Posts Tagged ‘Pulsion sexuelle’

Les Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux des hommes (art.101)

vendredi, juin 10th, 2011

– Article 101 –

-:-:-:-

Les Trois Traumatismes Psychiques

fondamentaux des hommes

-:-:-:-

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux  de l'Homme (art.101)

Les Trois traumatismes Psychiques fondamentaux de l’Homme (art.101)

Légende – La spirale Enroulante de l’entité ÊTRE (à gauche).
Conséquemment à droite, la spirale déroulante de AVOIR (la spirale est plurielle)
Au Centre, le Tronc-Gnose ou la NATURE – et le gnostique – qui croît sans clivage
Clivage qui est représenté ici pour situer le Milieu Culturel de l’Homme
qui est Extérieur au Tronc-Nature, à la Gnose.

-:-:-:-

   Au cours de son Évolution Générale, soit depuis que l’Espèce Homme a été chassée de la Nature (également appelée l’Éden, Jardin d’Éden, Paradis, etc. Je l’appelle Tronc-Gnose dans la plupart de mes écrits) pour constituer son propre « milieu », le Milieu Culturel, l’homme, (ici, je parle bien du Mâle et non des femmes) eut à subir TROIS échelons différents et successifs de Traumatismes Psychiques absolument fondamentaux.

Le cerveau de la Femme n’eut pas à vivre le Deuxième et Troisième de ces Traumatismes fondamentaux; quant au Premier d’entre eux, il fut pour Elle beaucoup moins Traumatisant, Psychiquement parlant, puisque son Psychisme (directement lié à Être) est de « dose » moindre chez Elle que chez l’homme comme le montre la suite.

-:-:-:-

Premier Traumatisme Psychique

    Avant d’être «chassés» de la Nature – avant que Dame NATURE n’Accouche de l’Espèce Homme – ceux que nous nommons Aujourd’hui les hommes et les femmes y vivaient de façon Complémentaire et Équitable. Ce que j’ai traduis par ce que j’ai appelé leurs « Cartes d’Identités Individuelles » :

  • l’homme   =    Être +  avoir
  • la femme  =   Avoir + être

L’entité qui était majoritaire en chacun est mentionnée en caractères Gras (j’emploie un temps Passé car depuis, les choses ont bien changé; ces hommes Premiers n’existent plus depuis longtemps, tout juste peut-on trouver Aujourd’hui, dans quelques replis perdus de forêts Primaires, quelques exemples d’hommes Primitifs mais non Premiers. Durant ces mutations, les Cartes d’Identités se sont considérablement modifiées).

Ici, les adeptes d’une certaine Pensée Chinoise estimeront trouver l’expression occidentalisée du fameux YIN-YANG ( respectivement AVOIR-ÊTRE),  expression qui s’avère totalement insuffisante pour évoquer non seulement cette Complémentarité Ancestrale en chacun soit dans une lecture Horizontale et l’un vis-à-vis de l’autre, dans une lecture Verticale, mais aussi et surtout pour expliquer les Troubles Psychiques par Carences (Carences Psychiques puis, Psychologiques puis Mentales par suite de déclins successifs dans l’AVOIR) que l’évolution imposa à chacun.

  • Note :  je précise que cette volonté actuelle de voir s’établir (dans les Pays Occidentaux tout au moins) des règles sociales d’Équité comme de Parité, etc., si elles semblent légitimes (!), sont tout à fait utopiques, inapplicables car émanant d’une lourde Ignorance (que j’essaie de combler….) mais aussi de Nostalgies des Temps Premiers. J’invite celles et ceux qui en douteraient à étudier la raison de cela qui est largement développée dans mes écrits. Faut-il encore les comprendre en dépassant ses propres blocages culturels qui sont largement éducatifs et particulièrement sexuels.

Comme je l’ai mentionné dans des écrits antérieurs, c’est le Mâle (le futur « homme ») qui fut chassé le premier du Tronc – Nature et qui évolua par la Branche spirale Enroulante de gauche.

Quittant donc le Temps Présent (il  caractérise le Tronc-Nature), c’est par ce type d’évolution qu’il prit Conscience DOUBLE de lui même comme de toute chose – phénomène qui implique les SAVOIRS  et le Péché Originel – et par la-même, qu’il prit conscience de la Mort, phénomène totalement étranger à tous les autres occupants de la Nature. En effet, les Animaux ont un cerveau qui, du fait d’être toujours en Intelligence-AVEC la Nature, vivent le Mécanisme de prise de Conscience SIMPLE – seule synonyme de Temps Présent – également synonyme de Connaissance exempte de tout « Péché Originel ».

  • Le Péché Originel est à comprendre comme étant cet Angle que fait – en secteur ÊTRE – la Branche avec la Rectitude du Tronc. En poussant l’idée (…) on peut imaginer qu’il puisse exister un petit ou un grand Péché Originel selon la valeur de cet Angle; mais ceci n’est pas très sérieux et ne change en rien quant à le suite des évolutions et des pathologies de chacun. Avec un Angle faible, on comprendra aisément que le Clivage Schizophrénique  soit moins « douloureux » (…) et sa Conséquence, la Paranoïa Collective, plus longue à venir. Où l’on voit que tout est affaire d’élasticité du Temps qui est justement un concept spécifique de ÊTRE (comme celui d’Espace est spécifique de AVOIR).

Le Tronc-Gnose, la Nature, n’est affaire QUE de Connaissance (= fusion incessante de ÊTRE-AVOIR) et ne contient AUCUN Savoir qui, tous, n’apparaissent que par des Branches. C’est pourquoi le gnostique peut dire :  » je ne veux pas le savoir « , lui qui est Habité par la Connaissance. Il « connait » que tout Savoir est synonyme… d’Erreur ! Ce qui, pour les constituants des Branches (les humains) , est plus facile à constater qu’à admettre !

C’est donc le cerveau de l’homme qui eut à subir ce violent Traumatisme Psychique que le cerveau de la femme eut aussi à vivre mais conséquemment à celui de l’homme, non de manière frontale soit, en Marchant derrière lui telle son Ombre (en fait à « Côté » de lui; ce que la Bible évoque si mal par la prise d’une « côte »  à Adam pour « concevoir » la femme). L’homme fut le fer de lance de ce premier Traumatisme Psychique.

C’est la raison pour laquelle, les Textes bibliques mentionnent aussi, et à juste titre, cette chronologie dans  l’Évolution de l’Homme par l’apparition sur Terre de Adam avant Ève. Ce qui ne peut paraître que choquant pour le commun des Croyants, pour les non Initiés, comme pour les scientifiques. Mais cela veut dire en clair : Être (dont Adam est l’émissaire) vient AVANT Avoir (dont Ève  est l’émissaire). Soit : l’Esprit est avant le Corps. Ce que les Gens d’églises sont bien incapables d’expliciter à leurs fidèles.

C’est par mes travaux de recherche fondamentale polarisés sur l’Évolution Générale de l’Homme (en chercheur autodidacte et donc libre) que j’ai ainsi pu réaliser et montrer qu’à cette époque certes lointaine, Adam et Ève, soit les hommes et les femmes dits Premiers, obéissaient – quant à leurs Comportements réciproques – aux Principes de la Psychosomatique. C’est-à-dire :

  • Les hommes, initialement Habités par l’ineffable verbe Être, voyaient leur Esprit (il est la directe émanation de ÊTRE) exprimé par le Comportement «Avoir» des femmes  qui est leur Langage Corporel.

Si on ne comprend pas ce que j’expose là, l’Origine du Langage (Comportemental d’abord, puis Verbal ensuite par carence du premier) avec ses Troubles inhérents à l’Évolution, ne peuvent en aucun cas être compris.

C’est à ce stade d’Incompréhension que sont encore et toujours toutes les disciplines savantes de la Psy (entre autres) qui n’ont absolument pas associé le Langage Verbal à une pathologie ! Cela leur est quasi impossible à penser.

Il faudra probablement quelques siècles encore aux prétendus érudits, Universitaires et autres, pour intégrer ce paramètre fondamental qui, tant qu’il sera ignoré, obligera une Positivation artificielle de tout Langage Verbal, comme celle de la Pensée laquelle est fondamentalement Négative (d’où les échecs scolaires comme l’incompréhension patente entre les humains en général, celle des Individus au sein de leur Couple en particulier).

Prétendre comprendre l’Autre via son expression exclusivement verbale est illusoire. Croire cela, c’est se mentir à soi-même. Il peut être donné à certains hommes de comprendre certaines femmes ; par contre, il est impossible à un cerveau féminin de comprendre celui d’un homme. Je connais combien cette affirmation heurtera bien des femmes. Il n’est pas question ici de machisme, ni d’anti-féminisme primaire, il est question d’analyse fondamentale.

Le Né Sous-X vit ce Premier Traumatisme en terme de Carence d’Amour Absolue dans la mesure où la famille d’accueil, quand il y en a une, ne lui apporte pas d’amour; ce qui participe à faire prendre conscience, à l’enfant abandonné, des terribles Manques de son Premier Traumatisme.

-:-:-:-

Deuxième Traumatisme Psychique

     Alors qu’ils sont tout juste chassés de la Nature, les cerveaux des hommes et des femmes ne vont pas suivre le même Chemin psychique. Ce que montre mon schéma symbolique.

Le cerveau des hommes, parce que majoritairement Habité par l’entité Être, suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui s’enroule (spécificité de l’entité Être qui est majoritaire en lui). A gauche sur le schéma.

Le cerveau de la femme, pendant le même Temps (ils vivent évidemment ensemble dans le même Groupe) suit un Chemin dont la symbolique peut être représentée par une spirale qui se déroule; spécificité de l’entité Avoir qui est majoritaire en elle. A droite sur le même schéma où ces chemins là sont multiples car « entropiques ».

En d’autres termes il faut comprendre que le Chemin spiralé des hommes s’en va en ralentissant et en se rétrécissant (par Perte progressive d’Énergie vitale)

Obéissant au Principe Psychosomatique déjà évoqué, le Chemin de la Femme s’en va donc Conséquemment de façon Complémentaire c’est-à-dire : en s’accélérant et en s’élargissant.

Telle est la voie première et unique de la Femme. L’homme connaît, lui, DEUX types de voie.

Le Deuxième Traumatisme Psychique de l’homme sera donc de se trouver – généralement en nombre toujours plus élevé – dans un Chemin psychique ralentissant (il accule aux Idées dites Arrêtées = les dogmes), en se rétrécissant, donnant ainsi cette insupportable Impression de fin en impasse qui, psychiquement toujours, se voit comme  Compensée par les concept(s) de dieu(x) auxquels tous se Raccrochent.

Dans un Groupe encore proche de la Nature, ce sont là plusieurs dieux qui voient le Jour mais plus la Conscience Collective s’élève, plus elle s’achemine vers un Dieu unique. Où l’on sera amené à considérer (si l’on est courageux !) qu’évoluant ainsi, l’Homme pénètre de plus en plus les sphères de l’erreur par éloignements incessants de la Vérité, de la Réalité, de l’Objectivité, qui est fusion de ÊTRE-AVOIR, le Tronc Nature. Là aussi, mon schéma est clair.

En effet, cette spirale enroulante du psychisme de l’homme développe dans un espace tri-dimentionnel, la silhouette de la Pyramide des divinités où la finalité est le Pyramidion soit la croyance en un Dieu finalement estimé unique et Supérieur à Tout (= Paranoïa Collective. Nous sommes ici en pleine Psychose contrairement au classique « traumatisme » généralement associé à une Névrose).

Dans le Groupe, Clan ou Tribu Primitive, il n’y a qu’UNE place pour celui là qui occupe cette position de Pyramidion différemment nommé : l’homme Sorcier, l’homme Esprit, le Chaman, le prêtre, etc. etc.

Mais que font alors tous les autres hommes – tous sauf celui-là – quand le fond d’Impasse se fait ressentir ?

-:-:-:-

Troisième Traumatisme Psychique

    Quand arrive ce stade de l’évolution du Groupe considéré, stade de fond d’Impasse, tous les hommes (sauf l’homme Esprit, donc) vont massivement passer dans les Branches AVOIR, de l’autre côté du Tronc, soit dans l’espace initialement réservé à la Femme. C’est ce que j’ai appelé « le Temps du Passage ».

Ce Temps du Passage se traduit dans les cerveaux masculins arrivés en fond d’Impasse par une sorte d’apparition d’issue de secours, apparemment indolore quand il est ainsi vécu au fil de siècles, où  ces cerveaux – quittant le secteur fondamental et Essentiel Être – vont tout progressivement « se faire Avoir », à l’image de ceux de la Femme qui auront dorénavant de moins en moins à traduire la spiritualité évanouissante des hommes.

C’est à partir de là que la Femme va commencer à ressentir le fallacieux sentiment de « liberté » (en lequel Elle va se Perdre ! Et toujours plus de nos Jours), qu’elle perd aussi le Poids de sa raison d’être (« être » avec un petit « ê ». Cf. sa Carte d’Identité) qui se traduit par l’extinction puis la disparition du peu de quantité d’Essence qui l’habitait.

D’où son Appétit naissant (qui ne cessera de croître) pour l’idée du Prince Charmant, soit ce Personnage compensatoire en Essence Être et que le Christianisme a su si malicieusement traduire par la mise en place du personnage Jésus auquel toutes les femmes, religieuses ou non, sont sensées « tomber amoureuses ».

Voilà alors la naissance, par la Femme en voie de libération, de la Pensée avec sa pernicieuse  Dialectique (Pensée dialectique étant un pléonasme !). La Pensée émane toujours de Avoir, la Matière, c’est-à-dire que la Pensée est entropique ce qui lui permet, contrairement à l’Esprit,  l’Analyse soit la « marche arrière »; terrain de prédilection du monde dit Scientifique.

Ce Troisième et grand Traumatisme vécu par les hommes annonce le début de la Fin de l’Évolution du Groupe, évolution qui va tendre alors vers l’Horizontale, par l’émergence – par les hommes – de la Chose Politique sensée la maîtriser pour la Gouverner.

Ce Groupe, toujours plus éloigné de Être, soit de l’homme Esprit, va finalement s’en Couper (ce que l’on appelle Aujourd’hui la Laïcité) pour se Ruiner dans et par l’Avoir (les conflits d’abord guerriers qui mutent en Guerres Économiques via la Finance).

En résumé

     Ces Traumatismes typiquement Masculins vécus par le Collectif et succinctement dépeints ici, (ils ne sont pas vécus par la Femme hormis le Premier et, en intensité infiniment moindre puisque le Sens de son Évolution à Elle n’est jamais que « de la Nature accélérée« ; son rapport à la Nature est un rapport d’amour « Homosexuel« ) sont vécus par chaque Individu Mâle venant au monde. Le Temps du Passage correspondant à celui de l’Adolescence où le Sexe opposé commence à le tourmenter, à le pré-Occuper.

Ces Souffrances psychiques de l’homme le déstabilisent obligatoirement au point que la Femme ait à jouer (…) auprès de lui le rôle d’infirmière, rôle dans lequel certaines d’entre elles se complaisent (ce n’est point là une critique, c’est un constat d’études).

La quête, la recherche de Plaisirs – généralement sexuels – que les hommes instinctivement recherchent et qui a la Femme pour Objet (au sens psychanalytique) a pour unique Source (ne parlons pas d’Origine, car rien n’a d’Origine vraiment) le cumul de ces Trois Traumatismes Psychiques fondamentaux.

Enfin, je dirai que le ressenti (nous sommes ici dans le Subconscient tant Collectif que Individuel) de l’homme à l’égard de la NATURE qui l’a chassé, et des conséquences qui ont découlé de cela, est tel qu’il passera le restant de sa vie à vouloir s’en Venger, c.à.d. à La détruire plus ou moins rapidement par ses produits, tous anti-Naturels (car Culturels) produits qui sont le fruit de son Intelligence.

– Rappel : l’ Intelligence est cette distance Horizontale (sur mon schéma), pathologique, car synonyme de Carence d’Amour, distance qui sépare les entités Être et Avoir du Berceau originel – le Tronc-Nature – et, conséquemment, qui sépare l’homme de ses Racines, la Mer, cette Mer qu’il pollue… à Mort.

Il en sera ainsi tant que mes Vues ne seront pas largement intégrées soit partagées.

le 10 juin 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com