prisonnier va vers le téléphone qu’il découvre pour la première fois… et décroche. Il entend cette voix venue d’Ailleurs qui lui dit : « tu n’es pas aussi prisonnier que tu le crois ; tu possèdes une issue plus salutaire encore que la fenêtre avec ses barreaux. Cherche…Je te donne un indice : elle est en toi ».  Puis l’inconnu raccroche (Je décode au passage et précise que tel est très exactement le Message principal dont rendit témoignage Jésus, cet homme que l’Histoire et la Religion ont largement Défiguré, personnage qui, contrairement aux convictions des chrétiens, ne croyait pas du tout en Dieu ! Et pour cause…).

Cette remarque interpelle le Sujet qui n’y avait pas songé. L’issue intérieure? Mais c’est quoi, ça? Ces propos demeurèrent totalement incompréhensibles pour lui qui n’a pas le moindre indice pour tendre vers ce prétendu Intérieur qui, soit disant, serait salutaire, libérateur. La fenêtre avec ses barreaux, bon sang, la fenêtre. « Elle seule peut me sauver…me rendre ma liberté« . Ainsi pense la conscience Matérialiste.

La nuit venue, le prisonnier s’endort pour la Nème fois. Puis, se réveillant un matin comme tous les autres. Quasi instinctivement, son regard se tourne vers la fenêtre. Et quelle n’est pas alors sa surprise de constater… la fenêtre est grande ouverte… les barreaux ont tous disparu !

Rassemblant ses forces de désespoir devenues soudainement celles de l’espoir, il se lève précipitamment et tout aussi soudainement habité comme par une perte de bon sens, comme si sa Conscience venait de momentanément disjoncter, il se précipite vers la fenêtre et saute…  pour se sauver ! Libre…libre…libre…n’a-t-il même pas le temps de réaliser avant de s’écraser sur la chaussée, dix étages plus bas.

Donnons quelques explications sensées éclaircir cet exemple de fiction.

Ce qui apparaît clairement à l’étude c’est que l’humain a DEUX possibilités à sa disposition – pas une de plus – pour se «solutionner». Une solution Intérieure, une solution Extérieure. Soit c’est l’une, soit c’est l’autre. Les deux ensembles ? Non, ce n’est pas possible et on va voir que, par contre, seule celle Intérieure est double.

La Solution Extérieure

Cette solution Extérieure – extérieure à soi – est de loin la plus recherchée. Elle illustre tous les cas qu’un Système Social axé sur le Matériel offre à chacun, quel que soit son degré d’Ouverture (d’une Société la plus fermée type Corée du Nord, à la plus Ouverte où les Droits de l’Homme sont librement respectés. En apparence).

A propos des Droits de l’Homme, le premier article de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  est : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit« . La compréhension de mon écrit présent prouve que ceci est faux. Un mensonge culturel (pléonasme !) de plus.

Dans le scénario précédent cette solution est illustrée par une personne enfermée dans une cellule : c.à.d. dont l’Être se trouve emprisonné dans son Corps (Corps Social et/ou Individuel) et veut (s’) en sortir pour socialement s’élever, monter dans la hiérarchie ou, pour un Peuple, vouloir se libérer d’un Pouvoir politique qui serait totalitaire, d’un dictateur (exemples récents de la Tunisie, de l’Egypte, du Maroc, de l’Algérie mais aussi de la Syrie pour ne parler que des plus présents dans l’actualité du moment).

Ces peuples d’Afrique du Nord ont pris conscience de l’existence de cette « fenêtre à barreaux » (qui les tenaient «emprisonnés») par ce que j’ai appelé «la sonnerie du téléphone, le coup de fil» reçu. Comprendre : par l’INFORMATION de ce qui se passe à l’Extérieur de leur Pays autrement dit par les Savoirs. Les savoirs sont toujours extérieurs à l’Être et socialement présentés comme étant libérateurs …

En d’autres termes je veux affirmer ici (ce qui pourra sembler passer pour une lapalissade pour certains) qu’un peuple qui vit la dictature, soit sans liberté aucune depuis longtemps, ne peut pas souffrir de cela tant qu’il n’a pas connaissance de ce qui se passe Ailleurs soit à l’Extérieur de ses frontières.

On retrouve exactement le même phénomène à l’échelle individuelle avec des enfants qui seraient martyrisés par des parents terribles. Ces enfants là ne peuvent pas savoir qu’ils sont martyrisés, même s’ils sont constamment roués de coups, tant qu’ils ne prennent pas connaissance d’autre chose, des conditions de vie d’autres enfants d’une autre famille. Pourquoi, pendant qu’on y est, ne pas accuser d’asservissement les chefs de tribus de peuplades Primitives ?

C’est la raison pour laquelle les tirants, les Pouvoirs totalitaires,
interdisent l’Information, censurent leur peuple, etc. estimant,
pour leur Bien,
devoir les protéger – pour durer-  de toute Évolution.

Car, permettre l’Évolution d’un Peuple, lui permettre d’évoluer vers la Liberté c’est o-bli-ga-toi-re-ment le condamner à aller toujours plus vite s’éclater contre un MUR, ce MUR que connaissent actuellement les peuples Occidentaux qui font tout pour taire la Cause-Première (elle est la Religion) de ce grand Mouvement et en minimiser les dramatiques Conséquences, les Effets. A ce sujet, confère le schéma de mon précédent article « Le REDRESSEMENT de la France ? l’Imposture politique ! » du 07-07-2011.

Où il faut dire, oser voir en face, que cette pulsion qui habite les individus – cette pulsion qui habite tout Collectif, tout Peuple – et qui le pousse à Pousser, s’appelle : la pulsion de Mort.

Et cela, aucun religieux, aucun hommes d’églises, aucun politique, aucun journaliste, philosophe, etc. ne vous le dira JAMAIS puisque tous et chacun se mentent déjà à eux-mêmes et mentent donc à Tous. Tous vous invitent à œuvrer, à travailler (le travail rend libre…) dans l’attente d’un Jour meilleur, à travailler, à gagner de l’argent, à vous occuper le plus possible… et pour ceux que cela ne suffit pas, il y a : la télévision, la boisson, la drogue, les boites de nuit, etc.  qui sont là pour «tuer» le Temps. Et, tuer le Temps voilà qui signifie «ne pas avoir de temps à consacrer à la compréhension des Mécanismes Sociaux qui – à votre insu ! –  vous asservissent».

La Solution Intérieure

   Beaucoup plus rare mais par contre à la portée de chacun est cette solution Intérieure (elle fait évidemment peur aux dirigeants politiques qui en craignent la diffusion à grande échelle via des sectes par exemple) dont rendirent témoignage les Grands Sages, les Grands Penseurs de tous les Temps dont les plus connus sont : Laotseu pour l’Extrême-Orient, Gautama dit le Bouddha pour l’Orient, Jésus pour le Proche-Orient, soit tous de purs gnostiques… Malheureusement, le très célèbre Krishnamurti – si prés du But ! – n’a pas su se libérer du concept de Dieu, n’a pas su, non plus, faire le distinguo entre Savoir et Connaître. Ses écrits sont de ce fait pleins d’erreurs. Cette solution est relativement simple à résumer.

Tout individu porte en lui la Voie ou Référentiel Tuteur (peu importe le Nom qui lui est attribué), soit une «Verticale» ou encore Rectitude de laquelle se sont échappées les deux entités qui la composent et qui sont ÊTRE et AVOIR.

ÊTRE s’est échappée par la gauche de ce Tuteur en évoluant de plus en plus lentement (synonyme de Perte d’énergie vitale; Entropie décroissante) obligeant AVOIR à s’échapper par la droite en évoluant à vitesse sans cesse accélérée; (Entropie croissante) accroissement de l’énergie physique dont la finalité est celle du désespoir.

C’est là le grand secret de cette relation Complexe qu’entretiennent entre elles ces entités constituantes ÊTRE et AVOIR, relation que mes articles précédents ont révélés et explicités en première mondiale (Cf. mes écrits sur la Théorie Universelle de la Complexité du  03-05-2009).

La distance qui sépare ces deux entités divergentes est synonyme de Mal-Être mais aussi d’Intelligence (c’est la même chose!), synonyme de prise de Conscience de Soi avec l’ego qui trône en Maître au sein des sphères de AVOIR.

Plus le temps passe, autrement dit plus l’individu vieillit – de même en est-il à l’échelle de tout Collectif Social – plus ces entités s’éloignent l’une de l’autre et plus le Mal-Être grandit en chacun. Ce Mal-Être se traduit de bien des façons différentes selon l’âge et toujours selon les circonstances; il peut plus ou moins être compensé. Gagner de l’Argent sert à cela ; c’est bien pourquoi tout un chacun désire toujours plus d’AVOIR puisque AVOIR n’arrive jamais à compenser les carences Essentielles qui sont toujours du domaine de ÊTRE.

Chemin faisant, telle une fleur, le Peuple s’Ouvre, ses Constituants (les Individus) sont toujours plus avides de biens matériels ; tous se Matérialisent. D’Êtres-humains tous sont insidieusement devenus « Avoirs-humains ». C’est le Chômage pour un nombre croissant d’individus mais c’est surtout le Divorce des Couples-de-Forces devenus sans Forces. C’est la Société qui s’affaisse, l’Homosexualité qui se démocratise (!). Ce n’est pas l’explosion sociale (il n’y a plus de forces pour cela) c’est l’implosion sociale. Le monde civilisé s’écroule sur lui-même. Maux et fléaux sociaux émergent de partout, s’accumulent, le monde ploie sous les charges financières. C’est la Crise. Les solutions ? Plus personne ne semble y croire et/ou n’en veut car toutes mutent systématiquement en problèmes nouveaux et plus graves encore de conséquences.

La Solution Intérieure dont témoigne le Sage de Toujours est ce Travail intérieur qui consiste, pour chacun, à faire cesser la Divergence de ses propres entités ÊTRE et AVOIR (par une certaine forme de méditation) puis à travailler à leur CONVERGENCE. Il n’est pas question ici de «marche arrière» involutive qui serait dégradante comme le pensent certains adversaires que cette Divergence enrichit… Il est question de Convergence en avant, vers le Haut. Ce qui ne peut pas être compris par les dirigeants politiques, eux qui ignorent et veulent ignorer ce Tuteur Central, cette Vertical qui vous reste donc cachée.

Bien sûr, il n’est pas utile de préciser que les lieutenants du Système auquel vous appartenez prétendront que la chose est impossible ou alors qu’elle émane de charlatans qu’il ne faut surtout pas écouter. Bien évidemment, puisque si vous écoutez ces « charlatans de tous Temps », vous échappez à ces lieutenants pour lesquels vous travaillez, vous suez, que vous élisez par vos votes, etc.

Dans ce Mouvement interne de Convergence de vos entités, arrive ce moment où ÊTRE et AVOIR, à force de volonté de persistance, de ténacité, de persévérance  (cette voie n’est pas « ouverte » aux femmes) arrivent à être en vis-à-vis.

Et vous ne savez pas ce qui se passe quand Être et Avoir arrivent en vis-à-vis ?

A ce moment là précis, le pathologique désir de liberté disparait totalement puisque l’Ego n’existe alors plus ! Ce vis-à-vis correspond à la libération du sentiment d’Emprisonnement en fait, à la libération de tous les sentiments! Vous êtes alors véritablement libre puisque ces sentiments – les Bons comme les Mauvais – sont directement produits par la divergence de ces entités qui, encore une fois, habitent tout Individu « normal ».

Plus important encore à comprendre : par ce vis-à-vis salutaire, votre propre Être (devenu Être-Avoir) se trouve en connexion avec l’Universel,  situation qui est tout simplement indescriptible – et c’est logique ! – puisqu’en cette «longueur d’ondes», il n’est plus aucun Mot ! Le Silence (non pas celui qui est opposé au bruit) vous envahit, tout savoir vous quitte et est remplacé par la Connaissance. C’est tout simplement miraculeux. Cette fusion avec le Présent est, encore une fois, indescriptible, ineffable.

Je ne vais pas vous mentir en vous disant que ce Travail de Convergence est facile à effectuer. Non. Il est simplement faisable – puisque personnellement, je l’ai effectué (Métanoïa ou encore Renaissance par Retour en la Gnose) – mais il demande une certaine quantité de renoncements à ce que les autres appellent les plaisirs d’ici bas. Le Chemin est difficile; il y a peu d’élus, c’est connu. Mais à l’Arrivée, quel tableau, quelle Joie véritable, quelle récompense aussi !

Quelques notes pour enrichir ce texte

– « Homme libre, toujours tu chériras la mer » a dit Charles Baudelaire. Or, rien n’est plus faux ! Tant que l’on « chérit » quoi que ce soit, même quelque chose de naturel, c’est là la preuve même que l’on n’est pas libre. Chérir implique d’être extérieur à la Chose chérie. Être extérieur, c’est avoir Conscience de, et avoir « Conscience de » c’est être prisonnier de la Pensée qui est gérée par l’Ego.

– Venir au monde, soit «naître» (en Langue française tout au moins), voilà bien un verbe qui contient la négation de «être» ! Naître c’est n’être, ne pas Être. Y aviez-vous songé ?

– Il n’est pas d’idée plus fausse, plus utopique aussi, que de croire et d’affirmer que l’homme peut se libérer par l’Extérieur à lui-même, ce que tentent de faire croire bien des Religions (avec un Dieu prétendu extérieur à l’Individu; Jésus a témoigné du contraire), les Partis Politiques, les sectes, etc. L’individu ne peut se Libérer que par l’Intérieur, par une démarche Individuelle. Nous étions TOUS libres au Départ, soit dans la Nature, et ce n’est que par cette évolution en Branches qu’il peut être donné à certains  de retrouver ce Temps édénique, paradisiaque.

– « Être libre » ne peut pas se concevoir, ne peut plus se concevoir depuis que ÊTRE-AVOIR a subit cette dichotomie ÊTRE et AVOIR en sortant du Tronc Nature dont le Sommet est la Gnose. La non liberté provient, encore une fois, du fait du clivage qui donne systématiquement la suprématie à AVOIR qui met alors la main sur ÊTRE pour l’emprisonner en l’illusionnant par les Sentiments, les Apparences, la Personnalité, l’Ego (ne voyez aucune différence significative dans la taille des lettres, entre « ÊTRE » et « Être » par exemple. Il s’agit de la même Essence).

– Attention aux Sectes qui prennent votre argent et prétendent vous tenir la main pour accéder à cette vraie liberté. Vous pouvez y parvenir SANS perdre votre argent, mais une chose est certaine, une fois ce stade atteint, vous ne voulez plus de ce paramètre d’Argent. Pour survivre dans les Sociétés Occidentales, vous aurez besoin d’un minimum d’argent. Et attention Mesdames, ces propositions émanant de sectaires ne peuvent être QUE mensongères à votre égard car il n’est pas possible à une femme – à aucune femme – de pénétrer la Gnose. Que celui qui prétend le contraire m’en présente une !

– Tant que vous introduirez la notion de «savoir» dans votre démarche vous montrerez que vous n’êtes pas libre. Seule la Connaissance est signe de liberté. Mais attention, la connaissance n’est pas la somme de tous les savoirs. Savoir c’est être extérieur à l’Objet (Objet au sens psychanalytique) ; connaître c’est être avec, ou encore « con-être » (où « con » est synonyme de « avec »).

– « L’homme est libre en tant qu’il a le pouvoir de choisir »; c’est ce que je viens de lire sur internet! et ceci est totalement faux, mensonger. A partir du moment où vous estimez avoir le choix c’est que vous n’êtes pas fondamentalement libre. Cette liberté là est culturelle; elle est acquise non innée ; elle est apprise. Même de grands bouddhistes commettent de semblables erreurs qui sont inexcusables.

– Le quête de liberté est davantage une pulsion qui habite le cœur de l’homme ; moins celui de la femme qui, par Nature, aspire à être « liée » à un Prince Charmant, à un « Être » (un mari, un amant ; appelez-le comme vous voulez). Pourquoi cela ?  Rappelez-vous les « Cartes d’Identités » de chacun au sortir du Tronc :

l’homme est  : « Être+avoir »,
la femme est : « Avoir+être »

où l’entité majoritaire est écrite en Majuscules et en gras. Or, vous devez savoir (!) que la liberté est un concept qui émane de Être, non de Avoir, dernière entité qui n’évoque que ce qui est matériel. Or, tout concept émane de Être, soit de ce dont l’homme est majoritairement et Primitivement pourvu.

Je souligne au passage, bien que ce ne soit pas là tout à fait le sujet, la confusion que génère le terme tristement d’actualité, de « viol ». Ce n’est pas l’aspect physique d’un viol qui est le plus grave, c’est sa dimension psychique; et pour juger de cette dimension là, il n’est aucun tribunal. C’est pourquoi quand une femme va porter plainte pour viol (viol physique, uniquement) il peut si souvent lui être ri au nez; c’est parce que ce pourquoi elle porte plainte est secondaire dans la chronologie des souffrances. Et de cela, tous les hommes en sont conscients. En psychanalyse, dans le secret des thérapies, si vous saviez combien on rencontre de femmes qui, selon leurs dires, ont rêvé et/ou sont en manque de viol (physique)! Ce sujet est de beaucoup plus complexe que ne le laissent entendre les médias et les romans d’aventures… Peut-être en ferai-je un jour un sujet à développer.

– Il n’est pas question de rechercher des références auprès d’illustres penseurs ou philosophes (dans le désordre : Epictète, Descartes, Freud, Einstein, Jean Paul Sartre, Saint Augustin, Leibniz, Kant, etc. etc.). Tous, je dis bien tous ont eu une approche totalement fausse de la liberté, de son origine dont voici rapidement dépeint le Mécanisme.

Origine du concept de liberté

    L’Impression (Psychique) d’Emprisonnement de Être en Avoir (cela s’appelle l’Incarnation) a pour Origine cet « Angle » que fait la Branche ÊTRE avec la Verticale Tuteur encore appelée la Voie, la Vérité, l’Âme de la Gnose, le TAO Chinois, etc. Dans les Textes bibliques cet Angle porte le nom de Péché Originel. Il est inhérent à l’Évolution humaine d’un Collectif comme d’un Individu.

Avant d’évoluer «en Branches» l’Espèce – qui va s’appeler «Homme» par sa sortie en Branches – vivait au sein de la Nature, Nature que dans mes écrits je nomme aussi le Tronc-Gnose ou encore le Tronc-Nature. Confère mon schéma symbolique. Les Racines de ce Tronc-Nature sont toutes les formes de vie contenues dans et par les Mers, les Océans de la  planète.

Ce qui caractérise le Tronc avec ses Racines, soit la Nature, (et ceci est une première que je révèle dans l’Histoire de l’Évolution) c’est que tout ce qui y vit est affaire de fusion incessante ÊTRE-AVOIR, fusion qui caractérise, en la définissant la Connaissance qui, comme la Nature, contient TOUT.

Ce que l’on appelle évolution de l’Homme (en Branches, donc) doit être compris comme étant une suite de révélations intelligentes, soit savantes, lesquelles constituent un INVENTAIRE des composants de ce TOUT, composants qui sont vus au travers d’une Dialectique ÊTRE et AVOIR qui est totalement étrangère à ce TOUT. C’est pourquoi tout savoir est fondamentalement FAUX, inadéquat pour la survie de l’Homme.

Pour des raisons développées en d’autres pages de mon blog, j’ai montré que l’Espèce Homme fut chassée de la Nature. C’est-à-dire que l’Espèce a évoluée en deux types de Branches : celles qui sont d’Essence ÊTRE et celles, opposées, qui sont de Nature AVOIR.

Au début de la pousse de ces Branches, on peut dire : les hommes d’un côté, les femmes avec leurs enfants de l’autre. Oui, mais cela est évidemment métaphysique. C’est à partir de cette amorce de pousses en Branches que sont décelables les « Cartes d’Identités » présentées précédemment.

C’est précisément à partir de cette période que naquit en l’Espèce le phénomène de Prise de Conscience DOUBLE (et par Elle, la naissance des SAVOIRS) et, avec elle, le variable concept de TEMPS (en la Nature le seul Temps qui existe est le Temps Présent synonyme d’éternité). Chez l’Homme donc, et avec l’émergence des Savoirs, ce fut l’amorce d’une époque, si lointaine pour nous Aujourd’hui, qu’on la situe dans la Nuit des Temps ; mais c’est en cette Nuit que le Présent s’est estompé progressivement laissant, tout aussi progressivement, émerger en lieu et place les notions de Passé et de Futur.

C’est avec ces notions conceptuelles que naquit l’idée de CHOIX et avec elle non pas la liberté, mais le Manque de liberté ! Le choix, l’illusoire et trompeuse possibilité de choisir c’est, en fait, n’avoir plus la liberté. Un petit exemple « psy » pour illustrer mon affirmation.

  • Exemple : Vous aviez deux ans à peine quand vous êtes tombé dans les orties. Votre maman est accourue pour vous en sortir ; elle portait alors une robe rouge. A la même époque, laissé en liberté dans le potager, comme pour vous amuser (…) vous arrachez toutes les fraises. Maman arrive trop tard et vous donne une fessée. Elle porte alors une robe jaune. Et bien, à vie la couleur rouge aura une connotation de plaisir et le jaune celle de punition. Vous ne pourrez rien changer à ce conditionnement acquis qui créera le « trouble » si, adolescent, vous tombez soudainement amoureux d’une personne habillée de vêtements jaunes. L’exemple peut vous sembler simpliste ; méfiez-vous de la simplicité !

Tout ce que les hommes désignent au cours de leurs évolutions en Branches se fait par MANQUE fondamental d’Amour qui est fusion ÊTRE-AVOIR.

Je vous ai donné ici tous les éléments pour comprendre, cerner et pénétrer à cœur ce qu’il faut entendre par liberté.

– Pour Saint-Augustin être libre, c’est pouvoir faire ce que l’on a choisi de faire. Or, nous avons vu qu’il n’y a pas de liberté dés lors qu’on a le choix. Et, la condition d’homme implique la notion de Choix. Exemple extrême : qui croit en Dieu, se condamne à être esclave d’une Toute Puissance née d’une pathologie, la Paranoïa Collective.

Le déterminisme est la théorie selon laquelle la succession des événements et des phénomènes est due au principe de causalité ce lien pouvant parfois être décrit par une loi physico-mathématique qui fonde alors le caractère prédictif de ces derniers. Le déterminisme relève au premier chef de la science.

Mon commentaire à ce sujet : en relevant de la science le déterminisme (le déterminisme Inconscient pour S.Freud) ainsi défini s’accule à la subjectivité, c.à.d. à l’Erreur. Car toute discipline scientifique provient de la dichotomie de l’Unité Primordiale, fondamentale, du Tronc-Nature ÊTRE-AVOIR, dichotomie qui privilégie AVOIR, délaissant ÊTRE aux religieux. Ce clivage typiquement humain condamne les hommes à avoir sur le monde des vues totalement fausses tant qu’elles ne sont pas « rectifiées » par les données exposées par mes travaux.

En guise de Conclusion

    La quête de liberté de la part des Êtres-humains provient principalement du fait que, par leur évolution en AVOIR (délaissant ÊTRE) où ils deviennent «matérialistes», leur entité essentielle «Être» a muté en «Avoir». Tous les Êtres-humains sont alors insidieusement devenus des Avoirs-humains. Affirmation qui ne sera évidemment acceptée par personne ! Autrement dit, quand l’Individu retrouve son «Être», sa quête, sa Soif de liberté disparait.

De toutes façons, par la Mort, les entités qui constituent tout humain retrouvent leur fusion initiale et de facto leur caractéristique d’éternité ! En effet, à la mort de chacun de nous, aucun élément qui nous constitue ne meure ! Tel est cet apparent paradoxe humain : nous nous estimons mortels et cependant nos constituants sont éternels, indestructibles. A notre mort, notre Corps se « décompose » et chaque élément constituant rejoint l’éther cosmique.

Nulle part dans le Cosmos il n’existe de «Être» libre, sous entendu «seul». Partout, en tous lieux, soit du plus concentré au plus éthéré de l’Univers «Être» et «Avoir» sont fusionnés, ne font qu’UN, un peu comme les deux facettes d’une même pièce.

Ce que l’homme appelle l’Esprit est une vue justement de son esprit qui, parce qu’ayant un antagonisme – la Matière  (le Corps) – n’existe pas en réalité, soit en dehors de son esprit.

J’en conviens, mes propos ne provenant pas d’un grand savant, d’un Prix Nobel, d’un Universitaire de renom, etc. n’ont, à vos Yeux et de ce fait, que peu de poids. Voire pas du tout !  Un penseur inconnu, de surcroît autodidacte, qui n’a pas même eu son certificat d’étude mettrait en échec tous les grands Penseurs révélés par l’Histoire !? Oui. Tous ont été faux et ce sont les pensées de gens faux que, manifestement, vous préférerez suivre et qui vous gouvernent ! Et d’ailleurs, je ne suis pas sûr que vous ayez véritablement envie d’être libres

Mon désir n’est pas de prendre, ici et là, des textes ou extraits de textes de penseurs, philosophes, scientifiques ou autres (j’ai en horreur la lecture) et d’en souligner les passages qui seraient objectivement inexacts. C’est une toute autre approche que je vous invite à faire : prendre connaissance de la Complexité existentielle telle qu’il m’a été donné de l’appréhender – et que j’expose dans ce weblog – et une fois celle-ci bien assimilée, lire ce que les Autres ont écrit à ce sujet.

Alors, mais alors seulement, le lecteur, une fois enrichi de cette Complexité à ce Jour peu connue (pour ne pas dire inconnue puisque censurée dés la sortie de mes écrits en 1985 par lesquels j’officialisais cette Complexité existentielle), constatera par lui-même que tous les auteurs ont généralement tout faux sur tous les Sujets traités.  A moins que ces écrits n’émanent d’un pur gnostique.

le 29 juillet 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

  • adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr
  • you are on the French web site http://blogapart.freehsoatia.com

Les Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux des hommes (art.101)

vendredi, juin 10th, 2011

– Article 101 –

-:-:-:-

Les Trois Traumatismes Psychiques

fondamentaux des hommes

-:-:-:-

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux  de l'Homme (art.101)

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux de l’Homme (art.101)

Légende – La spirale Enroulante de l’entité ÊTRE (à gauche).
Conséquemment à droite, la spirale déroulante de AVOIR (la spirale est plurielle)
Au Centre, le Tronc-Gnose ou la NATURE – et le gnostique – qui croît sans clivage
Clivage qui est représenté ici pour situer le Milieu Culturel de l’Homme
qui est Extérieur au Tronc-Nature, à la Gnose.

-:-:-:-

   Au cours de son Évolution Générale, soit depuis que l’Espèce Homme a été chassée de la Nature (également appelée l’Éden, Jardin d’Éden, Paradis, etc. Je l’appelle Tronc-Gnose dans la plupart de mes écrits) pour constituer son propre « milieu », le Milieu Culturel, l’homme, (ici, je parle bien du Mâle et non des femmes) eut à subir TROIS échelons différents et successifs de Traumatismes Psychiques absolument fondamentaux.

Le cerveau de la Femme n’eut pas à vivre le Deuxième et Troisième de ces Traumatismes fondamentaux; quant au Premier d’entre eux, il fut pour Elle beaucoup moins Traumatisant, Psychiquement parlant, puisque son Psychisme (directement lié à Être) est de « dose » moindre chez Elle que chez l’homme comme le montre la suite.

-:-:-:-

Premier Traumatisme Psychique

    Avant d’être «chassés» de la Nature – avant que Dame NATURE n’Accouche de l’Espèce Homme – ceux que nous nommons Aujourd’hui les hommes et les femmes y vivaient de façon Complémentaire et Équitable. Ce que j’ai traduis par ce que j’ai appelé leurs « Cartes d’Identités Individuelles » :

  • l’homme   =    Être +  avoir
  • la femme  =   Avoir + être

L’entité qui était majoritaire en chacun est mentionnée en caractères Gras (j’emploie un temps Passé car depuis, les choses ont bien changé; ces hommes Premiers n’existent plus depuis longtemps, tout juste peut-on trouver Aujourd’hui, dans quelques replis perdus de forêts Primaires, quelques exemples d’hommes Primitifs mais non Premiers. Durant ces mutations, les Cartes d’Identités se sont considérablement modifiées).

Ici, les adeptes d’une certaine Pensée Chinoise estimeront trouver l’expression occidentalisée du fameux YIN-YANG ( respectivement AVOIR-ÊTRE),  expression qui s’avère totalement insuffisante pour évoquer non seulement cette Complémentarité Ancestrale en chacun soit dans une lecture Horizontale et l’un vis-à-vis de l’autre, dans une lecture Verticale, mais aussi et surtout pour expliquer les Troubles Psychiques par Carences (Carences Psychiques puis, Psychologiques puis Mentales par suite de déclins successifs dans l’AVOIR) que l’évolution imposa à chacun.

  • Note :  je précise que cette volonté actuelle de voir s’établir (dans les Pays Occidentaux tout au moins) des règles sociales d’Équité comme de Parité, etc., si elles semblent légitimes (!), sont tout à fait utopiques, inapplicables car émanant d’une lourde Ignorance (que j’essaie de combler….) mais aussi de Nostalgies des Temps Premiers. J’invite celles et ceux qui en douteraient à étudier la raison de cela qui est largement développée dans mes écrits. Faut-il encore les comprendre en dépassant ses propres blocages culturels qui sont largement éducatifs et particulièrement sexuels.

Comme je l’ai mentionné dans des écrits antérieurs, c’est le Mâle (le futur « homme ») qui fut chassé le premier du Tronc – Nature et qui évolua par la Branche spirale Enroulante de gauche.

Quittant donc le Temps Présent (il  caractérise le Tronc-Nature), c’est par ce type d’évolution qu’il prit Conscience DOUBLE de lui même comme de toute chose – phénomène qui implique les SAVOIRS  et le Péché Originel – et par la-même, qu’il prit conscience de la Mort, phénomène totalement étranger à tous les autres occupants de la Nature. En effet, les Animaux ont un cerveau qui, du fait d’être toujours en Intelligence-AVEC la Nature, vivent le Mécanisme de prise de Conscience SIMPLE – seule synonyme de Temps Présent – également synonyme de Connaissance exempte de tout « Péché Originel ».

  • Le Péché Originel est à comprendre comme étant cet Angle que fait – en secteur ÊTRE – la Branche avec la Rectitude du Tronc. En poussant l’idée (…) on peut imaginer qu’il puisse exister un petit ou un grand Péché Originel selon la valeur de cet Angle; mais ceci n’est pas très sérieux et ne change en rien quant à le suite des évolutions et des pathologies de chacun. Avec un Angle faible, on comprendra aisément que le Clivage Schizophrénique  soit moins « douloureux » (…) et sa Conséquence, la Paranoïa Collective, plus longue à venir. Où l’on voit que tout est affaire d’élasticité du Temps qui est justement un concept spécifique de ÊTRE (comme celui d’Espace est spécifique de AVOIR).

Le Tronc-Gnose, la Nature, n’est affaire QUE de Connaissance (= fusion incessante de ÊTRE-AVOIR) et ne contient AUCUN Savoir qui, tous, n’apparaissent que par des Branches. C’est pourquoi le gnostique peut dire :  » je ne veux pas le savoir « , lui qui est Habité par la Connaissance. Il « connait » que tout Savoir est synonyme… d’Erreur ! Ce qui, pour les constituants des Branches (les humains) , est plus facile à constater qu’à admettre !

C’est donc le cerveau de l’homme qui eut à subir ce violent Traumatisme Psychique que le cerveau de la femme eut aussi à vivre mais conséquemment à celui de l’homme, non de manière frontale soit, en Marchant derrière lui telle son Ombre (en fait à « Côté » de lui; ce que la Bible évoque si mal par la prise d’une « côte »  à Adam pour « concevoir » la femme). L’homme fut le fer de lance de ce premier Traumatisme Psychique.

C’est la raison pour laquelle, les Textes bibliques mentionnent aussi, et à juste titre, cette chronologie dans  l’Évolution de l’Homme par l’apparition sur Terre de Adam avant Ève. Ce qui ne peut paraître que choquant pour le commun des Croyants, pour les non Initiés, comme pour les scientifiques. Mais cela veut dire en clair : Être (dont Adam est l’émissaire) vient AVANT Avoir (dont Ève  est l’émissaire). Soit : l’Esprit est avant le Corps. Ce que les Gens d’églises sont bien incapables d’expliciter à leurs fidèles.

C’est par mes travaux de recherche fondamentale polarisés sur l’Évolution Générale de l’Homme (en chercheur autodidacte et donc libre) que j’ai ainsi pu réaliser et montrer qu’à cette époque certes lointaine, Adam et Ève, soit les hommes et les femmes dits Premiers, obéissaient – quant à leurs Comportements réciproques – aux Principes de la Psychosomatique. C’est-à-dire :

  • Les hommes, initialement Habités par l’ineffable verbe Être, voyaient leur Esprit (il est la directe émanation de ÊTRE) exprimé par le Comportement «Avoir» des femmes  qui est leur Langage Corporel.

Si on ne comprend pas ce que j’expose là, l’Origine du Langage (Comportemental d’abord, puis Verbal ensuite par carence du premier) avec ses Troubles inhérents à l’Évolution, ne peuvent en aucun cas être compris.

C’est à ce stade d’Incompréhension que sont encore et toujours toutes les disciplines savantes de la Psy (entre autres) qui n’ont absolument pas associé le Langage Verbal à une pathologie ! Cela leur est quasi impossible à penser.

Il faudra probablement quelques siècles encore aux prétendus érudits, Universitaires et autres, pour intégrer ce paramètre fondamental qui, tant qu’il sera ignoré, obligera une Positivation artificielle de tout Langage Verbal, comme celle de la Pensée laquelle est fondamentalement Négative (d’où les échecs scolaires comme l’incompréhension patente entre les humains en général, celle des Individus au sein de leur Couple en particulier).

Prétendre comprendre l’Autre via son expression exclusivement verbale est illusoire. Croire cela, c’est se mentir à soi-même. Il peut être donné à certains hommes de comprendre certaines femmes ; par contre, il est impossible à un cerveau féminin de comprendre celui d’un homme. Je connais combien cette affirmation heurtera bien des femmes. Il n’est pas question ici de machisme, ni d’anti-féminisme primaire, il est question d’analyse fondamentale.

Le Né Sous-X vit ce Premier Traumatisme en terme de Carence d’Amour Absolue dans la mesure où la famille d’accueil, quand il y en a une, ne lui apporte pas d’amour; ce qui participe à faire prendre conscience, à l’enfant abandonné, des terribles Manques de son Premier Traumatisme.

-:-:-:-

Deuxième Traumatisme Psychique

     Alors qu’ils sont tout juste chassés de la Nature, les cerveaux des hommes et des femmes ne vont pas suivre le même Chemin psychique. Ce que montre mon schéma symbolique.

Le cerveau des hommes, parce que majoritairement Habité par l’entité Être, suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui s’enroule (spécificité de l’entité Être qui est majoritaire en lui). A gauche sur le schéma.

Le cerveau de la femme, pendant le même Temps (ils vivent évidemment ensemble dans le même Groupe) suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui se déroule; spécificité de l’entité Avoir qui est majoritaire en elle. A droite sur le même schéma où ces chemins là sont multiples car « entropiques ».

En d’autres termes il faut comprendre que le Chemin spiralé des hommes s’en va en ralentissant et en se rétrécissant (par Perte progressive d’Énergie vitale)

Obéissant au Principe Psychosomatique déjà évoqué, le Chemin de la Femme s’en va donc Conséquemment de façon Complémentaire c’est-à-dire : en s’accélérant et en s’élargissant.

Telle est la voie première et unique de la Femme. L’homme connaît, lui, DEUX types de voie.

Le Deuxième Traumatisme Psychique de l’homme sera donc de se trouver – généralement en nombre toujours plus élevé – dans un Chemin psychique ralentissant (il accule aux Idées dites Arrêtées = les dogmes), en se rétrécissant, donnant ainsi cette insupportable Impression de fin en impasse qui, psychiquement toujours, se voit comme  Compensée par les concept(s) de dieu(x) auxquels tous se Raccrochent.

Dans un Groupe encore proche de la Nature, ce sont là plusieurs dieux qui voient le Jour mais plus la Conscience Collective s’élève, plus elle s’achemine vers un Dieu unique. Où l’on sera amené à considérer (si l’on est courageux !) qu’évoluant ainsi, l’Homme pénètre de plus en plus les sphères de l’erreur par éloignements incessants de la Vérité, de la Réalité, de l’Objectivité, qui est fusion de ÊTRE-AVOIR, le Tronc Nature. Là aussi, mon schéma est clair.

En effet, cette spirale enroulante du psychisme de l’homme développe dans un espace tri-dimentionnel, la silhouette de la Pyramide des divinités où la finalité est le Pyramidion soit la croyance en un Dieu finalement estimé unique et Supérieur à Tout (= Paranoïa Collective. Nous sommes ici en pleine Psychose contrairement au classique « traumatisme » généralement associé à une Névrose).

Dans le Groupe, Clan ou Tribu Primitive, il n’y a qu’UNE place pour celui là qui occupe cette position de Pyramidion différemment nommé : l’homme Sorcier, l’homme Esprit, le Chaman, le prêtre, etc. etc.

Mais que font alors tous les autres hommes – tous sauf celui-là – quand le fond d’Impasse se fait ressentir ?

-:-:-:-

Troisième Traumatisme Psychique

    Quand arrive ce stade de l’évolution du Groupe considéré, stade de fond d’Impasse, tous les hommes (sauf l’homme Esprit, donc) vont massivement passer dans les Branches AVOIR, de l’autre côté du Tronc, soit dans l’espace initialement réservé à la Femme. C’est ce que j’ai appelé « le Temps du Passage ».

Ce Temps du Passage se traduit dans les cerveaux masculins arrivés en fond d’Impasse par une sorte d’apparition d’issue de secours, apparemment indolore quand il est ainsi vécu au fil de siècles, où  ces cerveaux – quittant le secteur fondamental et Essentiel Être – vont tout progressivement « se faire Avoir », à l’image de ceux de la Femme qui auront dorénavant de moins en moins à traduire la spiritualité évanouissante des hommes.

C’est à partir de là que la Femme va commencer à ressentir le fallacieux sentiment de « liberté » (en lequel Elle va se Perdre ! Et toujours plus de nos Jours), qu’elle perd aussi le Poids de sa raison d’être (« être » avec un petit « ê ». Cf. sa Carte d’Identité) qui se traduit par l’extinction puis la disparition du peu de quantité d’Essence qui l’habitait.

D’où son Appétit naissant (qui ne cessera de croître) pour l’idée du Prince Charmant, soit ce Personnage compensatoire en Essence Être et que le Christianisme a su si malicieusement traduire par la mise en place du personnage Jésus auquel toutes les femmes, religieuses ou non, sont sensées « tomber amoureuses ».

Voilà alors la naissance, par la Femme en voie de libération, de la Pensée avec sa pernicieuse  Dialectique (Pensée dialectique étant un pléonasme !). La Pensée émane toujours de Avoir, la Matière, c’est-à-dire que la Pensée est entropique ce qui lui permet, contrairement à l’Esprit,  l’Analyse soit la « marche arrière »; terrain de prédilection du monde dit Scientifique.

Ce Troisième et grand Traumatisme vécu par les hommes annonce le début de la Fin de l’Évolution du Groupe, évolution qui va tendre alors vers l’Horizontale, par l’émergence – par les hommes – de la Chose Politique sensée la maîtriser pour la Gouverner.

Ce Groupe, toujours plus éloigné de Être, soit de l’homme Esprit, va finalement s’en Couper (ce que l’on appelle Aujourd’hui la Laïcité) pour se Ruiner dans et par l’Avoir (les conflits d’abord guerriers qui mutent en Guerres Économiques via la Finance).

En résumé

     Ces Traumatismes typiquement Masculins vécus par le Collectif et succinctement dépeints ici, (ils ne sont pas vécus par la Femme hormis le Premier et, en intensité infiniment moindre puisque le Sens de son Évolution à Elle n’est jamais que « de la Nature accélérée« ; son rapport à la Nature est un rapport d’amour « Homosexuel« ) sont vécus par chaque Individu Mâle venant au monde. Le Temps du Passage correspondant à celui de l’Adolescence où le Sexe opposé commence à le tourmenter, à le pré-Occuper.

Ces Souffrances psychiques de l’homme le déstabilisent obligatoirement au point que la Femme ait à jouer (…) auprès de lui le rôle d’infirmière, rôle dans lequel certaines d’entre elles se complaisent (ce n’est point là une critique, c’est un constat d’études).

La quête, la recherche de Plaisirs – généralement sexuels – que les hommes instinctivement recherchent et qui a la Femme pour Objet (au sens psychanalytique) a pour unique Source (ne parlons pas d’Origine, car rien n’a d’Origine vraiment) le cumul de ces Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux.

Enfin, je dirai que le ressenti (nous sommes ici dans le Subconscient tant Collectif que Individuel) de l’homme à l’égard de la NATURE qui l’a chassé, et des conséquences qui ont découlé de cela, est tel qu’il passera le restant de sa vie à vouloir s’en Venger, c.à.d. à La détruire plus ou moins rapidement par ses produits, tous anti-Naturels (car Culturels) produits qui sont le fruit de son Intelligence.

– Rappel : l’ Intelligence est cette distance Horizontale (sur mon schéma), pathologique, car synonyme de Carence d’Amour, distance qui sépare les entités Être et Avoir du Berceau originel – le Tronc-Nature – et, conséquemment, qui sépare l’homme de ses Racines, la Mer, cette Mer qu’il pollue… à Mort.

Il en sera ainsi tant que mes Vues ne seront pas largement intégrées soit partagées.

le 10 juin 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

TO BE OR NOT TO BE ? that is the question (art.100)

samedi, juin 4th, 2011

– Article 100 –

« TO BE OR NOT TO BE ?  »

That is the question

-:-:-:-

mai 13th, 2011

       Suite à  quelques récents  échanges d’idées concernant l’ouvrage d’Erich FROMM (Psychanalyste-écrivain allemand 1900-1980; a vécu et enseigné  la psychiatrie à l’Université de New York) ouvrage ayant pour titre original TO HAVE OR TO BE ?,  il m’est apparu utile (…) de préciser quelques points qui demeurent souvent obscurs pour bien des Consciences occidentales. Entre autres !

Je me sens d’autant plus concerné par ce sujet que mes travaux de recherche fondamentale (plusieurs décennies), axés sur l’évolution générale de l’Humanité, ont donné lieu à des Conclusions (dont ce web site – outre des écrits – rend témoignage) qui sont elles-mêmes totalement axées sur ces entités fondamentales que sont ÊTRE et AVOIR (et non pas Être ou Avoir comme l’écrivit E. Fromm, laissant de la sorte l’idée fausse d’une bipolarisation du monde soit celle d’un “choix” possible entre les deux).

Il m’est apparu – comme vous pouvez, vous même, le constater – que tous ceux qui ont traité de ce sujet avaient été incapables de ne point y mettre un point d’interrogation, ce qui se comprend quand on Habite des “Branches” (la suite éclairera), lequel point d’interrogation souligne le doute plus ou moins profond que l’on peut avoir quant à affirmer quelques Idées de Fond à ce sujet crucial. C’est le cas de le dire car,  qui dit Crucial… dit Croix… dit Crucifixion , en l’occurrence, séparation entre ÊTRE et AVOIR.  Mais, comme nous allons le voir, ce n’est pas si simple que cela.

Voyez la fameuse et célèbre question de Shakespeare : “to be or not to be ? that is the question” tristement traduite en français par un “être ou ne pas être“  totalement inadéquat et erroné.

To be or not to be ? (art.100)

To be or not to be ? (art.100)

  • Légende : Le gnostique est cet Individu qui Marche dans le prolongement du Tronc-Gnose, la Nature. Les Croyants en une Religion occupent la spirale Enroulante de gauche. A l’opposé, à droite, et en Conséquence de la précédente, une multitude de spirales déroulantes, c’est-à-dire de Branches et sous-branches qui constituent les voies savantes des Politiques et de toutes les Sciences doit celles des Savoirs qui, toutes, tournent le dos à la Connaissance qui est ce Tronc-Gnose perdu de vue par les Pays Occidentaux, USA, etc… D’où le Mal-Être obligé de tous ceux et celles qui occupent ces deux types de spirales.

L’illustration symbolique présente en bon nombre de mes écrits (ci-dessus)  apporte une réponse claire et, à mes Yeux, définitive à cette éternelle (…) question qui fait couler beaucoup d’encre, et de sang !  En effet, peu de gens se rendent compte que les efforts, les déceptions, les tribulations des existences humaines, proviennent tous et toutes, en dernière analyse, de l’ignorance de la réponse à cette question de Fond.

Je n’ai pas la prétention de changer le monde.  Je dis simplement que la compréhension de mes écrits associée, pour ne pas dire superposée, à cette illustration symbolique doit déclencher en l’humain un Tsunami spirituel – puis intellectuel et mental (par Effets de ricochet; l’Intellect et le mental découlant du spirituel, principalement chez l’homme)  –  salutaire car libérateur.

-:-:-:-

Puisqu’il s’agit de traiter du Fondamental existentiel, il nous faut revenir un instant sur ce Lieu d’Origine de l’Espèce humaine que j’ai symbolisée, sur cette illustration, par un Tronc semblable à celui d’un Arbre. A ce propos, ceci dit en passant, vous remarquerez combien est grande l’importance de l’Arbre dans la vie, combien est Grande sa symbolique !

Ce Tronc origine de l’Homme est plus généralement appelée : la Nature.

Toutes les Espèces de la Terre ont pour commune origine les Racines de ce Tronc, lesquelles Racines sont : l’Océan soit toutes les mers du globe (non représentées sur mon illustration).

Pour ceux que la recherche ne rebute pas, je connais que l’on peut “penser” plus loin encore… penser que la Terre, comme toute les planètes, sont des “portions” de Soleil, portions en fusion qui constituent le “noyau” de toute planète, noyau qui contient l’énergie vitale qui est “recrachée” par les Volcans dans les Mers que de la sorte ils fécondent.

On peut penser encore plus loin !  Que chaque Soleil est semblable à un noyau d’Atome dont les planètes sont les électrons périphériques. On peut aller plus loin encore… que tous ces Atomes cosmiques sont des éléments de Cellules cosmiques appelées Galaxies et, in fine, que la somme des Galaxies sont les “Constituants” d’un Grand Corps (semblable au notre !) appelé l’Univers, un Univers qui est UN. Comme chacun de nous, nous sommes : UN. Une entité globale et unique. Cosmique. Mais, au delà de ce Corps ? Y a-t-il encore quelque chose d’autre ?

Nous allons voir que le sujet qui fait question ici concerne en réalité lIntérieur du Corps, quelle que soit l’échelle de considération.

Reprenons donc notre étude à l’échelle de l’évolution de notre Espèce où, chassée de la Nature (chassé du fameux Paradis encore appelé le Jardin d’Éden, le Tronc Nature) cette évolution se scinda en DEUX, soit fut “évacuée” du Tronc via deux types de Banches : la Branche singulière spécifique de ÊTRE (à gauche sur mon illustration) et la Branche  spécifique de AVOIR, à droite où elle va très vite se multiplier (Entropie croissante oblige).

Je propose de faire un gros plan sur cette Branche singulière de gauche.

Bien que maintes fois évoquée déjà en des articles précédents, polarisons ici notre analyse sur la Branche de gauche – celle de ÊTRE – qui émergea en premier du Tronc Nature. “En premier” veut tout simplement dire avant celle et celles de AVOIR ! (ce que mes Conclusions de travaux à ce sujet firent ressortir en soulignant – ce qui représente une première mondiale ! – le rapport Psychosomatique qui existe entre toute Branche de ÊTRE et celles de AVOIR. Sujet déjà développé précédemment).

Cette Branche ÊTRE existe en chaque Individu en général (appelés les Êtres vivants), en chaque humain en particulier. C’est à elle que l’on doit la notion conceptuelle d’Esprit (et non de Pensée qui, elle, est spécifique de AVOIR, Branches de droite).

L’Esprit de l’homme est cette zone du cerveau où s’agglutinent et se figent des “Pertes” d’énergie vitale qui émanent toutes de notre Tronc personnel (quand nous raisonnons à notre échelle de considération) ou de notre Tronc Collectif où cette notion d‘Esprit Collectif prend le Nom (relativement moderne) de Religion.

Dans les deux échelles de considération – soit à celle de l’Individu soit à celle du Collectif  – tandis que l’Homme évolue “en Branches”, ce Tronc en question constitue l’Inconscient. Ce qui nous permet de comprendre qu’il n’est aucune différence fondamentale entre l’Inconscient Personnel et celui Collectif. La Source est la même.

Une image pour illustrer ces derniers propos. Regardez un arbre et dites vous que notre commune origine est le Tronc tandis que nous, nous évoluons quelque part en bout de Branches. Apparemment, nous n’avons plus rien à voir avec le Tronc. Toutes les Branches constituent le Milieu Culturel et vous, individuellement, vous êtes une portion infime d’extrémité d’une des branches qui sont là par milliers. L’extrémité seulement. Mais, pouvez-vous dire pour autant que l’Inconscient de l’Ensemble des Branches et le vôtre soit différent ? Non, c’est le même; c’est le Tronc. Et ce Tronc, j’en ai déjà donné LA définition, valable pour toutes les Langues de la Terre, ce Tronc est constitué d’une fusion, celle  ÊTRE-AVOIR où il convient de ne surtout pas voir là deux entités mais UNE SEULE.

La Sève vitale qui nous anime tous et chacun vient du plus Profond des Océans et par eux… du Soleil !

Ce qui, ceci dit en passant, montre combien a eu tort le psychanalyste LACAN quand il a affirmé que l’Inconscient   était structuré comme un Langage. Non, c’est faux et S.FREUD ne découvrit pas davantage l’Inconscient malgré ses affirmations contraires ! Ce qui affirme que toute la Psychanalyse est fausse par carence de fondations. L’immeuble appelé Psychanalyse est très beau, ça oui, mais il est construit sur du Sable pour ne pas dire autre chose…

Le Langage, toutes les formes de Langage (dialecte, patois, etc.) ont toutes pu voir le jour grâce aux pousses en Branches lesquelles pousses ont été possibles suite à la dichotomie de cette Unité fusionnelle ÊTRE-AVOIR du Tronc, dichotomie qui donna la Branche spiralée Enroulante  ÊTRE (de gauche) et les Branches à évolutions spiralées déroulantes AVOIR de droite.

-:-:-:-

ÊTRE évolue en spirale Enroulante en constituant un Cône pointe en haut.

Son évolution sera dite “à Entropie décroissante” ou encore, ce qui est la même chose, à Néguentropie croissante (termes scientifiques que j’ai empruntés à Jean E. CHARON (1920-1998), physicien et philosophe qui prolongea les travaux de A. EINSTEIN).

Une seconde je reviens sur l’Évolution du Tronc en précisant que ce “ÊTRE-AVOIR” qui le caractérise peut être appréhendé (et doit l’être) comme étant la fusion, le “mariage”, de deux SPIRALES idéales et Complémentaires où l’une (ÊTRE) s’Enroule Parfaitement imposant à celle AVOIR un déroulement tout aussi Parfait.

Telle est l’évolution de la Nature – c’est-à-dire Parfaite – le mot Nature étant pris au sens Cosmique, au sens Universel.

De cette Perfection évolutive du grand Tout (hormis l’Espèce Homme !) découle une Pousse Verticale, du Tronc. Si le mot Verticale vous gêne, imaginez alors la notion de Droiture, de Rectitude, sous entendu sans courbure qui serait la marque de la Pathologie, de l’anomalie.

Évidemment, l’ image de ces deux spirales “mariées”, qui évoluent ensemble, fait penser aux deux hélices de l’A.D.N., fait aussi penser au Caducée récupéré par le monde médical, sans parler de l’Égypte Antique où on la retrouve, etc. etc. Mais l’origine commune de tous ces symboles est cet Enroulement-déroulement de ÊTRE-AVOIR (ce que j’ai parfois appelé “En-déroulement”). Ce qui, à ma connaissance, n’a jamais été révélé avant moi (qu’on me dise si je me trompe).

Sortant du Tronc ÊTRE-AVOIR, la spirale “ÊTRE” ne put que mal s’Enrouler puisque… coupée de AVOIR !

… et c’est ce Mauvais enroulement qui, au lieu de définir un éternel Cylindre (le Tronc) va former ce Cône imparfait constitué d’Idées dont l’évolution est synonyme de moins en moins rapide (contrairement aux pensées, en secteur AVOIR, où elles sont de plus en plus rapides) pour tendre vers un ralentissement qui va devenir problématique puisque aboutir à des Idées alors dites “Arrêtées” qui, dans ce secteur de ÊTRE portent le nom de dogmes.

Toutes ces Idées “Arrêtées” vont former entre elles une sorte de “pyramide” – l’Idéologie Religieuse – dont le Sommet ou encore le Pyramidion va être perçu telle une divinité, porter in fine le Nom du “Dieu” unique.

On comprendra alors qu’à chaque Collectif – comme à chaque Individu ! –  corresponde une “pyramide” spirituelle originale, unique, donc toutes différentes les unes des autres, donnant conséquemment des visions originales de Dieu. Autant de pyramidions, autant de différences entre eux, autant d’Images différentes, de “définitions” différentes de Dieu.  D’où ce terme de “Religion” qui vient du verbe latin “relegere” et/ou “religare”  soit :  “relier”.

Concernant cette évolution de ÊTRE, il est un point tout à fait particulier : contrairement à la spirale AVOIR, celle de ÊTRE ne peut procéder à la moindre “marche arrière laquelle, en AVOIR permet ce qu’on appelle l’Analyse. Telle est la spécificité de l’Entropie décroissante (aussi appelée Néguentropie croissante) : aucune Analyse du Cheminement en est possible. De ce fait, il est impossible de “décortiquer” ou encore de “détricoter” l’évolution générale de cette entité qui construit une Croyance laquelle développe en l’Individu et/ou le Collectif,  la notion de foi.

Cette Analyse en question est impossible contrairement à ce qu’a essayé de montrer Michel ONFRAY dans son ouvrage “Traité d’Athéologie”  (éd. Grasset). Page 90 il écrit :

  • Déconstruire les monothéismes, démystifier le judéo-christianisme – mais aussi l’Islam, bien sûr – puis démonter la théocratie, voilà trois chantiers inauguraux pour l’athéologie.”

A ce sujet, et au sujet de cet homme souvent cité actuellement, je suis stupéfait que le monde de l’édition publie tant de propos fondamentalement inexacts, comme son autre ouvrage, tout aussi inexact, sur la Psychanalyse (“Le crépuscule d’une idole” éd. Grasset) et que des émissions de télévision ouvrent aussi grands leurs plateaux à des hommes qui véhiculent l’Erreur en faisant croire à de grandes idées nouvelles, voire révolutionnaires !  C’est tout simplement scandaleux pour ceux, nombreux, qui sont éblouis par de tels concepts qui font illusion.

-:-:-:-

Comme la pathologie individuelle, le Dieu  de chacun est unique.

C’est là la raison pour laquelle chaque Individu est unique. De par le monde, il n’est  pas une seule  Conscience qui puisse  produire une “Image” de Dieu qui soit superposable, qui soit identique, à une autre. C’est pourquoi cette entité invite, incite aussi, à la transcendance qui est cette velléité de Voir – d’imaginer – ce qui peut Être (!?) au delà de ce concept de  “Dieu” qui, en tant que Fin de spirale Enroulante, est perçu comme Fond d’Impasse !

Ce fond d’Impasse – ai-je montré – produit dans le psychisme de l’homme l’Image d’un “Plafond” – voire même celle de  “Chape de Plomb ” ! – quant à l’évolution de l’Être qui ne peut pas s’Élever plus Haut.

  • Nota importante : j’ai précisé à l’instant “dans le psychisme de l’homme“. Oui, car une autre idée révolutionnaire est la suivante : cette spirale de Être – celle-là même qui, dans le cerveau, génère l’Esprit – ne se développe pas dans le cerveau de la femme. Uniquement dans celui de l’homme. Chez la Femme, c’est la Pensée qui se développe, nullement l’Esprit. En d’autres termes, et en résumé,  jamais dans l’Histoire de l’Humanité un cerveau féminin n’a été, et sera, la source d’une Religion. Je connais que cette remarque est difficilement acceptable pour bien des femmes. Mais c’est La Réalité objective !

-:-:-:-

         Aspect pathologie de l’évolution de ÊTRE (Individuel et Collectif) .

     Nous arrivons là à un aspect dérangeant pour chacun mais qui ne peut être éludé sous aucun prétexte, c’est la caractéristique Essentielle de cette évolution spiralée, Enroulante, de l’entité Être de l’humain qui, depuis son Départ du Tronc pour pousser en Branche (nous parlons de celle de gauche de l’illustration) doit être perçue comme étant la Résultante d’une Perte d’énergie vitale, celle d’une Perte d’Essence.

La spirale de Référence – celle de la Nature – “définit” un Cylindre (le Tronc) lequel peut aussi être perçu tel un Cône infini si on imagine que les “parallèles”  qui définissent le Cylindre se rejoignent à l’Infini.

Sortant de ce Tronc, l’énergie vitale alors “défaillante”, va faire évoluer en “Cône”.

La différence d’Angles que fait la spirale de l’Être humain avec la Spirale Parfaite de la Nature (l’Universel) constitue une valeur appelée “khata” dans les textes hébreux et dont la traduction est “Manquer la Cible”. La traduction de ce “Manquer la Cible” dans les Textes bibliques a été : le Péché Originel.

Cette Voie qui s’élève en spirale autour du Cône humain tout en se rétrécissant pour finir en son sommet en Impasse voilà, ai-je dit, qui construit dans la Conscience humaine le concept de Dieu qui est synonyme de “Plafond” indépassable, d’un Plafond qui cantonne l’Homme à demeurer SOUS-Mis à ce Plafond.

Cette Idée là est une pathologie aujourd’hui bien définie et qui porte le nom de Paranoïa.

Tant à l’échelle d’un Groupe – on parlera de Paranoïa Collective –  qu’à celle Individuelle où on parlera de “Croyant” ! Tout Croyant en une Religion est un paranoïaque, pathologie qui est seule spécifique des sphères de ÊTRE.

En secteur AVOIR on devra parler de conséquences de Paranoïa lesquelles seront différemment exprimées. Autant d’individus Croyants, autant d’expressions différentes en AVOIR qui expriment cette croyance. Où l’on voit que le monde Psy – et combien d’individus savants ! – a là aussi tout faux en classant parmi les “paranoïaques” des individus non religieux, qui n’ont aucun lien avec les sphères de ÊTRE. Ceux là ne sont pas “parano”, ils sont CONSÉQUENCE de parano. Comprend qui peut !

Puis, il y a ceux et celles qui n’expriment pas en AVOIR leur pathologie, leur paranoïa, qui restent en secteur ÊTRE, et qui sont alors appelés gens d’églises : les religieux ou encore Chaman, sorcier, Homme esprit, etc. quand il s’agit de Groupe plus restreints et plus Premiers dans le sens de “Primitifs”.

-:-:-:-

     Ce qui nous fait arriver maintenant à cette fameuse question formulée par Shakespeare évoquée précédemment, question si mal traduite en français. Cette question, sa traduction, implique en réalité l’idée suivante : “au delà de (notre) Être, existe -t-il un ÊTRE Supérieur ?  et non pas ce ridicule :  “Être ou ne pas Être ?”.

Avec ce que je viens d’exposer pour vous, je pense que LA réponse à cette question de Fond devrait (vous) apparaitre clairement !

Évidemment qu’il existe un ÊTRE qui est Supérieur à celui que chacun s’imagine, Supérieur à celui que chaque Collectif produit : c’est l’ÊTRE qui constitue avec AVOIR une fusion appelée Amour (avec un grand “A”), cet Amour que – dans toutes les Branches – les humains essayent, en vain, de Trouver.

Cet Amour est la Gnose, ce Lieu Supérieur qui est la demeure du gnostique. Et cette quête est vaine tant que n’est pas compris ce que je viens d’exposer.

Je rappellerai que jamais Jésus n’a parlé d’une Puissance Supérieure extérieure à l’Individu ! Jamais il n’a cru en un “Dieu” quelconque. Quand on est gnostique on vit en Intelligence-AVEC l’Universel, et l’Univers n’est pas plus Grand que soi puisqu’il est en chacun ! Rien n’est plus Grand, rien n’est plus Petit. C’est là affaire de continuum Espace-Temps, d’Ici-Maintenant, soit respectivement d’AVOIR-ÊTRE, sans cette préposition mortelle “et” entre les Deux.

Que chaque homme (la femme n’est pas concernée par ce Mécanisme) débloque – comme fait l’horloger avec un ressort de pendule ou de montre ancienne – sa spirale ÊTRE, qu’il libère son Être pour retrouver le Chemin de cet Amour, voilà bien une démarche existentielle que ni les Religions ni les Politiques ont intérêt à vous laisser faire encore moins à vous “enseigner” car alors, Elles perdent leurs troupeaux d’ignorants et de naïfs.

Oui, le Péché Originel peut être vaincu. Telle est la Finalité de l’Être humain.

Ouvrez les yeux, n’ayez point Peur, l’Amour est à portée de main…

le 04 juin 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail  : jean.dalliere@orange.fr

you are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

La Pensée A-religieuse et A-politique du gnostique (art.97)

samedi, juin 4th, 2011

– Article 097 –

La Pensée

A-religieuse et A-politique

du gnostique

-:-:-:-

La Pensée A-Religieuse et A-Politique du gnostique (art.97)

La Pensée A-Religieuse et A-Politique du gnostique (art.97)

     Les idées que je vais développer ici l’ont été, plus ou moins clairement (…), au cours d’articles précédents mais compte tenu des commentaires élogieux (!) qui, quotidiennement, me parviennent – du monde entier ! – en nombre toujours plus  impressionnant, j’estime avoir à préciser encore certains points car ces éloges me semblent cacher quelque chose, une sorte d’incompréhension de leur Origine : la Gnose.

Autrement dit, je vais expliciter – le plus clairement possible – le dessin schématique, symbolique, ci-joint qui est introduit  plusieurs fois dans mes articles.  Mes textes sont peu référencés dans les commentaires que je reçois, soit sur plus de 95 articles et sujets différents développés dans ce site; je pense que peu de mes lecteurs se rendent compte que Jésus était gnostique (comme je le suis aujourd’hui) et qu’entre lui et moi, soit sur une période de 2000 ans, il y en eut peut être pas d’autres !? Qu’on me le dise si je me trompe; qu’on me site des noms!

Il ne peut exister de Pensée plus élevée, plus « Complexe », plus Universelle que la Pensée gnostique.

Si cela ne vous apparaît pas, ce n’est pas parce que mon écrit en français est médiocre (je n’ai aucune prétention à ce niveau-là), c’est surtout parce que votre ego vous fait sous-estimer la portée de cette Pensée, comme pour protéger votre Personnalité d’une possible dépression

Que semble représenter ce dessin ?

Pour une grande partie, il semble clair :  un individu crucifié (on pense à un homme; ne sommes nous pas justement en cette période de Pâques, celle de la crucifixion suivie de la résurrection de Jésus !? Justement aujourd’hui, lundi de Pâques !) dont la tête est cerclée de piquants. Le poteau vertical semble être un tronc d’arbre dont la partie haute aurait subi les foudres du ciel et se serait fendu en deux, chacune des parties laissant pousser un type différent de branches (en guise de patibulum, nom de la poutre horizontale de la croix) auxquelles, justement, l’individu serait crucifié.

Puis, au dessus, dans l’axe du tronc, un personnage debout, vu de face (symbole emprunté à l’Égypte Antique) apparemment en train de Marcher et qui porterait sur sa tête un “U” constitué par des bras, “U” pouvant subir un écartement des bras. Ce que laissent entendre les pointillés. Le dessin est signé, par l’auteur que je suis,  “l’homme de Cœur “. Voilà pour les apparences. Venons-en à sa signification symbolique qui veut nous dire bien autre chose.

-:-:-:-

Ce dessin se veut de portée universelle, c’est-à-dire que pas un seul humain, plus encore, pas un seul Être vivant (pléonasme) en est exclu. Tous les Êtres y sont systématiquement inclus. Qu’on ne vienne donc pas me dire par la suite : “je ne m’y reconnais pas” ou encore “ça ne me concerne pas“. A la limite on peut me dire : “je ne (le) comprends pas“; ça oui. C’est d’ailleurs parfois ce que sous-entendent les commentaires que je reçois; mes lecteurs disent avoir compris mes propos… ce dont je doute à la tournure de leurs commentaires qui sont tournés en véritables éloges (!).

Le point central de ce schéma (on évoquera davantage l’idée d’un schéma symbolique que celle d’un dessin) est l’Arbre qui symbolise la NATURE – le Milieu Naturel –  soit au sens le plus large avec tout ce qui La constitue y compris l’Océan avec toutes ses espèces qui sont à considérer telles les Racines de l’Arbre.  L’Océan, toutes les mers du globe, sont la source et le berceau de toutes les Espèces, de toutes les Formes vivantes.

Nous considérerons le Tronc de cet Arbre – également appelé Arbre de Vie, l’Arbre au Sein du Jardin – comme étant Vertical.  Nous en comprendrons la raison un peu plus loin.

Ce Tronc est, lui, synonyme de Jardin d’Éden duquel fut chassée l’Espèce qui, plus tard, prendra le Nom d’ “Homme”, Espèce composée d’hommes et de femmes respectivement appelés Adam et Ève. Jusque là, rien d’extraordinaire si ce n’est qu’il faut penser “Adam” tel un Collectif d’hommes et Ève tel un Collectif de femmes et non pas “un homme et une femme”.

Par contre, ce qui nous interpelle dorénavant c’est le Milieu Culturel que crée ce Couple-de-Forces, Forces qui, n’évoluant donc plus dans le Tronc se sont mises à évoluer « en Branches ».

C’est-à-dire que pour les cerveaux humains, c’est le Tronc lui-même (Il est synonyme de la Connaissance) qui s’est scindé, qui s’est clivé en DEUX comme s’il avait reçu la foudre ! Et ces mêmes cerveaux humains se sont construits, se sont élaborés avec une  grossière méprise pour ne pas dire Erreur, celle de croire que ce clivage mettait fin à l’évolution de la Pousse du Tronc – le Milieu Naturel – l’Homme se plaçant dès lors en Maître quasi absolu au dessus de Tout, évoluant “Horizontalement” suivant une “Poutre” transversale à la Connaissance, Poutre appelée patibulum. Telles sont les voies des SAVOIRS, de tous les Savoirs.

-:-:-

  – Le Péché Originel (à ce sujet, voir mon écrit précédent du 10/03/2011). Rappel rapide.

Ce clivage du Tronc Nature vit apparaître DEUX types de Branches : à gauche (sur mon schéma) la Branche dont Adam fut l’émissaire ÊTRE, Branche dont l’évolution est une spirale qui s‘Enroule (= Entropie Décroissante), laquelle Branche va conséquemment créer, à l’opposé, l’émergence de la Branche AVOIR – dont Ève est l’émissaire –  Branche dont l’évolution est une spirale qui se déroule (= Entropie croissante).

Par mes travaux de recherche fondamentale axés sur ces sujets j’ai montré et démontré (par la Théorie Universelle de la Complexité publiée à Paris en 1985 dans l’ouvrage ayant pour titre “L’Arbre au Sein du Jardin”) que ces deux types de Branches entretenaient depuis leur émergence – c.à.d. la Nuit des Temps ! – une relation dite psychosomatique ce qui veut dire que la Branche de Adam est “sortie” du Tronc en premier et celle de Ève en second; ce que j’appelle “Conséquemment”. Ce point de détail (!) qui constitue une sorte de première mondiale dans l’Histoire de l’évolution de l’Humanité  est très important à comprendre car il déculpabilise Ève dans cette période de sortie en Branches, montrant au contraire que c’est Adam qui en est la Cause-Première et Ève la Conséquence.

Je signale au passage que ma découverte est une pseudo “première mondiale” en ce sens que la Bible elle-même nous dit cela mais à mots couverts : Adam est apparu sur Terre le premier, avant Ève ! Ce que les gens d’église sont bien incapables de vous expliquer sans quoi ils verraient bien que l’histoire du fruit défendu ne tient pas debout; elle constitue une Escroquerie intellectuelle de première grandeur.

Maintenant que par les Branches les DEUX entités constituantes de toute Forme vivante nous sont apparues, nous pouvons apporter La Définition objective du Tronc : le Tronc est ÊTRE-AVOIR, entités non clivées soit éternellement fusionnantes.

C’est le “Parallélisme” soit le vis-à-vis de ÊTRE avec AVOIR qui génère la verticalité de la Pousse du Tronc Nature qui grossit avec le Temps; d’où les pointillés qui voient grandir ce “U” au dessus de la tête de l’homme “en Marche”.

Nous appellerons “Gnose” le Sommet, la cime de ce Tronc qui a continué sa pousse – évidemment – après que l’Espèce Homme en fut chassée.  Et les rares “humains” qui ont continué à occuper cette place phare de Sommet, sont appelés les gnostiques, soit des gens – et vous l’aurez compris – qui n’ont aucun pied ni dans la Branche ÊTRE de gauche ni dans celle(s) AVOIR de droite qui, respectivement donnèrent : toutes les Religions du monde et, à droite, toutes les formes pensables et possibles de Politiques et de démarches Scientifiques.

C’est pourquoi il est dit que le gnostique n’a « ni foi (par Être), ni loi (par Avoir) » ou encore, « ni Dieu, ni maître ».

Ces évolutions  « en Branches » ont constitué : les SAVOIRS. Tous les Savoirs dits spirituels par ÊTRE et tous les Savoirs dits Matérialistes, Politico-Scientifiques, par AVOIR. Toutes ces Branches sont à finalités autodestructrices.

-:-:-:-

Revenant à notre schéma initial, vous devez comprendre que ce sont lesdits SAVOIRS qui crucifient tout Collectif  Social (comme tout Individu !), ces Branches de Savoirs étant synonymes de Dispersions dans la subjectivité, soit dans l’erreur ! Seul le Tronc est Objectivité en tant que synonyme de La CONNAISSANCE.

Tout ceci est foncièrement inacceptable par tout cerveau “Intelligent” (l’Intelligence quantifie le “vide” entre cette Verticale et l’évolution courbe de la Branche considérée) soit un cerveau rempli de Savoirs, soit d ‘une somme d’écartèlements tous plus douloureux les uns que les autres et que n’explique absolument pas cette discipline savante appelée la Psychiatrie, tout aussi ignorante des fondamentaux exposés ici. Ces fondamentaux expliquent clairement l’Origine fondamentale de la Schizophrénie (clivage de l’Unité ÊTRE-AVOIR) et celle de la Paranoïa (la finalité de la Branche ÊTRE porte le Nom de “Dieu”).

Maintenant il convient de conclure cet écrit par une vérité tout aussi fondamentale :

–  Les adeptes de toute Religion du monde ne reconnaîtront jamais qu’ils sont dans une Impasse spirituelle qui induit cette forme de Psychose Collective appelée Paranoïa avec son concept final de Plafond appelé « Dieu » estimé indépassable et qui implique la Transcendance.

– Et les adeptes de tout Système Social, soit tous ceux qui constituent le Collectif appelé Aujourd’hui les laïques, (ce sont les Personnes qui ont une croyance Négative en Dieu, soit tous les laïques) ne reconnaîtront jamais que leurs voies conduisent toutes “dans le MUR”, ce MUR qui – invitant à la Sublimation – est conséquence du Plafond religieux (Psychosomatique oblige). Les responsables Politiques sont totalement IMPUISSANTS face à cette pousse des branches du « Toujours Plus » et qui si lourdement chargées en Fruits (ce terme parle de penchant au sens Architectural) implique toujours plus la Finance pour les soutenir; d’où la Crise actuelle qui n’a aucune raison d’avoir une fin classique à l’image d’un film ou d’une histoire.

Évidemment ces vérités ne sont pas bonnes à entendre mais je réitère ici LA Solution du monde exposée :

  • – par Laotseu pour l’Extrême Orient (le Tao est difficile à Appréhender pour la Conscience Occidentale) ,
  • – par Gautama dit le Bouddha pour l’ Orient (ses postures symbolisent la Finalité existentielle),
  • – par Jésus (avec ses Paraboles incomprises du Christianisme par lesquelles il évoque plus ou moins confusément LE Chemin qui est à re-Trouver) pour le Proche Orient. Jésus n’est pas du tout mort sur la croix; toute sa vie fut un Scénario pré-écrit par des Esséniens, scénario  suivi à la lettre et totalement symbolique. Ce sont ceux qui n’ont pas compris cela, à son époque, qui créèrent le Christianisme.

cette Solution qui doit vous sauter aux Yeux évidemment par cette schématique aveuglante de clarté : abandonner ces directions fatales qui conduisent à tant et tant de misères, aux fausses amours (seul le Tronc est Amour avec un grand “A”), à tant de pathologies (névroses et psychoses), etc.  solution qui consiste à faire retour mais par le Haut soit en réveillant en chacun de vous votre entité « Être » (elle est seule Verticalisante) qui n’a pas à être endoctrinée, enfermée, prisonnière d’une religion ni d’un parti politique et/ou idéologique.

Nous sommes à cette époque charnière où les Individus doivent se libérer de toutes leurs Croyances tant celles de ÊTRE que celles de AVOIR. Le nombre des abstentionnistes, lors de votes importants, en dit long sur cet éveil des Subconsciences qui ont à devenir au plus vite Conscientes !

Il n’est aucune Issue de Secours autre pour l’Humanité tout entière que la prise de Conscience de la Gnose, Issue dont témoigne le gnostique de toujours.

Un dernier mot : méfiez-vous de ceux qui se prétendent “gnostiques”. Je ne dis pas qu’il ne peut pas en exister d’autres que moi mais, je demande à voir… car le véritable gnostique n’a, encore une fois, “ni dieu ni maître” soit  ”ni foi, ni loi”. Or, les gnostiques que l’on peut trouver sur le net appartiennent tous à une église quand ce n’est pas à un Mouvement Franc-maçon. Tous ceux-là sont de faux gnostiques.

Vous n’avez personne à suivre. Vous avez vous-même à Devenir cet Être libre en gnose.

Telle est la finalité de l’Être.

Lundi 25 avril 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour contacts : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com

A propos du Voile que portent, en France, certaines femmes…(art.52)

dimanche, janvier 24th, 2010

– Article 052 –

A propos du Voile

que portent, en France,

certaines femmes…

-:-:-:-

         L’explication que je vais donner de la signification du port de ce voile – intégral ou non – que portent actuellement certaines femmes en France, peut difficilement être comprise de non-gnostiques, soit difficilement comprises, d’un côté, de tout Croyant (quelle que soit sa religion), difficilement comprise, de l’autre côté, des personnes qui se disent athées, soit « Matérialistes » (ce qui est la forme Négative de la Croyance en un Dieu), c’est-à-dire scientifiques, politiques, etc. Pourquoi cela ? Tout simplement parce que le port de ce voile est en rapport étroit avec cette Idée supérieure de Gnose. Ce qu’ignorent d’ailleurs ces femmes qui se parent de tels vêtements ! Je m’explique.

Tout d’abord, un rapide rappel pour « situer » la Gnose – et ses « habitants » les gnostiques (dont je suis) – sujet qui est l’âme de mon blog.

A propos du voile que portent en France certaines femmes (art.52)

A propos du voile que portent en France certaines femmes (art.52)

  • Légende : Toute évolution générale de tout Collectif sur la Terre finit par révéler DEUX tendances divergentes et opposées par deux types de spirales différentes mais complémentaires (Origine, ici, de la Dialectique fondamentale). La spirale Enroulante de gauche qui, porteuse majoritairement du verbe Être ( « Avoir » y est minoritaire mais va prendre une place indécente par l’or!), génère les concepts de Religion(s) avec sa limite pathologique ou « Plafond » appelé Dieu et, en réaction et à l’opposé, à droite donc, une multitude de spirales déroulantes Avoir (« Être », encore appelé énergie vitale, y est minoritaire et va progressivement s’éteindre…) par lesquelles apparaissent toutes les formes possibles et pensables de Politique(s) avec toutes les démarches dites scientifiques. Cette « Crucifixion » de tout Système Social (dont a voulu témoigner Jésus pour parler à Tous par son exemple), le gnostique ne la connait pas. Il Marche Droit dans le prolongement du Tronc-Gnose (= la Nature au sens cosmique), sans « fruit », sans penchant dont la finalité est autodestructrice.

-:-:-:-

Pour illustrer la Marche de l’Humanité, son Évolution Générale, à travers les Temps, j’emprunte la symbolique de l’Arbre et je dis (ce que j’ai développé dans des articles précédents) : le Tronc de cet Arbre, avec ses Racines (représentées par l’Océan avec sa faune vivante), constitue la Nature, le Milieu Naturel, avec toutes ses Espèces. Les DEUX premières Branches maîtresses sont celles qui ont vu émerger de la Nature : l’Espèce Homme.

La Branche de gauche (arbitrairement située ainsi « à gauche » mais, dans l’absolu, cette orientation n’a pas de Sens) est celle qui – Causale – a été porteuse du verbe auxiliaire ÊTRE lequel révéla toutes les spiritualités à finalité religieuses et, à l’opposé, la Branche – Conséquence de ÊTRE – qui a été porteuse du verbe auxiliaire AVOIR lequel révéla toutes les Formes pensables de gestions de la Matière Physique – les Politiques –  à finalité donc Matérialiste quand l’entité ÊTRE, dite causale, est évincée… Cas actuel pour les peuples Occidentaux où la Laïcité illustre ce déséquilibre qui condamne les Peuples laïques à aller « dans le Mur ». Mais ceci est un autre aspect du même sujet.

Nous appellerons les gnostiques – les Habitants d e la Gnose –  ceux des individus de l’Espèce Homme qui ont Poussé dans le prolongement du Tronc alors que les Deux Branches se formaient. Autre cas de figure les concernant, il y a aussi ceux des Individus qui, ayant Poussé en une (ou des) « branche(s) » ont, pour diverses raisons (psychanalyses poussées des Phénomènes existentiels, illumination, Régression totale, absolue, rendue possible par ignorance de ses propres origines tels  les « nés sous-x « , etc…),  quitté ces branches de malédiction pour faire Retour vers le Tronc et y demeurer. Ce « Faire Retour » résume, certes à l’extrême, la raison de la mission de Jésus.

Nous appellerons les « religieux » (sorcier, chaman, homme esprit, prêtres, pasteurs, etc.) ceux des Individus qui ont adhéré à la seule Branche ÊTRE et nous appellerons les « savants » (les adeptes des Savoirs : les matérialistes, politiques, scientifiques matérialistes, etc…) ceux des individus qui ont adhéré à la seule Branche AVOIR où sont, depuis l’origine des Temps, toutes les Femmes avec les enfants. Précision importante ici : aucune femme – telle est justement sa spécificité – ne peut adhérer, ne peut Pousser sur la Branche ÊTRE. De grâce, ne me demandez pas de vous expliquer ici pourquoi; des pages entières de mon blog sont consacrées à ce sujet. N’oublions pas  aussi les individus, fort nombreux qui, écartelés, Poussent… un pied dans ÊTRE et un autre dans AVOIR (les Croyants-savants).

Les individus de la Branches ÊTRE avec ceux de la Branche AVOIR (laquelle pousse en se multipliant; nous devons donc plutôt évoquer LES branches AVOIR.  Entropie croissante oblige; de même doit-on évoquer les savoirs et non pas le Savoir) constituent le Milieu Culturel dont les caractéristiques sont multiples. Seules les « Branches » sont révélatrices de : l’Intelligence, donc du phénomène de Conscience Double, soit des Savoirs avec sa Mémoire culturelle dont le rôle est si important dans le syndrome  d’Alzheimer.

Seules les Branches sont porteuses de la Maladie par le fait – je fais un grand raccourci ! – que l’Homme n’y puisse plus vivre l’instant Présent lequel est spécifique de la seule Nature. En résumé : le fait de ne plus vivre en symbiose avec la Nature, soit avec le Temps Présent, provoque toutes les pathologies connues et à connaître. Qu’on se le dise, ça aussi !

Toutes les pathologies répertoriées par les humains proviennent toutes du fait de Pousser en Branches, soit en s’écartant du Tronc. Et qu’on ne vienne pas me dire ici que cette évolution « en branches » est inéluctable, inévitable. Je suis la preuve vivante du contraire, comme d’autres hommes l’ont été avant moi et ce, depuis… toujours.

En clair donc, le gnostique n’est pas un individu culturel. Ou, comme dans mon cas, n’est plus un adepte de la Culture. En effet, il réfute, il refuse aussi, tous les SAVOIRS quels qu’ils soient, lesquels n’appartiennent qu’à des Branches, Branches qu’il connait (« connaître » c’est beaucoup plus que « savoir ») détourner l’entité Être de l’humain de la Voie, du Sens de la Vie que symbolise la Rectitude du Tronc. Ce Tronc est – et n’est QUE Connaissance soit fusion incessante (d’où cette notion de Temps Présent, synonyme d’Éternité) de Être-Avoir.

Dans les Branches, soit dans le Milieu Culturel, l’Instant Présent est un mot, il n’est plus qu’un mot (au même titre que « Liberté, Égalité, Fraternité ») et ne peut être appréhendé par aucune Conscience qui, toutes, sont habitées par la Nostalgie du Passé (justement celle de ce Temps idyllique, édénique où l’Homme vivait en le Tronc, là où sont : la Liberté, l’Égalité, la Fraternité, etc… en un mot : l’Amour), Nostalgie qui vous condamne Tous à vous tourner vers un Futur – toujours plus pathologique! – qui fait office de « carotte » en laquelle sont projetés tous vos phantasmes, toutes vos aspirations. Pathétique, l’humanité !

Et ce VOILE que portent certaines femmes…. dans tout cela ? Nous y arrivons justement mais il fallait ce grand détour d’explications pour en saisir le sens qui est très profond, très profond au point que religieux d’un côté et politiques de l’autre ne peuvent absolument pas comprendre ce que j’explicite ici.

Le secteur évolutif de la Femme – et ce, depuis Ève! – est le secteur AVOIR (arbitrairement dit de droite) que l’on peut schématiser de façon mathématique par un secteur de 90° soit, à partir de la Verticale du Tronc jusqu’à l’Horizontale, laquelle, dans toutes les Sociétés de la Terre, dans tous les Peuples, Tribus, Clans, Familles… cette Horizontale représente la Prostitution.

En clair, le secteur évolutif de la Femme est limité par la Verticale « à la droite du Tronc » (…) où elle sera qualifiée de « Sainte femme » (dans les sociétés judéo-chrétiennes notamment) et par l’Horizontale où elle sera dite « vendue », pute, prostituée, femme de mauvaise vie, fille publique, fille de joie, catin, etc.

Dans les Sociétés Chrétiennes justement, celles des femmes qui veulent consacrer leur vie à Dieu (plus exactement, à Jésus,  personnage que la religion Catholique – et Protestante à suivre… – a déplacé sur la Branche ÊTRE, Branche qui était totalement étrangère à Jésus lui-même puisque c’est la Branche qui est génératrice de Religion; ce contre quoi Jésus  s’insurgea. Comprend qui peut !) entre dans ce que l’on nomme  les Ordres. Et, d’une manière générale, ces femmes se retirant du monde « mettent un voile » (Psychique) à leurs Regards (Psychique donc) sur les Choses de ce monde qu’elles ne veulent plus voir, qu’elle ne supportent plus de voir. Bien comprendre cela, sinon, la suite est incompréhensible.

Imaginez maintenant que ces religieuses chrétiennes soient des femmes qui ne croient ni en Dieu ni en ce Jésus « déplacé », mais qui se sentent irrésistiblement attirées par…. la Verticale du Tronc (elle est LE Référentiel universel de la Vie)  soit par la Gnose. Quelle attitude peuvent-elles avoir (…) dans le Collectif social, dans la Société, elles qui ne veulent pas voir déclenché le sentiment d’adultère chez l’ homme, elles qui ne veulent pas se faire remarquer par leur « Avoir », synonyme de Corps qui a son propre Langage Comportemental que veulent ignorer les femmes libérées ! Ces femmes-là n’ont d’autre solution que de cacher entièrement leur Corps et leur visage, voire même à l’extrême, leur regard (physique) puisque celui-ci se traduit dans le cerveau des hommes – dans celui de tous les hommes qui croisent ces regards  féminins – en informations psychiques à plus ou moins fortes connotations sexuelles.

En tant que Psychanalyste fondamental je pourrais évidemment développer pour vous ce cas de la femme voilée, cas pouvant appartenir à une liste de pathologies de l’humain et plus précisément encore… de pathologies des hommes puisque par mes travaux de recherche fondamentale (quelques décennies) il m’a été donné de pouvoir démontrer que ÊTRE et AVOIR – soit respectivement l’homme et la femme (à l’échelle d’un Collectif) – entretiennent, depuis la Nuit des Temps, une relation dite Psychosomatique. Relation où l’homme est la Cause-Première de Phénomènes-Conséquences exprimés par les Femmes.

Ces travaux, soit la démonstration de cette relation Psychosomatique (première mondiale) ont été résumés par ma Théorie Universelle de la Complexité doublement officialisée : 1°/ par sa publication par un éditeur parisien en 1985 et 2°/ par un courrier officiel (1985) que m’adressa le président de la République d’alors, François MITTERRAND qui « en prit connaissance avec intérêt » (sic)  m’a-t-il même précisé ! Ce dont j’ai toujours douté vu le type de Politique de déclin qu’il conduisit alors que cette Théorie – non encore fameuse ! –  est un véritable canevas, ou « mode d’emploi » pour le Redressement de tout Pays à tendance Horizontale, soit allant « dans le MUR » comme c’est actuellement le cas pour tous les Pays d’Europe.

A la fin de l’été dernier, Martine AUBRY (première secrétaire du Parti Socialiste français) me mit en rapport avec le président de son Laboratoire des Idées du P.S. à qui j’ai fourni un résumé de ce canevas (dossier de plus de 20 pages accompagnés de schémas explicatifs), dossier écrit en termes de Lettre Ouverte que je ne cesse, depuis, d’adresser (avec accusé réception) aux dirigeants-responsables de grands quotidiens de presse écrite, lesquels – ceci dit en passant – n’ont même pas la courtoisie élémentaire d’y répondre. Il faut dire que les Systèmes à l’Occidental sont « échec et mat » et les journalistes de tous bords, plus impliqués les uns que les autres dans des branches à forte densité de Perdition. Mais revenons à notre Voile.

Rappelez-vous cette parole de Jésus (il fut un pur gnostique, soit un habitant du Tronc dès sa naissance) : « quiconque regarde un femme en la désirant adultère en son cœur « . Or, par la Psychanalyse (discipline « revue et corrigée » que j’ai exercée plus de 30 ans) il est facile de montrer que le regard de tout homme porté sur une Femme est « adultérant » soit Positivement (désir sexuel, éveil de libido, etc…) soit Négativement (sentiment de répulsion, voire d’indifférence, etc…). Et ceci, toute femme normalement constituée le ressent très bien. On peut tout à fait imaginer que certaines femmes n’aient pas du tout envie de déclencher chez les hommes qu’elles croisent dans la rue de telles réactions – positives ou négatives – sans pour autant, loin s’en faut, témoigner d’une pathologie !

Ces femmes qui adhèrent au Tronc qui, à leur insu, sont nostalgiques de la Gnose – ou tout au moins qui le manifestent – ne peuvent pas être comprises, ne peuvent pas être acceptées par la moindre Branche car leur acte n’est ni du domaine de la Religion ni de celui de la Politique. Je ne parle donc pas ici de celles des femmes qui agissent par soumission à la religion de leur mari (ou compagnon) car là, on se trouve  dans le cas culturel, « branchal », de toutes les pathologies comportementales, de relations hommes-femmes classiques, suivant les Us et Coutumes des diverses latitudes de notre Terre.

Et puis, tant le Coran que la Bible, ces Livres estimés sacrés par des millions d’individus (le port du voile n’y est pas clairement prescrit hormis les cheveux de la femme qui, longs, sont sensés jouer, occasionnellement, ce rôle de voile) évoquent l’évolution de l’Homme à partir du Péché originel soit, à partir des DEUX Branches maîtresses, soit en occultant – dramatiquement pour l’Espèce Homme  –  le Tronc-Gnose qui, SEUL, contient : le Sens de la Vie. Je rappelle au passage que le gnostique Jésus ne croyait pas, ne pouvait pas croire, en « Dieu ». Et pour cause, ce concept n’existait pas (pas déjà) en son temps.

Ces Textes dits sacrés font recette (…) grâce au fait que quantité d’hommes et femmes sont – et demeurent – « perdus » dans un fouillis de Branches culturelles, incapables de Voir le Tronc dont rend témoignage depuis toujours tout véritable gnostique. Quel Commerce indécent que celui de l’exploitation des Masses par la Religion.

Je comprends qu’il ait existé, de par le Passé, des bûchers pour les gnostiques! Aujourd’hui, ces bûchers ont muté en notion de Censure comme les guerres militaires de jadis mutent, actuellement pour l’Europe, en Guerres Économiques.

Tel est le Sens de la décadence à laquelle est donnée une fausse idée Positive afin d’être assimilable à cette notion – fondamentalement Négative – de Progrès.  Il en faudra du temps au Temps pour que les Peuples se rendent compte de la supercherie Culturelle de cette notion de Progrès.

Pour ceux que ce sujet de voile intéresse (je ne doute pas qu’ils soient nombreux), je précise que le CORAN ne dit rien d’autre sur ce voile que dans la Sourate 24 verset 31 que je cite en entier (version André CHOURAQUI) :

  • « Dis aux adhérents de baisser leurs regards, de préserver leur nudité, de ne montrer que l’extérieur de leur beauté, de rabattre leur voile sur leur gorge (où « gorge » est traduit par « poitrine » dans la version D.MASSON). Elles ne montreront leur beauté qu’à leurs époux ou à leurs pères ou aux pères de leurs époux, ou à leurs fils ou aux fils de leurs époux, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs ou à leurs femmes, ou aux esclaves que leur droite possède, ou aux esclaves exempts de convoitise parmi les hommes, ou aux garçons qui ne sont pas attirés par le giron des femme.(… »ou à leurs serviteurs mâles incapables d’actes sexuels »  d’après D MASSON). Elles ne battront pas des pieds pour révéler ce qu’elles dissimulent de leur beauté. Retournez à Allah, vous tous, les adhérents : peut-être serez-vous féconds. « 

Je précise enfin que toute version du CORAN comme toute version de la BIBLE qui implique le concept de DIEU (comme le fait D. MASSON pour le Coran, comme de bien nombreuses traductions  de la Bible, hélas !) sont tout à fait inadéquates – pour ne pas dire plus  – le concept de Dieu étant le direct produit d’une Psychose Collective appelée Paranoïa. Ce que j’ai largement développé et démontré dans des articles précédents de mon Blog. Seul André CHOURAQUI a fait une traduction acceptable (d’où cette sorte de voile de censure tendu sur sa traduction cependant révolutionnaire…)  de ce concept en le rendant « Complexe » (à l’Image de la Conscience humaine. Là est la faille) par une dimension Psychique, ÊTRE, traduite par « YHWH », et une dimension Physique, Matérielle AVOIR traduite par « Elohim » qui est tout logiquement un pluriel.

Mais cette approche est encore fausse aux Yeux du gnostique, soit aux Yeux de l’Absolu, puisque cette distinction des constituants de la Complexité n’est pas dans la Réalité laquelle Réalité est UNE, soit fusion (= Amour) de ces DEUX constituants. Elle est ÊTRE-AVOIR sans cette conjonction « et » entre les deux qui marque le mortel clivage.

Quand les théologiens, gens d’églises, exégètes, etc. ouvriront-ils les Yeux, quand comprendront-ils que leurs visions du vivant sont encore plus ridicules que celles du Père Noël proposées aux enfants et que ces versions aberrantes sont précisément la Cause-Première des conflits guerriers entre les hommes ?

24 janvier 2010

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on  the french web site  http://blogapart.freehostia.com

Nature (Inné) – Culture (Acquis) et la Maladie (art.24)

lundi, mai 25th, 2009

– Article 024 –

Nature (Inné) 
Culture (Acquis)
et,
la Maladie

-:-:-:-

AVANT PROPOS

      C’est un sujet délicat et sensible que je me propose d’aborder ici mais il ne pourra pas être totalement pénétrable par le lecteur qui aura évacué les sujets précédents, notamment les écrits qui concernent ma « Théorie Universelle de la Complexité » (publiée à Paris en 1985 et que j’ai résumé, précédemment, en six articles d’avril et mai 2009) laquelle Théorie est le Fondement de « l’Arbre au Sein du Jardin » dont le Tronc est la Gnose – la Nature – et toutes les branches foisonnantes, la Culture, le monde Culturel.

Déjà, je me dois de préciser que contrairement à ce que font certaines Consciences dites savantes, il n’est pas question d’opposer la Culture à la Nature. Ceux qui opèrent une telle scission, puis opposition, appartiennent à des  « branches » si lointaines du Tronc qu’ils n’en voient pas toutes les ramifications, les continuités aussi qui les y rattachent. Ceux là – tels les citadins, les partisans du « tout béton » – auront pour la Nature un regard lointain, détaché, respectueux aussi (c’est ce qu’ils affirment) mais pas au point de ressentir cette petite gêne coupable en offrant, à une femme par exemple (geste culturel), un bouquet de fleurs coupées… Comprend ici qui peut.

Les paramètres qui caractérisent le Culturel sont innombrables et il ne faut pas voir dans la chronologie suivante une moindre hiérarchie ni de valeurs ni d’importance. Pour le lecteur qui ouvrirait mon Blog à part sur ce sujet, je me dois de rappeler le sens de ma position de gnostique.

-:-:-:-

RAPPEL de la Gnose (soit « à partir de » la Gnose)

    La Vie sur cette Terre peut être symbolisée par un Arbre; son Tronc est la Nature avec toutes ses Espèces. Ce Tronc doit être perçu comme ce « cordon ombilical » qui relie chacun des éléments de la Nature – comme chaque Animal, tout gnostique – à l’Universel, ce qui lui épargne toute impression de solitude et d’ennui. Cette particularité est  importante à saisir.

L’Espèce Homme fut « chassée » de cette Nature il y a… des « lustres » disons, ce qui est relaté dans des Textes bien connus par le premier Couple Adam et Ève (chassé du Jardin d’Éden) où chacun symbolise l’évolution d’une Branche Maîtresse : celle de ÊTRE occupée par tous les Mâles appelés « hommes » et la Branche opposée, AVOIR – conséquence de ÊTRE – occupée par toutes les Femelles appelées « femmes ».

Ces Branches Maîtresses ont, depuis, beaucoup poussé de telle sorte que, Aujourd’hui, hommes et femmes se trouvent dans un foisonnement de branches, sous-branches et rameaux tellement denses, mélangés et éloignés du Tronc que nombreux (pour ne pas dire Tous !) sont ceux et celles qui ne « voient » plus ce Tronc Nature. Ceux-là constituent le Milieu Culturel.

Quant au gnostique que je suis, j’occupe une position ignorée des Occidentaux, en fait, inconnue de milliards d’humains ! Explications.

Comme tout humain, je suis né « du Tronc » (la gestation de neuf mois dans le ventre maternel correspond à ce trajet de l’Âme du Tronc – là où Ovule et Spermatozoïde fusionnent – jusqu’à la sortie en « Branche » (appelée Accouchement pour les humains). Toute l’Éducation reçue étant ce travail des géniteurs fait pour « élever »  le nouveau-né au stade où se trouve le Collectif Social dans ce foisonnement de branches. Je signale au passage qu’une femme seule ne peut pas « élever » un enfant; elle ne peut que l’éduquer (j’attends vos questions….). Ce cheminement éducatif, je l’ai vécu. A la différence que très jeune, enfant, j’ai manifesté une totale allergie vis-à-vis de cette « élévation » culturelle, très religieuse (suivie à contre cœur et ce, pour des raisons tout à fait claires pour moi; naissance sous-X suivie d’une adoption de principe, dépourvue d’amour charnel, etc..).

Ce n’est qu’une fois devenu adulte (avant 40 ans) que j’ai fait une « marche arrière » (qu’il n’est pas recommandé de faire seul car elle est suicidaire. J’en reparlerai par ailleurs), appelée Régression en Psychanalyse, c’est-à-dire que de ma position de bout de branche, un peu à l’image de la sève qui « redescendrait » vers les racines, je suis Redescendu, sans être arrêté par aucun « Nœud » (Nœud = liens de parenté absents dans mon cas), arrêté par rien… JUSQU’AU TRONC.

C’est à ce stade ultime, Originel, qu’il m’a été donné de vivre une illumination (phénomène complexe ignoré des humains, hormis le mot !) qui m’a non seulement sauvé du suicide mais surtout qui m’a situé en périphérie du Tronc car telle est la place de tout gnostique. J’ai  alors commencé une Ascension du Tronc (Élévation du Niveau « de Connaissance » et non « de Conscience » ; cette dernière étant spécifique des seules branches) en ayant sur toutes les Branches, un Regard Objectif puisque le Tronc en question est synonyme d’Objectivité, d’Amour, de Justice, d’Équité, de Verbe Lumière, d’Absolu, etc.

Je précise enfin que c’est en ce lieu privilégié que se sont situés en leurs Temps : Laotseu pour l’Extrême Orient, Gautama dit le Bouddha pour l’Orient, Jésus pour le Proche Orient et c’est de là, qu’à mon tour, je vous dis ces choses, pour l’Occident; en précisant aussitôt que je ne suis pas Laotseu, pas davantage ni Bouddha ni Jésus. Je rappellerai simplement cette parole de Jésus :  » qui marche sur mes pas fera ce que je fais. Il fera même de plus grandes choses encore car moi je m’en retourne au père« . Parole qui nécessitera une petite explication, au sujet de cette notion de « père » notamment (elle n’est pas du tout synonyme de Dieu), quand nous aborderons, un autre jour, l’histoire tant Défigurée de Jésus.

-:-:-:-

NATURE-CULTURE ou INNÉ-ACQUIS

    Il n’a jamais été facile pour ceux qui m’ont précédé de définir la Gnose autrement qu’en resserrant les cercles concentriques qui l’entourent comme pour mieux la cerner. Le sens propre du Langage est incapable de La définir, le sens figuré peut en donner une approche mais très insuffisante. Pour ce faire, ont été employées depuis la Nuit des Temps les Paraboles (elles furent exemplaires du temps de Jésus) les Métaphores, le langage Imagé (comme je le fais avec l’Arbre, le Tronc et les Branches), etc…  Je peux tout de go vous donner cette définition objective du Tronc Nature (donc, de la Gnose) – elle est : cet « Espace-Temps où fusionnent constamment Être avec Avoir qui ne font qu’UN « . Cette définition ne parlera guère à une Conscience « normale ».

C’est donc par un tout autre moyen que nous allons opérer,  en parcourant les Branches Culturelles (pléonasme) et en soulignant pourquoi telles ou telles de leurs caractéristiques constituent des dysfonctionnements pour ne pas dire des  pathologies. Car si vous vous teniez un instant à mes côtés, en périphérie du Tronc et en son sommet (un peu à l’image du haut d’un Phare), vous seriez accablés par le degré d’Erreur qui règne au sein de toutes les branches dites savantes, tant celles de Être que celles de Avoir et que ces Consciences savantes prennent globalement pour la Normalité.

Cependant, leur rôle premier est instructif car ces branches révèlent en plein jour – mais au travers de pathologies (toute Maladie s’exprime par les branches; Maladies spécifiques de Être et, conséquemment, celles de Avoir) – des caractéristiques cachées qui constituent le Tronc (la Maladie ne peut pas être dans le Tronc ou, quand l’Homme croit l’observe, il oublie un peu vite sa responsabilité quant à cela).

La caractéristique première du Tronc est l’INTELLIGENCE-AVEC (synonyme de Prise de Conscience SIMPLE) qui unit entre elles non seulement toutes les Espèces (notion de « chaîne » des Espèces) mais, plus globalement,  tous les « éléments » qui La composent. Émergeant par les Branches, cette notion d’Intelligence-AVEC est devenue l’Intelligence tout court (synonyme de Prise de Conscience DOUBLE) celle de l’homme et celle de la Femme. Ceci doit être clairement compris : l’Intelligence humaine est un ersatz de l’Intelligence-AVEC. D’où, la nécessité – pour les hommes surtout – d’attribuer à cette Intelligence des qualités qu’elle ne possède pas du tout (l’Intelligence humaine est une pathologie, le produit d’une Carence fondamentale en d’Amour !).

-:-:-

L’INTELLIGENCE de l’Homme

     De nos Jours encore les scientifiques aimeraient bien pouvoir définir cette Intelligence avec objectivité afin de mieux manipuler (!) les humains. Cette définition de l’Intelligence individuelle ne peut être appréhendée que par celui qui Habite le Tronc-gnose.  Pour simplifier disons que pour l’homme Premier (celui qui évolue toujours en secteur Être) son intelligence est quantifiable par cette distance « horizontale » qui éloigne son « Être » du Tronc. Pour la Femme qui, Elle, n’a pas changé de secteur Avoir, son intelligence est quantifiable par cette distance qui éloigne son « Avoir » du Tronc. L’intelligence de l’homme qui sera passé en secteur Avoir et qui entretiendra avec Être une relation spirituelle, religieuse,  sera alors dite « double ». Je n’emploie l’expression d‘Intelligence Complexe que pour ceux des hommes restés dans leur secteur Premier, Essentiel, Être, et qui se préoccupent aussi des déroulements qui s’opèrent en secteur Avoir. Pour l’homme passé en Avoir et qui se préoccupe de Religion, je ne parlerai pas de « Complexité » mais de (dé)doublement de la Personnalité (nous y reviendrons par l’étude des pathologies).

-:-:-

L’INNÉ de la NATURE

     Je m’arrête un instant sur un point important et pratiquement ignoré de Tous (ou presque) et qui concerne une caractéristique majeure du monde Naturel. Dans la Nature et plus particulièrement dans le règne Animal, l’Inné peut être imaginé (…) comme étant une sorte de « longueur d’onde » qui place le cerveau de chaque individu « en phase » avec l’Universel. Qu’est-ce à dire ? Cela signifie que le cerveau de l’Animal – comme celui du gnostique qui se trouve au sommet de la pyramide des Espèces du Tronc – reçoit constamment des « informations », des « instructions » auxquelles il est « soumis », instructions qui ont toutes pour Objet, pour sens, LE BON SENS de la survie où la notion de Choix (particularité du Milieu Culturel) n’existe pas. Si l’on transpose cette caractéristique Naturelle à l’Homme, nous observons que « rien de semblable ne se passe ».

Son Acquis culturel place l’Homme dans une situation de rupture quasi totale avec l’Universel (qui, de ce fait, « ne lui dit rien ») et dont la plus directe conséquence est l’ennui qu’il peut ressentir, surtout quand il est seul. Faire cet exercice de Régression jusqu’au bout, soit jusqu’à l’Intégration du Tronc, c’est tout aussi progressivement ressentir en soi une Voix qui fait Voie, tandis que simultanément la Conscience individuelle s’estompe pour laisser prise à l’Inconscient Collectif (le Tronc) qui est cette dimension Universelle de l’Individu que S.FREUD ne découvrit jamais.

Ce que je vous dis là est révolutionnaire car met à plat toutes les théories psychanalytiques, psychiatriques, et autres … qu’elles proviennent de S.FREUD ou non. L’Inconscient (il ne peut être que Collectif) est affaire de Tronc, de Gnose, que la Pensée Occidentale – pas davantage les U.S.A. – n’a intégrée dans aucune de ses Constructions existentielles (Philosophies, etc…). D’où le Vide existentiel majeur observable dans ses propositions philosophiques. Je ne citerai ici aucun Nom de Penseur, de Philosophe, etc…, tous étant dans l’Erreur depuis que la Pensée sert à de telles constructions.

Dans la Nature on trouve, chez les Animaux, la notion salutaire d’instinct directement liée aux Sens  – tous soumis à ce Bon Sens évoqué précédemment – et indissociable de leur Intelligence-AVEC, soit la Connaissance, Sens que les humains cantonnent au nombre de cinq alors qu’ils sont plus nombreux chez l’animal mais surtout plus performants; dont le Sens de l’orientation, sixième Sens pratiquement atrophié chez l’humain.

-:-:-

LES MÉMOIRES : NATURELLE et CULTURELLE

      Une autre caractéristique du monde Vivant – dont Animal – est la MÉMOIRE NATURELLE (associée à l’Inné soit à la Connaissance) laquelle se verra tout progressivement remplacée, dans la progression « en branches », par la MÉMOIRE CULTURELLE chez l’Homme (associée à l’Acquis, soit aux Savoirs). Cette forme de Mémoire Culturelle au cœur de laquelle siège l’ego, soit la Personnalité (caractéristique inconnue du Tronc) se développe en même temps que les ÉMOTIONS (synonymes d’Ouverture, d’éclosion de la Personnalité) qui sont, elles aussi, étrangères au monde du Tronc, au gnostique notamment qui connait que tous ces chemins qui conduisent à l’éclosion mènent inéluctablement à la Perte de soi. Or « soi », c’est l’Ego qui le détermine, cet Ego « mortel »  (nous reviendrons sur ces Mémoires Naturelle et Culturelle dont le rapport est pathologique et fondamental pour comprendre la prétendue « maladie » d’ALZHEIMER).

-:-:-

sur : LA MORT

       Qu’entend-on par ce sujet si important qui marque le début de la Bible – toute la Bible !-  avec cette notion de « mort », de « péché originel »? Nous sommes justement en plein sujet. Quiconque a le Tronc-gnose pour demeure (dont toutes les Espèces Animales et, au sommet du Tronc, le gnostique) ne « sait » pas la Mort, il ne peut pas savoir qu’il va mourir puisqu’il faut être sorti du Tronc pour Savoir. Quiconque sort du Tronc pour évoluer en « branches » quitte la Connaissance pour pénétrer les Savoirs dont celui de la Mort. Il réalise alors qu’il est « mortel ». Cette bifurcation de Tronc vers la Branche, les textes anciens l’ont traduit par le mot hébreu « Khata » dont la signification est très exactement « manquer la cible« .

Au fil des Temps, les diverses traductions de ces textes ont transformé ce « manquer la cible » en notion de péché originel, ce fruit « défendu » que la femme a donné à l’homme. Mais associer la notion d’humain au « péché originel » c’est commettre un pléonasme, une lapalissade !  L’humain est systématiquement « mortel ». Par contre, associer le gnostique à l’humain n’est pas cohérent.  Le gnostique ayant vaincu la Mort (il ne croit pas en la mort; il l’a « dépassée ») peut, éventuellement être qualifié de Sur-humain (mais là n’est pas sa préoccupation) si on pose pour hypothèse tout à fait cohérente que le Devenir de l’Homme est le Retour par le Haut dans le Tronc-gnose…où, in fine, il redeviendra Immortel.

-:-:-

LA MALADIE

    L’idée majeure que j’ai voulu souligner par cet écrit est cette notion que les Sociétés dites civilisées vont bientôt être acculées à admettre :  le Milieu NATUREL (le Tronc-gnose) est exempt de toute MALADIE, les maladies ne s’exprimant QUE par les Deux Branches Maîtresses, branches et sous-branches, du Milieu CULTUREL.

Deux grandes familles de Maladies : celles qui dépendent de Être (je signale au passage que toutes les disciplines Psy sont ignorantes de l’origine des maladies dont elles se chargent. Pour vous en convaincre vous n’avez qu’à consulter un dictionnaire de Psychologie, médical ou autre et vous constaterez l’ignorance avouée de chacune de ces branches scientifiques) et celles qui dépendent de Avoir. La grande misère intellectuelle de la Pensée Occidentale est d’avoir oublié (…) que tout ce qui s’exprime par Avoir découle de Être et d’avoir donc créé DEUX types de médecines alors qu’il n’en faudrait que UNE mais une qui soit « Complexe ».

Même la cause du Cancer est à rechercher en remontant vers Être, via la remise en question du rôle que joue l’Intelligence de l’Homme dans son Évolution Générale. Cette Intelligence produit des « Sous-produits », ou « copies mortes » physico-psychiques de l’Organisme vivant, humain (exemple :  l’appareil photo est « sous produit » ou copie morte de l’Œil, l’ordinateur est sous-produit ou copie morte du Cerveau, etc…etc…). L’Homme s’entourant et se nourrissant de plus en plus exclusivement de ses  « Sous-produits » voilà le Cheminement de la Maladie dont le summum est appelé le Cancer. Là aussi, comprend qui peut.

Il n’y a pour l’Homme AUCUN moyen, aucune médication, pour trouver la Bonne Santé (au sens large) parmi des branches. C’est impossible. La seule médication vraie, efficace, est ce Retour vers la Nature. L’ennui, c’est que l’Homme, dégradant la Nature, dégrade de facto toujours plus  sa possibilité de recouvrer la Santé ! Un peu à l’image d’avions qui, avant de décoller de leur porte-avions, lâcheraient une bombe sur le pont. Assurément, leur appontage futur posera problème…

En résumé

     il n’y a pas d’ego dans l’Inné (dans aucun Animal, ni chez le gnostique). L’ego est né dans  les Branches des Savoirs, il est la Perte de l’Homme. Il n’y a pas d’Acquis dans la Connaissance. L’Inné est Amour. L’amour acquis n’est pas Amour. Il n’y a pas de Maladie dans l’Inné. La Maladie est affaire d’Acquis. L’homme qui médite, est un Être qui loge dans des branches voire, dans la Branche Maîtresse ÊTRE, qui tente de réintégrer le Tronc pour entrer en phase, ou « en résonance » avec cette Voix Universelle. L’homme qui prie cherche la Voie (et/ou la Voix) dans le prolongement de branches. Et ce, toujours en vain. Il n’y a de notion de liberté QUE dans la Nature, en la Gnose, quand l’Individu est connecté avec l’Universel soit non entravé par la volonté de l’Ego. C’est pourquoi, dans les branches sociales, tant d’Individus sont en quête de liberté! Elle y est… introuvable !

le 25 mai 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com