Posts Tagged ‘Verbe-Lumière’

Lettre Ouverte à l’Eglise Réformée de France – Art. 194

mardi, avril 4th, 2017

Article n° 194

-:-:-

LETTRE OUVERTE

à

L’ÉGLISE RÉFORMÉE DE FRANCE

 

Je suis Enfant de ce monde Naturel.

Le monde Culturel m’a fait tel que je suis devenu, Aujourd’hui.

-:-:-

Né sous-x, pendant la guerre (Paris, 1941)

j’ai été adopté par une famille protestante

protestante et très pratiquante.

Dans cette famille, deux pasteurs, de manières différentes,

ont rendu hommage à cette religion. Ils m’ont aussi Enseigné.

Ils furent mes oncles :

Louis Dallière, pasteur à Charmes sur Rhône,

(grand ami de André Chouraqui)

et Émile Dallière, pasteur à Évreux.

Tous deux, Louis (avec son épouse Marie-Caroline née Boegner) et Émile, furent reconnus comme « Justes parmi les Nations ».

Tous Trois ont leur Arbre, en leur Nom, dans l’Allée des Justes, à Jérusalem.

– :- :-

Nourri, dès l’âge de 3 ans, au Protestantisme par le pasteur Pierre Charles Marcel

(PCH pour les intimes) à Saint-Germain-en-Laye

mon adoption m’a fait m’interroger sur ce monde (qui autorise la naissance sous-x !)

mais aussi sur celui de ses diverses Religions…

La parution de la Bible, traduite par André Chouraqui,

fut pour moi un choc terrible.

Elle m’ouvrit les Yeux sur une Religion différente de celle dont on m’avait Nourri.

Étudiant cette Bible pendant plus de 30 ans en la passant au peigne fin de l’Analyse

(et de la Psychanalyse « revue et corrigée » exercée plus de 30 ans)

mes déductions et conclusions ont été bouleversantes,

d’un Enrichissement considérable dont le Protestantisme devrait s’inspirer …

– :- :-

Dès la Genèse biblique, il apparaît que le concept de Dieu, à juste titre, est exclu

et remplacé par YHWH-Elohim qui, ai-je montré par mes études et travaux,

sont des Noms associés comme ÊTRE-AVOIR qui, fusionnés, constituent lAmour.

Ce qui change TOUT pour la compréhension de l’Ancien Testament !

Ainsi peut-on comprendre que ce qui est « produit » par l’Esprit ÊTRE est de YHWH

et ce qui est produit par le Matériel AVOIR est de Elohim.

Ces deux « productions » se font donc par CARENCE d’Amour.

-:-:-

Commençant par la Création matérielle du monde (Elohim),

ce « En Sept Jours » devient clair…

Il n’est pas question de « jours » de 24 heures…

mais de Planètes, encore appelées Lustres suspendus au plafond des cieux.

Un septième de la Création est attribué à chacune des Planètes.

La Genèse est ainsi affaire d’Astrologie.

Pourquoi continuer à croire au premier degré du Verbe

qui maintient les peuples dans l’Ignorance et surtout, dans l’Erreur ?

 

Caïn et Abel

Ils sont deux clans, voire, deux tribus,  et non deux Individus.

Abel est émissaire de l’esprit (YHWH) et Caïn est matérialiste (adepte d’Elohim).

Le matériel tue le spirituel. C’est le Matérialisme qui prend le dessus, déjà.

Mais, au cours de l’Évolution générale de l’Homme, il en est toujours ainsi.

Ce que l’Homme nomme « Evolution » est affaire de transformation du Spirituel en Matériel

et ce, en un laps de Temps qui lui fait croire à la notion (subjective) de Déclin.

 

Les Grands Âges

Adame qui vécu 930 ans, Seth 912 ans , Enosh 905 ans, Noé 950 ans, etc.

Ce sont là les Âges des Tribus et non d’individus.

Pourquoi laisser croire qu’il est affaire d’individus ?

 

Le Déluge

Dans la Bible,

Quand le sujet évoqué se veut spirituel, c’est alors YHWH qui Parle.

Ici, c’est YHWH qui s’adresse à Noé.

Ce Déluge n’est pas affaire de pluie physique, mais psychique.

C’est tout autre chose qu’il faut comprendre de ce Déluge spirituel….

 

La Terre Promise – (Gen. 13/14)

Plus grave de conséquence quant à sa mauvaise compréhension…

Avant qu’il ne nous quitte (09 juillet 2007), j’écrivais à André Chouraqui :

« il n’est pas un seul Juif en Israël ». Il m’a évidemment répondu.

En effet,

de Shem, ce clan qui descend de Noé, nous arrivons à cet autre clan nommé Abram (Gen.12/1)

YHWH s’adresse à ce clan Abram et lui dit : « de la terre que je te ferai voir ».

Etant donné que ce n’est pas Elohim qui s’adresse à ce clan mais YHWH, nous devons systématiquement comprendre qu’il n’est pas ici question de terres géographiques, physiques, mais d’une TERRE SPIRITUELLE.

En résumé :

c’est de la mauvaise interprétation de ce passage

que le peuple Juif n’est plus constitué de vrais « juifs»

car, un véritable « juif » n’a ni dieu ni maître

il ne peut en aucune façon porter une arme et se prétendre propriétaire de terre(s)

Jésus a témoigné du véritable « juif ».

SEULE la traduction de la Bible faite par André CHOURAQUI

permet de réaliser combien le Judéo-christianisme s’est égaré

dans sa compréhension de l’Ancien Testament…

Je comprends mieux pourquoi cette traduction d’André Chouraqui est « censurée ».

Mais.. peut-être, pire encore !

– :- :-

Le NOUVEAU TESTAMENT (N.T.)

Par son étude approfondie, le N.T. nous fait apparaître un Jésus

que le Christianisme ignore, a Défiguré,  depuis 2000 ans

et que mes écrits essayent de « ressusciter » !

Jésus fut un pur gnostique, c‘est-à-dire un « sans foi ni loi » ( = ni Dieu ni Maître) 

Comprendre :

Si on coupe YHWH de Elohim, (soit ÊTRE de AVOIR) alors on crée la Foi de la Religion ; et là, l’Amour est Absent (puisqu’il est fusion des deux ; Ce que l’Eglise préfère ignorer…).

Si on coupe Elohim de YHWH (soit AVOIR de ÊTRE) alors, on crée la Loin les lois Politiques ; et là, l’Amour est absent (puisqu’il est fusion des Deux).

Il n’y a pas d’Amour par la Loi (ce que Moïse a voulu ignorer en proposant ses Tables de la Loi )

Les DEUX fusionnés en UN…  voilà le « sans foi ni loi ».

Celui qui fait de ces DEUX… UN (soit YHWH-Elohim synonyme d’Amour)

on dira de lui qu’il est « sans foi ni loi » ( = ni Dieu ni Maître)

celui là… il est le véritable GNOSTIQUE

La GNOSE étant ÊTRE-AVOIR fusionnés (YHWH-Elohim = Amour = Verbe Lumière).

 

Tout le Nouveau Testament est à comprendre tel un SCÉNARIO

de pièce de théâtre ou, comme on dirait aujourd’hui, de cinéma.

Dans mon ouvrage «  L’Écrit primal : la Gnose » paru en 2015

je développe cette histoire merveilleuse – l’Affaire Jésus  – titrée

« Jésus, l’Acteur du premier Scénario de l’Histoire »

où j’explicite avec détails, tous les prétendus « miracles », toutes les péripéties du N.T.

en montrant que Jésus n’est absolument pas mort sur la croix.

Il fallait, par contre que la chose soit ainsi perçue et crue

pour que sa résurrection ait tout son sens, sens que je dévoile aussi.

Le gnostique témoigne – entre autre –  de l’Immortalité, du Temps Présent (synonyme)

 

Article 182 - Vous avez-dit

Légende – Le Tronc de l’Arbre Nature (= aussi, le Cosmos, l’Universel) avec ses DEUX Branches Culturelles ÊTRE et AVOIR. Le Tronc est ÊTRE-AVOIR fusionnés soit YHWH-Elohim, soit Amour.
Quand ÊTRE est pris seul, la fin, le sommet, de sa spirale Enroulante ( = Néguentropie croissante) par sa notion de « Plafond » donne le Nom de « Dieu » et AVOIR, pris seul, va donner, par sa spirale déroulante (Entropie croissante) celui conséquence de « Diable » avec l’idée de Multitude et de « Mur ». Par ma « Théorie Universelle de la Complexité » j’ai démontré que ÊTRE et AVOIR entretiennent, depuis la Nuit des Temps, un rapport de causalité encore appelé Psychosomatique. Autrement dit que c’est ce Plafond « Dieu » qui place en secteur AVOIR de la Politique ce « MUR » contre lequel les peuples sont contraints d’aller s’éclater !
« Dieu » est dialectique et paranoïaque soit totalement inapproprié.
Les Religions dites monothéistes doivent retrouver ce Tronc-Nature (= Gnose) qui, seul, est salutaire. Le gnostique, il est l’humain qui Marche en la Voie, sur le Chemin Nature de Vérité.

Depuis bientôt 40 ans je rends témoignage de la GNOSE

étant devenu moi-même gnostique, comme Jésus.

Je témoigne du Verbe-Lumière qui (pour information) est ÊTRE-AVOIR fusionnés

ce que tout théologien est obligé d’ignorer… sans quoi, il devient lui-même gnostique !

  • Nota – Je signale qu’être agnostique c’est être extérieur à la Gnose soit en secteurs ÊTRE et/ou AVOIR. En d’autres termes, aux Yeux du gnostique, tout Croyant en Dieu est agnostique.

Dans mes écrits, j’ai également montré que  Laotseu auteur du TAO avec son YIN-YANG

(qui sont respectivement comme Elohim-YHWH soit AVOIR-ÊTRE) pour l’Extrême Orient,

et que Gautama dit le Bouddha, pour l’Orient

sont tous deux comme Jésus pour le Proche Orient.

Comme eux Trois je témoigne à mon tour mais, pour l’Occident

et considère que l’ÉGLISE RÉFORMÉE DE FRANCE

aurait tout intérêt à s’inspirer de mes travaux et études (plus d’un demi-siècle)

résumés dans mon ouvrage « l’Écrit primal : la Gnose » (éd. Edilivre)

pour Enrichir sa compréhension des Textes bibliques

dont, seule, l’IGNORANCE du sens métaphysique entretien la FOI.

Qui pénètre ce sens métaphysique n’a plus besoin d’avoir la foi.

Il Marche alors sur la Voie et, par cela, il est sauvé !

Tel est, certes résumé, le Message de Jésus, le Message gnostique.

-:-:-

La vraie RÉFORME du Protestantisme n’est pas encore faite !

Tant qu’elle ne se fera pas, l’ISLAM pourra se Nourrir d’illusions…

-:-:-

La fin du TERRORISME implique cette Réforme

qui fera disparaître de toutes les Consciences

le concept dialectique et paranoïaque de « Dieu »

pour voir (re)Naître l’Unitaire et salutaire Verbe-Lumière :

ÊTRE-AVOIR

le 04 Avril 2017

Par : Jean S. Dallière

Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Auteur de « la Théorie Universelle de la Complexité » (1985 Paris)

Auteur gnostique de « l’Écrit primal : la Gnose » (2015 Paris)

http://blogapart.freehostia.com (article n°194)

jeansidal@orange.fr

 

 

 

CHRIS HEDGES (art. 180)

dimanche, août 3rd, 2014

– Article 180 –

-:-:-

CHRISTOPHER  HEDGES

(Analyse fondamentale)

-:-:-

clip_image001

« We now live in a nation where doctors destroy health, lawyers destroy justice, universities destroy knowledge, governments destry freedom, the press destroys information, religion destroys moral and our banks destroy the economy ».

« Nous vivons maintenant dans une nation où les médecins détruisent la santé, où les avocats détruisent la justice, où les universités détruisent le savoir, où le gouvernement détruit la liberté, où la presse détruit l’information, où la religion détruit la moralité, et où nos banques détruisent l’économie.« 

-:-:-

Je viens tout juste de découvrir cet homme – Christopher  Hedges – et j’ai été impressionné qu’un citoyen, en l’occurrence un américain, puisse écrire pareils propos, puisse émettre une Idée générale majeure si pertinente et exacte. Si j’ai aussitôt désiré faire cet article, c’est pour une raison qui me semble fondamentale et que je résume ainsi : Chris Hedges ne peut pas connaître les raisons pour lesquelles ce qu’il décrit est exact.  En effet, ces raisons appartiennent aux seules sphères de la Connaissance, non à celles des Savoirs en lesquelles il se trouve, lui. C’est donc en qualité de « connaissant », non en tant que « savant » (ce que je ne suis pas) que je présente, succinctement, ces raisons.

-:-:-

Tout le monde a déjà entendu parler de Psychosomatique, de Causalité ou encore de Rapport de Cause à Effet(s). Or, il se trouve que nos Sociétés Occidentales – les USA ne dérogent pas à cela – sont maintenant des Sociétés  « Matérialistes » autrement dit, elles évoluent toutes dans les sphères de « AVOIR » – gérées, gouvernées, par l’Entropie croissante – délaissant depuis longtemps toutes celles de « ÊTRE ». Scission qui fut officialisée en France par la fameuse loi dite de Séparation, fondement de la Laïcité. Nous ne sommes pas sans ignorer les « problèmes » qui, depuis, cancérisent lesdites Sociétés et jamais aucun analyste avant mes travaux (qu’on me le dise si je me trompe) n’a osé – ou n’a été autorisé (?!) –  à faire le rapport de Cause à Effet(s) entre ces deux verbes auxiliaires que sont ÊTRE et AVOIR lesquels ont respectivement donné les RELIGIONS par ÊTRE et les POLITIQUES (avec toutes les démarches Scientifiques) par AVOIR.

Par cette révélation, mes travaux constituent une sorte de « première », en première ligne pour être contestés !

Ce que je désire souligner ici est ce travail – que j’estime exceptionnel – de cet homme qui, faisant une analyse pointue et profonde en secteur AVOIR,  a osé se rapprocher AU MAXIMUM de cette espace no man’s land qui, dans l’Espèce humaine,  sépare ÊTRE de AVOIR. C’est de cette séparation qu’en dernière analyse sont nés tous les Maux et Fléaux sociaux lesquels, en dernières analyses, proviennent de la non mise en phase de ces deux grands verbes.

Ce no man’s land entre les sphères de ÊTRE et celles de AVOIR a été concrétisé dans toute les Langues de la Terre par la conjonction « et » positionnée entre ces deux verbes « polaires » qui ont induit l’idée de bi-Polarité fondamentale.

Je vais essayer de donner une claire explication de cette phrase de Christopher Hedges, phrase que peu de personnes peuvent comprendre. Je vous dis pourquoi !

 

Le Tronc de l'Arbre Nature et ses DEUX Branches Culturelles ÊTRE et AVOIR

Le Tronc de l’Arbre Nature et ses DEUX Branches Culturelles ÊTRE et AVOIR

L’origine de l’Espèce Homme est la Nature qui, symboliquement, est semblable au Tronc d’un Arbre. Cette Image symbolique est véhiculée de par le monde depuis des temps immémoriaux.

Une fois « chassée » de la Nature, l’Espèce Homme constitua son milieu – le Milieu Culturel – qui se développa alors exclusivement « en Branches ». Quelle fut la fonction principale des ces « Branches » qui révélèrent tous les Savoirs, tous étrangers au Tronc-Nature qui est Connaissance ?

Tous ces savoirs culturels (pléonasme!) révélèrent des caractéristiques, qui, ensemble, « parle » (!) du Tronc qui contient TOUT. Exemple type; c’est par des Branches qu’apparurent certaines de ces caractéristiques comme : L’Amour, la Liberté, l’ Égalité, la Fraternité, la Justice, la Santé, la Paix, etc. etc. De tous ces constituants du Tronc, les Savoirs, soit les Branches, en firent au fil des temps une sorte d’INVENTAIRE. Telle est cette notion d’évolution de l’Homme qui prendra FIN quand  l’Homme aura tout inventorié du TOUT, du Tronc.

Un certain temps, les humains crurent en ces caractéristiques nouvelles qu’ils édifièrent alors en « valeurs », en « principes », etc.  Exemple type bien Français  : « Liberté, Égalité, Fraternité  » mais cela, sans comprendre jamais que ces Branches révélaient en fait ce qu’il y avait de moins en moins dans la Société, au sein des Branches. Toutes ces « valeurs » n’appartiennent qu’au Tronc, nullement aux Sociétés humaines; c’est la Nostalgie des hommes – Nostalgie de ces Temps Premiers – qui les a extraites et les véhicule maintenant dans le foisonnement des Branches, en vaines espérances !

Prenons un exemple qui devra mieux parler encore de ce phénomène d’évolution de l’Homme, de ce qui, venant du Tronc, se perd par les Branches et perd la Branche elle-même qui la porte.

Le Tronc-Nature est défini par le vis-à-vis des entités ÊTRE et AVOIR qui le constituent, vis-à-vis fusionnel qui définit également l’Amour (avec un grand A) qu’il contient. Nous sommes là au cœur de la Gnose, d’autres diront, au cœur du Tao chinois. Ce vis-à-vis ÊTRE-AVOIR a donné dans la Conscience humaine la notion de Justice soit l’image de la Balance avec ses deux plateaux où chacun symbolise un de ces deux verbes dits auxiliaires. Le plateau ÊTRE et le plateau AVOIR. Il sera alors dit qu’il y a « Justice » quand ÊTRE équilibre AVOIR et réciproquement.

Les premiers hommes – les Primitifs – sortant du Tronc-Nature portèrent en eux cette puissante symbolique qui est généreusement représentée, notamment, dans l’Antique Hiéroglyphique Égyptienne. Mais l’on sait ce qu’il advint de la courbe de l’évolution des Civilisations lesquelles, après avoir poussé relativement proches du Tronc, ne cessèrent ensuite de s’en écarter pour tendre vers une désastreuse Horizontalité synonyme de Déclin social.

Chemin faisant –  ce que tout un chacun peut constater – le Collectif social privilégia l’entité AVOIR , délaissant celle ÊTRE, ce qui donna les Sociétés « matérialistes ». Et, malgré cela… la notion de Justice perdura, perdure encore dans les consciences alors que tout le monde – ou presque – se rend bien compte de l’A-Justice qui règne partout. Autrement dit, il pourra être dit comme l’affirme Chris Hedges, que les techniciens de la Justice (les avocats) participent – à leur insu – à la destruction de la Justice.

Je comprends que cet exemple qui concerne la Justice ne « parle » pas à tout le monde alors je vais en prendre un autre qui, lui, est commun à tous, je veux parler de l’Amour.

-:-:-

Naissance, vie et mort d’un « Concept »
(survol rapide)

Avant de traiter ce sujet qui, par excellence, se veut Universel, nous devons établir et bien comprendre ce que j’appelle le canevas référent de l’Évolution. Cette dernière implique pour les hommes les notions de Naissance puis d’évolution (ou « vie ») avec une phase de déclin apparemment inéluctable dont le terme est la Mort.

Le canevas référent.  Sur une des pages blanches de notre Imaginaire (…) traçons en son milieu une verticale que nous nommons « Âme ». Ce trait sera donc l’ Âme ou encore « axe de symétrie » de l’évolution de toute Chose, du plus Petit élément universel au plus Grand, l’Univers lui-même . Nous allons vite voir ce qui définit cette Âme.

La Nature terrestre sera symboliquement représentée par une sorte de Cylindre ayant cette Âme pour axe de symétrie. Nous dirons alors – car notre imagination est grande ! – que ce Cylindre en représente le Tronc dont les Racines (non représentées ici) se perdent dans les abîmes de l’Océan Primordial, énorme concepteur de Formes vivantes toujours bien actif.

Toutes ces Formes dites vivantes évoluent au sein de ce Tronc dont les limites constamment parallèles se voient plus ou moins écartées selon les quantités d’espèces qu’Il abrite. L’Espèce Homme a donc l’Océan pour « origine » apparente, et le Tronc pour Berceau. Puis, un Jour…  Dame Nature décida d’expulser cette Espèce qui, sortant du Tronc, se vit contrainte d’évoluer « en Branches ». Voilà donc la silhouette de notre « Arbre de Vie » complète.

Cette « Sortie » de la Nature par l’Espèce Homme a ceci d’ important et à bien saisir c’est qu’elle participa à mettre à jour (à notre Conscience « double » naissante) les éléments les plus fondamentaux qui constituent cette Nature. A savoir : l’homme « sortit » le premier par une Branche maîtresse de gauche qui révéla ce verbe auxiliaire ÊTRE et c’est EN CONSÉQUENCE que la femme « sortit », à droite, par une Branche maîtresse qui révéla le verbe auxiliaire AVOIR. Cette chronologie, qui peut paraître bizarre, a été évoquée bien avant moi par la Genèse biblique…

Ce n’est qu’à partir de là que nous pouvons affirmer que le Tronc est métaphysiquement constitué de DEUX entités – ÊTRE et AVOIR – mais entités qui, dans le Tronc Nature, ne sont pas séparées; elles y sont Complémentaires mais surtout fusionnées, fusion qui constitue ce Verbe-Lumière évoqué dans la Bible mais totalement incompris de tous les théologiens, exégètes et autres gens d’églises. Plus généralement voilà défini :  l’Amour (avec un grand A).

Donc… émergeant du Tronc-Nature par « sa » Branche ÊTRE, l’homme eut en tête un concept métaphysique – le plus fondamental qui soit – celui d’Amour. Or, un concept métaphysique – et par définition – ça ne peut s’exprimer que par son « incarnation », par sa représentation qui sera assurée par AVOIR, et donc, par la femme, laquelle symbolisera l’Idée de l’amour (avec un petit « a » qui indique sa représentation matérielle). La manifestation de l’amour sera donc « la Raison d’être » de la femme (mission de procréation).

Vous avez suivi, je pense (?). Nous sommes passés du « concept » d’Amour dans les sphères de ÊTRE à « l’Idée »  de l’Amour  – soit à l’amour (petit « a ») – dans les sphères de AVOIR.

Jusque-là, l’évolution de l’Homme dans ce canevas référent devrait être claire, même si j’ai apporté des idées un peu nouvelles pour vous, Idées qui peuvent troubler, momentanément, votre Logique. Mais maintenant, nous devons aborder une phase de l’évolution générale de l’Espèce Homme qui va bousculer plus encore l’entendement.

Pour des raisons plus quantitatives que qualitatives, tous les hommes qui sont sur la Branches maîtresse ÊTRE vont se sentir à l’étroit (disons les choses ainsi; ce sujet est plus largement traité dans des articles précédents) ce qui va plus ou moins rapidement (dans la réalité, la chose s’est effectuée sur quelques millénaires !) leur faire tourner les Regards vers… les Branches AVOIR où sont toutes les femmes avec les enfants, Branches qui – entropie croissante oblige  – sont toujours plus foisonnantes donnant ainsi l’idée d’espace, de place. Et, « un beau jour »  (façon de parler) tous les hommes sauf UN (ce fut le sorcier, le chaman, etc.) quittèrent leur Branche ÊTRE pour envahir celles AVOIR de la Femme. C’est ce que j’ai appelé : « le Temps du Passage« .

Suite à ce temps-là, c’est la Perte du concept d’Amour qui muta dans les consciences des hommes pour se voir transformé en « idées » lesquelles, avec celles des femmes,  virent se constituer la Dialectique, axée pour l’exemple sur cette notion d’Amour. Mais, comme nous sommes maintenant dans les Branches AVOIR fondamentalement « Négatives » (celles ÊTRE sont fondamentalement « Positives »; ne pas voir ici de dévalorisation car, au départ, le Positif égale le Négatif) cette Dialectique typiquement humaine vit se former le  Couple-de-Forces « amour-Haine » en lequel la force « amour » est inférieure à la Force « Haine »; ce permit à Georges Brassens, entre autres Poètes, de chanter Aragon par : « Il n’y a pas d’amour heureux » …

C’est sur ces Branches AVOIR que l’amour se voit tout progressivement dé-com-po-sé, muter, pour voir émerger quantité de conflits en tous genres, dont ceux guerriers avec ses drames dus à des carences d’Amour.

En résumé : L’Amour (avec un grand A) est une donnée qui appartient à la seule Nature, à l’Universel. Par son expulsion de la Nature, l’homme fit de cette donnée, dans les sphères de ÊTRE, un « concept » spirituel. Par le Temps du Passage,  se rendant dans les sphères AVOIR de la Femme, ce concept muta en devenant un élément structurant de la Pensée. L’ « Idée » d’amour se retrouva ainsi au sein d’un Couple-de-Forces Dialectique « amour-Haine ». Au fil des temps de l’évolution qui voit la trajectoire se courber vers l’Horizontale… soit vers le Déclin, cette idée d’amour s’éteignit pour laisser pleinement émerger la Haine… de son prochain. Paraphrasant, voilà ce qui permit à Chris Hedges d’affirmer : « l’amour tue l’Amour ».  C.Q.F.D.

-:-:

Pour toutes les « valeurs » sociales : l’Égalité, la Fraternité, la Liberté,  la Santé (la maladie n’existe pas au sein du Tronc-Nature), etc.. vous pouvez suivre LE MÊME canevas référent et réaliser que les pousses des Branches en secteur AVOIR participent à la destruction puis à la mort de la valeur initiale, sociale, en question.

En cela est la raison principale pour laquelle on peut constater Aujourd’hui que plus les Systèmes Sociaux « évoluent » plus ils vont à leur Auto-destruction, idée qui est plus souvent illustrée par l’expression maintenant courante « aller dans le Mur ». Qui, quelle Institution, comprendra cela ? Normalement… aucune. La confiance des Masses se tourne encore et toujours vers les personnes les plus « intelligentes », vers les savants. Il sera bien difficile de faire adhérer à l’idée selon laquelle les savants sont les humains les plus dangereux pour la Paix de tout  Collectif.

Si vous comprenez ce que je viens d’exposer, certes brièvement, et que vous relisez la phrase de Christopher Hedges alors, elle doit vous paraître limpide et logique !

le 03 août 2014

 Jean S. Dallière

Auteur – Gnostique
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact  jeansidal@orange.fr

you are on the French website http://blogapart.freehostia.com

Mouvement de Gnose (art.120)

mardi, novembre 15th, 2011

– Article 120 –

Mouvement de Gnose

(la Pensée Complexe gnostique)

-:-:-

     Le Mouvement de Gnose (à ma connaissance, il n’existe pas encore. Compte tenu de l’état actuel du monde (…), il serait peut-être temps de le créer!) constitue un concept idéologique, éminemment Complexe, qui est totalement étranger à la Pensée Occidentale. Entre autre. Ceci expliquant évidemment cela!

Pour ceux de mes lecteurs qui sont habitués à ma schématique, à mes représentations symboliques, nous retrouvons ici une semblable portée Universelle, dont l’expression graphique est légèrement différente. A savoir.

Dans mes articles précédents, ce que j’ai appelé « Tronc-Gnose », soit la Nature – de laquelle l’Espèce Homme a été « chassée » – est ici représenté(e) par cette partie de la Fleur d’Arum (confère dessin suivant) qui est en dessous de la main, partie qui porte l’inscription verticale : G-N-O-S-E.

Cette partie là est donc constituée par du Être-Avoir fusionnés, soit un Espace-Temps en lequel EST (= Temps Présent) le non compris « Verbe Lumière » des textes bibliques lequel est synonyme de Connaissance. Tel est le verbe de tout ce qui a trait à la Nature.

A ce propos, le curseur Temps n’est pas porté sur ce dessin mais il se devine assez facilement, évoluant du bas du dessin vers le haut, soit de l’État « Fermé » du Collectif considéré à celui d’ « Ouverture » dudit Collectif ou, à autre échelle de considération, de l’Individu. Le point Bas (le Yin-Yang, par exemple qui symbolise soit la fusion de l’Ovule avec le spermatozoïde, soit la fusion des Forces universelles au moment du Big-Bang) est l’instant de Naissance. L’Ouverture maximale (là où les points E  comme Esprit et le M déformé par sa Chute, M comme Matière, sont les plus distants) est la Fin de la Forme considérée. Le triangle Delta axial est la Finalité existentielle. La Droite qui joint le Yin-Yang Original au Delta, voilà la Voie, la Gnose, etc. dont rendit témoignage Jésus pour le Proche Orient et, avant lui, Gautama (dit le Bouddha) pour l’Orient et, plus avant Laotseu pour l’Extrême Orient. Tel est mon Témoignage, à mon tour, pour l’Occident.

Juste « à toucher » le dessus de la main fermée (il serait une facile donc grave erreur de penser que ladite main est celle de Dieu !) se trouve ce Temps qui a vu l’apparition sur Terre de Adam et Ève, soit ce Couple-de-Forces tout aussi symbolique à partir duquel la Connaissance Unitaire (pléonasme!) s’est vue clivée en DEUX entités, l’entité majoritairement Être, côté gauche du dessin en rouge et l’entité majoritairement Avoir, côté droit en bleu.

Légende : La Fleur d’Arum – ou, de « l’Arbre au Sein du Jardin » – qui symbolise
l’évolution générale d’un Collectif humain aussi bien que celle d’un de ses constituants : l’Individu.

-:-:-:-

Et c’est à partir de là que sont apparus – et se sont multipliés – les divers « Savoirs » par le Langage Verbal (représentés symboliquement par les striures qui s’écartent toujours plus les unes des autres), ceux à trame Spirituelle (Être) et ceux à trame Politique (Avoir) sans oublier cette évidence bien connue maintenant : il y a toujours un peu de « avoir » en Être et un peu de « être » en Avoir.

Cette Fleur de l’Arbre de Vie est sensée montrer clairement la finalité de tous les Savoirs où ceux de ÊTRE – dont l’évolution se fait en ralentissant (= Entropie décroissante) – acculent ceux de AVOIR à évoluer en s’accélérant sans cesse (= Entropie croissante) au point de voir apparaître, in fine, une dramatique Involution ou Chute, qui arrive dés lors que ÊTRE n’évolue plus à cause de l’accumulation d’Idées arrêtées appelées les Dogmes.

  • Nota – Il faut reconnaître qu’à cette échelle de considération – celle de Peuples – cette relation Psychosomatique également dite de Causalité, n’est pas évidente à percevoir pour les Individus dudit Collectif. Car pour les Pays Occidentaux par exemple, l’Arrêt dans sa progression de l’entité Être (Arrêt qui généra le Judéo-christianisme) date d’environ 2000 ans tandis que la Chute, Elle, est en train de se produire (Chute qui est traduite par l’idée maintenant répandue d’ « être dans le Mur »). Qui peut logiquement percevoir la relation de Cause à Effets entre les deux apparents phénomènes qui, en réalité, n’en font qu’UN… hormis, un gnostique ?

Ce Mécanisme Psychosomatique, soit cette relation de causalité entre ces deux entités, a déjà été longuement exposé dans des articles précédents. Je n’y reviens donc pas ici.

Je rappelle néanmoins que l’Ouverture de la Fleur (de tout Collectif comme de tout Individu) se fait par apparition, depuis l’âge « Adam et Ève », de l’INTELLIGENCE (qui est due au clivage fondamental de l’Union Être-Avoir) soit par l’apparition de DEUX types d’Intelligence, celle animée par Être (savoirs religieux) et celle animée par Avoir (savoirs scientifico-politiques), par son apparition mais aussi et surtout maintenant… par son exploitation tous azimuts !

L’Intelligence – à tort évidemment ! – est considérée telle une valeur Positive alors qu’elle est foncièrement autodestructrice ! J’entends d’ici les contestations fort nombreuses (…) et/ou les remarques du genre : « mais alors, vous la remplacez par quoi cette Intelligence si elle est tant nuisible ?« .

J’ai déjà donné 36 fois la réponse dans mes écrits précédents. Je veux bien « donner à manger » à mon prochain. Il ne faut quand même pas que ce soit moi qui Vous mâche tout !

– LA SOLUTION du monde Intelligent –

      L’idée majeure que veut souligner cette symbolique est celle selon laquelle LA Solution du monde Intelligent (il est exclusivement « humain ». Il n’y a pas d’autres Espèces sur Terre qui soient « intelligentes »; je l’ai maintes fois démontré), son Issue de Secours tant recherchée en cette période de Crise (cette Crise est une Guerre Économique sans issue pacifique possible qui gangrène toujours plus le monde) ne peut se trouver QUE par un apparemment contraignant Mouvement d’UNIFICATION des diverses disciplines des Savoirs.

L’évolution des Savoirs se fait toujours en « Étoile » et doit cesser au plus vite (créer des passerelles interdisciplinaires ne sert qu’à s’illusionner) pour reconstituer, dans le même temps, le salutaire « Cercle » de la Connaissance qui est cette  Voie, la Gnose, qui a pour axe l’ « âme » de la Fleur.

Ce Cercle-Connaissance (vous pouvez aussi évoquer la « Sphère » de la Connaissance) ne peut s’obtenir, encore une fois, que par la fusion unificatrice de toutes les disciplines scientifiques, spirituelles et politiques.

Dans la réalité du terrain social, cela consiste 1°/ à cesser d’espérer positivement en la solution via l’établissement de « Passerelles » entre les branches de l’étoile qui constituent toutes les disciplines Scientifiques, puis 2°/ à passer un « cordon » en l’extrémité de chacune d’elles en opérant simultanément un Mouvement d’élévation et de Convergence – non d’élévation de Conscience mais de Connaissance. Ce Mouvement participe à voir se rejoindre toutes ces extrémités.

Conséquemment à ce Mouvement de salutaire Convergence, toutes ces passerelles traits d’union – n’étant plus nécessaires – fondront comme neige au soleil en étant systématiquement intégrées aux disciplines qu’elles voulaient réunir et l’Ensemble qui se formera sera semblable à un dôme doré, Lumineux, qui chapeautera alors la Tête Pensante d’une Humanité enfin (ré)unifiée en Laquelle l’entretient de la Paix sur Terre ne sera plus que la seule préoccupation. On croit rêver !

Redisons-le : c’est la culture de l’Intelligence qui 1°/ divise les humains et 2°/ les fait se dresser les uns contre les autres (Conflits guerriers puis, maintenant, Économiques) puisque Elle est le produit de cette pathologie nommée Carence d’Amour (l’Amour étant la fusion Être-Avoir).

Ils sont encore nombreux ceux qui ne voudront pas comprendre cela !

Il va sans dire que toutes les critiques, là comme ailleurs, sont toujours les bien venues.

le 15 novembre 2011

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Contact et/ou commentaire  e-mail  :  Jean.dalliere@orange.fr

You are on the French web site  http://blogapart.freehostia.com

La Pensée Complexe…(art.46)

dimanche, août 16th, 2009

– Article 046 –

La Pensée Complexe

-:-:-:-

La Forme de Pensée la plus Élevée que l’Homme puisse élaborer

est celle – Complexe –  qui est issue de la fusion de ÊTRE-AVOIR

soit émanant du Verbe-Lumière (synonyme d’Amour)

celui-là même qui inspira les plus Grands Arrivés,

tels :

Laotseu (pour l’Extrême-Orient)

Gautama dit le Bouddha (pour l’Orient),

Jésus (pour le Proche-Orient),

sur les Pas desquels,

pour l’Occident :

Je Suis

-:-:-

 

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental de l’Humanité à l’Individu

  • Avertissement – Quiconque éprouve encore et toujours le besoin d’enseigner ces Hautes Altitudes ne peut prétendre être lui-même « Arrivé » (à la plus Haute de ces Cimes) et ne peut donc prétendre être Habité par ce Verbe-Lumière. Combien ils sont nombreux ceux qui veulent vous guider vers l’ÊTRE  pour de l’AVOIR !

adresse e-mail  : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site   http://blogapart.freehostia.com

Le né sous-X, le gnostique et l’autiste (art.35)

dimanche, juin 21st, 2009

– Article 035 –

Le né sous-X, le gnostique et l’autiste

-:-:-:-

        Il m’aura fallu bien des années pour comprendre – puis admettre ! –  que ma naissance « sous-X » avait été – in fine –  une chance extraordinaire pour moi. Même si, aujourd’hui,  je le pense sincèrement (en fait, depuis 31 ans; j’avais alors 39 ans), je ressens comme une sorte d’indélicatesse à exprimer cette affirmation qui peut être lue par quelqu’un vivant toujours en souffrance à cause de cela. Mais si j’ose formuler cette conviction c’est moins pour choquer mon semblable que pour apporter à celle ou à celui qui serait en souffrance – à cause de cet abandon inqualifiable – une raison d’espérer puisqu’il  n’est pas de tunnel sans issue ! Et estimer qu’un tel démarrage dans la vie vous positionne dans une impasse n’est pas cohérent car alors, autant considérer que toute vie est synonyme d’impasse quelle que soit la façon dont elle aurait démarrée. Ce qui n’est pas tout à fait exact puisque la finalité existentielle est la Découverte du Tronc- gnose !

Si je n’étais pas né sous-X ET (ce « et » est capital) si je n’avais pas été adopté par « ces gens là » qui ont été ce second traumatisme qui permit l’ « accouchement » du premier trauma (phénomène de « Résilience »  mieux connu de nos jours  grâce aux écrits de Boris CYRULNIK, même si mon cas lui est totalement étranger voire même, inaccessible) jamais mon cerveau d’enfant n’aurait pris la voie de l’analyse – à l’âge où les autres de même âge jouaient encore aux billes –  voie qui se transforma très vite en auto-psychanalyse me permettant, avant la quarantaine, d’aboutir à la découverte de la Gnose, but suprême de la Pensée humaine puisque cette découverte correspond à l’État de Bouddha tout à fait assimilable à celui de Laotseu comme, plus récemment (…) à celui de Jésus (pas celui du Christianisme, le vrai…).

Ces  trois personnages qui ont jalonné l’Histoire de l’Humanité témoignèrent de ce « Tronc-gnose » évoqué précédemment, certes avec des moyens différents, des propos différents, des paraboles différentes mais, encore une fois, nous quatre témoignons du même « Tuteur » quel que soit le Nom qui lui soit attribué (le Tao, la Voie, le Chemin de Vérité, le Tronc-gnose, etc…), ce Tuteur ne porte pas de Nom. Il est le sans Nom. Le Nom attribué à quoi que ce soit étant le propre des « branches ». Il faut bien comprendre cela.

Boris CYRULNIK (je ne l’ai pas lu mais juste entendu à la radio et vu une fois à la télévision) n’a pas pu aborder dans ses écrits le cas extrême dont je témoigne par ma vie et c’est logique. Toutes les disciplines scientifiques appartiennent aux « branches » de ce Tronc tuteur.  La Science, « médicale » en l’occurrence, ne soupçonne même pas l’existence de ce « Tronc-tuteur »; elle ne peut donc pas l’intégrer dans ses paramètres de travaux; c’est pourquoi, même sans avoir lu l’œuvre de ce savant, des plus sympathiques au demeurant, je puis affirmer qu’il n’a pas pu faire cas de mon exemple tout à fait exceptionnel et qui ferait faire un grand pas pour l’humanité si la Science en prenait acte !

Comme je l’ai expliqué en d’autres pages, la Psychanalyse traite les cas graves (dont les Psychoses) par une technique appelée la Régression, méthode qui est facile à comprendre si on se représente bien le schéma de l’Arbre, évidemment symbolique, avec ses branches où le Tronc symbolise la NATURE – soit la Gnose, c.à.d.  le monde de la Connaissance –  et où les branches, toutes les branches, symbolisent le monde Culturel, soit le monde scientifique qui ignore le Tronc-gnose d’où il vient. C’est au bout de l’une de ces branches que se trouve tout humain, inévitablement en mal-Être (ce ne peut être autrement) et qui veut éventuellement voir modifié son point de vue sur l’existence (soit se trouver au bout d’une AUTRE branche, plus généralement, il veut se trouver… Ailleurs !).

L’analyste va l’aider à « Redescendre » jusqu’à la Branche maîtresse (celle attachée au Tronc tout en ignorant ce dernier !) pour refaire avec lui la « Remontée » et travailler la plupart des bifurcations, là où cette notion de Choix a été sollicitée. Pourquoi avoir – dans ce cas alors abordé – pris « à gauche » alors qu’il aurait peut-être fallu prendre « à droite », pourquoi avoir pris « à droite » là où il aurait peut-être fallu prendre « à gauche » ?

Le cas étant abordé avec un niveau de conscience supérieur à celui qu’avait le patient au temps des choix considérés, c’est obligatoirement une direction autre qui est choisie de temps en temps et, finalement, une altitude autre qui est atteinte à la « fin » de l’analyse. Ce changement d’altitude correspond à une modification en mieux du mal-Être originel qui a motivé l’Analyse, qui a poussé à consulter, mais il est tout à fait illusoire de penser que cet état (momentanément) final corresponde à un Bien-Être, à l’État de Bien-Être qui ne peut être atteint que par la réintégration du Tronc-gnose par Régression « maximale ».

Ceci étant dit, il peut être intéressant de mettre en parallèle le Né sous-x « Arrivé » (c’est-à-dire ayant réintégré le Tronc-gnose par Régression maximale justement; ce qui est mon cas) avec l’Autiste car ils ont en commun un quelque chose que je désire souligner ici et qui devrait faire avancer – pour ne pas dire « débloquer » –  la vision « savante » que les spécialistes et les géniteurs ont sur l’Autisme.

Le gnostique (il est l’habitant du Tronc-gnose) est un individu qui connait (c’est-à-dire qui possède bien plus que du savoir) que les branches qu’il peut observer « à loisir » (…) sont toutes porteuses de Souffrances dont l’origine est cette Dialectique, cette bipolarité du Verbe due à la dichotomie de l’UNité (on parle aussi de « clivage ») du Verbe Lumière spécifique à la Gnose (le Verbe Lumière = fusion ÊTRE-AVOIR; le clivage se fait par les verbes dits auxiliaires AVOIR et ÊTRE) par laquelle s’expriment tous les Maux psychiques et donc, conséquemment, tous les maux et fléaux sociaux. Ceci il peut le crier sur les toits, dans le désert, l’écrire, faire une « théorie » (comme ma « Théorie Universelle de la Complexité » éditée en 1985 et présentée à l’Élysée la même année), rien n’y fera; les peuples resteront sourds à ces propos qui, en gros, disent à Tous : « Tous vos problèmes existentiels proviennent de votre divergence en branches.  Faites RETOUR, convergez vers le Tronc-gnose dont je vous parle et alors, « miraculeusement »,  vos souffrances s’atténueront pour finalement disparaitre« . C’est par compassion que le gnostique, au regard des souffrances de ses proches, éprouvera le besoin de crier malgré tout dans le désert…

Mais l’Autiste, lui, qui est-il ?

En résumant à l’extrême je dirai qu’il est un GNOSTIQUE qui s’ignore, que ses géniteurs ne reconnaissent pas comme tel car ils ignorent eux-mêmes l’existence de ce Tronc-Gnose et que tout l’entourage médical, ou non médical, veut aussi ignorer. Ceux là veulent le tirer DANS LES BRANCHES alors que l’autiste a subconsciemment envie de leur faire comprendre que cette voie là, ces voies là dans les branches,  sont toutes l’erreur. C’est pathétique.

Si vous comprenez ce que je vous dis en toute simplicité, c’est et pathétique et pitoyable.

Le Système qui entoure l’autisme ne veut surtout pas comprendre son langage impossible et ce, par ignorance du Tronc qu’il veut désigner et dont chacun procède. Tous, vous tous, vous avez en vous le trace de votre origine gnostique puisque vous y êtes TOUS nés en la Gnose. C’est pourquoi le gnostique Jésus a pu dire en son temps : « laissez venir à moi les petits enfants » ou encore : « les derniers seront les premiers« , ces « derniers » étant plus proches du Tronc que ceux qui, les « premiers », sont en bout de branches. Encore une fois, si vous vous représentez bien l’Arbre évoqué précédemment, tout cela doit devenir clair à vos Yeux.

Il ne m’appartient pas de donner des conseils à ceux et celles d’entre vous qui souffrent d’avoir un enfant autiste et de dire : il faut faire ceci et/ou cela. Il est une chose cependant certaine c’est que plus cet enfant autiste est coupé de la Nature (les animaux, la campagne, etc…) plus il souffrira. On peut faire ces Centres établis à la campagne pour les accueillir; c’est bien mais c’est vous tous qui devriez faire retour vers la Nature et alors de tels cas non pas n’existeront plus mais ils ne seront pas si douloureux ni pour lui ni pour les autres.

Que ce soit à ce sujet, au sujet de la Psychanalyse, de la Régression, de cette notion de Choix qu’ impose l’évolution en branches sociales, que ce soit sur mon cas, etc…je répondrai très volontiers à toutes les questions qui me seront posées.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site http://blogpart.freehostia.com

Qu’est-ce que : la Gnose ? Et, un gnostique ? (art.29)

lundi, juin 1st, 2009

Article 029 –

Qu’est-ce que la Gnose ?
Et, un gnostique ?

-:-:-:-

       Contrairement aux idées reçues, largement véhiculées par la Pensée Occidentale, le gnostique n’est pas un individu qui « a la connaissance suprême des mystères de la religion » comme l’affirme le dictionnaire « Le Petit Robert » ou, pire, il n’est pas un individu  » qui prétend avoir la connaissance complète de Dieu » (Larousse).

Plus sérieusement, il est cet homme qui, certes, a la Connaissance mais qui, de ce fait, ne perçoit aucun mystère dans aucune des Religions du monde ! Car ayant plus que tout mortel cette connaissance (notamment celle du distinguo entre Connaissance et Savoirs….Confère mes écrits précédents à ce sujet là)  il connait – et, a fortiori il sait ! (car Connaître c’est plus que Savoir; c’est du Savoir PLUS l’Essentiel que ne contient aucun Savoir…) – par quels Mécanismes psychiques, pathologiques, se construit toute Religion dont le concept final est une vision subjective, c’est-à-dire fausse d’un Plafond Idéologique appelé « Dieu ». Chaque Religion a son Plafond particulier.

  • Note  1 : Affirmer que les TROIS  Religions monothéistes de la Terre ont le même Dieu est une erreur intellectuelle grossière. Si c’était le cas, il y a longtemps que le rapprochement de ces Religions, en vue de leur fusion (l’Œcuménisme) eut  été possible. Image suivante qui va choquer tout Croyant : imaginez des « fous » en hôpital psychiatrique; pensez-vous un seul instant que leur « fusion » pourrait les faire déboucher sur l’Esprit « sain » ? De même en est-il des Religions du monde. Car, plus encore, le gnostique connait que toute Religion est l’expression d’une pathologie Collective appelée Psychose (et non névrose comme le prétendit S.FREUD bien timidement pour ne pas froisser ses géniteurs juifs) : la Paranoïa Collective, que symbolise si bien l’idée de Plafond qui empêche l’Homme de s’Élever pour (re)découvrir la Gnose salutaire (Gnose salutaire est un pléonasme).
  • Note 2 : L’idée de paranoïa individuelle découle de la Paranoïa Collective. Mais attention, il n’y a pas de paranoïa individuelle – donc pas de Sur-Moi individuel mais un égocentrisme pathologique – dans un Système Social laïque c’est-à-dire dans une Société qui privilégie AVOIR sur ÊTRE, créant ainsi le Matérialisme. En fait, il y a pire : la notion de MUR (qui, lui, n’est pas « porteur »  !) contre lequel la Société – donc, l’ego de chacun – se dirige toujours plus vite (Entropie croissante de AVOIR oblige) « comme un seul Homme » pour s’y écraser, MUR qui est la CONSÉQUENCE de ce Plafond « ÊTRE » déjà pathologique !  D’où le logique accroissement des Maux et des Fléaux sociaux dans tout Système social à l’Occidental, c’est-à-dire axé sur AVOIR seul.

En clair, le gnostique est habité par l’UNITE que forme la Complexité existentielle manifestée sur Terre par le Verbe Lumière, pur produit de la fusion ÊTRE-AVOIR synonyme de Connaissance, d’ Amour, etc….

Le gnostique connait que c’est l’éclatement de cette Unité (Elle est la Gnose) qui a engendré, dans les Clans, Tribus, Peuples, une Pensée Schizophrène, soit Bipolaire, « DEUX »,  (Couple-de-Forces : amour et haine) par les verbes devenus Auxiliaires (Être et Avoir) qui, séparément exploités, donnent respectivement les notions dialectiques, duelles, de Religion et Politique, soit respectivement celles de Dieu et Diable, de Bien et Mal, de Positif et Négatif, etc…lesquelles sont les « âmes » des Branches divergentes, soit « savantes »,  qui constituent tout Milieu Culturel.

C’est pourquoi le gnostique n’adhère à aucune de ces polarités qui sont étrangères à la Gnose pour qui, le « Bien » des Branches religieuses est déjà le Mal. Combien à plus forte raison….la Politique !

Structurée par la Connaissance, la Pensée gnostique ou Pensée Complexe (qui n’intègre AUCUN concept pathologique, tels :  Dieu, Diable, Bien, Mal, etc… comme à tort l’affirme le Larousse. Et combien d’autres auteurs !) constitue le « Tronc » d’un Arbre symbolique (le fameux « Arbre de Vie ») dont les Branches foisonnantes (le Milieu Culturel) nommées « Religions » et « Politiques » véhiculent la Subjectivité, l’Erreur, en s’attribuant les caractéristiques Objectives du Tronc.

C’est par l’autodestructeur Déplacement (au sens Psy soit, se prendre pour le Tronc quand on est une Branche) que s’établit cette subjectivité humaine qui accule à l’Ouverture puis à l’épanouissement du Collectif via le Fruit (soit le Penchant en Architecture) de la Pousse lequel Fruit induit un décadent Matérialisme (autre pléonasme !).

On comprendra pourquoi les Sociétés Judéo-chrétiennes préfèrent ignorer – et/ou censurer – la Gnose (avec son adepte, le gnostique), Gnose salvatrice hélas perçue comme Redresseur de torts et… de tors !

Courrier rédigé le 15 mars 2008

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

you are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com

Nature (Inné) – Culture (Acquis) et la Maladie (art.24)

lundi, mai 25th, 2009

– Article 024 –

Nature (Inné) 
Culture (Acquis)
et,
la Maladie

-:-:-:-

AVANT PROPOS

      C’est un sujet délicat et sensible que je me propose d’aborder ici mais il ne pourra pas être totalement pénétrable par le lecteur qui aura évacué les sujets précédents, notamment les écrits qui concernent ma « Théorie Universelle de la Complexité » (publiée à Paris en 1985 et que j’ai résumé, précédemment, en six articles d’avril et mai 2009) laquelle Théorie est le Fondement de « l’Arbre au Sein du Jardin » dont le Tronc est la Gnose – la Nature – et toutes les branches foisonnantes, la Culture, le monde Culturel.

Déjà, je me dois de préciser que contrairement à ce que font certaines Consciences dites savantes, il n’est pas question d’opposer la Culture à la Nature. Ceux qui opèrent une telle scission, puis opposition, appartiennent à des  « branches » si lointaines du Tronc qu’ils n’en voient pas toutes les ramifications, les continuités aussi qui les y rattachent. Ceux là – tels les citadins, les partisans du « tout béton » – auront pour la Nature un regard lointain, détaché, respectueux aussi (c’est ce qu’ils affirment) mais pas au point de ressentir cette petite gêne coupable en offrant, à une femme par exemple (geste culturel), un bouquet de fleurs coupées… Comprend ici qui peut.

Les paramètres qui caractérisent le Culturel sont innombrables et il ne faut pas voir dans la chronologie suivante une moindre hiérarchie ni de valeurs ni d’importance. Pour le lecteur qui ouvrirait mon Blog à part sur ce sujet, je me dois de rappeler le sens de ma position de gnostique.

-:-:-:-

RAPPEL de la Gnose (soit « à partir de » la Gnose)

    La Vie sur cette Terre peut être symbolisée par un Arbre; son Tronc est la Nature avec toutes ses Espèces. Ce Tronc doit être perçu comme ce « cordon ombilical » qui relie chacun des éléments de la Nature – comme chaque Animal, tout gnostique – à l’Universel, ce qui lui épargne toute impression de solitude et d’ennui. Cette particularité est  importante à saisir.

L’Espèce Homme fut « chassée » de cette Nature il y a… des « lustres » disons, ce qui est relaté dans des Textes bien connus par le premier Couple Adam et Ève (chassé du Jardin d’Éden) où chacun symbolise l’évolution d’une Branche Maîtresse : celle de ÊTRE occupée par tous les Mâles appelés « hommes » et la Branche opposée, AVOIR – conséquence de ÊTRE – occupée par toutes les Femelles appelées « femmes ».

Ces Branches Maîtresses ont, depuis, beaucoup poussé de telle sorte que, Aujourd’hui, hommes et femmes se trouvent dans un foisonnement de branches, sous-branches et rameaux tellement denses, mélangés et éloignés du Tronc que nombreux (pour ne pas dire Tous !) sont ceux et celles qui ne « voient » plus ce Tronc Nature. Ceux-là constituent le Milieu Culturel.

Quant au gnostique que je suis, j’occupe une position ignorée des Occidentaux, en fait, inconnue de milliards d’humains ! Explications.

Comme tout humain, je suis né « du Tronc » (la gestation de neuf mois dans le ventre maternel correspond à ce trajet de l’Âme du Tronc – là où Ovule et Spermatozoïde fusionnent – jusqu’à la sortie en « Branche » (appelée Accouchement pour les humains). Toute l’Éducation reçue étant ce travail des géniteurs fait pour « élever »  le nouveau-né au stade où se trouve le Collectif Social dans ce foisonnement de branches. Je signale au passage qu’une femme seule ne peut pas « élever » un enfant; elle ne peut que l’éduquer (j’attends vos questions….). Ce cheminement éducatif, je l’ai vécu. A la différence que très jeune, enfant, j’ai manifesté une totale allergie vis-à-vis de cette « élévation » culturelle, très religieuse (suivie à contre cœur et ce, pour des raisons tout à fait claires pour moi; naissance sous-X suivie d’une adoption de principe, dépourvue d’amour charnel, etc..).

Ce n’est qu’une fois devenu adulte (avant 40 ans) que j’ai fait une « marche arrière » (qu’il n’est pas recommandé de faire seul car elle est suicidaire. J’en reparlerai par ailleurs), appelée Régression en Psychanalyse, c’est-à-dire que de ma position de bout de branche, un peu à l’image de la sève qui « redescendrait » vers les racines, je suis Redescendu, sans être arrêté par aucun « Nœud » (Nœud = liens de parenté absents dans mon cas), arrêté par rien… JUSQU’AU TRONC.

C’est à ce stade ultime, Originel, qu’il m’a été donné de vivre une illumination (phénomène complexe ignoré des humains, hormis le mot !) qui m’a non seulement sauvé du suicide mais surtout qui m’a situé en périphérie du Tronc car telle est la place de tout gnostique. J’ai  alors commencé une Ascension du Tronc (Élévation du Niveau « de Connaissance » et non « de Conscience » ; cette dernière étant spécifique des seules branches) en ayant sur toutes les Branches, un Regard Objectif puisque le Tronc en question est synonyme d’Objectivité, d’Amour, de Justice, d’Équité, de Verbe Lumière, d’Absolu, etc.

Je précise enfin que c’est en ce lieu privilégié que se sont situés en leurs Temps : Laotseu pour l’Extrême Orient, Gautama dit le Bouddha pour l’Orient, Jésus pour le Proche Orient et c’est de là, qu’à mon tour, je vous dis ces choses, pour l’Occident; en précisant aussitôt que je ne suis pas Laotseu, pas davantage ni Bouddha ni Jésus. Je rappellerai simplement cette parole de Jésus :  » qui marche sur mes pas fera ce que je fais. Il fera même de plus grandes choses encore car moi je m’en retourne au père« . Parole qui nécessitera une petite explication, au sujet de cette notion de « père » notamment (elle n’est pas du tout synonyme de Dieu), quand nous aborderons, un autre jour, l’histoire tant Défigurée de Jésus.

-:-:-:-

NATURE-CULTURE ou INNÉ-ACQUIS

    Il n’a jamais été facile pour ceux qui m’ont précédé de définir la Gnose autrement qu’en resserrant les cercles concentriques qui l’entourent comme pour mieux la cerner. Le sens propre du Langage est incapable de La définir, le sens figuré peut en donner une approche mais très insuffisante. Pour ce faire, ont été employées depuis la Nuit des Temps les Paraboles (elles furent exemplaires du temps de Jésus) les Métaphores, le langage Imagé (comme je le fais avec l’Arbre, le Tronc et les Branches), etc…  Je peux tout de go vous donner cette définition objective du Tronc Nature (donc, de la Gnose) – elle est : cet « Espace-Temps où fusionnent constamment Être avec Avoir qui ne font qu’UN « . Cette définition ne parlera guère à une Conscience « normale ».

C’est donc par un tout autre moyen que nous allons opérer,  en parcourant les Branches Culturelles (pléonasme) et en soulignant pourquoi telles ou telles de leurs caractéristiques constituent des dysfonctionnements pour ne pas dire des  pathologies. Car si vous vous teniez un instant à mes côtés, en périphérie du Tronc et en son sommet (un peu à l’image du haut d’un Phare), vous seriez accablés par le degré d’Erreur qui règne au sein de toutes les branches dites savantes, tant celles de Être que celles de Avoir et que ces Consciences savantes prennent globalement pour la Normalité.

Cependant, leur rôle premier est instructif car ces branches révèlent en plein jour – mais au travers de pathologies (toute Maladie s’exprime par les branches; Maladies spécifiques de Être et, conséquemment, celles de Avoir) – des caractéristiques cachées qui constituent le Tronc (la Maladie ne peut pas être dans le Tronc ou, quand l’Homme croit l’observe, il oublie un peu vite sa responsabilité quant à cela).

La caractéristique première du Tronc est l’INTELLIGENCE-AVEC (synonyme de Prise de Conscience SIMPLE) qui unit entre elles non seulement toutes les Espèces (notion de « chaîne » des Espèces) mais, plus globalement,  tous les « éléments » qui La composent. Émergeant par les Branches, cette notion d’Intelligence-AVEC est devenue l’Intelligence tout court (synonyme de Prise de Conscience DOUBLE) celle de l’homme et celle de la Femme. Ceci doit être clairement compris : l’Intelligence humaine est un ersatz de l’Intelligence-AVEC. D’où, la nécessité – pour les hommes surtout – d’attribuer à cette Intelligence des qualités qu’elle ne possède pas du tout (l’Intelligence humaine est une pathologie, le produit d’une Carence fondamentale en d’Amour !).

-:-:-

L’INTELLIGENCE de l’Homme

     De nos Jours encore les scientifiques aimeraient bien pouvoir définir cette Intelligence avec objectivité afin de mieux manipuler (!) les humains. Cette définition de l’Intelligence individuelle ne peut être appréhendée que par celui qui Habite le Tronc-gnose.  Pour simplifier disons que pour l’homme Premier (celui qui évolue toujours en secteur Être) son intelligence est quantifiable par cette distance « horizontale » qui éloigne son « Être » du Tronc. Pour la Femme qui, Elle, n’a pas changé de secteur Avoir, son intelligence est quantifiable par cette distance qui éloigne son « Avoir » du Tronc. L’intelligence de l’homme qui sera passé en secteur Avoir et qui entretiendra avec Être une relation spirituelle, religieuse,  sera alors dite « double ». Je n’emploie l’expression d‘Intelligence Complexe que pour ceux des hommes restés dans leur secteur Premier, Essentiel, Être, et qui se préoccupent aussi des déroulements qui s’opèrent en secteur Avoir. Pour l’homme passé en Avoir et qui se préoccupe de Religion, je ne parlerai pas de « Complexité » mais de (dé)doublement de la Personnalité (nous y reviendrons par l’étude des pathologies).

-:-:-

L’INNÉ de la NATURE

     Je m’arrête un instant sur un point important et pratiquement ignoré de Tous (ou presque) et qui concerne une caractéristique majeure du monde Naturel. Dans la Nature et plus particulièrement dans le règne Animal, l’Inné peut être imaginé (…) comme étant une sorte de « longueur d’onde » qui place le cerveau de chaque individu « en phase » avec l’Universel. Qu’est-ce à dire ? Cela signifie que le cerveau de l’Animal – comme celui du gnostique qui se trouve au sommet de la pyramide des Espèces du Tronc – reçoit constamment des « informations », des « instructions » auxquelles il est « soumis », instructions qui ont toutes pour Objet, pour sens, LE BON SENS de la survie où la notion de Choix (particularité du Milieu Culturel) n’existe pas. Si l’on transpose cette caractéristique Naturelle à l’Homme, nous observons que « rien de semblable ne se passe ».

Son Acquis culturel place l’Homme dans une situation de rupture quasi totale avec l’Universel (qui, de ce fait, « ne lui dit rien ») et dont la plus directe conséquence est l’ennui qu’il peut ressentir, surtout quand il est seul. Faire cet exercice de Régression jusqu’au bout, soit jusqu’à l’Intégration du Tronc, c’est tout aussi progressivement ressentir en soi une Voix qui fait Voie, tandis que simultanément la Conscience individuelle s’estompe pour laisser prise à l’Inconscient Collectif (le Tronc) qui est cette dimension Universelle de l’Individu que S.FREUD ne découvrit jamais.

Ce que je vous dis là est révolutionnaire car met à plat toutes les théories psychanalytiques, psychiatriques, et autres … qu’elles proviennent de S.FREUD ou non. L’Inconscient (il ne peut être que Collectif) est affaire de Tronc, de Gnose, que la Pensée Occidentale – pas davantage les U.S.A. – n’a intégrée dans aucune de ses Constructions existentielles (Philosophies, etc…). D’où le Vide existentiel majeur observable dans ses propositions philosophiques. Je ne citerai ici aucun Nom de Penseur, de Philosophe, etc…, tous étant dans l’Erreur depuis que la Pensée sert à de telles constructions.

Dans la Nature on trouve, chez les Animaux, la notion salutaire d’instinct directement liée aux Sens  – tous soumis à ce Bon Sens évoqué précédemment – et indissociable de leur Intelligence-AVEC, soit la Connaissance, Sens que les humains cantonnent au nombre de cinq alors qu’ils sont plus nombreux chez l’animal mais surtout plus performants; dont le Sens de l’orientation, sixième Sens pratiquement atrophié chez l’humain.

-:-:-

LES MÉMOIRES : NATURELLE et CULTURELLE

      Une autre caractéristique du monde Vivant – dont Animal – est la MÉMOIRE NATURELLE (associée à l’Inné soit à la Connaissance) laquelle se verra tout progressivement remplacée, dans la progression « en branches », par la MÉMOIRE CULTURELLE chez l’Homme (associée à l’Acquis, soit aux Savoirs). Cette forme de Mémoire Culturelle au cœur de laquelle siège l’ego, soit la Personnalité (caractéristique inconnue du Tronc) se développe en même temps que les ÉMOTIONS (synonymes d’Ouverture, d’éclosion de la Personnalité) qui sont, elles aussi, étrangères au monde du Tronc, au gnostique notamment qui connait que tous ces chemins qui conduisent à l’éclosion mènent inéluctablement à la Perte de soi. Or « soi », c’est l’Ego qui le détermine, cet Ego « mortel »  (nous reviendrons sur ces Mémoires Naturelle et Culturelle dont le rapport est pathologique et fondamental pour comprendre la prétendue « maladie » d’ALZHEIMER).

-:-:-

sur : LA MORT

       Qu’entend-on par ce sujet si important qui marque le début de la Bible – toute la Bible !-  avec cette notion de « mort », de « péché originel »? Nous sommes justement en plein sujet. Quiconque a le Tronc-gnose pour demeure (dont toutes les Espèces Animales et, au sommet du Tronc, le gnostique) ne « sait » pas la Mort, il ne peut pas savoir qu’il va mourir puisqu’il faut être sorti du Tronc pour Savoir. Quiconque sort du Tronc pour évoluer en « branches » quitte la Connaissance pour pénétrer les Savoirs dont celui de la Mort. Il réalise alors qu’il est « mortel ». Cette bifurcation de Tronc vers la Branche, les textes anciens l’ont traduit par le mot hébreu « Khata » dont la signification est très exactement « manquer la cible« .

Au fil des Temps, les diverses traductions de ces textes ont transformé ce « manquer la cible » en notion de péché originel, ce fruit « défendu » que la femme a donné à l’homme. Mais associer la notion d’humain au « péché originel » c’est commettre un pléonasme, une lapalissade !  L’humain est systématiquement « mortel ». Par contre, associer le gnostique à l’humain n’est pas cohérent.  Le gnostique ayant vaincu la Mort (il ne croit pas en la mort; il l’a « dépassée ») peut, éventuellement être qualifié de Sur-humain (mais là n’est pas sa préoccupation) si on pose pour hypothèse tout à fait cohérente que le Devenir de l’Homme est le Retour par le Haut dans le Tronc-gnose…où, in fine, il redeviendra Immortel.

-:-:-

LA MALADIE

    L’idée majeure que j’ai voulu souligner par cet écrit est cette notion que les Sociétés dites civilisées vont bientôt être acculées à admettre :  le Milieu NATUREL (le Tronc-gnose) est exempt de toute MALADIE, les maladies ne s’exprimant QUE par les Deux Branches Maîtresses, branches et sous-branches, du Milieu CULTUREL.

Deux grandes familles de Maladies : celles qui dépendent de Être (je signale au passage que toutes les disciplines Psy sont ignorantes de l’origine des maladies dont elles se chargent. Pour vous en convaincre vous n’avez qu’à consulter un dictionnaire de Psychologie, médical ou autre et vous constaterez l’ignorance avouée de chacune de ces branches scientifiques) et celles qui dépendent de Avoir. La grande misère intellectuelle de la Pensée Occidentale est d’avoir oublié (…) que tout ce qui s’exprime par Avoir découle de Être et d’avoir donc créé DEUX types de médecines alors qu’il n’en faudrait que UNE mais une qui soit « Complexe ».

Même la cause du Cancer est à rechercher en remontant vers Être, via la remise en question du rôle que joue l’Intelligence de l’Homme dans son Évolution Générale. Cette Intelligence produit des « Sous-produits », ou « copies mortes » physico-psychiques de l’Organisme vivant, humain (exemple :  l’appareil photo est « sous produit » ou copie morte de l’Œil, l’ordinateur est sous-produit ou copie morte du Cerveau, etc…etc…). L’Homme s’entourant et se nourrissant de plus en plus exclusivement de ses  « Sous-produits » voilà le Cheminement de la Maladie dont le summum est appelé le Cancer. Là aussi, comprend qui peut.

Il n’y a pour l’Homme AUCUN moyen, aucune médication, pour trouver la Bonne Santé (au sens large) parmi des branches. C’est impossible. La seule médication vraie, efficace, est ce Retour vers la Nature. L’ennui, c’est que l’Homme, dégradant la Nature, dégrade de facto toujours plus  sa possibilité de recouvrer la Santé ! Un peu à l’image d’avions qui, avant de décoller de leur porte-avions, lâcheraient une bombe sur le pont. Assurément, leur appontage futur posera problème…

En résumé

     il n’y a pas d’ego dans l’Inné (dans aucun Animal, ni chez le gnostique). L’ego est né dans  les Branches des Savoirs, il est la Perte de l’Homme. Il n’y a pas d’Acquis dans la Connaissance. L’Inné est Amour. L’amour acquis n’est pas Amour. Il n’y a pas de Maladie dans l’Inné. La Maladie est affaire d’Acquis. L’homme qui médite, est un Être qui loge dans des branches voire, dans la Branche Maîtresse ÊTRE, qui tente de réintégrer le Tronc pour entrer en phase, ou « en résonance » avec cette Voix Universelle. L’homme qui prie cherche la Voie (et/ou la Voix) dans le prolongement de branches. Et ce, toujours en vain. Il n’y a de notion de liberté QUE dans la Nature, en la Gnose, quand l’Individu est connecté avec l’Universel soit non entravé par la volonté de l’Ego. C’est pourquoi, dans les branches sociales, tant d’Individus sont en quête de liberté! Elle y est… introuvable !

le 25 mai 2009

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

adresse e-mail : jean.dalliere@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com


Théorie Universelle de la Complexité (Entracte !) (art.10)

samedi, mai 2nd, 2009

– Article 010 –

Théorie Universelle de la Complexité (Entracte !)

-:-:-:-

      L’article précédent fut consacré à la définition objective du Tronc de cet Arbre dont la symbolique évoque pour certains, en réalité, depuis la Nuit des Temps, l’Évolution du monde Vivant sur cette Terre. Comme déjà précisé, je comprends le recul instinctif, intellectuel aussi, que peut provoquer cette lecture par son côté aride, rébarbatif, qui  tente d’expliciter cette Théorie Universelle de la Complexité.

D’où ce petit Entracte « digestif » que je propose ce jour avant de s’attaquer au gros morceau que représente le foisonnement dispersant des Branches savantes

Mais je me dois d’être le plus clair possible au sujet de cette Théorie :

le fait que nos Sociétés Occidentales – avec celles de même type – s’enfoncent de plus en plus dans la Crise actuelle (d’autres diront qu’elles sont « dans le Mur »; expression qui, comme nous le verrons, est plus juste) provient, en dernière analyse, de l’ ignorance de cette Théorie de la part des responsables, dirigeants, de ces pays. En dernière analyse…

De très nombreuses fois, par des courriers multiples (toujours envoyés en Recommandé avec A.R.) souvent accompagnés de schémas explicites et parlants, j’ai contacté des responsables de tous bords :

–  religieux, dont le Pape, l’Église Réformée de France, André CHOURAQUI à Jérusalem,  etc.,

– les Présidents de la République tels :  F.MITTERRAND, Jacques CHIRAC,  Nicolas SARKOZY notamment par un dossier intitulé  « les informations exposées dans ce dossier – indispensables au Redressement de tout Pays dont la France – sont inconnues des politiques et des scientifiques traditionnels » dossier (du 17 octobre 2007) resté, comme les autres,  sans réponse…

–  les Ministres tels : Michel ROCARD (22 juillet 1992), Edouard BALLADUR, Lionel JOSPIN (alors Premier Ministre, dossier daté du 1er mai 2002) approché de près dans l’Ile de Ré et à qui je remettais en mains propres – par l’intermédiaire de sa femme Sylviane AGACINSKI (le dimanche 21 août 2005 vers midi au marché d’Ars…) –  le dossier également important ayant pour titre  « de la Justice naturelle à l’Ajustice culturelle« . Pas de réponse, etc..

Nota : au sujet de ce dossier j’ai même contacté La Cour de Justice des Communautés Européennes du Luxembourg (le 12 octobre 2004) puis, la COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME qui me répondit le 1er mars 2005, réponse qui me plaçait « hors jeu »…avec un tas de formulaires à remplir pour être (éventuellement) pris en considération…

–  Responsables de l’Opposition, tels  Francois BAYROU (deux courriers avec AR sans réponse),  etc. 

–  scientifiques comme Nicolas HULOT, etc..

–  médias...TOUS, en nombre incalculable de fois. Sans réponse aucune.

–  maisons d’éditions …pour mon dernier manuscrit « L’Ecrit-Primal : la Gnose » sous titré l’Issue mondiale, manuscrit qui s’avère représenter le SEUL type d’écrit qu’une maison d’édition s’interdit de publier…

et tout cela, dans le but d’ informer.  Rares furent les réponses à ces courriers par lesquels j’ai crié dans le Désert social.

Jamais le moindre entretien,  sollicité pour exposer mes vues,  ne me fut accordé hormis à l’Elysée, le Chef de Cabinet de F. MITTERRAND, Jean GLAVANY (en 1983 et 1985) et Aimé CÉSAIRE, (en son bureau de Mairie à Fort-de-France, le vendredi 02 septembre 1988), qui furent les heureuses exceptions sur 30 années d’Appels, mais ces entretiens d’exception pour moi ne débouchèrent sur rien de concret pour mes idées.  Le monde des Idées est impitoyable. Pierre  BEREGOVOY paya même de sa vie le fait d’avoir voulu quitter une position sociale proche de la Verticale (la Base sociale) pour pénétrer celle la plus Horizontale,  la Finance-Politique, à laquelle il se frotta et se brûla tout logiquement (…) les ailes.

Ceux qui obtiennent le Pouvoir se mettent quasi systématiquement à manquer d’Idées dés lors qu’ils L’obtiennent et ils se nourrissent alors aux sources mêmes de ceux qui voudraient L’avoir et qui émettent des idées, souvent à cette seule fin. On retrouve ce schéma directeur dans le monde de l’Édition où les Comités de lecteurs – qui ont à juger de la valeur (…) d’un manuscrit et donc de sa possible publication –  sont souvent eux-mêmes des écrivains qui, par ce poste privilégier de lecteurs , ont la possibilité de « piquer » des idées développées dans les manuscrits qu’ils vont donc refuser pour s’en s’approprier la paternité. C’est simple. D’où la prolifération de publications « à compte d’auteur » et les arnaques, les désillusions, qui les accompagnent.

On retrouve d’ailleurs la trace d’un tel mécanisme chez les écrivains eux-mêmes qui, en règle générale, sont de grands lecteurs. Des idées d’auteurs « étrangers », et multiples, sont ainsi mémorisées puis synthétisées pour faire croire à des créations nouvelles. Ce n’est pas étonnant que chemin faisant, et selon ce principe présent dans de nombreuses disciplines, les Sociétés dites Ouvertes soient en si mauvaise santé…On peut très bien – et j’en suis la preuve encore vivante, également dérangeante il est vrai ! – être allergique depuis toujours à la lecture des écrits des Autres et avoir sur l’Humanité et son Environnement des idées  salutaires par leur originalité mais surtout par leur source fondamentale.

L’exemple, pour illustrer cela, je l’emprunte ici à la Tour de Pise qui, comme chacun le sait, ne demande qu’à accroître son fruit (…) : tout écrivain – universitaire ou non – qui se voit « intégré » dans la Société par la publication de ses écrits est semblable à ce maçon qui, montant en haut de ladite Tour, continuerait sa construction en rajoutant sa pierre à l’Édifice…Et le vice est plus sournois encore car combien sont-ils maintenant ces auteurs qui sont publiés et qui prétendent œuvrer pour le Redressement de cette Tour! Quoi que pensent ceux-là, leurs œuvres sont des Poids qui pèsent « négativement » et participent à l’accroissement de ce fruit. LA seule solution est un travail de Fond, repartir non seulement aux Fondations de l’édifice mais plus encore, étudier la nature du sol sur lequel est bâtie la Tour (exemple symbolique). En creusant de la sorte on trouve le plus souvent du « sable »…sur lequel il est Mieux pour Tous de ne pas Bâtir. Heureux ceux et celles qui pénètrent cela.

Tout ceci pour dire que cette Théorie que je vous présente (elle est née dans les années 80) constitue cet exposé inventaire des « Outils » nécessaires à une totale Refondation de la Société humaine, à la Fondation d’un Humanisme sans faille (un « Sur-Humanisme » développé dans mon manuscrit), par les paramètres jusqu’à ce Jour voulus IGNORES que sont ces verbes dits Auxiliaires (Auxiliaires de qui?…. du « Verbe Lumière » !) : ÊTRE et AVOIR dont la fusion constitue (Le Verbe Lumière, justement!) cette valeurTrésor que chacun Recherche au plus profond de lui, se l’avouant ou pas, : l’Amour (avec un grand A).

A bientôt donc pour cet envol vers les Branches à problèmes.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Auteur – Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact et/ou commentaire :  jean.dalliere@orange.fr

You are on the french website  http://blogapart.freehostia.com

Propos (en provenance) « de » la Gnose ! (art.04)

jeudi, avril 23rd, 2009

– Article 004 –

Propos (provenant) « de » la Gnose !

-:-:-:-

     Et non « sur » la Gnose !

    Il n’est pas un seul sujet au monde – je pèse mes mots ! – qui soit plus important pour l’Humanité (et la Nature dont Elle procède. On comprendra mieux par la suite) que celui qui concerne la Gnose. De ce fait, il n’est donc pas exagéré de dire que tout  « problème » humain – quel  qu’il soit ! (Chômage, Toxicomanie, Délinquance, Cancer, Sida, etc…) – provient,  en dernière analyse, de l’ignorance de la Gnose.

Assez nombreux sont les écrits qui traitent de ce sujet capital mais quel que soit l’écrit qu’il vous est – ou qu’il vous sera – donné de consulter, chaque fois vous constaterez qu’ils sont le fruit de savants soit de personnes (Universitaires ou non) qui sont extérieures à la Gnose. Celles-là ont donc  écrit  sur la Gnose en aucun cas de la Gnose.

Je prends un exemple simple pour illustrer ce que sous-entend mon affirmation dérangeante pour ces écrits…. vains et faux par l’illusion qu’ils engendrent.

Imaginez un arbre. L’arbre possède un tronc avec ses racines et des branches.  Pour notre exemple, une multitude de branches. Imaginez maintenant que ce tronc avec ses racines représente, symboliquement, la Nature, soit tout notre Environnement naturel excluant donc tout ce qui a été fait par l’Homme.

J’affirme haut et fort que les branches représentent tous les chemins savants, toutes les branches dites scientifiques qui, ensembles  – ou séparément –  conduisent à la Perte de l’Homme. Ce Collectif de branches (symbole de l’étoile avec ses « branches » savantes) constitue le monde Culturel soit tous les Savoirs.

Propos provenant de la Gnose (art.04)

Propos provenant de la Gnose (art.04)

  • Légende : La Branche ÊTRE qui s‘Enroule, à gauche sur le schéma et de laquelle naîtront toutes les Religions. Diamétralement à son opposé, la Branche AVOIR (elle est multiple) qui, Elle, se déroule,
  • porteuse de toutes les formes de la Pensée : Politique- Scientifique.
  • Entre ces deux Branches maîtresses, le Tronc-Nature au sommet duquel vit le gnostique de toujours.

-:-:-:-

Et la Gnose dans tout ça ? C’est très simple, mais aucun scientifique ne peut admettre ce qui suit car Elle est affaire de « Cercle » soit de Connaissance, non d’étoile

La Gnose, Elle est le Tronc de l’Arbre – le gnostique Habite son Sommet – (je mets des majuscules aux mots qui évoquent une dimension symbolique) lequel  contient toutes les « valeurs » possibles et imaginables (et inimaginables aussi pour les « branchus ») qui vont s’exprimer en se  délitant via les Branches. Ce sont donc des « savants », soit les occupants de ces Branches et sous-Branches qui voudront traiter de la Gnose (du Tronc) mais qui ne peuvent traiter que « sur » la Gnose, cette Gnose dont ils ont été chassés par leur « fruit« , Fruit au sens Architectural, c’est-à-dire « penchant » qui incite à la chute.  Ceci dit pour les théologiens, exégètes et autres gens d’églises qui restent Borgnes voire Aveugles quant à cela.

Si on affirme – comme je le prétends – que seule LA Vérité, l’Objectivité – sur quel que sujet  que ce soit – ne peut provenir QUE de la Gnose, en aucun cas provenir des Branches soit du monde Culturel (si honnêtes se pensent ses émissaires !), comment puis-je oser affirmer Habiter la Gnose, vous parler de la Gnose ?

Les preuves sont nombreuses. Pêle-mêle je réponds : par ma propre vie.  J’ai parcouru beaucoup de ces branches; j’ai exercé 37 métiers différents, pas des « jobs », des métiers, soit parcouru 37 de ces branches ! et compris l’égarement que celles-ci procurent par toutes les souffrances qui accompagnent toute Pousse.

Je suis donc parti en quête du Tronc que – par un certain travail personnel (on pourra en reparler) – j’ai retrouvé à 39 ans (re-Naissance encore appelée « Métanoïa »). Confère mon article  » Pourquoi avoir créé Blog à part ? ».

Tous mes écrits, mes courriers publiés, sont systématiquement censurés par les Branches; ce qui peut se comprendre.  Autre affirmation de poids : en étudiant ce sujet (la Gnose) trouvez-vous une seule personne qui soit capable de vous en apporter LA définition objective ?

Non. Dans toute l’Histoire de l’Humanité pas un seul homme, à ma connaissance (qu’on me dise qui ?), n’en a jamais apporté LA définition vraie, objective, si ce n’est par Paraboles pas même comprises par les théologiens, exégètes, etc… Or, cette définition (celle du Tronc, celle de ce Référentiel Vertical à partir duquel on peut définir l’Intelligence Individuelle, entre autre), il m’a été donné de LA connaître.

Pourquoi, quittant le perron de l’Élysée, le « bras droits » (un parmi d’autres) de François MITTERRAND qui m’avait reçu plusieurs fois entre 1983 et 1985, m’a-t-il conseillé de : « faire attention où j’allais dorénavant mettre les pieds  » (sic) ? Avertissement amical ?   Menaces ? Je ne le saurai jamais même si je le lui demande maintenant.

Et si vous réfléchissez  à ce « problème »… imaginez ces millions, ces milliards d’Individus  « perdus » soit, en mal de Être du fait de se trouver dans ce foisonnement de Branches, sans repère, sans Référence objective, en étant – de ce fait – exploitables, donc récupérables – et récupérés ! – par DEUX Pouvoirs diamétralement opposés à la base d’une Dialectique fondamentale (ou Couple de Forces) :  Religion et Politique.

La Religion est produite par l’exploitation déséquilibrée, Maladive, de ÊTRE (Maladive par carence de AVOIR) dont la finalité évolutive est la Paranoïa Collective illustrée par l’idée de Plafond indépassable; ce que S.FREUD n’osa pas dénoncer pour épargner ses géniteurs et … le Judaïsme ! Tout timidement il évoqua l’idée de Névrose Collective. Il se disait Athée ? Oui, mais en ignorant ou en voulant ignorer qu’un Athée est une personne qui a une croyance Négative en Dieu; il croit en Dieu mais négativement.

La seconde Force de ce Couple fondamental est CONSÉQUENCE de la précédente (base, ici, de la Psychosomatique Sociale  à l’échelle de Peuples); Elle est AVOIR qui est le fondement de toutes les Politiques, de toutes les démarches Scientifiques.

Ces Politiques – qui sont « Effets de Paranoïa Collective » ÊTRE – conduisent les peuples, toujours plus vite (Entropie croissante oblige) vers un MUR qui est Conséquence du Plafond religieux et contre lequel les Pays Occidentaux – comme d’autres avant eux et d’autres après eux – se trouvent Aujourd’hui acculés à aller… s’éclater.

Voilà ce que sont ces Branches maîtresses : du ÊTRE et du AVOIR qui, comme nous allons le voir, sont carentiels en Amour.

Et le Tronc lui ?

Sa définition objective est  synthèse fusionnelle ÊTRE-AVOIR, ce que certains textes dits sacrés ont appelé : le Verbe Lumière, l’Ineffable, l’Amour avec un grand A.

De tout cela nous reparlerons ensemble mais, auparavant,  il fallait planter le cadre de ce Blog à part, cet Arbre au Sein du Jardin qui constitue la Gnose, cette Gnose perdue de vue par l’Occident depuis… plus de 2000 ans !

A bientôt donc.

Parole du gnostique Jean S. Dallière
Psychanalyste fondamental (de l’Humanité à l’Individu)

Pour tout contact   jeansidal@orange.fr

You are on the french web site  http://blogapart.freehostia.com